Économie de la Serbie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Serbie
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie de la Serbie
La banque centrale

Monnaie Dinar serbe
Année fiscale calendaire
Organisations internationales ALECE et OCEMN
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 43,62 milliards $ (2010)
Produit intérieur brut en PPA 80,60 milliards $ (2010)
Rang pour le PIB en PPA
Croissance du PIB +3 % (2011)[1]
PIB par habitant en PPA 10 897 $ (2010)
PIB par secteur agriculture :
industrie :
services :
Inflation (IPC) 8,9 %
(octobre 2010)
Pop. sous le seuil de pauvreté 6,5 % (2007)
Indice de développement humain (IDH) 0.735 (2010)
Population active 3,26 millions (2008)
Population active par secteur agriculture :
industrie :
services :
Taux de chômage 19,2 % (avril 2010)
Principales industries
Commerce extérieur
Exportations 8,344 milliards $ (2009)
Biens exportés
Principaux clients
Importations 15,581 milliards $ (2009)
Biens importés
Principaux fournisseurs
Finances publiques
Dette publique 31,3 % du PIB (2009)
Dette extérieure
Recettes publiques 9,7 milliards $ (budget 2009)
Dépenses publiques 10,4 milliards $ (budget 2009)
Déficit public 4,8 %[A 1] du PIB (2009)
Aide au développement
Sources :
  1. Il s'agit en fait du déficit budgétaire (de l'État)

L'économie de la Serbie est basée principalement sur les services, qui représentent environ 63 % du PIB[2]. À la fin des années 1980, au début du processus de transition économique de l'économie planifiée à l'économie de marché, l'économie du pays avait une position favorable, mais elle a beaucoup souffert de la guerre et des sanctions économiques de l'ONU dans les années 1992-1995. Le bombardement par l'OTAN des infrastructures du pays en 1999 a également causé de sérieux dégâts. Après l'éviction de l'ancien président fédéral yougoslave Slobodan Milosevic en octobre 2000, le pays a accéléré sa libéralisation économique. Provoquant une croissance économique rapide, le PIB par habitant est passé de 1 160 $ en 2000 à 6 782 $ en 2008[3].

La Serbie est candidate à l'adhésion à l'Union européenne, son partenaire commercial le plus important. L'estimation du PIB (PPA) de la Serbie pour 2008 est de 78,83 milliards de dollars, soit 10 679 dollars par habitant (en PPA). Les principaux problèmes économiques sont le taux de chômage élevé (19,2 % en avril 2010)[4] et un important déficit commercial (7,2 milliards de dollars, 2009)[5]. La Serbie s'attend à des impulsions économiques fortes et à des taux de croissance élevés dans les années à venir si la crise n'intervient pas. Ces dernières années, la Serbie a connu une tendance de plus en plus rapide des investissements directs étrangers, y compris de nombreuses multinationales comme US Steel, Philip Morris, Microsoft, Fiat, Lukoil, Coca-Cola, Gazprom, Lafarge, Siemens[6],[7]. Par pays, la plupart des investissements de la période 2000-2007 provenaient d'entreprises autrichiennes (2,2 milliards de dollars), suivis par ceux de la Grèce (1,6 milliard de dollars), de la Norvège (1,6 milliard de dollars), et de l'Allemagne (1,4 milliard de dollars)[8]. Les entreprises de ces quatre pays représentent à elles seuls les deux tiers de tous les investissements effectués pendant cette période.

Les tendances macroéconomiques[modifier | modifier le code]

La croissance moyenne du PIB de la Serbie des dix dernières années était de 4,45 % par an[9].

PIB (projection et estimation à partir de 2010)
Année 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
PIB (en milliards USD) 8,7 11,5 15,3 19,8 23,8 25,3 29,7 39,9 50,0 42,4 44,59 47,03 51,11 55,84 61,11
Taux de croissance du PIB 4,5 % 4,8 % 4,2 % 2,5 % 8,2 % 6,0 % 5,6 % 7,1 % 5,6 % -4,0 % 1,9 % 3,0 % 5,0 % 5,5 % 5,5 %
PIB par habitant (USD) 1 160 1 536 2 036 2 640 3 186 3 408 4 009 5 387 6 781 5 742 6 029 6 345 6 883 7 504 8 196
PIB (PPA) par habitants 5 713 6 177 6 512 6 857 7 638 8 357 9 141 10 071 10 810 10 540 10 839 11 302 12 054 12 941 13 891
Source : FMI, octobre 2010[10]

Les principales industries serbes couvrent les métaux de base, les meubles, l'industrie alimentaire, les machines, l'l'industrie chimique, le sucre, les pneus, les vêtements et l'industrie pharmaceutique[11]. Les principaux produits d'exportation de la Serbie en 2009 ont été : le fer et l'acier (0,64 md $), les vêtements (0,53 md $), les céréales (0,47 md $), les légumes (0,45 md $), les métaux non ferreux (0,44 md $)[5]. Les principaux produits de l'agriculture serbe sont le blé, le maïs, la betterave sucrière, le tournesol, les framboises, la viande de bœuf, de porc et le lait[11]. La croissance moyenne de l'industrie serbe de 2000 à 2008 a été de 3,07 % par an[12].

Taux de croissance industrielle
Année 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Mines et carrières 8,1 -12,8 1,6 0,8 -0,7 2,1 3,5 -0,6 3,6
Fabrication 14,5 0,7 2,7 -4,6 9,6 -0,7 5,4 4,3 0,8
Électricité, gaz et eau 2,1 1,2 -1,7 2,3 0,1 6,6 2,2 2,8 1,8
Total de l'industrie 11,4 0,1 1,8 -3,0 7,1 0,8 4,7 3,7 1,1
Source 1 : Development bureau, Republic of Serbia[13]
Source 2 : Statistical office, Republic of Serbia[14]

Une économie ouverte aux investissements étrangers[modifier | modifier le code]

Selon un rapport du sénat français, « l'investissement européen et français dans l'économie serbe semble assez viable, et la croissance de la Serbie comme la progression du revenu annuel moyen soulignent le dynamisme du pays»[15]

La Serbie dispose de plans destinés à attirer les investisseurs étrangers. Le pays a des points forts, notamment :

  • le taux d'imposition sur les entreprises le plus faible d'Europe (10 % en moyenne)[16];
  • une économie en pleine croissance ;
  • une main-d'œuvre qualifiée (plus de la moitié des Serbes entrant dans le marché du travail parlent couramment anglais)[16], notamment dans les domaines techniques et scientifiques, où les ingénieurs serbes sont parmi les plus performants[17].
  • des subventions sont accordées aux investisseurs étrangers qui créent des emplois dans la recherche, le développement, la production et les services ;
  • les frais fixes pour les entreprises sont faibles contrairement à ceux d'autres pays d'Europe[16] ;
  • la Serbie est un pays prioritaire dans le plan d'Adetef, Groupement d'Intérêt Public qui coordonne l'action de coopération à l'étranger des ministères économiques et financiers[18].

Le 12 mai 2011, le gouvernement serbe a annoncé que les taxes et contributions sociales versées par les employeurs seront réduites pour favoriser la politique de l'emploi dans les années à venir[19].

Potentiel de la Serbie[modifier | modifier le code]

Selon Mark Dixon, PDG de Regus, « un certain nombre de facteurs – croissance du PIB supérieure aux attentes, candidature d’adhésion à l’Union européenne, engagement du gouvernement serbe à favoriser les investissements étrangers – fait naître une bonne dose d’optimisme quant au potentiel économique de la Serbie. D’ailleurs, les entreprises ne se font pas prier pour s’y implanter ou s’y développer, d’où une demande accrue de solutions de travail à la carte dans ce pays. »[20]

Les banques serbes ont un potentiel très intéressant pour les investisseurs selon le fond East Capital Balkan fund. En effet, aucune grande banque serbe n'a investi dans les subprimes ou le marché américain, ce qui explique leur bonne résistance à la crise de 2008. La plupart des produits financiers qu'elles vendent, essentiellement tournés vers le marché domestique mais aussi vers les moyennes entreprises, sont basiques mais stables[21]. De nombreuses grandes banques étrangères comme la Société générale ou la Commerzbank ont des succursales ou des filiales dans le pays. Le Crédit agricole est lui l'une des premières banques d'assurances du pays depuis 2007, et compte en Serbie fin 2011 environ 900 employés et 100 000 clients[22].

Début 2011, l'Agence pour les investissements étrangers en Serbie a révélé qu'une centaine d'entreprises étrangères seraient intéressées à investir dans le pays les années à venir[23].

