Économie de la Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Russie
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie de la Russie
Moskva-City ou le Centre d'Affaires international de Moscou

Monnaie Rouble
Année fiscale année calendaire
Organisations internationales Communauté des États indépendants(CEI), Coopération Économique Asie Pacifique, Communauté économique eurasienne, OMC.
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 2092 milliards $ (2014), (classé 9e) [1]
Produit intérieur brut en PPA 2 629 milliards $ (2014), (classé 6e[2]
Rang pour le PIB en PPA 6e
Croissance du PIB 4,0 % (2010 est.)
PIB par habitant en PPA 18 945 $ (2010 est.), (classe 38) [3]
PIB par secteur agriculture : 4,5 %
industrie : 30,3 %
services : 65,2 %
Inflation (IPC) 6,6 % (2012)[4]
Pop. sous le seuil de pauvreté 13,1 % (2010)[5]
Indice de développement humain (IDH) 0,817
Population active 73,88 millions (2006 est.)
Population active par secteur agriculture : 10,8 %
industrie : 21,9 %
services : 60,1 %
Taux de chômage 5,5 % (2013)[6]
Principales industries mine, constructions de machines-outils, Complexe militaro-industriel, constructions de navires, machines pour l'agriculture, construction d’équipement, consommation durables, textiles, agroalimentaire, artisanat...
Commerce extérieur
Exportations 357,7 milliards $ (2010 est.)
Biens exportés
Principaux clients Pays-Bas 10,3 %, Allemagne 8,3 %, Italie 7,9 %, République populaire de Chine 5,5 %, Ukraine 5,2 %, Turquie 4,5 %, Suisse 4,4 % (2005)
Importations 221,5 milliards $ (2008)
Biens importés
Principaux fournisseurs Allemagne 13,6 %, Ukraine 8 %, République populaire de Chine 7,4 %, Japon 6 %, Biélorussie 4,7 %, É.-U. 4,7 %, Italie 4,6 %, Corée du Sud 4,1 % (2005)
Finances publiques
Dette publique 2 % du PIB (2009 est.)
Dette extérieure 26,0 milliards $ (2009)
Recettes publiques 231,7 milliards $ 1
Dépenses publiques 327,4 milliards $ (2010)1
Déficit public 95,7 milliards $ (5,5 % du PIB)
Aide au développement

Si la Russie n'est plus une des premières puissances économiques mondiales comme au temps de l'Union soviétique, elle demeure aujourd'hui une des 10 économies les plus importantes au niveau international (en 2014, 9° rang[1]), avec des ressources naturelles inégalées, une population de plus de 140 millions d'habitants, des compétences scientifiques et techniques parmi les plus avancées au monde, et une croissance économique forte depuis l'année 1999.
La Russie est membre du club des pays les plus industrialisés, le G8.

Par son économie, la Russie se distingue par quatre caractéristiques majeures :

  1. L'économie russe est une économie de transition ou du moins dont la transition s'achève, et qui reste encore marquée par son héritage soviétique ;
  2. Elle tend vers l'économie de rente, s'étant majoritairement repliée sur l'exploitation des ressources naturelles (pétrole, gaz naturel et divers métaux) à la suite de l'effondrement de la production industrielle depuis la chute de l'URSS. Ceci avec les conséquences politiques et sociales qu'engendrent en général la prédominance de ces secteurs (corruption, inégalités) ;
  3. C'est une économie qui souffre d'un vieillissement de sa population, du fait de déséquilibres démographiques apparus dès la fin de l'époque soviétique ;
  4. C'est enfin une économie où l'État a joué et joue toujours un rôle majeur - qu'il s'agisse du contrôle des principales entreprises du pays ou de la place préoccupante de la corruption (La Russie se place en 154e position, sur 178 territoires, sur la liste de la perception de la corruption par pays en 2010).

Sommaire

Histoire économique[modifier | modifier le code]

De l’égalité ­initiale, en l’an 1000, avec l’Europe, le PIB par habitant russe n'a cessé de ­fléchir. Les Mongols rassemblés sous Gengis Khan ruinent son économie au XIIIe siècle. Les tsars fondent un empire fondé sur la puissance militaire et le féodalisme mais ne peuvent « rattraper » le retard pris sur l’Europe. Les efforts ­entrepris par Moscou ont permis à l’époque ­soviétique quelques rebonds au XXe siècle, vite retombés lors de la dislocation de l’URSS, le PIB par habitant russe n'atteignant que 50 % du PIB franco-allemand et 40 % du PIB américain au début du XXIe siècle[7]. De son passé soviétique, la Russie a hérité d’une industrie métallurgique lourde puissante et concurrentielle, d’un savoir-faire pointu dans les domaines de l’aéronautique, de l’armement et de l’énergie.

L'économie russe à la fin de l'époque impériale[modifier | modifier le code]

Ce diagramme montre le développement de la masse monétaire et l'inflation en Russie entre 1914 et 1917.

Du fait de réformes tardives (le servage n'a été aboli qu'en 1861 par exemple), l'Empire russe a connu la révolution industrielle avec un décalage avec les autres pays européens. Son développement économique a toutefois été relativement rapide à partir des années 1880. Ainsi, en 1913, l'Empire russe est déjà la troisième économie mondiale, après les États-Unis et l'Empire allemand. En termes de PIB à parité de pouvoir d'achat, elle était à égalité avec ce dernier avec, en 1913, un PIB(PPA) de 237 milliards de dollars internationaux soit 8,8 % du PIB mondial pour l'Allemagne et 232 milliards de dollars internationaux soit 8,6 % pour la Russie et vient de recouvrer son indépendance financière à l’égard de l’Europe de l’Ouest : en 1914, le capital russe contrôle 51 % de l’économie nationale contre 35 % en 1905.

La Première Guerre mondiale montre les faiblesses de cette économie qui ne parvient que très partiellement à passer en économie de guerre et qui voit l'inflation exploser.

La révolution russe et l'Union Soviétique entre 1917 et 1960[modifier | modifier le code]

La révolution russe de 1917 a conduit à l'instauration d'un nouvel État (l'Union soviétique) et à l'instauration d'un nouveau système économique, l'économie planifiée. Il a fallu pour cela vaincre la Contre-Révolution, organisée par les partisans du tsar, les Russes blancs, et l'intervention sur le sol russe des armées étrangères (dont celle de la France) de pays hostiles au communisme. Cette première transition économique, en plusieurs phases (le « communisme de guerre » jusqu'en 1921, la « Nouvelle politique économique » ou NEP jusqu'en 1928, puis la collectivisation, bureaucratique en l'espèce, et l'industrialisation) a été extrêmement coûteuse en termes économiques (recul du produit intérieur brut) et humains (millions de victimes de la collectivisation de l'agriculture sous Staline).

