Transport au Maroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les transports image illustrant le Maroc
Cet article est une ébauche concernant les transports et le Maroc.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Cet article présente les différents réseaux de transport du Maroc et les différents flux par route, fer, eau et par air. il n'y a ce jour pas de réseau de métro au Maroc mais deux réseaux RER sont disponibles à Rabat et Casablanca, avec un nouveau projet de 65 km pour la métropole de Casablanca avec une section souterraine de 9 km. Mises à part quelques installations de remontées mécaniques dans les stations de sports d'hiver de l'Atlas il n'existe pas encore de téléphériques ni de funiculaires au Maroc non plus. Les premiers téléphériques en projet sont prévus à Tanger et à Agadir, le transport fluvial est aussi absent au Maroc, en effet, les grands fleuves marocains sont relativement de courte portée et obturés par des barrages, cependant, parmi l'un des chantiers immense que le Maroc s'apprête à ériger est un pipeline géant de transport d'eau du Nord vers le sud, un projet baptisé autoroute de l'eau[1].

Concernant les modes de transport conventionnels parmi les faits marquants que le secteur des infrastructures a connu au Maroc pendant la dernière décennie on peut citer la construction de 1 000 km d'autoroutes pour atteindre 1 600 km en 2015, la construction du port de Tanger Med, le doublement de 500 km de voies ferrées ainsi que la rénovation des gares et des aéroports. Pour les 20 prochaines années le Maroc projette de construire 1 500 km de lignes LGV, 1 000 km d'autoroutes supplémentaires, trois grands aéroports et trois nouveaux ports géants[2].


Transport routier[modifier | modifier le code]

Au Maroc, la route représente le premier mode de transport pour 90 % des individus et catalyse 75 % du transport de marchandises, le secteur représente 6 % du PIB et emploie 10 % de la population active urbaine. Le Maroc dispose d’un réseau routier d’environ 60 000 km de routes, 770 km de voies express et 1 600 km d'autoroutes. La gestion et la responsabilité du réseau sont partagées entre l’État, les communes et les municipalités :

  • les autoroutes, les routes nationales et provinciales sont à la charge de l’État ;
  • les routes communales sont gérées par les communes ;
  • les sections de routes nationales situées à l’intérieur des agglomérations sont sous la responsabilité des municipalités.

Routes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réseau routier marocain.

Le Maroc dispose d'un réseau routier d'environ 60 000 km[3] dont 41 000 km de routes goudronnées et plus de 5 300 ponts, Le réseau principal comprend des autoroutes, des voies express, des routes nationales, régionales et provinciales.

Après avoir construit 11 236 km de routes sur la période 1990-2005 à travers le Programme National des Routes Rurales I (PNRR), l’État marocain a initié le PNRR II sur la période 2005-2012. Le PNRR II, sur la période 2005-2012, a permis de porter le taux d’accessibilité aux villages ruraux de 54 % en 2005 à 80 % en 2012[4] par la réalisation de 15 500 km[5]. Le programme comprenait l’aménagement de 600 km de routes nationales, 500 km de routes régionales, 7 600 km de routes provinciales et 6 800 km de routes non classées. Le coût du programme a représenté 1 M€. Toujours dans cette volonté de désenclaver les populations rurales, le ministère de l’Équipement et du Transport se prépare à la mise en place du troisième Programme des Routes Rurales (PRR III).

Voies express[modifier | modifier le code]

Le réseau routier marocain dispose de 770 km[6] de voies express en 2012 et qui est censé atteindre 1 600 km vers fin 2016[7]. Cependant, parmi les voies express en cours de construction deux des plus longues traversent des régions assez accidentées à savoir la voie rapide Taza - Al Hoceima (150 km) et Nador - Oujda (135 km), leur livraisons sont annoncées avec des retards[8].

Autoroutes[modifier | modifier le code]

Autoroute A3 : Rabat - Casablanca (90 km)

Le réseau autoroutier marocain comporte 1 649 km d’autoroutes en service en 2015 (1 800 km sont prévus en 2016). Le réseau actuel se compose de 8 autoroutes : 6 terminées, 2 en cours d'extension (A1 et A5) et une autoroute dont les travaux n'ont pas encore commencé (A9).

L'armature autoroutière au Maroc se compose des tronçons suivants :

Transport routier interurbain[modifier | modifier le code]

Courtes et moyennes distances[modifier | modifier le code]

Le transport courtes distances est largement dominé par le transport régional des petits villages vers les grands centres urbains ou par le transport rural des petits producteurs agricoles vers les marchés hebdomadaires situés le plus souvent à la périphérie des villes.

Transport mixte[modifier | modifier le code]

Ce sont des navettes de transport mixtes passagers et marchandises adaptées aux échanges commerciaux entre les zones rurales et les villes, un transport très actif les jours de marchés.

Taxis collectifs[modifier | modifier le code]

Grands taxis Mercedes (2007)

Les taxis collectifs appelés localement Grands taxis constituent le mode de transport le plus populaire grâce à la rapidité des trajets et à la flexibilité de ce type de transport, il permet de connecter les compagnes ou les petits villages vers les centres urbains, les zones d'activités et les gares routières et ferroviaires. Un bon nombre de ces taxis étant assez ancien le gouvernement à lancé une compagne de prime à la casse de 80 000 dirhams[9] pour tout propriétaire qui souhaite acquérir un véhicule neuf plus sûr et moins polluant, un marché de 45 000 véhicules à renouveler en un temps très court l'offre étant assez limitée dans le temps.

Grands Taxis Lodgy & Stavic (2015)

Dans ce processus de prime à la casse six véhicules spacieux ont été retenus pour le remplacement des grands taxis à savoir Renault Lodgy, Fiat Doblo, Ssangyoung Stavic, Citroen Berlingo, Volkswagen Caddy et Nissan NV200. Renault ayant été le premier constructeur à avoir préparé son offre a pris une large avance sur ses concurrents, vers fin juillet 2015 le Lodgy a atteint 60 %[10] des taxis renouvelés contre 25 % pour le Doblo et 12 % pour le Stavic. Cependant, les derniers entrants Caddy[11] et NV200[12] ont assez rapidement rattrapé leur retard.

Cars régionaux[modifier | modifier le code]

Ce sont des petits exploitants l'agrément d'une ligne unique ou quelques rares lignes, les moyens financiers limités de ces derniers ne leurs permettent pas d'entretenir correctement leur matériel roulant, après plusieurs accidents le gouvernement a lancé un projet de rachat de ces agréments évalués selon le kilométrage de la ligne exploitée[13]. Cependant, il est très difficile de venir à bout d'une rente, le secteur du transport au Maroc tout comme beaucoup de pays à travers le monde se caractérise par des agréments offerts à des rentiers: un système créé autrefois pour récompenser d'anciens résistants et devenu par la suite très opaque et absurde. L'octroi des nouvelles agréments de cars est définitivement stoppé.

Charrettes agricoles[modifier | modifier le code]

Autre fois un mode très fréquent pour le transport rural, il devient de plus en plus rare à cause des prix exorbitants des chevaux, il est souvent remplacé par le transport combiné. Les routes goudronnées étant de plus en plus répandues et interdites aux charrettes à cause des accidents.

Longues distances passagers[modifier | modifier le code]

  • Deux groupes leader à l'échelle national et international

Deux compagnies de transport par autocars ( CTM et Supratours ) ont des licences nationales et desservent toutes les villes du Maroc, elles sont concurrencées toutes deux par la société SATAS qui est très active (39 lignes assurées grâce à une centaine de bus) dans toutes les zones touristiques du Sud du pays. la CTM exploitent également des lignes internationales vers l'Europe et l'Afrique subsaharienne. Le groupe Eurolines dessert également le Maroc à partir de son réseau européen. Dès 2003 la CTM et Eurolines ont conclu une forme de codeshare permettant aux clients de Eurolines de continuer leur voyage vers toutes les villes du Maroc et aux clients marocains de la CTM de finir leur voyage vers toutes les villes desservies par Eurolines[14]. Supratours a aussi ouvert des lignes internationales vers l'Espagne, la France et l'Italie en s'appuyant sur des partenaires espagnoles Alsa et Linebus.

  • L'autoroute pour respecter les horaires

En plus des sociétés CTM et Supratours il existe une multitude de compagnies de transport par autocars souvent ayant bénéficié d'un système d'agréments ou ayant acheté plusieurs agréments à des concurrents de plus faible taille. En 2012 seulement dix sociétés disposaient d'un parc supérieur à 50 autocars. Les petites sociétés de transport passagers agissent souvent pour le transport régional prennent les routes gratuites, s'arrêtent partout pour la collecte des ruraux et sont concurrencés par les taxis collectifs. Elles sont moins souvent respectueuses des délais d'arrivées. Les grandes sociétés (CTM, Supratours, SATAS ..) prennent l'autoroute ont plus de facilité à respecter leurs horaires, les autoroutes marocaines sont très rarement impactées par les embouteillages.

  • Un service haut de gamme pour faire face au train

Les deux compagnies CTM et Supratours ont lancé dernièrement un service de transport passagers haut de gamme avec des bus de respectivement 40 et 30 places au lieu de 50. Ces mêmes bus offrent plus d'espace aux passagers ainsi que plusieurs avantages à bord dont du Wi-Fi gratuit, du contenu multimédia, des sanitaires, boissons offertes, journaux etc. La compagnie Supratours avec son service "CONFORT Plus" se distingue par un système de géolocalisation GPS qui peut s'avérer particulièrement utile pour la sécurité des passagers quant au suivi de l'avancement du car, de ses éventuels pannes et du comportement du conducteur par aussi bien l'administration que par la famille du passager un mot de passe est donné après réservation du voyage au client. La CTM quant à elle se démarque avec sa gamme "Premium" en proposant un service salon VIP dans ses gares routières, la compagnie tablait sur un chiffre de seulement 30 000 passagers pour sa première année de lancement en 2014 ce service étant 40 % plus cher, fin décembre de la même année 100 000 passagers ont opté pour cette formule[15] un chiffre à comparer au total des 3 millions de passagers annuels de ce groupe qui totalise un effectif de 2 000 employés, qui réalise un chiffre d'affaires de 500 millions de Dirhams et qui s'apprête à fêter ses 100 ans en 2019[16].

  • La concurrence s'organise

Le groupe CTM se démarque certes pour les très longues distances en ciblant la clientèle première classe du train, cependant, sur les plus courtes distances le marché est toujours dominé par les taxis collectifs et des compagnies familiales possédant de un à cinq bus de 60 passagers rarement climatisés qui pratiquent des prix plus bas et des temps de parcours plus longs. À côté de ces deux extrêmes il existe pas mal de compagnies de flottes moyennes comme les sociétés SATAS, Pullman du Sud, SAT, STCR, Nejme Chamal, Trans Ghazala, Almou Draa, Majorel Voyage, Groupe Diana, Jana Viajes, Bismillah Salama, Sahara Voyage, Palmier Du Sahara, Itrane, Trs Al Yamama, Trs Bab Allah, Trans Blady, Monte Carlo, Le Parrain Des Voyageurs... qui cherchent elles aussi à fidéliser leurs clientèles en proposant des bus relativement neufs, le Wi-Fi à bord, des sièges spacieux et l'usage des autoroutes. Ces derniers, parmi leurs grands inconvénients elles ne disposent pas (contrairement à la CTM et à Supratours) de leurs propres gares, elles sont ainsi tributaires du confort et de l'organisation aléatoires des gares routières mutualisées, quoique ce petit détail leur permet aussi de faire des économies et de proposer des prix plus attractifs.

Longues distances marchandises[modifier | modifier le code]

Le transporteur national de référence pour la logistique au Maroc est la SNTL, parallèlement à ce dernier plusieurs autres acteurs s'activent sur le secteur de la messagerie rapide à Savoir CTM Messagerie, La voie Express ainsi que les multinationales TNT Express, Fedex, DHL, SDTM, Carre, Maroc Express...

À côté des groupes disposant de moyens et de flottes assez conséquentes comme ceux cités ci-dessus beaucoup d'entrepreneurs privés disposent d'une flotte assez faible de véhicules composées en grande partie d'unités anciennes, le ministère du transport marocain avait instauré plusieurs programmes de prime à la casse dont le premier a eu lieu en 2008[17] et portait sur des montants de 90 000 à 130 000 MAD. Le montant de la prime inscrite dans ce premier programme a été considérée trop insuffisante par les professionnels de la route, il aura fallu d'autres programmes et rehausser la contribution de l'état pour atteindre 210 000 MAD[18] (20 000 Euros).

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Train dans la gare de Rabat-ville
Article détaillé : Transport ferroviaire au Maroc.

Le réseau ferré[modifier | modifier le code]

Le réseau ferroviaire marocain est entièrement à écartement normal UIC, il est exploité par l'Office National des Chemins de Fer (ONCF), il s'étend sur une longueur de 2 110 km[19] reliant les principaux ports et zones urbaines, le total du linéaire des voies exploitées au Maroc est de 2 750 km (1 470 km à voie unique + 2x640 km à double voies), l'axe le plus sollicité du réseau est situé entre Casablanca et Tanger (400 km), il est en cours de triplement, le taux d'électrification (actuellement de 60 %) est amené à atteindre 90 % dès 2018 avec la LGV Kénitra-Tanger et l'électrification de la ligne Fès-Taza, ci-dessous le détail du réseau:

  • 2 100 km à écartement UIC exploité pour le transport passagers et Fret;
  • 1 300 km de lignes électrifiées (60 % du réseau);
  • 640 km de lignes à double voies (30 % du réseau).
  • 7 100 km en transport combiné Train + Bus ( 2 100 km ONCF + 5 000 km Supratours).

Les zones à très faibles habitations dans le haut Atlas et le Sahara sont servis via un transport combiné train + bus par l'opérateur ferroviaire national (ONCF) grâce à sa filiale Supratours sur un réseau de transport passagers de 5 000 km[20].