Les Chinois sont eux aussi intéressés par le potentiel du pays. Ainsi, des banques chinoises vont financer en grande partie la construction d'un vaste pont sur le Danube, d'une valeur de 170 millions d'euros[24].

En 2008, FIAT a racheté pour la somme record de 700 millions d'euros 67 % du groupe automobile serbe Zastava à partir duquel a été créée la coentreprise Fiat Automobil Serbia avec l'État serbe[25].

Le grand groupe français M.. Bricolage a annoncé en 2009 qu'il allait investir 40 millions d'euros en Serbie[26]. Le groupe Swarovski a lui annoncé qu'il allait y ouvrir une usine[27].

En mai 2011, le groupe d'habillement Benetton a racheté l'importante compagnie de textiles Nitex[28], alors que le groupe SNC-Lavalin a décroché durant la même période un contrat de 215 millions d'euros pour la modernisation d'une fonderie de cuivre, qui devrait à terme produire 80 000 tonnes d'anodes de cuivre par an[29].

L'agriculture serbe est aussi très prometteuse, et les sanctions économiques des années 1990 ont été avantageuses dans ce domaine, car les pesticides ayant été à l'époque soumis au blocus, les terres agricoles serbes sont aujourd'hui plus propres que celles des pays voisins[30]. 0,3 % des terres arables serbes sont actuellement consacrées à l'agriculture bio, mais selon le ministère de l'agriculture, 75 % des terres peuvent être utilisées pour des cultures biologiques[30].

Politique d'élimination douanière[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

La Serbie pratique une politique d'élimination douanière avec la Russie depuis déjà plusieurs années. L'accord de libre-échange entre deux pays a été signé le 28 août 2000 (voir www.invest-export.irisnet.be/documents/16349/24447/Serbie+FR.pdf/498cabf8-7488-4a75-9bc9-7d8202254d86). L'ouverture du marché russe à la « petite Serbie » est une manne d'or, étant le seul pays d'Europe à bénéficier de cet accord. Toutes les marchandises produites en Serbie en accord avec les principes de l'OMC et touchées par l'accord de libre-échange pourront être vendues sur le marché russe sans aucune taxe. Le seul tarif douanier appliqué est l'enregistrement du droit de douane d'un montant de 1 %[31].

La liste des produits exclus de l'accord de libre-échange, est révisée chaque année. En avril 2009, le régime en franchise de droits a été étendue aux produits suivants: tous les médicaments, produits de confiserie, jus de pomme, bière de malt, vins de raisin frais, tous les savons, tous les vêtements de laine, les réfrigérateurs, les congélateurs et les appareils de réfrigération, machines à laver et à sécher, sièges en bois rembourrés, mobilier de bureau en bois, sacs de couchage, les draps et les produits similaires[32].

Principal exportation de la Serbie vers la Russie.
Type d'exportation en millions de $
Produit phramaceutique 61 millions de $[33]
produit plastique 54 millions de $[33]
Papier 44 millions de $[33]
Appareil de climatisation et de chauffage 33 millions de $[33]
Fruit 28 millions de $[33]

La Russie exporte en Serbie, du fromage, du pétrole, du gaz naturel et de l'aluminium[33].

Biélorussie[modifier | modifier le code]

La Serbie prévoit de signer le même accord avec la Biélorussie[34]

Union Européenne et autres pays[modifier | modifier le code]

L'accord commercial intérimaire signé entre la Serbie et l'Union européenne est entré en vigueur le 1er janvier 2010. Il permet à la Serbie l'exportation dans les pays de l'UE de tous les produits serbes sans frais de douane ni taxes, hormis ceux soumis à des quotas.(comme le vin et les produits de la pêche)[35];

La Serbie est également membre de l'Accord de libre-échange centre-européen qui permet le libre-échange entre la Serbie et la plupart des pays des Balkans[35].

Le pays dispose aussi d'un statut préférentiel dans son commerce avec les États-Unis. L'exporation sans franchise de produits serbes aux États-Unis est possible pour plus de 4560 produits[35].

Des accords de libre-échange ont également été signés entre la Serbie, le Kazakhstan et la Turquie[35].

Un accord pour la création d'une zone de libre-échange a également été signé avec l'Ukraine en novembre 2011[36].

Données économiques[modifier | modifier le code]

PIB à parité de pouvoir d'achat - PPP- (2006) 
47 milliards USD (FMI)
PIB à PPP par habitant (2006) 
5348 USD
Taux de croissance (2006) 
+ 5,8 %
Taux de chômage (2010) 
19,2 %
Taux d’inflation (2006) 
6,6 % ;
comptes publics 
excédent de 1 % du PIB en 2006
Balance des paiements courants 
déficit de 10,5 % du PIB en 2006 (taux de couverture commercial de 49 %)
Principaux clients 
Exportations de la Serbie (2009)
Principaux clients de la Serbie à l'exportation
Pays Part des exportations serbes
Italie 14 % de parts de marché
Bosnie-Herzégovine 12 %
Allemagne 10 %
A.R.Y. Macédoine 4,7 %
Russie 4,5 %
Croatie 4 %
France 3,8 %
Principaux fournisseurs 
Importations de la Serbie (2009)
Principaux fournisseurs de la Serbie à l'importation
Pays Part des importations serbes
Russie 16,5 %
Allemagne 9,5 %
Italie 8,3 %
Chine 5,6 %
France 3,5 %[ref_fournisseurs 1]
  1. 6e rang en septembre 2007
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB 
  • agriculture : 16,3 %
  • industrie : 31,8 %
  • services : 51,9 %
Exportations de la France vers la Serbie (2009) 
217 millions €
Importations françaises de Serbie (2009) 
150 millions €

Données sectorielles[modifier | modifier le code]

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Environ 65 % de la superficie totale de la Serbie sont constitués de terres arables et 80 % de ces terres étaient détenues par des propriétaires privés[37]. La région la plus fertile, qui forme également le centre de l'économie agricole du pays, est la plaine pannonienne, dans le nord de la province de Voïvodine. En 2010, cette économie agricole représentait environ 12,60 % du produit intérieur brut et, en 2009, employait environ 23,90 % de la population active[38]. Parmi les cultures principales, on peut citer la production de fruits rouges, notamment les framboises, dont la Serbie, avec 80 000 tonnes), est un des principaux exportateurs au monde ; le pays produit également du maïs, du blé, des betteraves sucrières, des pommes de terre, des prunes et des pommes[39]. La viticulture joue également un rôle important dans l'économie agricole du pays, notamment dans la région de la Fruška gora.

28,60 % des terres agricoles sont constituées de pâturages. On y élève des porcs (3 631 000 têtes en 2009), des ovins (1 647 000 têtes en 2009) et des bovins (1 002 000 têtes en 2009), notamment dans le sud-ouest du pays[37].

30 % de la superficie du pays est recouverte de forêts[39].

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

En 2009, le secteur secondaire représentait 22,60 % du produit intérieur brut et occupait 20,50 % de la population active[38]. La plupart des entreprises existantes ont été autrefois des entreprises publiques qui ont été progressivement privatisées à partir de 1997. Le secteur industriel en Serbie se caractérise par un nombre élevé de petites et moyennes entreprises.

Agroalimentaire[modifier | modifier le code]

En raison de la situation favorable de l'agriculture serbe, le secteur agroalimentaire est bien représenté, par exemple avec des sociétés comme Imlek, qui fabrique des produits laitiers[40] ou Soja protein qui fabrique des produits à base de soja[41]. De nombreuses sociétés travaillent dans le secteur de l'industrie sucrière, comme Crvenka fabrika šećera[42] ou dans le secteur des boissons, comme Vino župa qui fabrique des vins et des jus de fruits[43], BB Minaqua[44] et Voda Vrnjci[45] qui, entre autres, mettent en bouteilles de l'eau minérale ou BIP Beograd qui fabrique de la bière[46].

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Serbie renoue avec la croissance
  2. (en) « CIA world factbook » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  3. (en) « IMF World outlook database, octobre 2008 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  4. « http://www.mfin.gov.rs/UserFiles/File/tabele/maj/Tabela%201%20Osnovni%20indikatori%20makroekonomskih%20kretanja.pdf » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-11
  5. a et b http://webrzs.stat.gov.rs/axd/en/index1.php?SifraVesti=391&Link=
  6. (en) « SIEPA: Success stories »
  7. (en) « US embassy: private sector investments »
  8. (en) « National Bank of Serbia: FDI by country »
  9. http://www.imf.org/external/pubs/ft/weo/2008/02/weodata/weorept.aspx?pr.x=59&pr.y=17&sy=1997&ey=2013&scsm=1&ssd=1&sort=country&ds=.&br=1&c=942&s=NGDP_RPCH%2CNGDPD%2CNGDPDPC%2CPPPGDP%2CPPPPC%2CPCPIPCH%2CLP&grp=0&a=
  10. [1]
  11. a et b https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/ri.html
  12. http://webrzs.stat.gov.rs/axd//en/drugastrana.php?Sifra=0015&izbor=odel&tab=79
  13. « http://www.razvoj.gov.rs/English/SED_Indicators.htm » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-11
  14. [2]
  15. http://www.senat.fr/ga/ga61/ga6121.html
  16. a, b et c http://www.lemoci.com/Serbie/14-Modalites-d-implantation.htm
  17. http://www.amb-serbie.fr/?page=eco_investments&lang=fr
  18. http://www.adetef.fr/55_actu_serbie_mission.news
  19. http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/afp_00343723-serbie-le-gouvernement-baisse-les-taxes-et-charges-pour-stimuler-l-emploi.htm
  20. http://wellcom.fr/presse/regus/2011/02/le-dynamisme-economique-de-la-serbie-offre-de-nouvelles-perspectives-de-croissance-aux-entreprises-francaises/
  21. http://www.lefigaro.fr/sicav/2008/05/16/04006-20080516ARTFIG00587-la-crise-ne-menace-pasla-serbie.php
  22. http://www.credit-agricole.com/Nos-metiers-et-nos-marques/Banque-de-proximite/A-l-international/Credit-Agricole-Srbija
  23. http://glassrbije.org/F/index.php?option=com_content&task=view&id=14245
  24. http://www.europenetweb.com/edito/serbie---belgrade-s-attend-a-de-nouveaux-investiss-486.php
  25. http://news.autoplus.fr/news/1402558/2010-2012-Serbie-Zastava-Topolino-Fiat
  26. http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLH62230220090617
  27. http://www.abc-luxe.com/0_12349_swarovski-ouvre-une-usine-en-serbie.html
  28. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/05/13/97002-20110513FILWWW00500-benetton-achete-une-compagnie-en-serbie.php
  29. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/international/201101/18/01-4361170-contrat-serbe-de-215-millions-pour-snc-lavalin.php
  30. a et b http://www.charentelibre.fr/2011/01/08/la-serbie-bien-placee-pour-le-bio,1014839.php
  31. http://www.siepa.gov.rs/site/fr/home/1/investir_en_serbie/la_liberalisation_du_commerce/#Russia
  32. http://www.siepa.gov.rs/site/en/home/1/importing_from_serbia/trade_regulations/freetradeagreementwithrussia/
  33. a, b, c, d, e et f http://www.blic.rs/ekonomija.php?id=46857
  34. http://www.srb-rss.com/article_slobodna_trgovina_i_sa_belorusijom___395540.htm
  35. a, b, c et d http://www.pks.rs/Default.aspx?tabid=4105
  36. http://fr.rian.ru/world/20111110/191919096.html
  37. a et b (en)[PDF] « Serbia - Agriculture and Enlargement », sur http://ec.europa.eu, Site de la Commission européenne,‎ mai 2011 (consulté le 19 décembre 2011)
  38. a et b (en) « Serbia Economy 2011 », sur http://www.theodora.com (consulté le 19 décembre 2011)
  39. a et b (fr)[PDF] Adélaïde Boodts, « L'économie serbe dans un contexte régional, communautaire et international », sur http://www.ifri.org, Site de l'IFRI,‎ décembre 2010 (consulté le 19 décembre 2011)
  40. (sr) « Prospectus », sur http://www.belex.rs, Site de la Bourse de Belgrade,‎ 10 octobre 2011 (consulté le 19 décembre 2011)
  41. (sr)(en)(ru) « Site officiel de Soja protein » (consulté le 19 décembre 2011)
  42. (sr)(en) « Site officiel de Crvenka fabrika šećera » (consulté le 19 décembre 2011)
  43. (sr) « Site officiel de Vino župa Aleksandrovac » (consulté le 19 décembre 2011)
  44. (sr)(en) « Site officiel de BB Minaqua Novi Sad » (consulté le 19 décembre 2011)
  45. (sr)(en) « Site officiel de Voda Vrnjci Vrnjačka Banja » (consulté le 15 novembre 2011)
  46. (sr)(en) « Site officiel de BIP Beograd » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 19 décembre 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]