La mobilisation des ressources (niveau élevé d'investissement du fait des restrictions de la consommation, exode rural permettant le développement des industries) a ensuite permis un rattrapage économique et industriel certain : dans les années 1950-70, l'URSS a alors rivalisé avec les États-Unis, notamment dans le domaine militaire, tout en gardant un retard notable en termes de niveau de vie de la population.

L'Union Soviétique entre 1960 et 1991[modifier | modifier le code]

Cette croissance extensive étant par nature limitée (voir loi des rendements décroissants), la croissance soviétique a commencé à ralentir dans les années 1960, suscitant de nombreuses tentatives de réformes, sans remettre en cause le principe du rôle dirigeant du parti communiste et la propriété collective des moyens de productions. La perestroïka, engagée par Mikhaïl Gorbatchev, a constitué un tournant majeur. Les réformes économiques, censées initialement dynamiser l'économie sans modifier le régime, ont précipité l'éclatement de l'Union soviétique en 15 États et paralysé l'économie.

La Fédération de Russie sous Boris Eltsine[modifier | modifier le code]

La transition vers l'économie de marché est alors apparue inéluctable pour la Fédération russe née fin 1991. Deux approches économistes s'opposaient vis-à-vis des modalités de cette transition: d'une part, les partisans d'une thérapie de choc, qui prônaient la libéralisation rapide des prix et du commerce, des programmes de stabilisation de l'inflation et des privatisations massives; d'autre part, les institutionnalistes ou « gradualistes », prônant une transition plus progressive, qui libéraliserait l'économie et privatiserait le secteur public qu'à mesure que les institutions nécessaires au bon fonctionnement du marché se développeraient. Appuyés par les instances internationales (FMI, BERD, etc.), les partisans de la « thérapie de choc » (Jeffrey Sachs, etc.), l'emportèrent.

À partir de 1992, la Russie privatisa massivement, la thérapie de choc étant mise en œuvre de façon complète à partir de 1994: à cette époque, plus de 50 % du secteur public (112 625 entreprises d'État) avaient été privatisées[8].

Dans un contexte de privatisations hâtives et d'inflation persistante, la transition s'est d'abord traduite par une quasi-division par deux du produit intérieur brut, ce qui a fait naître des controverses sur le rôle joué par le Fonds monétaire international (FMI) [9]. Le chômage, qui s'élevait à moins de 0,1 % de la population active au début des années 1990, a grimpé à 0,8 % en 1992 et jusqu'à 7,5 % en 1994[8], quatre fois plus vite qu'en Biélorussie (0,5 % en 1992 et 2,1 % en 1994), qui a adopté une méthode plus graduelle de libéralisation[8]. Dans le même temps, souligne une étude comparative entre pays post-communistes du Lancet (2009), le taux de mortalité augmenta quatre fois plus vite en Russie qu'en Biélorussie[8]. L'étude constate une corrélation entre les privatisations massives et rapides et l'augmentation du chômage, et entre celle-ci et l'augmentation des taux de mortalité[8]. Elle attribue ainsi une augmentation de plus de 18 % de la mortalité en Russie attribuable aux privatisations massives (et au chômage conséquent, menant entre autres à un accès difficile aux soins, à l'augmentation de l'alcoolisme et de comportements alcooliques dangereux - ingestion de substances toxiques - etc.[8]) ; tandis qu'en Biélorussie, l'augmentation du taux de mortalité attribuable aux privatisations, plus progressives, aurait été de 7,7 % [8]. L'étude avance en outre le rôle important du capital social (appartenance à une association, un syndicat, une Église, une organisation politique ou sportive, etc.) pour la santé, ce qui expliquerait notamment l'impact beaucoup moins grand de la thérapie de choc en République tchèque sur la santé publique qu'en Russie[8]. Enfin, l'étude observe que « la stratégie de privatisation, et en particulier de rapides privatisations de masse, modifiait l'effet des privatisations sur les taux de mortalité » [8].

La dépression économique a culminé avec la crise financière de 1998, marquée une dévaluation brutale du rouble et un défaut sur la dette russe (les GKO notamment). La hausse des prix du pétrole et les réformes économiques engagées par Vladimir Poutine à partir de 1999 ont favorisé également ce rebond.

La reprise économique de la Russie sous Vladimir Poutine et actuelle[modifier | modifier le code]

Entre 1999 et 2005, la Russie a connu une croissance économique moyenne supérieure à 6,7 %. Grâce aux prix de plus en plus élevés de l'énergie qui assure une rente en devise, la demande intérieure se développe rapidement et une croissance du PIB de l'ordre de 6 à 8 % par an se maintient jusqu'en 2008.

En 2007, le FMI tablait sur le maintien de la croissance russe dans les années à venir[10]. Cependant, la crise économique mondiale née aux États-Unis en 2008, a entraîné une courte période de récession (-7,8% en 2009), avant un retour de la croissance l'année suivante (+4% en 2010).

La croissance du PIB de la Fédération de Russie[modifier | modifier le code]

Croissance du PIB russe (source : FMI et Institut fédéral des statistiques russes) :

1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012(prévisions) 2013(prévisions) 2014(prévisions)
1,4 - 5,3 6,5 10,0 5,1 4,7 7,3 7,2 6,4 8,2 8,5 5,6 -7,8 4,0 4,8 5,7 8,9 6,4(OCDE)

Statistiques[modifier | modifier le code]

PIB par habitant en 2011 (ONU)[11] :
  •      Russie (13 006 $)
  •      PIB par habitant supérieur à celui de la Russie
  •      PIB par habitant inférieur à celui de la Russie

Après une baisse brutale de son PIB durant les années 1990, celui-ci est revenu en 2005 à son niveau proche de 1990 en grande partie grâce à la hausse des prix des matières premières dont la Russie est le plus grand exportateur.

