Liste des autoroutes du Maroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
UK motorway symbol.svg
A3 Autoroute Rabat-Casablanca

Le réseau des autoroutes marocaines est long de 1 649 km[1] et devrait atteindre la longueur de 1 800 km à fin 2016[2].

L'autoroute Casablanca - Rabat A 3 fut la première autoroute à être lancée au Maroc avec la conception de la première tranche (33,5 km) Casablanca-Oued Cherrat ouverte dès 1978, la même autoroute a été complétée jusqu'à Rabat en 1987 puis mise sous péage en 1991.

Le dernier tronçon autoroutier ouvert à la circulation est le contournement de Rabat-Salé qui fait partie de l’autoroute A 1 et qui a été inauguré le 7 juillet 2016. Ce tronçon de 42 km de long permet de contourner les agglomérations de Rabat et Salé par l'Ouest et assure une continuité autoroutière de l'axe Tanger-Agadir.

Le réseau autoroutier marocain est exploité par la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) qui est membre de l'ASECAP[3]. La vitesse maximale autorisée sur l'ensemble du réseau est de 120 km/h. En 2011, les autoroutes marocaines drainent plus de 20 % de l'ensemble de la circulation avec un chiffre d'affaires dépassant les 2 milliards de MAD[4]. Le réseau de l'ADM est certifié ISO 9001 version 2008 avec toutes les normes de sécurité, d'assistance et ses 59 aires de repos et services[5].

En plus des 1 649 km d'autoroutes à péage, le Maroc dispose également d'un réseau de 770 km[6] de voies express gratuites qui est censé atteindre 1 600 km à fin 2016.

Aujourd'hui 60% de la population marocaine est directement reliée par une autoroute et toutes les villes de plus de 400 000 habitants sont rattachées au réseau autoroutier[7].

Développement du réseau[modifier | modifier le code]

L’histoire du réseau autoroutier marocain a pris naissance à la suite d’une étude générale sur le secteur du transport routier au Maroc menée en 1969[8]. L’étude en question pointait du doigt le problème du transport au Maroc en général et la congestion du trafic entre Rabat et Casablanca en particulier. En effet, ces deux métropoles étaient reliées par trois routes parallèles — une nationale et deux routes secondaires —, mais les déplacement entre elles étaient devenus difficiles et l’idée d'une autoroute est née pour y remédier.

Le programme autoroutier marocain peut être décomposé en cinq étapes, correspondant chacune à un plan décennal. Le rythme des constructions s'est accéléré dernièrement et l'on se dirige vers un plan quinquennal au-delà de 2015. Ce programme s’articule ainsi :

  • 1969-1979 — Cette période se distingue par les tentatives de rationalisation des choix budgétaires. Cette rationalisation a conduit à un dédoublement partiel des portions de la route principale Rabat-Casablanca en situation de congestion. Ensuite en 1975 a été lancée la construction de l'autoroute Casablanca-Rabat. Cette construction se fera par phases et s'étalera jusqu'en 1987. Ce projet a bénéficié du premier prêt de la Banque mondiale dans le secteur routier.
  • 1979-1989 — Cette période est marquée par un vaste plan de rigueur qui a justement conduit au choix d’un modèle économique payant pour la seule autoroute existante à peine achevée. Aucune avancée majeure dans le rythme de construction d’autoroutes n’est constaté. Cependant, l’appel au modèle payant a permis de lancer dès la fin des années 1980 une nouvelle étude de transport et de trafic. Cette étude a mis en exergue la nécessité d'établissement d'un schéma d'armature autoroutier de 1 500 km à réaliser à l'horizon 2010. En 1989, le réseau autoroutier marocain est inférieur à 100 km.
  • 1989-1999 — Création de la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) en 1989 et mise en place du péage. On assiste à une accélération notable de l’évolution du réseau durant laquelle l’autoroute Rabat-Fez est ouverte. En 1999, le réseau d'autoroutes est proche de 400 km.
  • 1999-2008 — Le rythme des constructions s'accélère et l'on passe de 40 km à environ 100 km d’autoroutes par an. Le premier contrat programme entre l’État et l’ADM, pour la période 2004-2008 a donné un élan supplémentaire à cette accélération. Les autoroutes Rabat-Tanger et Casablanca-Marrakech sont inaugurées. En 2008, le réseau d'autoroutes au Maroc atteint 1 100 km.
  • 2008-2015 — Un second contrat programme, pour la période 2008-2015, entre l’État marocain et l’ADM est signé en juillet 2008 et fixe comme objectif 1 800 km en 2015. L’autoroute de Fez-Oujda est ouverte à la circulation en 2011. Juillet 2015 l'autoroute Berrechid-Beni Mellal est ouverte et porte le réseau à 1 626 km. C'est pendant ce dernier contrat programme que le réseau autoroutier marocain a connu le plus d'évolutions technologiques.

Impacts économiques[modifier | modifier le code]

Les autoroutes au Maroc font gagner, en moyenne, 30 minutes par 100 km. Des gains estimés par ADM, pour l’année 2012, à 7 milliards de MAD, soit près d’un point du PIB. Sur le plan régional le réseau autoroutier marocain connecte plusieurs centres industriels, touristiques et urbains comme suit:

  • La majorité des centres économiques du pays ;
  • 80% des établissements industriels ;
  • 8 aéroports internationaux ;
  • Les 5 principaux ports commerciaux ;
  • 76% des lits touristiques classés[7] reliés ;
  • 24 villes sur les 27 dépassant 100 000 habitants.

Améliorations techniques[modifier | modifier le code]

  • ISO 9001 version 2008 (2009) — Depuis la fin des années 2000, ADM a essayé d’apporter plusieurs améliorations à son réseau, ce qui lui a permis de décrocher le certificat ISO 9001 version 2008. Cette certification porte sur l’ensemble des domaines d’activité de la société, couvrant la construction et l’exploitation des autoroutes, ainsi que sur tous les processus de management et de support déployés par ADM.
  • Lecture automatique des matricules (mai 2010) — Le 19 mai 2010 ADM introduit la lecture automatique de plaques minéralogiques dans ses péages. Le plus difficile dans ce processus fut la gestion de l'alphabet arabe qui a nécessité plusieurs tests validés tous avec succès[9].
  • Panneaux à Messages Variables (juillet 2010) Le système d'aide à l'exploitation par Panneaux à Messages Variables (PMV) est quant à lui introduit en juillet de la même année[10] il est en cours de déploiement à l'ensemble du réseau actuel ou en construction.
  • Tests du télépéage (juillet 2011) — Le télépéage est introduit pour la première fois le 27 juillet 2011 sur un site pilote à la station Bouznika[11](sortie de Casablanca), La phase de test du télépéage est prévue pour 12 mois avant l’application à l'ensemble du réseau. En attendant la généralisation du télépéage, 8 voies de péage sont ajoutées à la même station afin d'éviter la congestion du trafic. Dans le même sens, le 5 octobre 2011, ADM met en place une solution monétique[12] afin de fluidifier davantage la circulation aux péages.
  • Bandes sonores anti-sommeil (2012) En 2012 Autoroutes du Maroc (ADM) commença à déployer les bandes sonores améliorant la sécurité de la conduite de nuit[13].
  • Centre d'appels 5050 (2013) ADM a introduit un numéro d'urgence facile à retenir (5050) en 2013 pour remplacer 10 numéros à plusieurs chiffres[14] anciens et a multiplié les véhicules de service mobilisables pour répondre aux appels de secours.
  • Nouvelle application iOS & Android (2014) En se basant sur son ancienne application moins riche et qui était disponible uniquement sur iOS, ADM lance en 2014 une application plus aboutie[15] et pleines de fonctions géolocalisés au service des conducteurs (météo, alertes trafic, stations de services les plus proches etc). Et surtout un bouton d'alarme 5050 qui permet à ADM de localiser exactement la position du conducteur en cas de panne. Autoroute du Maroc (ADM) n'ayant pas planté de bornes d'appels d'urgence cette dernière application lui permettra de faire des économies énormes et lui permettra de connaitre avec précision les lieux de pannes afin d'alertes les usagers en temps réel.
  • Installation de la vidéosurveillance (2016) ADM installe un système de télésurveillance composé de 54 caméras sur l'axe le plus fréquenté de son réseau[16], l'objectif est d'équiper à terme l'ensemble du réseau et d'utiliser ce dispositif comme système d'aide à l'exploitation (SAE) en le couplant à son système d'alertes par PVM et par son application mobile.

Aires de repos et de services[modifier | modifier le code]

Les aires de repos sur les autoroutes marocaines sont toutes équipées avec les services de base à savoir les carburant, des points de restauration et des sanitaires. Les aires dites de services contiennent, en outre, des centres de maintenances pour les véhicules. Les aires sont souvent espacées de 40 à 70 km[17], contrairement à la réglementation sur les routes nationales marocaines où ce sont les services de l'état qui fixent les règles d'un minimum de 30 km entre les stations de services pour raison de non concurrence, sur les autoroutes au Maroc c'est la société ADM qui fixe les règles[18] selon les longueurs des autoroutes et leurs fréquentations, entre Rabat et Settat les aires d'autoroutes sont situées en majorité a des intervalles inférieurs a 30 km mais la fréquence du trafic ne remet pas en cause leur rentabilité.

Il existe plusieurs opérateurs d'exploitation des aires de repos et de services d'autoroutes au Maroc, ils sont sélectionnés par appel d'offre pour une concession de 20 ans[18] sur un cahier de charge strict avec obligation d'ouverture à l'inauguration de l'autoroute et des pénalités allant jusqu'à 1 000 dirhams en cas de retard[18], après ouverture, des redevances annuelles sont reversées à ADM. Parmi les sociétés détentrices d'aires de services, en tête desquels se trouve le groupe marocain Afriquia qui détient 30% du marché propose des offres complètes de restauration traditionnelles et internationales en plus d'une supérette Mini Brahim suivi de Total qui s'est allié aux enseignes Grill Lunch et à La Croissanterie[19] puis Vivo Energy (groupe Shell) qui a commencé à déployer[20] des franchises Burger King et Brioche Dorée dans ses aires de repos. Plusieurs autres opérateurs détiennent des aires de repos sur les autoroutes marocaines qui proposent en plus du carburant des prestations diverses et variées mais de qualité plus ou moins garantie. Afin de mieux conseiller ses usagers, depuis 2014 Autoroutes du Maroc a lancé un label qualité accordé aux meilleurs aires d'autoroutes de son réseau, en 2015 sur les 6 awards attribués trois sont décernés aux stations autoroutières de Afriquia deux a l'opérateur Total et un au petit opérateur Winxo.

Dans le cadre du développement des aires de services , Autoroutes du Maroc a scellé un partenariat avec l'enseigne de restauration rapide McDonald's , en vue de réaliser sur certaines aires de services des restaurants. Il s'agit de la seconde enseigne de restauration rapide à s'installer sur le réseau autoroutier.

Réseau existant (1 649 km)[1][modifier | modifier le code]

Autoroute Villes desservies Longueur
A 1 Peaje.png Rabat - Salé - Kénitra - Tanger 262 km
A 2 Peaje.png Rabat - Meknès - Fès - Taza - Oujda 478 km
A 3 Peaje.png Rabat - Mohammédia - Casablanca 86 km
A 4 Peaje.png Tanger - Port Tanger Med 54 km
A 5 Peaje.png Casablanca - El Jadida 114 km
A 6 Peaje.png Tétouan - Fnideq 28 km
A 7 Peaje.png Casablanca - Marrakech - Agadir 453 km
A 8 Peaje.png Berrechid - Beni Mellal 172 km
Total
1 649 km

Autoroute F.svg A 1 : Rabat - Tanger[modifier | modifier le code]

262 km à 2x2 voies

Autoroute F.svg A 2 : Rabat - Oujda[modifier | modifier le code]

478 km à 2x2 voies

Autoroute F.svg A 3 : Rabat - Casablanca[modifier | modifier le code]

Péage sur l'autoroute A3

86 km à 2x3 voies

  • 1987 : Inauguration de l'autoroute Casablanca - Rabat
  • 1991 : Mise sous péage de l'autoroute et concession à ADM
  • 2012 : Élargissement des voies, en passant de 2x2 à 2x3 afin de faire face à la hausse du trafic.

Autoroute F.svg A 4 : Tanger - Port Tanger Med[modifier | modifier le code]

54 km à 2x2 voies

D'une longueur de 54 km, elle assure la liaison entre la A1 et le nouveau port de Tanger Med (région de Oued Rmel).

Autoroute F.svg A 5 : Casablanca - Safi[modifier | modifier le code]

255 km

Autoroute F.svg A 6 : Tétouan - Fnideq[modifier | modifier le code]

28 km

Autoroute F.svg A 7 : Casablanca - Marrakech - Agadir[modifier | modifier le code]

453 km à 2x2 voies

Autoroute F.svg A 8 : Berrechid - Beni Mellal[modifier | modifier le code]

172 km à 2x2 voies

Nomenclature des autoroutes et des sorties[modifier | modifier le code]

  • Numérotation des autoroutes : La nomenclature des autoroutes marocaines a commencé relativement tard soit après l'achèvement des trois premières autoroutes, le système adopté suit le modèle français à savoir un système de numérotation radial autour de la capitale Rabat par ordre croissant dans le sens des aiguilles d'une montre, ainsi bien que l'autoroute Rabat - Casablanca fut la première autoroute construite et qu'elle suit strictement le tracé de la route nationale N1, elle est nommée Autoroute A3 ; cette dernière suit dans l'ordre de rotation l'Autoroute du nord A1 et l'autoroute de l'est A2.
  • Numérotation des sorties : Les sorties d'autoroutes ne furent pas numérotées pendant les 25 ans du début des autoroutes à péage au Maroc. Plusieurs réflexions eurent lieu pour sélectionner une règle précise de nomenclature des sorties d'autoroutes, plusieurs fois le système français, consistant à numéroter les sorties par ordre de départ de la capitale, a été évoqué, cependant, ce système n'a pas convaincu les autorités marocaines dans la mesure où plusieurs nouvelles sorties sont aménagées au fur et à mesure de l'ancienneté de chaque autoroute. Ceci étant, et dans une indifférence total après l'élargissement de l'autoroute Rabat - Casablanca, les nouveaux panneaux de signalisations posés contiennent des chiffres pour chaque sortie, des nombres qui correspondent au point kilométrique à partir de Rabat, soit en somme un système semblable aux réseau autoroutier espagnole.
  • Problématique des nouvelles autoroutes : Alors que le contrat programme autoroutier marocain arrive bientôt à échéance avec les deux dernières autoroutes A8 et A9, se pose le problème des autoroutes à deux chiffres et les autoroutes régionales. Le nouveau contrat programme qui selon plusieurs indiscrétions porterait sur un plan de sept nouvelles autoroutes, aucune communication n'est encore faite concernant les numérotations des nouvelles autoroutes ni sur leurs sorties respectives. Dans le nouveau programme une seule autoroute impliquerait la capitale Rabat (la deuxième autoroute Rabat - Casablanca) ce qui laisserait penser à l'adoption de capitales de régions comme pivots de numérotation des nouvelles autoroutes inter-régionales.

En cours de finalisation/en travaux[modifier | modifier le code]

Autoroute F.svg A 5 : El Jadida - Safi[modifier | modifier le code]

Cette autoroute prolonge l'axe autoroutier atlantique qui comptera à terme près de 600 km. Les travaux de cette autoroute à 2x2 voies, longue de 141 km, ont été lancés en avec une mise en service prévue courant 2016[21]. Le coût de réalisation est estimé à 4,2 milliards de MAD.

En projet[modifier | modifier le code]

Autoroute F.svg A 9 : Autoroute Tit Mellil - Berrechid[modifier | modifier le code]

L'autoroute en site propre Casablanca-Berrechid par Tit Mellil, d'un linéaire de 30,5 km, vise, quant à elle, à soulager les voies de dégagement de Casablanca qui arrivent à saturation. Elle permettra, en outre et grâce à l'autoroute de contournement de Casablanca, un accès plus aisé aux différents quartiers périphériques de la ville.

Le coût de réalisation de cet axe est estimé à 1,35 milliard de MAD. Le lancement des travaux était prévu initialement en pour un achèvement en . La première section de l'autoroute A9 Tit Mellil - Berrechid sur une section de 9 km[22] est programmée pour l'année 2016, l'appel d'offre a été émis par ADM le 2 décembre 2015 pour une ouverture des plis le 13 janvier 2016. Le budget inscrit et validé dans la loi des finances 2016 de cette première partie correspond à 800 millions de Dirhams[23]. La date de réalisation de la deuxième partie n'est pas encore fixée, étant donné la mise en place du nouveau programme autoroutier il n'est pas exclu que le tracé de l'autoroute A9 côté nord subirait des modifications afin de déboucher sur la nouvelle autoroute Casablanca - Rabat, l'autoroute dite continentale[24]. L'objectif de ces deux projets étant de relier la capitale Rabat au Hub aérien de Casablanca Mohamed V, il convient de rappeler qu'à l'heure actuelle à cause de l'encombrement du trafic entre ces deux dernières villes distantes d'à peine 100 km la RAM organise des vols de l'aéroport de Rabat vers l'aéroport Mohammed V pour ses clients long courrier.

En étude[modifier | modifier le code]

Plusieurs tronçons sont actuellement en cours d'étude[25]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]