Élections générales britanniques de 2015

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2010 Drapeau du Royaume-Uni
Élections générales britanniques de 2015
650 sièges de la Chambre des communes
7 mai 2015
Type d’élection  Élection législative
David Cameron official.jpg
Conservateur – David Cameron
Sièges sortants 303
Ed Miliband 2.jpg
Travailliste – Ed Miliband
Sièges sortants 257
Nick Clegg by the 2009 budget cropped.jpg
Libéraux démocrates – Nick Clegg
Sièges sortants 56
Nigel Farage MEP 1, Strasbourg - Diliff.jpg
UKIP – Nigel Farage
Sièges sortants 2
Circonscriptions de la Chambre des communes
Carte
Premier ministre
Sortant
Élu

Des élections générales britanniques auront lieu le 7 mai 2015 pour élire le 56e Parlement du Royaume-Uni.

Les élections précédentes avaient débouché sur un parlement minoritaire et la formation d'un gouvernement de coalition entre les conservateurs du Premier ministre David Cameron et les libéraux démocrates du Vice-Premier ministre Nick Clegg.

Le travailliste Ed Miliband est le leader de l'opposition depuis 2010.

Organisation[modifier | modifier le code]

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

L'accord de coalition entre le Parti conservateur et les libéraux démocrates prévoyait un référendum sur le mode de scrutin de la Chambre des communes. Celui-ci est organisé le 5 mai 2011 mais les électeurs rejettent à 67,9 % le vote alternatif qui leur était proposé. Dès lors, les élections de 2015 se tiennent de nouveau au scrutin uninominal majoritaire à un tour : dans chacune des circonscriptions est élu le candidat qui arrive en tête.

Découpage électoral[modifier | modifier le code]

Le Parliamentary Voting System and Constituencies Act 2011 prévoyait un redécoupage électoral et la baisse du nombre de députés de 650 à 600, conformément à une promesse électorale du Parti conservateur. Toutefois, la loi a été amendée en 2013 et le redécoupage des circonscriptions n'interviendra qu'en 2018. Ainsi, les élections de 2015 se tiennent dans les mêmes 650 circonscriptions que les élections de 2010.

Date du scrutin[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, le Premier ministre pouvait demander au monarque de dissoudre la Chambre des communes à tout moment, ce qui permettait au parti au pouvoir de choisir la date du scrutin.

L'adoption en 2011 du Fixed-term Parliaments Act a mis fin à cette pratique. Désormais, les élections générales ont lieu le premier jeudi de mai cinq ans après les précédentes élections. La Chambre des communes est automatiquement dissoute 25 jours avant cette date. Une dissolution et des élections anticipées ne peuvent avoir lieu que si le gouvernement perd la confiance de la chambre[1].

Ainsi, en 2015, le Parlement est dissous le 30 mars et les élections générales ont lieu le jeudi 7 mai. Les bureaux de vote sont ouverts de h à 22 h [2].

Partis politiques[modifier | modifier le code]

Parti Sièges
2010 Actuellement
Conservateurs 306 303
Travaillistes 258 257
LibDems 57 56
DUP 8 8
SNP 6 6
Sinn Féin 5 5
Indépendants 1 3
Plaid Cymru 3 3
SDLP 3 3
UKIP 0 2
Alliance 1 1
Verts 1 1
Respect 0 1
Speaker
1 1
Total 650 650
Majorité +83 +75

La Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord ont des systèmes de partis distincts. Au 17 septembre 2010, le registre de la Commission électorale comptait 392 partis politiques enregistrés en Grande-Bretagne[3] et 43 en Irlande du Nord[4].

Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Le paysage politique britannique a longtemps été qualifié de bipartisan. Les deux principaux partis politiques depuis les années 1930, dont sont issus tous les Premiers ministres depuis et qui ont obtenu des majorités absolues à chaque élection sauf en 1974 et 2010, sont :

  • le Parti conservateur (centre-droit) dont le chef est David Cameron, l'actuel Premier ministre. Les conservateurs sont le principal parti de la coalition au pouvoir et sont arrivés en tête lors des dernières élections.
  • le Parti travailliste (centre-gauche) dont le chef est Ed Miliband. Les travaillistes étaient au pouvoir de 1997.

L'un de ces deux chefs sera vraisemblablement Premier ministre après les élections de 2015 toutefois, depuis plusieurs années, on observe que le poids des deux grands partis diminue au profit de partis plus petits. Le Parlement élu en 2010 était ainsi minoritaire et les sondages indiquent que celui qui sera élu en 2015 pourra également l'être et qu'une coalition devra être formé avec un deuxième parti :

D'autres partis plus petits existent : Respect (gauche) qui a remporté un siège à la suite d'une élection partielle ou le British National Party (extrême-droite) qui a déjà fait élire des députés européens mais n'a jamais gagné de sièges à la Chambre des communes

Irlande du Nord[modifier | modifier le code]

La plupart des partis d'Irlande du Nord existe sur les bases communautaires du conflit nord-irlandais :

  • le Democratic Unionist Party (protestant unioniste) a remporté le plus de sièges lors des élections générales de 2010 et des élections nord-irlandaises de 2011.
  • le Sinn Féin (nationaliste républicain) est arrivé en tête du vote en 2010 mais a remporté moins de sièges que le DUP. Il est arrivé en tête en Irlande du Nord lors des élections européennes de 2014. Les députés élus du Sinn Féin refusent de siéger à la Chambre des communes britannique.
  • le SDLP (nationaliste, centre-gauche) a remporté 3 sièges en 2010. Il est proche du Parti travailliste et ses députés suivent généralement les consignes de vote des travailliste.
  • l'Ulster Unionist Party (protestant unioniste) est proche du Parti conservateur avec qui il présente des candidats communs à la Chambre des communes.
  • l'Alliance est le seul parti non communautaire d'Irlande du Nord. Il a remporté un siège en 2010.

Campagne[modifier | modifier le code]

Débats[modifier | modifier le code]

La campagne électorale de 2010 avait été l'occasion, pour la première fois, de trois débats télévisés directs entre les chefs des trois principaux partis. Après de nombreuses propositions des diffuseurs et des discussions au sujet de quels partis devaient être représentés à un débat[5][6], il est finalement décidé qu'un seul débat de tous les chefs aurait lieu en 2015, réunissant[7] :

Ce débat aura lieu le 2 avril 2015 sur ITV et sera présenté par Julie Etchingham.

Les chefs des cinq partis d'opposition débattront de nouveau, mais sans Cameron et Clegg, le 16 avril 2015 lors d'une émission présentée par David Dimbleby.

Coalitions possibles[modifier | modifier le code]

La plupart des sondages indiquant qu'aucun parti ne disposera de majorité absolue, de nombreux débats ont lieu sur la formation d'un gouvernement de coalition dans un Parlement minoritaire. Si le Sinn Féin maintient sa politique de non participation au Parlement comme il l'annonce[8], 323 sièges sont nécessaires pour une majorité.

Les conservateurs et les travaillistes indiquent tous les deux souhaiter former un gouvernement majoritaire. Les conservateurs refusent d'aborder publiquement de possibles coalitions avant les élections[9] et, selon certaines sources, le Parti conservateur et le Parti travailliste se prépareraient à la tenue de secondes élections dans l'année[8].

En cas de parlement minoritaire, les libéraux démocrates ont déclaré vouloir d'abord négocier avec le parti qui aura le plus de sièges[10]. Nick Clegg, le chef des libéraux démocrates, indiquent par ailleurs trouver « très difficile d'imaginer les circonstances » dans lesquelles UKIP et les libéraux démocrates siègeraient dans le même gouvernement[11].

Le Parti travailliste, vu par les commentateurs comme ayant plus de partenaires potentiels dans un Parlement minoritaire[12], a écarté l'hypothèse d'un accord de coalition avec le SNP, mais une autre forme d'arrangement[13]. Les conservateurs ont précédemment écarté une coalition avec le SNP[7] ainsi que les libéraux démocrates[14].

Le Parti vert anglais, le Plaid Cymru et le SNP ont tous écarté la possibilité de collaborer avec les conservateurs et sont tombés d'accord pour travailler ensemble « autant que possible » pour contrer l'austérité budgétaire[15],[16],[17]. Ces trois partis ont posé comme condition d'un accord avec les travaillistes le non remplacement des missiles nucléaires Trident[18]. Le SNP s'est par ailleurs déclaré prêt à travailler avec le Parti travailliste et les Libéraux démocrates[7], tout en jugeant une coalition formelle « hautement improbable »[19] bien qu'un accord moins formel soit possible[20]. Le Plaid Cymru et le Parti vert ont position similaire[21],[18].

Un gouvernement de droite possible réunirait les conservateurs, le UKIP et le DUP[22]. UKIP a indiqué pouvoir soutenir n'importe quel gouvernement qui proposerait un référendum sur le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne[23]. Le DUP a indiqué pouvoir travailler avec les conservateurs ou les travaillistes mais n'être pas intéressé par une coalition[24].

Sondages[modifier | modifier le code]

Intentions de vote pour les partis politiques du 13 mai 2010 au jour de l'élection.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Fixed-term Parliaments Act 2011 », sur legislation.gov.uk (consulté le 25 janvier 2015)
  2. (en) « General Election 2015 timetable », sur parliament.uk
  3. « Party Finance – the Electoral Commission », Electoral Commission,‎ 16 septembre 2010 (consulté le 17 septembre 2010)
  4. « Register of political parties (Northern Ireland) », Electoral Commission,‎ 16 septembre 2010 (consulté le 16 septembre 2010)
  5. « Election 2015: Seven-party TV debate plan announced », BBC News
  6. « BBC - Broadcasters to stick to Election debate plan - Media centre », bbc.co.uk
  7. a, b et c « Politics Live: Campaign countdown - BBC News », bbc.co.uk
  8. a et b « Hung parliament predictions harden, coalition recedes - Gary Gibbon on Politics » (consulté le 7 mars 2015)
  9. Frances Perraudin, « David Cameron refuses to discuss post-election coalition », the Guardian
  10. « The Liberal Democrats – some considerations on negotiations (Part One) - Westminster Advisers » (consulté le 7 mars 2015)
  11. Andrew Sparrow, « Nick Clegg's interview on the Andrew Marr show – as it happened », the Guardian (consulté le 7 mars 2015)
  12. « The Tories are on to a loser if the election comes down to horse trading », The Independent
  13. « BBC News - Ed Miliband rules out SNP coalition after election », BBC News
  14. Patrick Wintour, « Vince Cable says Lib Dem-SNP deal after election is inconceivable », the Guardian
  15. Frances Perraudin, « SNP, Plaid Cymru and Greens plan to join forces against austerity », the Guardian
  16. « SNP, Plaid & Greens: A new approach to politics »
  17. « SNP, Plaid Cymru and the Greens: Austerity has Failed. Time for a New Approach to Politics. »
  18. a et b Patrick Wintour, « Green party outlines plan for basic citizen's income for all adults », the Guardian (consulté le 7 mars 2015)
  19. « Politics Live - 20 March - BBC News », bbc.co.uk
  20. BBC News, 11pm, 7 March 2015, BBC News 24
  21. « Scrap Trident, ditch Barnett, reverse the cuts – the price of power for Miliband and Cameron in a hung parliament », Telegraph.co.uk,‎ 29 janvier 2015 (consulté le 7 mars 2015)
  22. « A 'rainbow Coalition' after May would lead to a second general election this year, says Tory minister », Telegraph.co.uk,‎ 2 janvier 2015
  23. « The rise of the "anti-Ukip" party: how the Greens are hammering Labour »
  24. « DUP leader Nigel Dodds: "We can do business with Miliband" » (consulté le 7 mars 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]