Évaluer le niveau de vie des Russes[modifier | modifier le code]

Les indicateurs de niveau de vie situent généralement la Russie parmi les pays à haut niveau de vie. La transition de l'économie russe, caractérisée par la terrible crise économique et sociale des années 1990, s'est accompagnée de la paupérisation d'une partie de la population, au profit d'une minorité proche du pouvoir, qui a largement bénéficié de la privatisation de l'économie. La pauvreté a culminé en 1998, et s'est en partie réduite depuis. Mais les crises économiques comme celle de 2009, démontrent la fragilité de la situation de ceux que l'on dit appartenir aux classes moyennes. Fin 2013, selon Sergueï Javoronkov, expert en chef de l'Institut de politique économique Gaïdar, les revenus par habitant en Russie dépasseraient les évaluations de la Banque mondiale et se chiffreraient en fait à 18,000 dollars[12].

La population vivant sous le seuil de pauvreté[modifier | modifier le code]

La part de la population vivant sous le seuil officiel de pauvreté russe était de 15,8 % en 2008. Dans le même temps, les inégalités se sont sensiblement accrues, du fait notamment du mode de privatisation, mais aussi du fait de la disparition progressive des transferts sociaux et des équipements publics. Toutefois, les Russes des campagnes ou des banlieues ont pour tradition de cultiver et de stocker en bocaux une grosse partie de leur alimentation, ainsi que du bois de chauffe. Ce vieux réflexe leur permet de traverser des épreuves économiques difficiles dans un climat généralement rigoureux.

La classe moyenne[modifier | modifier le code]

Le maintien d'une croissance économique dynamique a permis la naissance et l'établissement d'une classe moyenne dont l'effectif est croissant. C'est une classe de consommateurs, d'automobiles importés, puis de plus en plus produits sur place.

  • L'exemple de la consommation d'automobiles: Le consommateur russe, traditionnellement sous-équipé en automobiles, s'équipe progressivement.
    • En 2007, 280 000 voitures étaient achetées: surtout des modèles asiatiques, Japonaises (35 %), Coréennes (20 %) et désormais Chinoises (3 %); les Européennes (23 %) et Américaines (20 %) semblent moins demandées. Les marques russes sont de plus en plus dynamiques, et bénéficient de transferts technologiques (AvtoVaz-Lada et Renault par exemple).

Déséquilibres régionaux[modifier | modifier le code]

Il existe de fortes différences de taille et de richesse entre les régions russes.

Moscou et sa périphérie (oblast de Moscou) représentent à elles seules un quart du produit national brut, selon les statistiques officielles.

Les régions pétrolières et gazières (oblast de Tioumen) figurent également parmi les plus riches, tandis que le Caucase enregistre les plus faibles niveaux de richesse par habitant.

Structure économique[modifier | modifier le code]

L'économie russe a été largement privatisée dans les années 1990. L’État russe se veut libéral privilégiant la capacité de fondation de groupes puissants par des « oligarques », anciens officiers soviétiques ou jeunes entrepreneurs rapidement enrichis. En fait, l'État russe a développé sous la présidence de Poutine une capacité d'intervention dans les groupes jugés stratégiques, mais cela s'assimile plus à la volonté nationaliste de rendre sa puissance au pays qu'un retour au socialisme. Ni libéralisme, ni socialisme, le système russe est original, semi-démocratique ou semi-autoritaire.

En 2008, le ministre du Budget Alexandre Koudrine reste un libéral orthodoxe tandis que l'économiste Alexandre Zakharov, du groupe financier Metropol, parle du soutien russe aux entreprises lors du krach boursier non comme d'une renationalisation de velours, mais d'un soutien au marché[13]. Le kremlin a donc décidé d'investir 10 milliards de dollars pour soutenir les sociétés très endettées des oligarques[14].

En termes de population active comme de produit intérieur brut, les services dominent de plus en plus dans la structure de l'économie, mais le poids des ressources naturelles est très élevé.

Secteur primaire: agriculture, pêche, énergie, mines[modifier | modifier le code]

La Russie pourrait, à long terme, bénéficier du réchauffement climatique qui permettrait d'étendre ses espaces cultivables sur son immense territoire.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Agriculture en Russie.

L'agriculture russe a connu en quinze ans deux évolutions majeures. D'abord, les kolkhozes (fermes collectives) et les sovkhozes (fermes d'État) de l'époque soviétique ont été transformés en entreprises privées, collectives ou individuelles. La seconde évolution touche la propriété de la terre, qui est désormais possible.

Les conditions climatiques de la Fédération ne lui permettent une mise en culture de ses terres que sur une période relativement courte. La dimension de sa surface agricole utile et le facteur climatique permettent sans doute d'expliquer que son agriculture soit extensive plutôt qu'intensive comme c'est le cas en Europe occidentale.

Avec plus de 200 millions d'hectares de terres cultivables, la Russie est un des principaux producteurs mondiaux de céréales et de pommes de terre. La production agricole russe, après avoir baissé fortement de 1992 à 1998, croît faiblement depuis 1999 ; mais grâce à la plus grande efficacité de la distribution et aux importations, la Russie ne connaît plus les pénuries alimentaires de l'époque soviétique.

Production agricole en 2005 (source Rosstat) - en millions de tonnes :

Blé Betterave Pomme de terre Légumes Lait Orge
78,2 21,4 37,3 15,2 31,0 15,8
78,6 30,9 38,6 15,6 31,4 18,2

Énergie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Énergie en Russie.
Production d'énergie en Russie en 2009 (données : AIE)

La Russie est riche en ressources énergétiques. Elle possède les plus grandes réserves de gaz naturel du monde (32 % des réserves prouvées, 23 % des réserves probables), ainsi que les deuxièmes plus grandes réserves de charbon (10 % des réserves prouvées, 14 % des réserves probables), les huitièmes pour le pétrole (12 % des réserves prouvées, 42 % des réserves probables), et 8 % des réserves prouvées d'uranium[15].

La production d'énergie de la Russie atteignait en 2011[16] un total de 1,31 milliards de Tep, dont plus de 80 % réparti entre le pétrole (39 %) et le gaz naturel (42 %), 14 % pour le charbon ; le nucléaire (3,5 %) et les énergies renouvelables pèsent peu à côté de ces mastodontes, bien que la Russie compte plusieurs centrales hydroélectriques et nucléaires parmi les plus puissantes du monde.

La Russie était en 2012 le 2e producteur de pétrole et de gaz naturel du monde, 6e pour le charbon, 3e producteur d'électricité nucléaire en 2011 et 5e pour l'hydroélectricité[17].

