Sauvignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sauvignac
Sauvignac
Le bourg vu du sud-est
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Charente-Sud
Intercommunalité Communauté de communes des 3B - Sud-Charente
Maire
Mandat
Dominique Bodet
2014-2020
Code postal 16480
Code commune 16365
Démographie
Gentilé Sauvignacais
Population
municipale
104 hab. (2017 en augmentation de 8,33 % par rapport à 2012)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 27″ nord, 0° 04′ 49″ ouest
Altitude Min. 49 m
Max. 131 m
Superficie 11,62 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Sauvignac
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Sauvignac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sauvignac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sauvignac

Sauvignac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Sauvignacais et les Sauvignacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Sauvignac est une commune du Sud Charente, limitrophe de la Charente-Maritime et située dans la forêt de la Double saintongeaise, à 9 km au sud de Brossac et 48 km au sud d'Angoulême.

Le bourg de Sauvignac est aussi à 9 km au nord-est de Montguyon, 10 km à l'ouest de Chalais, 13 km au nord-ouest de Saint-Aigulin et La Roche-Chalais,18 km au sud-est de Baignes, 25 km au sud-est de Barbezieux et 61 km au nord-est de Bordeaux[2].

À l'écart des grandes routes, la commune est traversée par de petites routes départementales, dont la D 206 et la D 460 qui se croisent au bourg. La D 135 (D 157 en Charente-Maritime) de Chalais à Martron, limite la commune et le département au sud. La D 142 entre Chevanceaux et Saint-Aigulin passe par Martron en limite sud-ouest. La D 7, au nord-ouest de la commune, permet de joindre Brossac[3].

La gare la plus proche est celle de Chalais, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le bourg, minuscule, est au carrefour de deux petites routes départementales, la D 206 et la D 460.

De nombreux hameaux composent la commune et font clairières dans la forêt. Citons en particulier Mélac à l'extrême sud-est, au carrefour de la D 135 et de la D 191[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sauvignac
Saint-Vallier
Boresse-et-Martron
(Charente-Maritime)
Sauvignac Yviers
Le Fouilloux
(Charente-Maritime)
La Genétouze
(Charente-Maritime)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La totalité de la commune est occupée par un terrain composé de sable kaolinique, d'argiles et de galets, dépôt datant du Tertiaire[4],[5],[6].

Le relief de la commune est celui d'un bas plateau vallonné. Le point culminant est à une altitude de 131 m, situé dans l'est de la commune à Bel-Air. Le point le plus bas est à 49 m, situé à l'extrémité occidentale le long du Palais en face du bourg de Martron. Le bourg de Sauvignac est à 100 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Palais, affluent du Lary, fait la limite occidentale de la commune qui est aussi celle du département. Le Lary est un affluent de l'Isle et un sous-affluent de la Dordogne.

Le ruisseau de la Poussonne, affluent du Palais qui naît aussi à Brossac, fait la limite nord-ouest de la commune avec Saint-Vallier, et ses petits affluents intermittents drainent toute la surface communale.

La commune comporte de nombreux étangs[3].

Végétation[modifier | modifier le code]

La Double saintongeaise vue de Bel-Air.

Ces sols peu fertiles ou landes sont souvent boisés en pins maritimes, châtaigniers, chênes (rouvres, pédonculés, tauzins), et bruyère et constituent la Double saintongeaise, prolongement occidental de la Double du Périgord, qui couvre une grande partie des cantons de Brossac et Baignes. Elle est appelée parfois forêt de Chaux ou Petit Angoumois en Charente, dont fait partie le bois du Ramard sur la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est attesté par la forme ancienne de Saviniaco villa vers 1100[7].

L'origine du nom de Sauvignac remonterait à un nom de personne gallo-romain Salvinius auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Salviniacum, « domaine de Salvinius »[8],[9]. La forme ancienne peut aussi faire penser à Savinius.

La commune éphémère de Mélac a été absorbée par Sauvignac entre 1790 et 1794, qui s'est alors appelée Sauvignac et Mélac, puis Sauvignac-Mélac en 1801, avant de s'appeler Sauvignac plus tard dans le XIXe siècle[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, Mélac était une ancienne paroisse. Il y avait la commanderie hospitalière Saint-Jean, supposée par certains auteurs d'origine templière, qui a servi d'église paroissiale jusqu'au XVIIIe siècle. Elle fut détruite entre 1697 et 1738 et a aujourd'hui disparu[11],[12].

L'église paroissiale de Sauvignac était une annexe de celle de Saint-Vallier. En 1756, la foudre tomba sur le campanile qui surmonte le portail et tua cinq personnes, et une centaine furent blessées soit par la foudre soit par la panique, dont le curé[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections au Parlement européen de mai 2014, la commune de Sauvignac a donné son plus gros score départemental à la liste du Front national : 54,55 % des suffrages exprimés[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2008 André Godet    
2008 En cours Dominique Bodet SE Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2017, la commune comptait 104 habitants[Note 1], en augmentation de 8,33 % par rapport à 2012 (Charente : -0,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
13992169223228236264261246
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
238220223253273262255247219
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
242220195192186180149165152
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
1541481211029610495104104
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,5 %, 15 à 29 ans = 13 %, 30 à 44 ans = 25,9 %, 45 à 59 ans = 22,2 %, plus de 60 ans = 20,4 %) ;
  • 48,1 % de femmes (0 à 14 ans = 26 %, 15 à 29 ans = 10 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 24 %, plus de 60 ans = 16 %).

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,9 % contre 48,4 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Sauvignac en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
5,6 
75 à 89 ans
4,0 
14,8 
60 à 74 ans
12,0 
22,2 
45 à 59 ans
24,0 
25,9 
30 à 44 ans
24,0 
13,0 
15 à 29 ans
10,0 
18,5 
0 à 14 ans
26,0 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture est la principale ressource de la commune.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église.

L'église paroissiale Saint-Hilaire date du XIIe siècle, mais elle a été endommagée pendant les guerres de religion. Les voûtes écroulées ont été refaites en lambris. L'abside est circulaire[19]. Elle est décorée d'arcades en dedans et en dehors comme à Saint-Vallier[20]. Le clocher a été foudroyé en 1756, reconstruit en 1775, mais détruit à nouveau. L'église a été restaurée entre 1889 et 1921[21].

La cloche de l'église date de 1555; elle est gravée « I.H.S. IN L'AN MVCLV IE FUZ FESTE POUR S. HYLERE D. SAUVIGNAC P. GENDRON F.I. MARTAGUET ». Elle est classée monument historique au titre objet depuis 1943[22]. Les fonts baptismaux datent du XIIe siècle[23].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

À Bel-Air, une ancienne tour est un point géodésique. C'est le point culminant de la commune (131 m).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 13 juin 2015)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Montguyon », sur Infoterre, (consulté le 30 décembre 2011)
  7. Paul-François-Étienne Cholet (préf. L.Clouzot), Cartulaire de l'abbaye de Saint-Étienne de Baigne, Niort, L.Clouzot, , 382 p. (lire en ligne), p. 148,149
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 646.
  9. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 375
  12. « Ancienne commanderie », notice no IA00041189, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Vote record aux européennes
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  17. « Évolution et structure de la population à Sauvignac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  19. Société archéologique et historique de la Charente, Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente 1861, Nadaud, Angoulême, , 430 p. (lire en ligne), p. 268
  20. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 317
  21. « L'église Saint-Hilaire », notice no IA00041188, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Cloche de l'église », notice no PM16000275, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. « Mobilier de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]