Bischwihr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bischwihr
La mairie.
La mairie.
Blason de Bischwihr
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar
Canton Andolsheim
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Ried Brun
Maire
Mandat
Marie-Joseph Helmlinger
2014-2020
Code postal 68320
Code commune 68038
Démographie
Population
municipale
960 hab. (2011)
Densité 297 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 48″ N 7° 26′ 15″ E / 48.0967, 7.4375 ()48° 05′ 48″ Nord 7° 26′ 15″ Est / 48.0967, 7.4375 ()  
Altitude Min. 182 m – Max. 187 m
Superficie 3,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Bischwihr

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Bischwihr

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bischwihr

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bischwihr

Bischwihr est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Depuis 1996, elle est jumelée avec la commune de Bahlingen am Kaiserstuhl (Baden-Württemberg, Allemagne).

Ses habitants sont appelés les Bischwihrois et les Bischwihroises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village de l'arrondissement de Colmar et du canton d'Andolsheim, sur la Blind et près de la route départementale 415 de Colmar à Neuf-Brisach.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Lieux et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bischwihr
Holtzwihr Wickerschwihr Muntzenheim
Colmar Bischwihr
Horbourg-Wihr Andolsheim Fortschwihr

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Bischoveswilre, XIIe siècle
  • Pischwir en 1750 carte Cassini
  • Bischwir en 1790
  • Bischweyer en allemand au XVIIIe
  • Bischweier en allemand en 1870

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village se trouve sur l'emplacement d'une ancienne route gauloise, comme en témoigne quelques bornes milliaires qui jalonnent encore la contrée. Au XIIe siècle le village est une dépendance de l'évêque de Bâle et ce n'est qu'à partir de cette époque que le village est nommé précisément. L'évêque y perçoit la dîme et y possède des terres. Des couvents sont également possessionnés dans le bourg : celui de Sainte-Croix-en-Plaine, d'Unterlinden et de Sainte Catherine à Colmar, de même que le chapitre Saint-martin, les chevaliers et les dominicaines et les chevaliers de Saint-Jean. plus tard c'est le seigneur de Horbourg qui administre le village. Puis vers 1324 le village passe entre les mains des comtes de Wurtemberg qui le confient en fief au Seigneur de Ribeaupierre qui à leur tour le cèdent aux nobles de la famille des Rathsamhausen. En 1400 les Horbourg confient de nouveau le village à Smassman de Ribeaupierre. Au début du XVIe siècle le Dinghof - cour domaniale - est aux mains de Jacques de Rottemburg et de sa femme. La Réforme est introduite dans le village jusqu'alors catholique en 1536. La reconquête catholique n'a lieu qu'à partir de 1687 après la Guerre de Trente Ans. L'intendant de Louis XIV, Louvois, exige le patronage sur l'église, ce qui contraint les Protestants à se rendre dans le village voisin de Fortschwihr pour assister au culte. Pendant a Deuxième Guerre mondiale, le village est l'objet de violents bombardements lors des combats de la poche de Colmar, en 1945.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bischwihr

Les armes de Bischwihr se blasonnent ainsi :
« D'or à la croix de gueules, cantonnée de quatre lionceaux de sable. »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Marie-Joseph Helmlinger   Responsable maintenance process
2001 2008 Gabriel Spenlehauer    
1989 2001 André Ringler    
1977 1989 Gérard Reech    
1945 1977 Edouard Utard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 960 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
186 216 250 357 420 445 417 406 440
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
416 402 432 410 387 397 392 372 364
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
357 374 339 317 302 319 323 270 321
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
387 350 390 556 598 816 900 919 978
2011 - - - - - - - -
960 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison de 1755, 55 Grand-Rue.
  • Église Saint-Joseph (1851).

Les bus Trace[modifier | modifier le code]

Parcours Arrêts dans la commune
9 Sundhoffen Centre – Place du 1er février - Fortschwihr Etangs Ried, Bischwihr Centre
20 Fortschwihr Etangs – Vauban - Théâtre - Gare Ried, Bischwihr Centre
24 Grussenheim / Riedwihr – Théâtre - Gare Bosquet, Bischwihr Mairie, Bischwihr Centre

Les Associations[modifier | modifier le code]

  • Amicale des classes 1948/49/50
  • Association Sportive de Tennis de Table
  • Chorale St Cecile
  • Club les petites croix du ried brun
  • Conseil de fabrique
  • Football club
  • Foyer club
  • Pecheurs du ried
  • Petanque club
  • Sapeurs Pompiers Volontaire
  • Amicale des sapeurs pompiers
  • Société de quilles Espérance

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]