Une part importante (45,6 %) de cette énorme production est exportée : 48 % du pétrole, 30 % du gaz naturel et 45 % du charbon ; la Russie était en 2011 le 2e exportateur de pétrole du monde et en 2012 le 1er exportateur de gaz naturel et le 4e de charbon. De ce fait, la consommation d'énergie primaire (approvisionnement net, après déduction du solde exportateur et des variations de stocks) est de 731 millions de Tep seulement ; dans cet approvisionnement, les parts des différentes énergies sont très différente : le gaz est majoritaire à lui seul : 54 %, le pétrole pèse 22 %, après déduction de la part exportée sous forme de produits raffinés, le charbon est à 16 % et le nucléaire a une part non négligeable : 6,2 %[16].

La consommation d'énergie de la Russie est très élevée : 5,15 Tep par habitant en 2011 (France : 3,88) et les émissions de gaz à effet de serre de la Russie étaient de 11,65 tonnes de CO2 par habitant (France : 5,04 tCO2/hab ; États-Unis : 16,94 tCO2/hab ; Chine : 5,92 tCO2/hab)[17].

La puissance du secteur des hydrocarbures[modifier | modifier le code]

La Russie est le premier producteur mondial de pétrole[18] et le deuxième de gaz naturel. Ces ressources sont parfois difficilement accessibles, car situées en particulier au nord de l'Oural et en Sibérie. Les régions pétrolières du pays sont parmi les plus riches du monde, avec en particulier un tiers des réserves mondiales de gaz naturel. Les gisements de la région de Yamal (District des Yamalo-Nenets) atteindrait 10 000 milliards de mètres cubes, ce qui est énorme, mais il s'agit du Grand Nord et les conditions d'exploitation sont coûteuses et difficiles.

Actuellement, l'économie russe se diversifie rapidement, mais il est vrai que l'extraction des hydrocarbures est et restera longtemps une source essentielle et stratégique de devises. Il est certain que l'Europe, en particulier, est dépendante des ressources russes en gaz naturel; cependant, il est tout aussi vrai que la Fédération de Russie se retrouve sous la dépendance de ses riches clients d'Europe de l'Ouest. Les difficultés du système financier et économique russe lors des graves difficultés du système financier mondial, ainsi que la baisse des cours des hydrocarbures, est un danger car le secteur des pétroles et des gaz représente à l'automne 2008 40 % du PIB, 70 % des exportations et surtout 35 % du budget fédéral qui n'est équilibré que lorsque les cours du pétrole dépassent 70 dollars. Cela signifie que, structurellement, des cours élevés du pétrole et du gaz naturel signifient la prospérité facile, tandis qu'un effondrement des cours comme c'est le cas lors de la crise de 2008 est un drame national qui remet en question tous les programmes d'investissements[19].

  • Le groupe Gazprom est un géant du secteur des hydrocarbures, contrôlant 94 % de la production russe de gaz naturel ; c'est également un important producteur de pétrole. Dans le peloton de tête des plus grandes transnationales du monde au classement des capitalisations boursières, Gazprom est essentiel pour l’État fédéral, réglant chaque année 25 % du total des recettes fiscales du pays. Le groupe est également présent dans de nombreux secteurs, il détient par exemple le monopole du transport du gaz du Turkménistan et de l'Ouzbékistan, deux anciennes républiques soviétiques[20]. Exportations de gaz naturel en 2006, par le Groupe Gazprom, en milliards de mètres cubes[21]
Ukraine Allemagne Italie Bélarus Turquie France Hongrie Royaume-Uni Pologne République tchèque
59 34,4 22,1 20,5 19,9 10 8,8 8,7 7,7 7,4
  • Plusieurs grands groupes se partagent le secteur de la production pétrolière.
    • Rosneft, principal groupe pétrolier. C'est un groupe puissant mais fragilisé par un endettement de 22 milliards de dollars, à la suite de l'acquisition d'une partie du patrimoine de l'ancienne compagnie Ioukos[22].
    • Loukoil, 2e producteur russe.
    • TNK-BP, coentreprise russo-britannique, 3e producteur russe.
    • Sibneft, le 4e producteur, est une filiale du groupe Gazprom, qui détient 74 % du capital en 2006[20].

Lors de la crise boursière de 2008, le cours des actions Gazprom, comme ceux de groupes russes exploitant les hydrocarbures, se sont effondrés rapidement, montrant la fragilité inquiétante des conglomérat. Les investissements s'en trouvent durablement compromis, en particulier la recherche de nouveaux gisements pétroliers destinés à augmenter la production. Ces investissements sont de toute façon restés trop faibles, évaluables à moins de 1 % des revenus de l'or noire à l'époque des cours élevés. En fait, l'édifice s'est construit sur un pari dangereux: la persistance structurelle de cours très élevés, ce qui était très imprudent. Il est vrai que la baisse, pour beaucoup d'économiste, ne durera que le temps de la crise et donc de la baisse de la consommation mondiale[23].

L'incroyable richesse potentielle du sous-sol[modifier | modifier le code]

les richesses du sous-sol de la Fédération de Russie sont aussi variées qu'importantes en volume. Elles sont exploitées par des groupes dont l'importance est jugée comme stratégique par le Kremlin.

  • Le groupe Rusal, géant du secteur de l'aluminium, est une propriété de l'oligarque Oleg Deripaska, réputé très proche du pouvoir. Le groupe Rusal possède depuis avril 2008 plus du quart du capital du géant Norilsk Nickel[24]. Le groupe américain Alcoa est, en décembre 2008, le premier producteur mondial d'aluminium (Acquisition du producteur norvégien Elkem Aluminium, la capacité d production atteignant désormais 4,7 millions de tonnes) juste devant Rusal (4,2 millions de tonnes)[25].
  • Le groupe Norilsk Nickel (NN) est spécialisé dans l'exploitation et la transformation du nickel, du palladium dans la région de Norilsk. Il produit également de l'or, du platine, du cuivre (3 %) et du cobalt (10 %). Norilsk Nickel est de loin le premier producteur mondial du nickel (20 %) et du palladium (75 %), et le principal producteur d'or de la Russie. Il est classé parmi les quatre principaux producteurs mondiaux de platine et un des dix premiers producteurs de cuivre. C'est un groupe monopolistique puisqu'il produit 96 % du nickel, 55 % du cuivre et 95 % du cobalt de la Russie. Depuis 2007, il contrôle 90 % du capital de LionOre, un producteur de nickel canadien. Le président du conseil d'administration, en décembre 2008, est Alexander Voloshin, ancien chef de cabinet des présidents Boris Eltsine et Vladimir Poutine, un homme proche du Kremlin[26].

