Château de Villerouge-Termenès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

château de Villerouge-Termenès
Image illustrative de l’article Château de Villerouge-Termenès
château de Villerouge-Termenès
Nom local Vilaroja de Termenés
Période ou style Médiéval
Type Château fort de plaine
Début construction fin XIe siècle
Fin construction XIVe siècle
Propriétaire initial Archevêques de Narbonne
Destination initiale Résidence épiscopale
Protection Logo monument historique Classé MH (1976)
Coordonnées 43° 00′ 24″ nord, 2° 37′ 36″ est
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Languedoc
Région Occitanie
Département Aude
Commune Villerouge-Termenès
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
château de Villerouge-Termenès
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
(Voir situation sur carte : région Occitanie)
château de Villerouge-Termenès
Géolocalisation sur la carte : Aude
(Voir situation sur carte : Aude)
château de Villerouge-Termenès

Le château de Villerouge-Termenès (en occitan : Vilaroja de Termenés) est un ancien château fort construit en plaine, restauré, dont l'origine remonte à la fin du XIe siècle, qui se dresse sur la commune française de Villerouge-Termenès dans le département de l'Aude, en région Occitanie.

Le château, alors qu'il était encore à l'état de ruines, a fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château se dresse dans le village de Villerouge-Termenès, dans les Corbières et le département français de l'Aude.

Historique[modifier | modifier le code]

À partir de 1110 et jusqu'à la Révolution, le château et le village ont appartenu aux archevêques de Narbonne. Il était le siège d'une des onze baylies de l'archevêché, ce qui montre que les prélats s'intégraient à la société féodale et que la puissance ecclésiastique s'appuyait sur des seigneuries.

Les archevêques durent défendre leurs biens contre leurs voisins, avant comme après la croisade des Albigeois.

Villerouge était au cœur d'un vaste domaine, car l'archevêque de Narbonne était le seigneur de nombreux villages des environs et il y percevait des dîmes, des taxes ou des impôts. Pour percevoir ces revenus et gouverner ses vassaux, l'archevêque disposait d'un bayle (ou bailli), et Villerouge était au centre de la baylie. Les archevêques de Narbonne s'efforcèrent de fortifier cette place qui s'impose par sa robustesse. La grosse tour ou donjon de l'angle sud-est comporte trois salles superposées, aux murs très épais, dans lesquels ont été aménagés des escaliers. On parvient à une terrasse crénelée. Cette citadelle a sans doute été construite au XIIIe siècle, pendant le troisième quart du siècle peut-être. Faut-il y deviner le souci nouveau des autorités ecclésiastiques de mieux défendre leur bien[2] ?

Château de Villerouge-Termenès.

Le château a joué un rôle important durant la croisade contre les Albigeois. Le dernier « bon homme » cathare, Guilhem Bélibaste, y fut brûlé vif le .

Description[modifier | modifier le code]

Le château qui date de la fin du XIe siècle a été remaniée au XIVe siècle. Il se présente sous la forme d'une enceinte de forme quadrangulaire avec quatre tours rondes et vraisemblablement construit à partir d'une église fortifiée au XIe siècle[3].

Carte des châteaux du Pays cathare

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ruines du château », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Lucien Bely, Connaître les Cathares Éditions Sud Ouest, 2006.
  3. Josyane et Alain Cassaigne, 500 châteaux de France : Un patrimoine d'exception, Éditions de La Martinière, , 395 p. (ISBN 978-2-7324-4549-6), p. 41.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :