Wickerschwihr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wickerschwihr
Vue aérienne du village
Vue aérienne du village
Blason de Wickerschwihr
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar-Ribeauvillé
Canton Andolsheim
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Ried Brun
Maire
Mandat
Bernard Sacquépée
2014-2020
Code postal 68320
Code commune 68366
Démographie
Population
municipale
772 hab. (2012)
Densité 343 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 29″ N 7° 26′ 13″ E / 48.1081, 7.436948° 06′ 29″ Nord 7° 26′ 13″ Est / 48.1081, 7.4369  
Altitude Min. 180 m – Max. 185 m
Superficie 2,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Wickerschwihr

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Wickerschwihr

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wickerschwihr

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wickerschwihr

Wickerschwihr est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Ses habitants sont appelés les Wickerschwihriens et les Wickerschwihriennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupé à l'époque hallstattienne, entre 750 et 450 av. J.-C., le site a livré un bracelet à boules terminales actuellement au musée Unterlinden, à Colmar. Mentionné pour la première fois en 728, Wickerschwihr fait partie jusqu'en 1837 du territoire de Holtzwihr, dont il suit l'évolution historique. Le village est ainsi cité lors de la donation du comte Eberhard à l'abbaye de Murbach. Le comte fait partie de la famille des ducs d'Alsace, résidant à Eguisheim. Au XIe siècle, Wickerschwihr passe sous l'autorité des princes de Habsbourg. Les terres de Wickerschwihr sont fertiles, et ses fermes sont pour la plupart des possessions de différentes fondations religieuses de la région, telles l'abbaye de Marmoutier, les chevaliers de Saint-Jean, les couvents de Sainte-Catherine…

En 1585, la lignée de Hasttatt étant venue à s'éteindre, Wickerschwihr devient la propriété des barons de Montjoie. En 1639, la localité est, tout comme Holtzwihr, confiée par les Suédois à l'administration de Colmar.

Lors de la seconde Guerre mondiale, le village, évacué le 8 juin 1940, est envahi dès le 16 juin par les Allemands. Il sort à moitié détruit des combats de la poche de Colmar, le 27 janvier 1945. La commune retrouve ensuite son équilibre entre le maintien de cultures traditionnelles -pommes de terres, chou, betterave- et une ouverture relative vers les métiers de l'industrie et des services.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Wickerschwihr

Les armes de Wickerschwihr se blasonnent ainsi :
« D'or au sautoir alézé de sable, au chef d'azur chargé de trois coquilles de Saint-Jacques d'argent. »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Bernard Sacquépée    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 772 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1841. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1841 1846 1851 1856 1861 1866 1871 1875 1880
257 247 224 218 228 226 210 211 208
1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926 1931
195 195 202 197 193 208 187 177 187
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
166 167 181 201 218 312 404 504 610
2006 2008 2012 - - - - - -
730 764 772 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jacques-le-Majeur (1843-1951)

Jusqu'en 1843, les habitants de Wickerschwihr devaient aller à la messe de Holtzwihr. À cette date, la commune, devenue indépendante, décide la construction de sa propre église. La vente d'une coupe de bois extraordinaire, portant sur 4 hectares et 7 ares, soit le quart de la réserve de Wickerschwihr, est organisée pour financer l'entreprise. L'église est épargnée par la Première Guerre mondiale, mais fort endommagée entre 1939 et 1945 par l'armée américaine. La flèche du clocher, la chambre des cloches, la toiture du nef et du chœur ainsi que les piliers de grès soutenant le clocher à l'intérieur de la nef sont complètement détruits et rebâtis en 1951.

Animations[modifier | modifier le code]

  • Fête : 25 juillet (saint Jacques).
  • Fête de la pomme de terre : 1er week-end de juillet
  • Marché aux puces : 1er dimanche du mois d'avril.
  • Pêche.

Commerces et Artisans[modifier | modifier le code]

  • Choucrouterie
  • Vente de pommes de terres
  • Boulangerie artisanale et fabrique de pains spéciaux
  • Vente de pommes

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michel Felix KORUM, née le 2 novembre 1840 à Wickerschwihr (Alsace), mort le 4 décembre 1921. Il est fait évêque à Trèves en 1881 jusqu'en 1921. Korum est issu d'une famille de professeurs et a grandi à Colmar. Après la visite du séminaire à Strasbourg, il a entrepris des études à l'université des Jésuites à Innsbruck et de Doctorat en théologie. En novembre 1865, il a reçu à Strasbourg le 23 décembre 1865 l'ordination sacerdotale. En 1869, il a été professeur de l'histoire de l'Église, à partir de 1872 en tant que titulaire de la chaire de dogmatique et d'exégèse du Nouveau Testament au séminaire de Strasbourg. Plus tard, il a été nommé par le français Domprediger à la cathédrale de Strasbourg Conseiller des ministres et prêtres. Le 12 août 1881, Korum a été nommé évêque de Trèves par le pape Léon XIII.

Les bus Trace[modifier | modifier le code]

Cette commune est desservie par les lignes et arrêts suivants :

Parcours Arrêts dans la commune
24 Grussenheim / Riedwihr – Théâtre - Gare Wickerschwihr Mairie, Stade, Verger

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]