Un géant de la production de bois[modifier | modifier le code]

La Russie dispose d'un quart des réserves de bois du monde[27]. Elle est le premier pays exportateur et le secteur représente 4,3 % du PIB russe[27]. De vastes forêts étant localisées à proximité du fleuve Amour, et donc de la Mandchourie chinoise, la Chine est un client essentiel et presque naturel pour la filière bois de la Sibérie. Hélas, les exportations déclarées en volume et en valeur s'accompagnent d'importantes quantités de bois clandestin.

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

La Russie a hérité de l'Union soviétique un socle industriel très important, mais vieilli, avec une très faible proportion de petites entreprises et quelques secteurs de pointe, notamment dans son complexe militaro-industriel. La transition a toutefois fait naître un grand nombre d'entreprises dynamiques, gérées de façon moderne, par exemple dans l'industrie agro-alimentaire ou les télécommunications, en particulier grâce au concours d'investisseurs étrangers.

Les industries de transformation des matières premières[modifier | modifier le code]

La sidérurgie[modifier | modifier le code]

La Sidérurgie en Russie est mal en point et peu compétitive. Ce n'est que l’héritage abandonné de l’époque stalinienne.

Le dynamisme du secteur du BTP[modifier | modifier le code]

L'industrie automobile[modifier | modifier le code]

Le secteur de la production de véhicules est de plus en plus dynamique. Il bénéficie de la capacité d'investissement de la classe moyenne. De plus en plus d'usines étrangères ouvrent en Russie; les marques locales se modernisent; les capacités d'importations restent fortes (En particulier, de véhicules asiatiques par le port de Vladivostok). En 2006, 75 % des véhicules étaient importés; en 2007, le chiffre était de 62 %.

  • Les constructeurs locaux sont des entreprises héritées de l'époque soviétique, qui bénéficient de transferts technologiques occidentaux.
    • Le premier constructeur russe est le groupe AvtoVAZ, dont la marque Lada, avec 70 % de la production nationale. Le siège de l'entreprise se trouve à Togliatti, le Détroit de la Russie, à une centaine de kilomètres de Samara. En 2006, le groupe AvtoVAZ représentait 120000 salariés[28].
    • Les autres constructeurs sont les groupes Gaz et Moskvitch.

Le complexe militaro-industriel[modifier | modifier le code]

Les armes produites, comme, le Su-27, commercialisé par l'agence Rosoboronexport ont un grand succès à l'exportation. La technologie russe, à la fois solide et fiable, dispose d'une bonne réputation dans des domaines aussi variés que l'aviation, les blindés, les frégates, ou d'excellents systèmes de DCA. L'État russe garde un regard insistant sur le puissant complexe militaro-industriel, secteur stratégique s'il en est. Il bénéficie de la volonté affirmée de refonder une armée au meilleur niveau technologique et de poursuivre et développer des capacités d'exportation qui en font des grands groupes russes des leaders redoutables dans les domaines de l'aviation, des missiles, etc.

  • Le groupe Rostekhnologuii possède ainsi plus de 400 filiales dans les domaines de l'armement et des matières premières stratégiques.

Les industries et technologies de l'air et de l'espace[modifier | modifier le code]

L'agroalimentaire[modifier | modifier le code]

La crise de 1998 entraîna une chute spectaculaire des importations de produits agricoles et une remontée des prix, ce qui favorisa une hausse constante de la production depuis 1999 (plus de 4,5 % de 2007 à 2008 - source Rosstat) . Le secteur agro-industriel représente 11 % de la production industrielle de la Russie et emploie près de 1,5 million de salariés.

Au niveau fédéral, l'objectif est de développer une autosuffisance agricole en limitant les importations avec le développement d'une politique protectionniste par l'augmentation des taxes douanières, en modernisant l'agriculture et en développant l'industrie agro-alimentaire. Dans ce but, une entreprise d’État, Rosagroleasing a été créée et fournit en crédit-bail du matériel agricole tandis que la banque Rosselkhozbank soutient le crédit envers les exploitations agricoles et les industries agro-alimentaires, qui aident aussi directement les exploitants à se moderniser afin de faire baisser les coûts de production. La crise et la transition économique qui suivirent la chute de l'URSS, entraînèrent dans un premier temps un morcellement du secteur agro-industriel qui fut rapidement privatisé. Depuis le secteur est rentré dans un processus logique de concentration industrielle[29]. On peut citer les groupes :

  • Wimm Bill Dann : WBD Foods qui est un des leaders de l'agro-alimentaire russe, en particulier dans le secteur laitier.
  • Lebedyansky : Leader dans le secteur du jus de fruit.
  • Baltika : Leader sur le marché de la bière en Russie avec plus de 37 % de part de marché.

Plus favorable aux investissements que l'agriculture elle-même car plus rapidement rentable, le secteur a bénéficié de l'investissement étranger. Le groupe Danone s'est implanté dans la région de Moscou. Le groupe néerlandais Campina a fait de même avec une nouvelle installation de laiterie à Stoupino (dans la région de Moscou) en 2000, et connaît une croissance exceptionnelle dans les produits laitiers dérivés comme le yaourt (premier fournisseur de yaourts fruités sur le marché russe[30]).

Le luxe[modifier | modifier le code]

La tertiarisation de l'économie[modifier | modifier le code]

Les ports de commerce[modifier | modifier le code]

  • Le port de Saint-Pétersbourg, localisé au fond du golfe de Finlande, est un espace consacré à la production industrielle et aux activités d'import-export. Port essentiel pour la Russie, Saint-Pétersbourg contrôle 30 % des exportations et 25 % des importations russes en valeur. En 2005, c'est une société anonyme dont le capital est contrôlé à 20 % par l'État fédéral, à 28,79 % par la municipalité de Saint-Pétersbourg, et à 48,79 % par le groupe Novolipetsk. Cette année-là, les activités du port atteignaient 51 millions de tonnes, en hausse de 19 % par rapport à l'année précédente[31].

Les transports aériens[modifier | modifier le code]

Le secteur du transport aérien est partagé entre 2 groupes importants, que le kremlin espère regrouper en un seul groupe plus solide depuis quelques années. La crise économique de 2008 semble accélérer le processus d'intégration[32]. Le nombre de passagers aériens a été divisé par 3 depuis la fin de l'URSS. Il ne remonte que lentement, en raison du coût considérable des vols, et de la raréfaction des subventions publiques.