L'ensemble de ces 2 100 km du réseau ferré de l'ONCF ont été maintenus et gardés en service pour Fret et passagers excepté un tronçon de 300 km situé entre Oujda et Bouarfa vers le Sahara où le service passagers régulier a été supprimé[21], cependant, cette même ligne est toujours exploité par un train touristique mythique baptisé "Oriental Express"[22] quelques rares fois à dates fixes dans l'année ou sur réservation à tout moment souhaité pour les groupes de passionnés de trains. La réservation d'un circuit à bord de l'Oriental Express coûte 1 790 euros par place en 2015[22], les dates fixes sont souvent sélectionnées en dehors de l'été afin d'éviter les tempêtes de sable. Cette ligne est fermé au trafic passagers régulier à cause de l'ensablement des rails et de sa non compétitivité face à la route, elle est cependant exploitée à une très faible vitesse pour les groupes touristiques et pour fret à raison de trois trains par semaine[21].

Le parc roulant[modifier | modifier le code]

  • 234 locomotives ;
  • 38 rames automotrices électriques TNR (14 ZM + 24 Z2M) ;
  • 516 voitures de voyageurs ;
  • 5369 wagons pour le transport de marchandises[23].

Activités[modifier | modifier le code]

L'opérateur public ferroviaire ONCF continue sa croissance sur son secteur d'activité voyageurs (39.5 millions de passagers en 2014 contre 38 millions en 2013) cependant, l'activité fret a été impactée par le mise en place d'un pipeline géant pour le transport de phosphates depuis le deuxième semestre 2014 par l'Office Cherifien des Phosphates (OCP), le transport de marchandises s'est rétracté à 34.6 millions de tonnes en 2014 contre 36 millions en 2013. L'activité passagers a permis de stabiliser le chiffre d'affaires du groupe à 3.6 Milliards de Dirhams en 2014 en augmentation1 % (2.15 MM MAD fret, 1.45 MM MAD transport passagers)[1]. Le contrat programme signé entre l'ONCF et l'état marocain en 2009 était marqué par un projet baptisé Rihane 50[24] pour atteindre 50 millions de passagers et 50 millions tonnes de fret en 2015.

Grande vitesse[modifier | modifier le code]

Le Maroc se dotera d'une desserte à grande vitesse TGV entre Tanger et Casablanca en 2018 puis d'une autre entre Casablanca et Marrakech. Et enfin de deux liaisons en TGV Marrakech - Essaouira - Agadir et Rabat - Meknès - Oujda pour 2035[25]. Parallèlement aux travaux de la LGV actuelle Tanger - Kénitra les prochaines LGV qui sont annoncées imminentes sont Marrakech - Essaouira[26] et Rabat - Meknès[27]. Ces deux dernières lignes permettront de relier les deux villes impériales Marrakech et Meknès à la mer en moins d'une heure au lieu de plus de deux heures actuellement.

Transport urbain[modifier | modifier le code]

Les transports urbains au Maroc se sont considérablement développés ces dernières années.

RER[modifier | modifier le code]

Les plus grandes villes du Maroc disposent de RER :

  • Al Bidaoui, RER Casablancais qui traverse toute la ville de Casablanca jusqu'à l'aéroport Mohamed V
  • RER Bouregreg qui traverse la capitale ainsi que sa banlieue en passant par le fleuve Bouregreg séparant Rabat de Salé.

Métro[modifier | modifier le code]

Le métro de Casablanca est un projet actuellement en discussion, avec une possibilité d'étendre le projet à plusieurs autres grandes villes.

Tramway[modifier | modifier le code]

  • La ville de Rabat a bénéficié de ses deux lignes de tramway d'un total de 19 km en mai 2011. (Tramway de Rabat-Salé)
  • La ville de Casablanca a bénéficié de son tramway de 31 km en décembre 2012 en collaboration avec le groupe français Alstom, qui fournit les rails et les navettes, la société qui exploite le tramway est baptisée Casaway. (Tramway de Casablanca), une nouvelle ligne de tramway (Ligne 2) est en construction à Casablanca sur un linéaire de 15 km, l'étude de faisabilité des lignes 3, 4 et 5 est en cours[28], à terme la capitale économique projette de se doter d'un réseau de tramway urbain de 7 lignes d'un total de 112 km à l'horizon 2022.
  • Le tramway serait actuellement en étude pour les villes de Meknès, Fès, Tanger, Marrakech et Agadir.

Bus[modifier | modifier le code]

Il existe différentes sociétés s'occupant du réseau de transport par bus au Maroc. Il existe des bus dans chaque grandes villes du royaume reliant ainsi les différents quartiers de ces dernières.

City Bus Meknès
Prima Bus

Petits Taxis[modifier | modifier le code]

Contrairement aux taxis collectifs qui ont une licence d'un transport point à point à prix unique, les petits Taxis sont des taxis urbains munis d'un compteur horokilométrique, ils prennent en charge un seul client ou un groupe de maximum trois passagers sans supplément. Afin de limiter l'impact environnementale de ces taxis roulant très largement en zones urbaines, ce sont les premiers à avoir bénéficié d'une prime à la casse de 50 000 Dirhams dès 2010[29].

