Château du Girsberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château du Girsberg
Image illustrative de l’article Château du Girsberg
Période ou style Médiéval
Type Château-Fort
Début construction XIIIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1841, ruines)
Logo monument historique Classé MH (1930, ruines)
Coordonnées 48° 12′ 13″ nord, 7° 18′ 26″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Haute-Alsace
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Commune Ribeauvillé
Géolocalisation sur la carte : Alsace
(Voir situation sur carte : Alsace)
Château du Girsberg
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château du Girsberg

Le château du Girsberg (anciennement nommé Petit-Ribeaupierre[2]) est l’un des trois châteaux (avec le château de Saint-Ulrich et le Haut-Ribeaupierre) qui dominent la commune française de Ribeauvillé, dans le Haut-Rhin. Il est situé à 528 m d’altitude. Les vestiges des trois châteaux font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par arrêté du et par Journal Officiel du [3].

Historique[modifier | modifier le code]

Ce sont les sires de Ribeaupierre qui édifièrent ce château au XIIIe siècle dénommé d’abord Stein (La Roche) et le reconstruisirent après un incendie occasionné par la foudre en 1288. En 1304, ils donnèrent en fief à des vassaux, les chevaliers de Girsberg dont il prit le nom. Les Girsberg restèrent en possession du château jusqu'en 1422, date à laquelle une querelle étant survenue entre Guillaume de Girsberg et Maximin Ier de Ribeaupierre et Jean comte de Lupfen, le noble de Girsberg fut tué dans une attaque du fort, ce qui amena le retour des Ribeaupierre[4]. Les Girsberg le gardèrent jusqu’à leur extinction au XVe siècle[5]. Il est abandonné au XVIIe siècle.

Description[modifier | modifier le code]

Les vestiges actuellement visibles[note 1] datent de plusieurs époques. Le donjon pentagonal et de plan carré à l'intérieur, construit en pierre, granit et grès, daté du XIIIe siècle a été classé monument historique en 1841[7].

Le logis qui jouxte le donjon, est formé de deux bâtiments, dont l'un bâti en suivant le rocher n'est pas de forme régulière. Ils sont flanqués d'une tour demi-circulaire. Les logis comme la basse-cour sont datés du XIVe siècle[réf. nécessaire].

Une niche gravée d'un tau a été découverte en 1927.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Accès[modifier | modifier le code]

  • Navette depuis la gare de Colmar.
  • Un parking se trouve à côté de la gare routière, place du Général-De-Gaulle.

Trajet direct vers le château du Girsberg : prendre en direction du château de Saint-Ulrich puis une fois arrivé au Saint-Ulrich, Il est possible d'aller en 5 minutes au château du Girsberg, sur un sentier entièrement plat.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Baquol & Ristelhuber, L'Alsace ancienne et moderne : dictionnaire topographique, historique et statistiques du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, 1865.
  • Braun, Circuit des châteaux forts d'Alsace, SAEP, 1978.
  • Carmona, Christophe & Trendel, Guy, Les Châteaux autour de Ribeauvillé et Ricquewihr - Sarreguemines : éd. Pierron, 2001 - collection Les Châteaux des Vosges : histoire, architecture, légendes no 7.
  • Mengus, Nicolas : Au temps des châteaux forts en Alsace - Strasbourg : éd. Coprur, 2004.
  • Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck, Guy Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, , 662 p. (ISBN 2-7165-0250-1)
    Ribeauvillé : Ruines des châteaux de Guirsberg, Haut-Ribeaupierre et Saint-Ulrich, pp. 339 à 3340
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Éditions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 978-2-86535-070-4 et 2-86535-070-3)
    Ribeauvillé, Le Petit-Ribeaupierre ou Girsberg-Stein p. 970

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sa silhouette n'est pas sans rappeler celle du château de Rochebonne[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. Marie-Pascale Rauzier, La route des châteaux d'Alsace, Rennes, Éditions Ouest France, , 144 p. (ISBN 978-2-7373-5813-5), p. 47.
  3. « Châteaux forts de Ribeauvillé : Girsberg, Haut-Ribeaupierre et Saint-Ulrich », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. L'Alsace ancienne et moderne, p. 424.
  5. Indications fournies par un panneau à l'intérieur du château.
  6. Nicolas Mengus, Châteaux forts au Moyen Âge, Rennes, Éditions Ouest-France, , 283 p. (ISBN 978-2-7373-8461-5), p. 220.
  7. « Château fort de Girsberg », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.