  • Le transporteur historique, fondé en 1923, est la compagnie nationale Aeroflot dont l’État russe détient 51 % du capital et qui a survécu à la chute de l'URSS. Mais cette compagnie, qui desservait près de 100 États sur tous les continents, est devenue une compagnie dont le réseau est centrée sur l'Eurasie (moins de 50 États desservis). Les avions d'Aeroflot ont transporté 8,16 millions de passagers en 2007, plus de 10 millions en comptant les filiales. Au 30 septembre 2008, la compagnie exploitait 149 avions, 72 avions russes, 40 Airbus, 29 Boeing et 8 avions cargos. (Chiffre d'affaires pour 2007: 3,8 milliards de dollars).
  • Sibir (ou S7 Airlines), une ancienne filiale régionale d'Aeroflot à l'époque de l'URSS, a été privatisé en 1992. L'État russe détient cependant 25 % du capital de Sibir, face à les actionnaires majoritaires, le directeur général Vladislav Filev et son épouse (63 % du capital). C'est la principale compagnie russe de vols intérieurs, elle a transporté 5,7 millions de passagers en 2007. En 2007, Sibir possédait 66 avions, 36 avions russes, 21 Airbus dont 5 anciens A 310 et 7 Boeing. (Chiffre d'affaires: 755 millions d'euros).
  • Le nouveau groupe public Russian Airlines, fondé en 2008, entend aider financièrement et encourager la fusion de 11 compagnies russes de transport aérien: Aeroflot, Transaero… mais pas encore Sibir.
  • Le plus important aéroport de la Fédération de Russie est Cheremetyevo, à une trentaine de kilomètres au Nord de Moscou. C'est une société anonyme dont le principal actionnaire est le groupe MASH. En 2004, le trafic a dépassé 12 millions de voyageurs[33].

La grande distribution[modifier | modifier le code]

En pleine croissance depuis les années Poutine, le secteur de la grande distribution et un secteur qui permet aux nouveaux riches et à la classe moyenne de montrer un niveau de vie comparable aux standards occidentaux.

  • Le géant du secteur est le groupe Magnit, dont le siège social se trouve à Krasnodar. En octobre 2008, il détenait 2405 supermarchés en Russie dans plus de 700 localités, avec 55000 employés en 2008[34].

Les banques et la finance[modifier | modifier le code]

Les banques[modifier | modifier le code]

Le système bancaire russe est intégré au réseau des grandes entreprises contrôlées par les oligarques proches du pouvoir. Souvent très récentes, ces banques souffrirent considérablement lors de la grande crise boursière de 2008[35].

  • Les banques russes sont nombreuses : OuralSib, TrustBank, VTB, Sberbank, Rosselkozbank, et bien d'autres. Le système bancaire est donc complexe et fragile ; des fusions et des prises de participations croissantes de l'État sont prévisibles à moyen terme.
  • La VEB est la banque publique de développement.
  • Le groupe Gazprom contrôle une des principales banques russes, sa filiale Gazprombank[20].
  • Les banques d'investissement sont dynamiques, par exemple Troïka Dialog.
La place boursière de Moscou[modifier | modifier le code]

La Bourse de Moscou a connu un dynamisme impressionnant, comme la plupart des places émergentes ; elle bénéficiait en particulier de sa localisation (comme Shanghai sans doute) dans une ville appelée à devenir un centre essentiel de la mondialisation, une ville mondiale. L'indice de référence MICEX rassemble les 50 plus grandes valeurs russes, pour une base 100 au 1er septembre 1995. En mai 2008, l'indice RTS atteignait 2500 points.

La crise financière mondiale a durement touché le marché financier russe, ainsi que le déficit d'image de la Russie à la suite du conflit géorgien de l'été 2008. Le développement de la crise sous la forme d'un krach a entraîné une dégringolade spectaculaire de l'indice et donc de la capitalisation boursière, aggravée par la baisse des cours des matières premières due à la baisse de la consommation mondiale en temps de crise et la tentation du peuple russe, échaudé par des décennies de difficultés matérielles, de vendre des actions jugées volatiles pour privilégier des achats sécuritaires de dollars et de métaux précieux. Les efforts du Président Medvedev pour rassurer le marché se sont avérés peu efficaces. Au début septembre 2008, l'indice RTS était tombé à moins de 1300 points[36].

La crise peut n'être que passagère car les indicateurs fondamentaux restent bons : l’État russe n'est pas endetté, ce qui est rare ; la banque centrale était encore riche, vers le 10 septembre 2008, de 573 milliards de dollars de réserve. Par contre, l'inflation dépassant 12 % en 2008 reste une écharde dans le système économique russe toujours assez opaque. Elle tombe à 6,6% en 2012[4].

De la finance aux télécommunications[modifier | modifier le code]
  • L'Alfa Group Consortium est un des principaux groupes industriels et financiers de la Russie. Propriété de l'oligarque Mikhail Fridman, il investit régulièrement dans la recherche d'hydrocarbures; ses domaines sont le management, l'assurance, le commerce international, les télécommunications, les médias et la haute technologie[37].

Une puissance exportatrice dans le secteur des matières premières[modifier | modifier le code]

Partenaires commerciaux[modifier | modifier le code]

La Chine est devenue le premier partenaire commercial de la Russie en février 2009. Le commerce entre les deux pays a atteint 58,8 milliards de dollars américains en 2008, et baissé de 31,8 % en 2009 pour arriver à 38,8 milliards sous l'effet de la crise financière planétaire, avant d'enregistrer une augmentation de 67,9 % en glissement annuel aux deux premiers mois de cette année, revenant au niveau d'avant la crise[38]. Au sein de l'Union européenne, l'Allemagne est le premier partenaire commercial, loin devant l'Italie et la France. La Russie est notamment le principal fournisseur d'énergie de l'Europe.

Les pays de l'ex-URSS représentent désormais moins du quart du commerce extérieur russe.

La balance commerciale russe est très excédentaire, du fait des exportations d'hydrocarbures et d'armement, même si la tendance s'infléchit lors de la crise financière de 2008.

Exportations[modifier | modifier le code]

Produits d'Exportation Russes Treemap par Produit (2012) á patir de Harvard Atlas of Economic Complexity




Les exportations russes ont progressé à un rythme rapide ces dernières années du fait de la hausse des cours du pétrole.

La Russie exporte avant tout des matières premières, et notamment du pétrole, du gaz et des métaux pour près de 80 %. Les produits provenant de la pêche en Russie fournissent le quart des marchés mondiaux.

La Russie exporte par ailleurs des produits manufacturés sur les marchés proches ainsi que des armements (notamment en Chine et en Inde), dont elle est le premier exportateur mondial.

Selon l'OMC, la Russie figure au 14e rang mondial des exportateurs en 2004, au 13e rang en 2006, à la 8e place si les échanges intérieurs de l'Union Européenne ne sont pas pris en compte.

Importations[modifier | modifier le code]

Malgré une ouverture importante dans les années 1990, la Russie est un marché avec des barrières commerciales plus importantes que dans les autres pays industrialisés.

Les importations de biens de consommation et de produits agro-alimentaires dominent dans les achats de la Russie.

La Russie a importé de l'Union européenne en 2004, 205 000 tonnes de volaille, 227 300 tonnes de porc et 331 800 tonnes de bœuf. L'administration russe exige depuis le 1er juin un certificat unifié au niveau de l'UE.

Une économie dominée par les exportations de matières premières ?[modifier | modifier le code]

Les principales entreprises russes, par la capitalisation boursière, sont celles du secteur énergétique, notamment le géant gazier Gazprom, détenu en majorité par l'État, les majors pétroliers Rosneft et Lukoil, ainsi que celles du secteur métallurgique, comme Norilsk Nickel et Severstal.

Accords économiques[modifier | modifier le code]

12 États issus de l'URSS, dont la Russie, ont institué à partir de 1991 la Communauté des États indépendants ou CEI. Il s'agissait pour la Russie de créer une sorte de Commonwealth qui lui permette de conserver une sphère d'influence. Pour d'autres, comme l'Ukraine, il s'agissait surtout d'une organisation destinée à gérer le démantèlement de l'URSS. En pratique, la CEI constitue une structure assez lâche de coopération économique (multiples accords commerciaux bilatéraux) et politique. Des sous-ensembles se sont par ailleurs constitués, comme l'Union de la Russie et de la Biélorussie, qui comporte une union douanière, ou la Communauté économique eurasienne.

La Russie et l'Union européenne ont signé un accord de partenariat et de coopération en 1997. Les relations entre la Russie et l'UE sont dominées par la problématique énergétique, l'Union européenne étant le premier client de la Russie, et la Russie le premier fournisseur de l’Union : les tensions entre l'Ukraine et la Russie en janvier 2006 et en janvier 2009 ont mis en relief cette interdépendance, et les préoccupations de sécurité énergétique qui en résultent pour plusieurs pays européens.

La Russie est membre depuis le 22 août 2012 de l'OMC.

La Russie fait partie de la Coopération Économique Asie Pacifique (APEC).

Par ailleurs, la Russie a conclu l'Association d'affaires Canada-Russie-Eurasie (AACRE).

Monnaie et inflation[modifier | modifier le code]

Le rouble russe a connu un parcours chaotique depuis 1992, avec notamment une très forte dépréciation au moment de la crise financière de 1998. Ensuite, pendant plus de 10 ans son taux de change fut relativement stable par rapport au dollar et à l'euro avant d'entamer une forte dépréciation au début de 2009 (passant de 26 à 32 RUB/USD), une conséquence de baisse des prix d'hydrocarbures dont la Russie et l'un des principaux exportateurs et de la crise économique. Un euro équivaut à environ 42,4 roubles le 15 janvier 2009.

Le 1er juillet 2006, à la suite de la suppression en Russie des dernières limitations au change et aux mouvements des capitaux, le rouble est devenu une devise pleinement convertible.

Les excédents de la balance commerciale ont provoqué une progression spectaculaire des réserves de la Banque centrale et entretiennent dans ce contexte une inflation, qui demeure supérieure à 10 % en 2005 mais tend à diminuer depuis 2002 (sauf après 2007). La lutte contre l'inflation est qualifiée par V. Poutine d'une des tâches principales du ministère des Finances, l'objectif étant d'arriver à un taux de 4 à 6 %. En 2011, le taux d'inflation est tombé à 6,1%, ce qui constitue le taux le plus bas depuis 1991[39].

Taux d'inflation annuel en Russie : (Source : Rosstat et Chambre de Commerce et d'industrie franco-russe)[40],[4]

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2011 2012
15,1 % 12,0 % 11,7 % 10,9 % 9,0 % 11,9 % 13,3 % 6,1 % 6,6 %

Fonds de stabilisation[modifier | modifier le code]

Le Fonds de réserve de Russie et le Fonds de bien-être national de Russie, issues des recettes de vente d'hydrocarbures (anciennement, Fonds de stabilisation, créé en 2004) disposent ensemble, au 1er décembre 2008 d'une somme de 137,5 milliards d'euros (173,2 milliards de dollars US), ce qui en fait un 6e fonds souverain de la planète[41]. Le fond est utilisé comme levier d'aide financière exceptionnelle aux secteurs stratégiques et comme source de financement des projets d'intérêt fédéral (natsproekty).

Dette russe et soviétique[modifier | modifier le code]

La Russie a hérité de la dette et des avoirs de l'Union soviétique à la suite de l'éclatement de la dernière. Elle a poursuivi son endettement dans les années 1990, jusqu'à se retrouver dans une crise de paiements majeure en 1998. Cette dette ayant été restructurée et les cours élevés du pétrole aidant, la Russie commença à rembourser sa dette par anticipation dès le début des années 2000.

Le 21 août 2006 la Russie annonça avoir remboursé par anticipation l'intégralité de sa dette envers le Club de Paris après le versement d'une dernière tranche de 23,7 milliards de dollars, ce qui lui a permis de faire des économies substantielles sur les futurs intérêts.

Rôle de l’État[modifier | modifier le code]

Après une première phase de transition pendant laquelle l'État russe a été très affaibli, avec de nombreuses privatisations opérées dans des conditions opaques sous Boris Eltsine, l'État a retrouvé une position de premier plan en Russie avec Vladimir Poutine.

L’État russe a mis au pas certains hommes d'affaires (les oligarques) qui s'étaient enrichis au moment des privatisations (par exemple avec l'affaire Ioukos), et a regagné le contrôle des principales entreprises énergétiques du pays, notamment le principal producteur de gaz, Gazprom. Il détient par ailleurs la principale banque du pays, la Sberbank.

L’État russe reste marqué par un degré important d'interventionnisme, qui s'est sensiblement renforcé depuis le début des années 2000. L'économiste Jacques Sapir notait qu'"à l’échéance 2010, l’État russe pourrait contrôler directement ou indirectement entre 45% et 50% de l’industrie. On se situerait alors à un niveau proche de la France ou l’Italie, dans les années 1960 à 80. La proximité entre le « modèle étatique russe » actuel et celui de « l’État développeur » au Japon ou en Corée dans les années 1950 à 70 est aussi indubitable. Vladimir Poutine s’est ainsi fortement écarté du modèle néo-libéral qui domina de 1992 à 1998. Pour autant, il n’est nullement revenu vers le modèle soviétique"[42].

Le développement économique serait pénalisé par une forte corruption, même si les indicateurs retenus semblent biaisés : la Russie serait ainsi située, dans les classements internationaux, au même rang que certains pays africains, malgré de nombreuses arrestations spectaculaires, notamment en 2006 ceux de plusieurs fonctionnaires haut placés de la Procurature générale corrompus, ou encore de hauts gradés du ministère des Situations extraordinaires (MTchS). L'importance de l'économie informelle et de la mafia témoignent aussi de la faiblesse relative de l'État en Russie. La corruption comptait pour près de 30 % du PIB russe en 2009.

Selon l’hebdomadaire russe Nezavisimoye Voyennoye Obozreniye, une part de plus en plus importante du budget fédéral russe n'a pas d'affectations publiques : entre 2003 et 2006, la part du budget classifié serait ainsi passée de 36,2 % à 44 %. Une grande partie de ces fonds étant destinés aux forces armées de la fédération de Russie.

La corruption dans le monde: indice de corruption perçue

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://databank.worldbank.org/data/download/GDP.pdf
  2. http://siteresources.worldbank.org/DATASTATISTICS/Resources/GDP_PPP.pdf
  3. http://databank.worldbank.org/ddp/home.do?Step=12&id=4&CNO=2
  4. a, b et c http://www.ccifr.ru/fr/la-russie-a-la-loupe/la-russie-en-chiffre/
  5. MAIN SOCIO-ECONOMIC INDICATORS OF LIVING STANDARDS OF POPULATION
  6. http://fr.ria.ru/society/20140207/200412389.html
  7. Georges Sokoloff, Le Retard russe, Fayard,‎ 2014, 208 p.
  8. a, b, c, d, e, f, g, h et i David Stuckler, Lawrence King, Martin McKee, « Mass privatisation and the post-communist mortality crisis: a cross-national analysis », The Lancet, 2009; 373: 399–407 (Published Online; January 15, 2009; DOI:10.1016/S0140-6736(09)60005-2. Compte-rendu dans The Financial Times: Andrew Jack, Soviet sell-offs led to deaths, says study, 15 janvier 2009.
  9. Joseph Stiglitz, La grande désillusion, 2002
  10. "Russia's position is enviable, considering its rich resource base and well-educated population. With the right economic policies in place, the economic outlook will be exceptional.", FMI, juin 2007, cf. press release.
  11. National Accounts Main Aggregates Database, décembre 2012, United Nations Statistics Division.
  12. http://fr.ria.ru/presse_russe/20130708/198720416.html
  13. Le président russe tente de rassurer la Bourse en déroute, Le Figaro, 12/09/08, p. 26
  14. Les Echos, 31/10/08, p. 11
  15. (en) « Country Analysis Brief. Russia », Energy Information Administration,‎ avril 2007 (consulté le 2008-03-03)
  16. a et b (en)Russian Federation : Balances for 2011, site IEA consulté le 24 novembre 2013.
  17. a et b (en) [PDF] International Energy Agency (IEA) - Agence internationale de l’énergie Key World Energy Statistics 2013, consulté le 10 octobre 2013.
  18. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j-W0REn_l68tumgX88YXvF90VW3Q
  19. Les Echos, 29/10/08, p. 7
  20. a, b et c D'après Gazprom
  21. Groupe Gazprom pour l'AFP, 03/03/08
  22. Les Echos, 31/10/08 p. 11
  23. Avis de Vladimir Gorlov, professeur spécialisé dans les programmes de développement économique de la Sibérie. Les Echos, 29/10/08, p. 7
  24. Les Echos, 31/10/08, p. 11
  25. Les Échos, 24/12/08, p. 14
  26. Les ex-hiérarques du Kremlin renforcent leur emprise sur Norilsk Nckel, Les Échos, 29/12/08
  27. a et b Marie Jégo, « La Russie taxe ses exportations de bois pour développer son industrie » dans Le Monde du 31-08-2007, [lire en ligne]
  28. D'après http://www.vaz.ru/
  29. www.prnewswire.co.uk/cgi/news/release?id=147962
  30. référence, citation ou lien
  31. Chiffres Port de Saint-Pétersbourg
  32. Les Échos, 24/12/08, p. 17
  33. Site officiel http://www.sheremetyevo-airport.ru/
  34. http://www.magnit-info.ru
  35. Avis de Evgenii Gavrilenkov, économiste à Troïka Dialog, Les Echo, 29/10/08, p. 7
  36. Le président russe tente de rassurer la Bourse en déroute, Le Figaro, 12/09/08, p. 26
  37. Les Echos, 31/10/08, p. 11 ; et www.alfagroup.org/
  38. http://french.cri.cn/781/2010/03/21/402s214549.htm
  39. http://fr.ria.ru/business/20120110/192991818.html
  40. (ru) News.ru
  41. réf.
  42. http://russeurope.hypotheses.org/1750

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Joël Forthoffer, "Les chemins de fer en Russie", p. 371-382, Ellipses, Dir. Gabriel Wackermann, "La Russie", 2007
  • Banque Mondiale, Transition: the first ten years, 2002
  • François Benaroya, L' économie de la Russie, La Découverte, Repères, 2006
  • R.W. Davies, Soviet Economic Development from Lenin to Khrushchev, Cambridge University Press, 1998
  • Jacques Sapir, Le Chaos russe, La Découverte, 1996 (ISBN 2-7071-2570-9)
  • La Russie, Pierre Thorez (Dir), Sedes, 2007
  • Économie institutionnelle des transformations agraires en Russie, Vladimir Yefimov, L'Harmattan, 2003
  • Politiques agricoles des pays non membres de l'OCDE: Suivi et évaluation 2007, OECD Publishing, 2007
  • L'Agriculture russe - Du kolkhoze à l'hypermarché, Jean-Jacques Hervé, L'Harmattan, 2007

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]