Chevanceaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chevanceaux
Image illustrative de l'article Chevanceaux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Canton Trois Monts
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute-Saintonge
Maire
Mandat
Roger Soulard
2014-2020
Code postal 17210
Code commune 17104
Démographie
Gentilé Chevancelais
Population
municipale
987 hab. (2014en diminution de -3.33 % par rapport à 2009)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 15″ nord, 0° 13′ 58″ ouest
Altitude Min. 63 m
Max. 154 m
Superficie 21,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Chevanceaux

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Chevanceaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevanceaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevanceaux

Chevanceaux est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Chevancelais et les Chevancelaises[1].

C'est à l'est du bourg de Chevanceaux que se trouve le point culminant de la Double saintongeaise, au site du coteau de Boismorand qui culmine à 154 mètres de hauteur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune limitrophe du département de la Charente est située dans la partie septentrionale du canton des Trois Monts.

C'est dans cette commune que se situe le point culminant de tout le sud de la Charente-Maritime avec 154 mètres d'altitude[Note 1]. Il s'agit du coteau de Boismorand, à l'est du bourg et près de la limite administrative du département voisin de la Charente.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chevanceaux
Chantillac
(Charente)
Bors
(Charente)
Boisbreteau,
Guizengeard
(Charente)
Chatenet Chevanceaux Neuvicq
Sainte-Colombe Pouillac Saint-Palais-de-Négrignac
Église de Chevanceaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1996 Louis Joanne RI, puis UDF Médecin, député
2001 2014 Gilbert Festal UMP Pharmacien
Conseiller général 1998-2011
2014 en cours Roger Soulard SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 987 habitants, en diminution de -3,33 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 033 1 124 1 124 1 241 1 346 1 414 1 452 1 390 1 412
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 360 1 383 1 402 1 403 1 370 1 348 1 294 1 209 1 168
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 116 1 235 1 179 1 092 1 060 1 073 1 058 1 035 1 041
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 035 1 044 1 129 1 087 1 008 981 1 018 986 987
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (29,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (28,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d'hommes (0 à 14 ans = 14,9 %, 15 à 29 ans = 19,4 %, 30 à 44 ans = 16,3 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 27,5 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 12,9 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 18,9 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 31,6 %).
Pyramide des âges à Chevanceaux en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
0,6 
11,0 
75 à 89 ans
13,7 
15,9 
60 à 74 ans
17,3 
21,8 
45 à 59 ans
21,5 
16,3 
30 à 44 ans
18,9 
19,4 
15 à 29 ans
15,2 
14,9 
0 à 14 ans
12,9 
Pyramide des âges du département de la Charente-Maritime en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
8,6 
75 à 89 ans
11,9 
16,4 
60 à 74 ans
17,1 
21,3 
45 à 59 ans
21,1 
19,1 
30 à 44 ans
18,5 
16,8 
15 à 29 ans
14,7 
17,3 
0 à 14 ans
15,1 

Économie[modifier | modifier le code]

La commune a donné son nom à une variété de châtaignes, le marron de Chevanceaux[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Butte à Maurin : tumulus d'époque indéterminée (néolithique ou motte castrale) en partie creusé en son centre ; selon une légende locale il aurait été créé par les sabots des chevaux de Charlemagne lors de son retour d'Espagne en 778[10].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le point culminant de la Charente-Maritime est de 173 mètres et il est situé au nord, près des Deux-Sèvres
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Site des villes et villages fleuris, consulté le 25 décembre 2016.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Évolution et structure de la population à Chevanceaux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population de la Charente-Maritime en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  9. François Julien-Labruyère, Paysans charentais: histoire des campagnes d'Aunis, Saintonge et bas Angoumois, vol. 1, Rupella, (lire en ligne), p. 457
  10. Jean-Sébastien Pourtaud et Yves Olivet, Dolmens, menhirs, tumulus et pierres de légendes de Charente-Maritime, Rioux-Martin, Le Croît Vif, , 231 p. (ISBN 9782361995294), p. 187