Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse
Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse
Blason de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Intercommunalité Communauté de communes de la Région Lézignanaise, Corbières et Minervois
Maire
Mandat
Xavier De Volontat
2020-2026
Code postal 11220
Code commune 11351
Démographie
Gentilé Cabrerissais, Cabrerissaises
Population
municipale
729 hab. (2018 en diminution de 6,66 % par rapport à 2013)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 05′ 11″ nord, 2° 42′ 05″ est
Altitude Min. 76 m
Max. 344 m
Superficie 25,03 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Narbonne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Corbières
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse
Liens
Site web www.st-laurent-de-la-cabrerisse.com

Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Cabrerissais et Cabrerissaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située dans les Corbières sur la Nielle à 28 km à l'ouest de Narbonne et à 13 km au sud-ouest de Lézignan-Corbières.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse[1]
Fabrezan
Tournissan Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse Thézan-des-Corbières
Talairan Jonquières Coustouge

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Nielle à Saint-Laurent.

La Nielle, cours d'eau long de 15 km, qui prend sa source à Talairan, traverse les communes de Jonquières et Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse avant de se jeter dans l'Orbieu à Fabrezan[2]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Narbonne, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 71 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (55,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (49,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (26,1 %), forêts (17 %), zones agricoles hétérogènes (5,8 %), zones urbanisées (2 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[9][modifier | modifier le code]

Le site est occupé depuis l'époque romaine.

En 844, Charles le Chauve confirmait par une charte l'engagement de son père Louis le Pieux d'accorder protection et immunité à un monastère dédié à saint Laurent.

En 1110, le village est mentionné pour la première fois en ces termes villa sancti Laurentii, ce qui annonce une petite agglomération villageoise sans que soit établie sa localisation : proche du monastère ou à l’emplacement actuel du Fort ?

En 1175, le village est appelé Sanctus Laurencius de Cabraica, nom qui évoluera pour donner successivement au XIVe siècle Saint Laurens puis au XVIIIe siècle Saint-Laurent de la Cabrerisse.

Au début du XIVe siècle, le village est installé entre la Nielle et le Rec den Jacou et s’entoure de murailles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse

Son blasonnement est : D'or au pal fuselé de gueules et d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1995 ? Jean Mestre    
mars 2001 mars 2008 Daniel Esparza    
mars 2008 En cours Xavier de Volontat[10]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12]. En 2018, la commune comptait 729 habitants[Note 3], en diminution de 6,66 % par rapport à 2013 (Aude : +2,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
451374503505560588600630648
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6796607678319261 2081 2041 0831 044
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1341 0841 0211 0761 0351 1431 0911 0041 006
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
952887789659624642711780738
2018 - - - - - - - -
729--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire publique Fabre-d'Eglantine accueille 88 enfants en 2016[15].

Économie[modifier | modifier le code]

Cave coopérative reconnu le Cellier des Demoiselles AOP Corbières et AOP Corbieres BOutenac avec une production de 15 000 hl sur 350 ha.

Culture, Terroir et Produits[modifier | modifier le code]

La commune a sur son territoire les appellations qualitatives suivantes :

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La commune est étroitement associée au rugby à XIII. Bien que d'un niveau modeste, son club local bénéficie de l'attention d'un ancien joueur, entraineur et sélectionneur de rugby à XIII : Patrick Pedrazzani[16],[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Sandre » (consulté le 11 mars 2016)
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 avril 2021)
  9. « Histoire de Saint-Laurent », sur www.st-laurent-de-la-cabrerisse.com (consulté le 12 mars 2016)
  10. Site officiel de la préfecture de l‘Aude - liste des maires (doc pdf)
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. « Annuaire : présentation des écoles, collèges, lycées, etc. », sur Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (consulté le 12 mars 2016)
  16. « Du nouveau au Sporting club Saint-Laurent XIII », sur lindependant.fr, (consulté le 9 janvier 2021) : « Patrick Pedrazzani, cadre technique national, encadrera et donnera ses conseils avisés aux futurs treizistes. »
  17. Hervé Girette, « Patrick Pédrazzani attaché à St Laurent-de-la-Cabrerisse », sur Fédération Française de Rugby à XIII, (consulté le 9 janvier 2021)