La grande partie des petits taxis renouvelés ont été des véhicules Dacia fabriqués au Maroc suivis des citadines Fiat et Peugeot, ils sont tous des véhicules légers consommant moins et émettant moins de particules polluantes.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Lignes Aeriennes Latécoère, c.1918.

Si de tous les modes de transports actuels l'aérien est le plus récent, la position géographique du Maroc lui a permis dès le départ de jouer un rôle essentiel dans ce domaine: la première ligne aérienne intercontinentale fut la ligne postale aérienne[30] Toulouse - Rabat qui a commencé le suivie d'un service passagers un an plus tard[31] avant d'être prolongée ultérieurement à Dakar puis jusqu'en Amérique latine. Cette ligne fut exploitée par le groupe privé Latécoère, devant le manque d’aérodromes au début du siècle dernier les premiers avions passagers utilisés furent des hydravions afin de pouvoir atterrir dans les villes côtières ainsi que pour réaliser plus facilement des amerrissages d'urgence en cas de besoin. Là encore le Maroc et le Sénégal ont joué un rôle fondamental grâce l'étendue de leurs façades maritimes. On ne dispose pas avec certitude des chiffres de passagers transportés les premières années ce service restait assez exceptionnel et onéreux. Cependant, concernant le transport du courrier une convention a été signée entre les postes marocaines et françaises le 10 mars 1919, à partir de début septembre à fin décembre de la même année 9 124 lettres[32] ont été acheminées par voie aérienne au Maroc.

La crise économique de 1929 et la seconde guerre mondiale ont lourdement handicapé le secteur aérien civile, il aura fallu attendre 1946 pour voir la première ligne aérienne marocain (Air Atlas), suivie par la création de la compagnie Air Maroc en 1948. En 1951 le gouvernement marocain décide par décret royal de concéder l'exclusivité du transport public à Air Atlas en la rebaptisant Compagnie Chérifienne de Transport Aérien Air Atlas (CCTA) avec un capital partagé entre l'état marocain, Air France et la compagnie Air Maroc qui s'est spécialisée dans la maintenance. Le premier juillet 1957 les compagnies CCTA et Air Maroc sont fusionnées sous le nom de Royal Air Maroc.

Le Maroc est actuellement connecté à 51 pays et 113 aéroports étrangers via des lignes régulières contre 29 pays et 43 aéroports en 2003. Après avoir connu un léger ralentissement pendant la période dite du "printemps Arabe" le secteur a repris des couleurs ces dernières années :

- Le nombre de fréquences s’est redressé durant la saison été 2013 pour atteindre un niveau record de 1329 fréquences hebdomadaires, soit une hausse de 23 % par rapport à la saison été 2012.
- Durant la saison hiver 2013-2014, 1243 fréquences hebdomadaires ont été programmées, soit une hausse de 21 % par rapport à la même saison précédente.
- En 2014 le trafic aérien a atteint 17.30 Millions de passagers en hausse de en augmentation4.8 % par rapport à 2013.

Pendant la dernière décennie le trafic aérien au Maroc a presque triplé passant de 7 millions de passagers en 2004 à plus de 17 millions de passagers en 2014, une hausse réconfortée par l'entrée du Maroc a l'Open Sky européen depuis 2007. Le afin d'accompagner l'augmentation rapide de son trafic aérien, le Maroc intègre le système de gestion de trafic européen Eurocontrol[33]. Lors de la 7e conférence World Connect qui s'est tenue à Marrakech en octobre 2015 le ministre de transport marocain révèle l'objectif d'atteindre 70 millions de passagers en 2030[34]. Vue le nombre de touristes escompté à cette date, il parait difficile d'atteindre ce chiffre sans développer le trafic aérien interne qui à défaut de sa libéralisation reste encore assez onéreux et restreint.

Compagnies aériennes[modifier | modifier le code]

Le Maroc est desservi par 50 compagnies aériennes, le transport aérien est largement international. La compagnie national Royal Air Maroc (RAM) détient presque la moitié du trafic. Le total de passagers enregistrés au sein des aéroports marocains en 2014 s'élève à 17.30 millions de passagers en augmentation4.8 %. Quelques compagnies aériennes ont choisi d'installer une base au Maroc.

Compagnies principales

La compagnie nationale Royal Air Maroc est l'une des premières compagnies africaines en termes de trafic voyageurs, elle a transporté en 2014 plus de 6 millions de passagers juste devant Ethiopian Airlines et derrière Egypt Air et South African Airlines (SAA) ayant tout deux transporté 7 millions de passagers[35]. Malgré une population marocaine assez modeste comparée à ces trois derniers pays et en dépit du fait que la Royal Air Maroc est la seule compagnie africaine soumise à la concurrence féroce des Low Cost, la compagnie marocaine est en pleine croissance tout comme sa rivale éthiopienne. Ces deux dernières compagnies qui sont au coude à coude rêvent de profiter des grandes contre-performances actuelles de Egypt Air et de la SAA pour devenir leader à l’échelle continentale.

Le transport aérien de marchandises est cependant très limité au Maroc, vue la proximité avec l'Europe la plus grande partie des marchandise exportées du Maroc sont des produits frais ils sont acheminés par transport TIR frigorifié vers le réseau autoroutier européen. RAM possède un seul avion spécial Fret, et un avion mixte modulable, afin de soutenir les exportateurs marocains la compagnie aérienne nationale a signé un accord avec l'Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX) en vertu duquel les entrepreneurs marocains bénéficient de réductions allant de 25 à 40 % sur leurs frais d'export de produits manufacturés et de 20 % pour les produits périssables[36]. La messagerie express et les colis à haute valeur ajoutée donnent de l'activité aux multinationales DHL, FedEx et UPS. DHL accapare 60 % du fret aérien marocain grâce à son terminal de Casablanca qu'il a transformé en hub régional depuis 2014[37] , un hub desservi par deux avions fret de 60 tonnes (A330-200F) et 30 tonnes (B757), en février 2016 le groupe allemand annonce l'ouverture d'une nouvelle ligne depuis l’aéroport de Tanger[38] vers sa plateforme mondiale de Leipzig opérée par un B737 de 15 tonnes et permettant à ces clients de gagner quatre heures.

Compagnies secondaires ou anciennes compagnies

Compagnies spécifiques ou de transport à la demande

  • Alfa Air (location d'avions d'affaires, tourisme de luxe)
  • Casa Air Service (location de jets privé, évacuation sanitaire)
  • Privair (avion taxi, location de jets privé, évacuation sanitaire)
  • Agricolair Maghreb (traitement phytosanitaire, aide à la supervision de projets agricoles)
  • Air Marrakech Services (avion taxi, événementiel, compagnes de communication par banderoles)

Liste des aéroports marocains[modifier | modifier le code]

Le Maroc dispose de plusieurs infrastructures aéroportuaires dont 18 aéroports internationaux, 10 principaux aéroports nationaux et des petits aéroports à usages touristiques, militaire ou de sports aériens. Le dernier aéroport construit est l'Aéroport de Beni Mellal ce dernier fut pendant longtemps un petit aéroport régional dédié à des compétitions internationales de parachutisme avant qu'il ne fût agrandi pour recevoir des Boeing 737 en vol direct d'Europe. La stratégie du transport arien actuelle au Maroc porte sur l'agrandissement de plusieurs aéroports dont une bonne partie est en cours mais aussi sur la construction de 3 grands aéroports nouveaux : un nouvel aéroport passagers à Marrakech, un aéroport spécial fret à Casablanca-Ben Slimane et un nouvel aéroport mixte à Tanger-Tétouan[2]. En 2014 l'aéroport de Casablanca avoisine 8 millions de passagers soit 45 % du total du trafic aérien suivi de Marrakech avec 4 millions de passagers. Les six autres aéroports suivants dépassent la même année le demi million de passagers.

Aéroports internationaux - Code IATA (total passagers en 2014)[39]

Aéroports nationaux/régionaux (touristiques, sportifs, militaires ou mixtes) - Code OACI

  • Aéroport Casablanca Tit Mellil - GMMT
  • Aéroport d'Ifrane - GMFI
  • Aéroport Casablanca Ben Slimane - GMMB
  • Aéroport de Kénitra militaire - GMMP
  • Aéroport de Kénitra tourisme - GMMY
  • Aéroport de Safi - GMMS
  • Aéroport de Sidi Ifni - GMMF
  • Aéroport de Sidi Slimane - GMSL
  • Aéroport de Taroudant - GMMO
  • Aéroport de Taza - GMFZ
  • Aéroport de Ouazzane - GMFA
  • Aéroport de Meknès - GMFM
  • Aéroport de Sefrou - GMFU
  • Aéroport de El Jadida - GMMJ
  • Aéroport de Tarfaya - TFY
  • Aéroport de Taouahar - GMFT
  • Aéroport de Inezgane - GMAA
  • Aéroport de Smara - GMMA

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Transport par conduites[modifier | modifier le code]

Énergie[modifier | modifier le code]

  • Oléoducs[40] : brut : 270 km ; produits raffinés : 175 km ;
  • Gazoducs : 944 km, en projet 400 km[41] (entre El Jadida Jorf-Sfar à Tanger) ;

Phosphates[modifier | modifier le code]

  • Minéroducs : 187 km[42].

Eau[modifier | modifier le code]

  • Autoroute de l'eau : 500 km (projet pour le transport d'eau du nord vers le sud en stress hydrique[1]).

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Le Maroc occupe une assez large façade maritime sur la Méditerranée et l'Atlantique, son secteur maritime est doté de 38 ports répartis comme suit :

  • 13 ports de commerce international ;
  • 6 ports passagers ou de de plaisance ;
  • 19 ports de pêche ou d'export de produits halieutiques.

Après le succès du port de Tanger Med le Maroc projette de construire prochainement trois nouveaux ports similaires : Nador West Med, Kénitra Atlantique et Dakhla Atlantique[2].

Principaux ports marocains[modifier | modifier le code]

Au terme de l’année 2014, l’activité des ports marocains a atteint un nouveau record, avec un volume de 115 millions de tonnes, marquant ainsi une augmentation exceptionnelle de 14,3 % par rapport à l’année précédente[43]. Cette hausse a été tirée par la bonne orientation aussi bien du trafic domestique (Import Export), ayant enregistré un raffermissement de 11,5 %, que du trafic de transbordement des conteneurs au port de Tanger Med, ayant marqué une consolidation du positionnement du Maroc sur ce segment avec une amélioration des volumes manipulés de 20,2 %.

Principaux ports de commerce[modifier | modifier le code]

  • Tanger Med (39 millions de tonnes) ;
  • Port de Casablanca (25 millions de tonnes) ;
  • Port de El Jadida-Jorf el sfar (22 millions de tonnes) ;
  • Port de Mohammadia (11,5 millions de tonnes) ;
  • Port de Safi (6.2 millions de tonnes) ;
  • Port de Agadir (4.2 millions de tonnes) ;
  • Port de Layoune (3.2 millions de tonnes) ;
  • Autres ports (0.5 millions de tonnes).

Ports halieutiques[modifier | modifier le code]

Le Maroc détient 60 % de la production mondiale de sardines, plusieurs ports marocains font de la pêche de cette espèce facile à mettre en conserve et à exporter leur activité principale. D'autres espèces de poissons sont pêchées et exportées à partir des principaux ports suivants:

  • Port d'Agadir ;
  • Port de Dakhla ;
  • Port de Safi ;
  • Port de Larache ;
  • Port de Layoune ;
  • Port de Al Hoceima ;
  • Port de Jorf El Sfar ;
  • Port de Kénitra-Mehdia.

Il convient de rappeler que Les ports de Agadir et Jorf El Sfar sont des ports mixtes d'import/export produits halieutiques et agricoles.

Ports Passagers[modifier | modifier le code]

Le transport maritime passagers est certes plus prospère dans les ports méditerranéens notamment dans les deux ports de Tanger et au sein du port de Nador Beni Nsar, cependant, deux ports atlantiques ont connu récemment une croissance remarquable de l'activité croisières à savoir les ports de Agadir et de Casablanca, les autres types de transports maritimes est dominé par l'expansion rapide des ports de plaisance.

Ports ferry

  • Port de Tanger Med (ferries + fast ferries: 2.15 millions passagers)[44] ;
  • Port de Tanger ville (port 100 % fast ferries: 1.45 millions passagers) ;
  • Port de Nador Beni Nsar (ferries + fast ferries: 0.45 millions passagers) ;
  • Port de Al Hoceima (ferries : 42 milles passagers) ;
  • Port de Layone (desserte îles Canaries en 7 heures) ;
  • Port de Tarfaya (desserte îles Canaries en 3 heures fermeture temporaire en attente d'agrandissement).

Ports Croisières

  • Port de Casablanca (260 000 croisiéristes en 2014) ;
  • Port de Tanger (90 000 croisiéristes en 2014) ;
  • Port de Agadir (60 000 croisiéristes en 2014).

Ports de plaisance
Malgré ses 3 500 km de côtes le Maroc jusqu'à la fin du siècle dernier ne possédait pas de marinas excepté Marina Smir qui est située à proximité de la ville de Tétouan. Pendant longtemps les catamarans européens qui effectuaient la traversées de l'Atlantique faisaient escale au sein des ports de pêche marocains situés sur la côte atlantique. Aujourd'hui 6 marinas sont opérationnelles au Maroc pour à peine un total de 3 000 anneaux disponibles, plusieurs autres marinas sont en construction ou en projet et en attendant la livraison des chantiers beaucoup de bateaux de plaisance sont accueillis dans les ports de pêche notamment à Tanger et Casablanca où les travaux ont pris du retard. Ci-dessous la liste des marinas actuelles et en projet:

6 Marinas opérationnelles: 3 méditerranéennes, 3 atlantiques

  • Mediterrania Saïdia (1 350 anneaux)
  • Marina Smir (450 anneaux)
  • Marina Agadir (300 anneaux)
  • Marina Bouregreg (250 anneaux)
  • Marina Kabila
  • Marina Mohammadia

3 Marinas en construction

  • Marina Tanger
  • Marina Casablanca
  • Marina Tan-Tan[45]

Marinas en projet

Compagnies maritimes[modifier | modifier le code]

Les transport maritime de marchandises jouent un rôle important pour le commerce extérieur du Maroc, il assure une bonne compétitivité quand au coût de la logistique qu'à la durée de traitement des cargaisons, la connectivité maritime de ce pays s'est nettement améliorée dernièrement pour placer le Maroc à la 16e place mondiale[47]. À côté des échanges s’effectuant par fret maritime direct ou par transports combinés Ro-Ro TIR ou Ro-Ro Rail il s'est ajouté pendant la dernière décennie l'activité de transbordement de conteneurs. Cette activité se concentre au Port de Tanger Med qui s'est vu connecté à 163 ports mondiaux en 2014[47]. Concernant l'activité de transport passagers, ce secteur est, à l'instar du transport aérien, aussi ouvert à la concurrence: une douzaine de compagnies marocaines et étrangères opèrent dans ce domaine entre quatre ports marocains (Tanger ville, Tanger Med, Alhoceima et Nador) et neuf ports européens (Tarifa, Algésiras, Malaga, Motril, Alméria, Barcelone, Sète, Livorno et Genova), une nouvelle ligne ferry de la SNCM est parfois évoquée de Marseille vers le Maroc[48]. Depuis février 2016 le groupe FRS a ajouté une nouvelle ligne RORO mixte[49] fret et passagers très intéressante dans la mesure où elle connecte le réseau autoroutier marocain directement à la ville andalouse de Motril passant outre les immenses embouteillages des zones balnéaires de la Costa del Sol espagnole.

Compagnies maritimes étrangères desservant le Maroc:

  • Grimaldi Lines
  • Grandi Navi Veloci
  • Trasmediterranea
  • Naviera Armas
  • Acciona
  • balearia

Compagnies maritimes marocaines actuelle:

Anciennes compagnies maritimes:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b 3.6 milliards $ coût de l'autoroute de l'eau
  2. a, b et c les futures projets de transport
  3. Réseau routier au Maroc
  4. PNRR I & II
  5. PNRR I : 15 500 km de routes rurales
  6. Réseau routier marocain en 2012
  7. Voies express: objectif 1 600 km en 2016
  8. Voie express Taza - Al Hoceima livrée en 2018
  9. Prime à la casse taxis collectifs
  10. Prime à la casse Grands taxis : 4 % de véhicules renouvelés
  11. Prime à la casse : 800 Caddy en attente de livraison
  12. L'offre Nissan pour taxis : 900 NV200 escomptés pour 2015
  13. Achat d'agrément de cars
  14. Codeshare CTM Eurolines
  15. CTM Premium 100 000 passagers en 2014
  16. CTM 100 ans en 2019
  17. Prime à la casse pour les transporteurs
  18. Prime à la casse rehaussée
  19. Réseau ferroviaire ONCF
  20. Réseau Supratours
  21. a et b Ligne rail Oujda Bouarfa du fret et des touristes
  22. a et b Le train Oriental Express
  23. Chiffres ONCF
  24. rapport annuel ONCF 2010 Rapport 2010 (Page 30)
  25. L'Économiste : le premier quotidien économique du Maroc
  26. Lancement imminent des travaux de la LGV Marrakech - Essaouira
  27. Nouvelle ligne Rabat - Meknès
  28. Projets de Casa Transports
  29. Prime à la casse petits taxis
  30. Ligne postale aérienne Toulouse - Rabat
  31. Service commercial Toulouse - Maroc
  32. premières Lettres par avion France - Maroc
  33. Trafic aérien: le Maroc intègre Eurocontrol
  34. Transport aérien horizon 2030
  35. Le Big 4 du ciel africain
  36. RAM l'ASMEX négocie de nouvelles réductions à l'export
  37. DHL Maghreb transforme Casablanca en hub régional
  38. Nouvelle ligne DHL Tanger Europe
  39. METL chiffres 2014 (page 28)
  40. CIA World Factbook Ed. 2013
  41. Gazoduc Terminal GNL
  42. OCP Slurry Pipeline
  43. Bilan portuaire 2014 Rapport ANP 2014 (page 2)
  44. Trafic passagers 2014 ANP 2014 (page 3)
  45. Oued Chbika: Création d’une holding hôtelière
  46. 6,5 MMDH pour le développement d’Al Hoceïma
  47. a et b Tanger Med 2014
  48. Une ligne SNCM de Marseille vers le Maroc?
  49. FRS ouvre une ligne mixte Tanger Med - Motril