Le Marais-la-Chapelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.
Le Marais-la-Chapelle
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Morteaux-Coulibœuf
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Falaise
Maire
Mandat
Michel Noël
2014-2020
Code postal 14620
Code commune 14402
Démographie
Population
municipale
99 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 57″ N 0° 01′ 27″ O / 48.8825, -0.0241666666667 ()48° 52′ 57″ Nord 0° 01′ 27″ Ouest / 48.8825, -0.0241666666667 ()  
Altitude Min. 64 m – Max. 95 m
Superficie 2,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Le Marais-la-Chapelle

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Le Marais-la-Chapelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Marais-la-Chapelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Marais-la-Chapelle

Le Marais-la-Chapelle est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 99 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est aux confins de la campagne de Falaise, de la plaine d'Argentan et du pays d’Auge. Le carrefour de la Chapelle-Souquet est à 5,5 km au nord-ouest de Trun, à 9 km au sud-est de Morteaux-Coulibœuf, à 14 km à l'est de Falaise et à 18 km au nord d'Argentan[1].

Couvrant 242 hectares, le territoire du Marais-la-Chapelle est le moins étendu du canton de Morteaux-Coulibœuf.

Communes limitrophes du Marais-la-Chapelle[2]
Crocy Les Moutiers-en-Auge Les Moutiers-en-Auge
Crocy du Marais-la-Chapelle[2] Montreuil-la-Cambe
Crocy,
Ommoy
Ommoy Fontaine-les-Bassets (sur quelques dizaines de mètres),
Ommoy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Marais : le toponyme est attesté sous la forme Marescum en 1175[3]. Il est dû à la topographie des lieux près de la Dives[4].

La Chapelle-Souquet : Souquet serait un patronyme[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1823, Le Marais (164 habitants en 1821[6]) absorbe La Chapelle-Souquet (154 habitants[7]) à l'est de son territoire. La commune ainsi créée prend le nom de « Le Marais-la-Chapelle ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2014 Christian Allais SE Agriculteur
mars 2014[8] en cours Michel Noël SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de sept membres dont le maire et deux adjoints[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 99 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Le Marais-la-Chapelle a compté jusqu'à 305 habitants en 1831, mais les deux communes du Marais et de La Chapelle-Souquet, fusionnées en 1823, totalisaient 371 habitants lors du premier recensement républicain en 1793 (respectivement 167 et 204 habitants).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
167 169 165 164 305 292 297 290 251
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
246 225 208 201 180 182 180 179 159
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
165 151 161 146 136 127 113 105 126
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
114 97 61 94 77 63 78 99 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de La Chapelle-Souquet
1793 1800 1806 1821
204 188 194 154
(Sources : EHESS[7])


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux, monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Germain (XVe siècle, clocher-porche en bâtière de 1780). Elle faisait partie du diocèse de Séez et son patronage fut donné au XIe siècle par Roger de Montgomery à l'abbaye de Troarn[10] ; vestiges opus spicatum du XIe[11]. L'édifice date du XVe siècle, les baies, la tour et le porche de 1780. Fonts baptismaux, autel, retable et tabernacle du XVIIIe.
  • L'église Sainte-Madeleine de La Chapelle-Fouquet du XIIIe siècle (décrite par de Caumont) s'est écroulée peu après les bombardements de 1944[12]. Elle était sous le patronage de commanderie de Villedieu-les-Bailleul et membre de la commanderie de Villedieu-les-Poêles (Manche)[13].
  • Manoir presbytéral du deuxième quart du XVIIIe siècle, l'abbaye de Troarn nommant à la cure.
  • Maisons et fermes des XVIIIe et XIXe siècles. Galeron décrit en 1830 l'existence de « 105 maisons très proprement bâties ».
  • L'ancien chemin romain (dit Chemin Haussé) passe au pied de la Chapelle-Souquet[13].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  4. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-86253247-9), p. 77
  5. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), lien notice BnF?), p. 167
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - La Chapelle-Fouquet », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 16 mai 2010)
  8. a et b Réélection 2014 : « Le Marais-la-Chapelle (14620) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 juin 2014)
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  10. Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 2, Caen, Hardel,‎ 1850 (lire en ligne), p. 411-413
  11. « Église paroissiale Saint Germain », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Église paroissiale Sainte-Madeleine », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. a et b Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 2, Caen, Hardel,‎ 1850 (lire en ligne), p. 410-411
  14. Dossier léonore LH 1265/87 consultable aux archives nationales

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :