Parti national écossais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti national, PNE et SNP.
Parti national écossais
Scottish National Party
Pàrtaidh Nàiseanta na h-Alba
Image illustrative de l'article Parti national écossais
Logo officiel
Présentation
Chef Nicola Sturgeon
Fondation 1934
Siège Édimbourg, Écosse
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Idéologie Indépendantisme écossais
Social-démocratie
Nationalisme de gauche
Affiliation européenne ALE
Couleurs Jaune et lilas
Site web www.snp.org
Représentation
Députés
6 / 59
Eurodéputés
2 / 6
Députés écossais
65 / 129

Le Parti national écossais (en gaélique écossais : Pàrtaidh Nàiseanta na h-Alba - PNA ; en anglais : Scottish National Party - SNP) est le principal parti indépendantiste écossais.

Fondé en 1934, le parti retrouve de la popularité depuis les années 1970 et suit une ligne politique de centre-gauche qualifiée par le parti lui-même de social-démocrate[1]. Lors de l'établissement du Parlement écossais en 1999, le SNP devient le plus grand parti d'opposition.

Depuis sa victoire lors des élections parlementaires écossaises de 2007, le Parti national écossais dirige le gouvernement local écossais.

Sa figure de proue et principal contributeur est Alex Salmond.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le SNP est formé en 1934 à la suite de la fusion entre le Parti national d'Écosse et le Parti écossais. Il gagne son premier siège parlementaire en 1945, lorsque Robert McIntyre est élu à Motherwell, lors d'une élection partielle. Ce siège est toutefois perdu trois mois plus tard, lors des élections générales.

Le SNP gagne à nouveau un siège à Hamilton, en 1967, lors d'une autre élection partielle. La victoire du SNP dans ce fief travailliste constitue une surprise et fait de la question écossaise une problématique nationale, conduisant à la création de la Commission Kilbrandon[2].

Le SNP atteint son apogée lors des élections générales du Royaume-Uni d'octobre 1974 : ils réunissent alors un tiers des votes écossais et envoient onze députés à Westminster, record qu'ils n'ont pas égalé depuis lors.

Après l'institution d'un Parlement écossais dont émane un gouvernement local chargé de mettre en œuvre les compétences dévolues à l'Écosse par le Royaume-Uni, le SNP monte en puissance. Aux élections parlementaires écossaises de 2007, il remporte le plus grand nombre sièges avec 47 élus, un de plus que le Parti travailliste au pouvoir durant les cinq années précédentes. Il forme alors un gouvernement minoritaire. Le SNP remporte ensuite une victoire écrasante aux élections parlementaires de mai 2011, avec 45 % des suffrages et une majorité absolue de 69 députés. Forts de cette victoire, ses dirigeants ont promis l'organisation d'un référendum sur l'indépendance de l'Écosse au cours de la nouvelle mandature, fixé le 18 septembre 2014.

Après la victoire du non au Référendum écossais sur l'indépendance, le parti enregistre une très forte hausse d'adhésions. En sept jours, il passe de 25 624 membres[3]à 42 336 membres[4] le 23 septembre 2014, puis à plus de 65 000 membres[5]en date du 26 septembre 2014 faisant du parti le troisième parti du Royaume-Uni en nombre de membres et dépassant ainsi les Démocrates libéraux. Un mois après le référendum, le parti avait plus de 80 000 membres[6].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Points communs avec le Parti québécois[modifier | modifier le code]

Certains politiciens du Parti québécois ont pu se comparer au SNP. Dans des discours politiques, des allusions sont faites sur les points communs entre la Catalogne, l'Écosse et le Québec.

Or, même si ces partis politiques s'affichent tous comme étant indépendantistes, ils ne sont pas parvenus jusqu'à maintenant à gagner la bataille de l'indépendance.

Autant le PQ et le SNP ont de la facilité à se faire élire, autant ils ont de la difficulté, jusqu'à maintenant, à faire valoir leur projet indépendantiste. Le film Le confort et l'indifférence explique, en partie, ce phénomène à travers l'État-providence et la société de consommation.

À l'origine, le SNP a été une coalition multiforme de dissidents écossais de gauche et de droite. Toutefois, il s'est agrandi en empruntant d'abord à la gauche du Labour.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le SNP est constitué de sections locales de membres du parti. Ces sections forment ensuite des associations dans les circonscriptions qu'elles représentent, à moins qu'il n'y ait qu'une seule section dans une circonscription. L'Écosse est ensuite divisée en huit Associations régionales dans lesquelles les associations de circonscription peuvent envoyer des délégués.

La structure politique du SNP est développée lors de la Conférence nationale annuelle et lors des réunions régulières du Conseil National. Il y a également des réunions régulières de l'Assemblée nationale.

Le parti dispose d'une organisation de jeunesse (Young Scots for Independence), d'une aile estudiantine (Federation of Students Nationalists) et d'un groupe syndical. Le mensuel indépendant The Scots Independent est également très proche du parti.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections générales britanniques[modifier | modifier le code]

Résultats présentés à l'échelle de l'Écosse

Année  % Mandats
1935 1,1 %
0 / 74
1945 1,2 %
0 / 74
1950 0,4 %
0 / 71
1951 0,3 %
0 / 71
1955 0,5 %
0 / 71
1959 0,5 %
0 / 71
1964 2,4 %
0 / 71
1966 5,0 %
0 / 71
1970 11,4 %
1 / 71
février 1974 21,9 %
7 / 71
octobre 1974 30,4%
11 / 71
1979 17,3 %
2 / 71
1983 11,7%
2 / 72
1987 14,0 %
3 / 72
1992 21,5 %
3 / 72
1997 22,1 %
6 / 72
2001 20,1 %
5 / 72
2005 17,7 %
6 / 59
2010 19,9 %
6 / 59

Élections parlementaires écossaises[modifier | modifier le code]

Année  % Mandats Rang Gouvernement
1999 28,7 %
35 / 129
2e Opposition
2003 23,8 %
27 / 129
2e Opposition
2007 32,9 %
47 / 129
1re Gouvernement Salmond I
2011 45,4 %
69 / 129
1re Gouvernement Salmond II

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Résultats présentés à l'échelle de l'Écosse

Année  % Mandats Rang Groupe
1979 19,4 %
1 / 8
DEP (en)
1984 17,8 %
1 / 8
3e RDE (en)
1989 25,6 %
1 / 8
2e ARC
1994 32,6 %
2 / 8
2e ARE
1999 27,2 %
2 / 8
2e Verts/ALE
2004 19,7 %
2 / 7
2e Verts/ALE
2009 29,1 %
2 / 6
1re Verts/ALE
2014 29,0 %
2 / 6
1re Verts/ALE

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Leaders[modifier | modifier le code]

Députés à Westminster[modifier | modifier le code]

Députés Mandats Circonscription
Mike Weir depuis le 7 juin 2001 Angus
Pete Wishart depuis le 7 juin 2001 Perth and Perthshire North
Angus Robertson depuis le 7 juin 2001 Moray
Stewart Hosie depuis le 5 mai 2005 Dundee East
Angus MacNeil depuis le 5 mai 2005 Na h-Eileanan an Iar
Eilidh Whiteford depuis le 6 mai 2010 Banff and Buchan

Députés à Strasbourg[modifier | modifier le code]

Députés européens Mandats
Ian Hudghton depuis le 30 novembre 1998
Alyn Smith depuis le 13 juin 2004

Soutiens notables[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1990, le parti est soutenu par l'acteur écossais Sean Connery. Selon lui, « L'Écosse doit redevenir une nation indépendante non parce qu'elle est différente, mais juste parce qu'elle est semblable à n'importe quel autre petit pays riche d'Europe. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alex Salmond welcomes Radical Indy conference, CP, SNP, consulté le 24 novembre 2012
  2. Dixon 2006.
  3. {en} More Scots Join SNP in a Week Than Scottish Labour’s Total Membership, Newsweek, consulté le 26 septembre 2014
  4. {en} Thousands set for Yes rallies as SNP members up, edinburghnews.scotsman.com, consulté le 26 septembre 2014
  5. {en} SNP membership soars to over 65,000, Parti national écossais, consulté le 26 septembre 2014
  6. (en) SNP membership reaches 80,000 following Scottish referendum, dailyrecord.co.uk, consulté le 19 octobre 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Parti national écossais.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Keith Dixon, « Le retour du chardon : nationalisme et dévolution en Écosse (1967-1999) », Études Anglaises, vol. 59,‎ avril 2006, p. 441-451 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]