Assemblées de Dieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ADD.

Assemblées de Dieu
Acronyme WAGF
Mouvement Christianisme évangélique
Courant Pentecôtisme
Siège Springfield (Missouri), USA
Territoire Mondial
Fondation 1988
Membres 67 millions
Églises membres 366 105
Site web worldagfellowship.org

Les Assemblées de Dieu (ADD), officiellement l’Association mondiale des Assemblées de Dieu, sont un regroupement d'Églises chrétiennes évangéliques de courant pentecôtiste, présent au niveau mondial. En 2014, le mouvement regroupait quelque 67 millions de membres répartis dans 212 pays. Les AD possèdent de nombreuses écoles élémentaires, secondaires, des universités ainsi que des instituts de théologie.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
E.N. Bell, premier surintendant des Assemblées de Dieu.

L'histoire des AD prend racine dans les débuts du pentecôtisme[1],[2]. Après la Réforme au XVIe siècle, de petits groupes chrétiens anabaptistes évangéliques se font plus visibles. Ils souhaitent revenir à une piété et à une foi conformes à l’Évangile avec un engagement plus personnel envers le message du Christ. Ils se distinguent de Luther et Calvin par une réforme dite "radicale", qui revendique la séparation des Églises et de l'État et plaide pour des assemblées autonomes composées de convertis. Par ailleurs, ils refusent pour la plupart le baptême des enfants. Entre 1525 et 1529, il n'y avait que 29 groupes de ce type à Zurich et 10 à Schaffhouse. Vers 1630, on les estime au nombre de 4 000.

Le réveil du pays de Galles, les réveils de Topeka, Azusa Street ont contribué au véritable développement du mouvement de pentecôte.

Ces deux derniers réveils sont généralement attribués à un camp de prière organisé sous la direction de Charles Fox Parham (prédicateur et évangéliste), au Bethel Bible College à Topeka, au Kansas, aux États-Unis d'Amérique, le [3]. Le mouvement s'est rapidement étendu au Missouri, au Texas, à la Californie et ailleurs. En 1906, un camp de réveil, sous la direction de William J. Seymour, eut lieu à la Mission d'Azusa Street à Los Angeles et a attiré des croyants du monde entier[4]. Les aspects du réveil de la Pentecôte n'ont pas été bien accueillis par les Églises établies, et les associés au mouvement se trouvèrent bientôt forcés de quitter leurs Églises d'origine. Ces croyants ont cherché à établir leurs propres lieux de culte et fondèrent des centaines d'Églises spécifiquement pentecôtistes.

En 1914, de nombreux ministres et laïcs ont commencé à réaliser combien l'implantation du réveil pentecôtiste était profond. Les dirigeants ont senti le besoin de protéger et de préserver les résultats du réveil en unissant le mouvement en une Communauté unie. En avril 1914, environ 300 pasteurs et laïcs ont été invités venant de 20 états et de pays étrangers pour assister à une Assemblée Générale à Hot Springs, Arkansas, États-Unis, pour discuter et prendre des mesures sur ces questions et d'autres besoins pressants[5]. La communauté restante qui a émergé de la réunion a constitué la Conférence Générale des Assemblées de Dieu aux États-Unis d'Amérique (General Council of the Assemblies of God in the United States of America).

Avec le temps, des mouvements autonomes auto-financés et indépendants de la Conférence Générale ont été formés dans plusieurs pays à travers le monde, provenant soit de mouvements pentecôtistes locaux soit comme conséquence directe du travail des missions de la Conférence Générale[6]. Ainsi, les Assemblées de Dieu de France sont autonomes et indépendantes des Assemblées de Dieu de Finlande, d'Italie ou de Grande-Bretagne.

C'est en juillet 1988 que l’Association mondiale des Assemblées de Dieu est créée, Springfield (Missouri), USA[7].

En 2014, le mouvement regroupait quelque 67 millions de membres répartis dans 212 pays au sein de l’Association mondiale des Assemblées de Dieu (World Assemblies of God Fellowship)[8],[7],[9],[10], [11],[12],[13].

Programmes sociaux[modifier | modifier le code]

Siège international des Assemblées de Dieu à Springfield, Missouri.

Beaucoup d'Églises affiliées sont impliquées dans la vie communautaire de leur ville et dans des projets humanitaires (chrétiens) à l'étranger. Le développement communautaire, les secours d'urgence, le soutien aux démunis (personnes handicapées, prisonniers, malades, étrangers, etc), l'aide alimentaire et le parrainage d'enfants défavorisés sont quelques-unes des actions réalisées par les Églises ADD. Certaines branches nationales ont des ONG comme Convoy of Hope aux États-Unis et ERDO au Canada[14],[15]. Celles-ci affirment que l'aide est apportée à tous, sans distinction de religion[16]. Les AD possèdent de nombreuses écoles élémentaires et secondaires ainsi que des instituts de théologie[17],[18].

Pratiques spirituelles[modifier | modifier le code]

Les croyants se rassemblent le dimanche matin pour une réunion (chrétienne) dans une église locale pour adorer Dieu et recevoir un enseignement[19]. Des rencontres de prière ont également lieu en semaine[20]. Malgré certaines différences locales, les réunions débutent par des chants et de la musique (louange), de différents styles, tels rock chrétien ou gospel, un message pratique (sermon), offrandes (dons libres) et, périodiquement (une fois par mois) ou hebdomadairement, la cène. Dans beaucoup d'églises affiliées, il y a des classes adaptées pour les enfants, voire pour les adolescents.

Croyances[modifier | modifier le code]

Les églises affiliées partagent une théologie commune[21]. Leur doctrine de foi est édictée sous l'appellation des 12 vérités fondamentales qui sont[réf. nécessaire]:

1. Les Écritures constituent la Parole inspirée de Dieu, l’infaillible règle de la foi et de la conduite de l’Assemblée en général et du chrétien en particulier (2 Timothée 3 ; 15-16 ; 2 Pierre 1 :21)

2. L’Unité du seul Dieu vrai et vivant qui est éternellement existant par lui-même. Le «  Je suis » qui s’est révélé comme étant un en trois personnes (Deutéronome 6 : 4 ; Exode 3 : 14 ; Matthieu 28 : 19 ; Marc 12 :29 ; Jean 8 : 58)

3. La chute de l’homme, créé pur et innocent, mais tombé dans le péché par transgression volontaire (Genèse 1 : 26-31 ; 3 : 17 ; Romains 5 : 12-21)

4. Le salut en Jésus Christ qui mourut pour nos péchés, qui fut enseveli et ressuscité. La rédemption est acquise par son sang (Romains 10 :8-15 ; 1 Corinthiens 15 :3-4 ; Tite 3 :5-7)

5. Le baptême par immersion ordonné à ceux qui sont passés par la repentance et qui ont reçu Jésus Christ comme Sauveur et Seigneur (Matthieu 28 :19 ; Marc 16 : 16 ; Actes 10 : 17-18, 45-48)

6. Le baptême du Saint Esprit dont le signe initial est le parler en langues (Actes 2 : 4-8 ; 10 : 44-46 ; 19 : 6)

7. La sainteté de la vie (pensée, parole, conduite) dans l’obéissance au commandement divin : « Soyez saints » (1 Pierre 1 : 15-16 ; 2 Thessaloniciens 5 : 23 ; Hébreux 12 :14 ; 1 Jean 2 :6 ; Lévitique 20 :26)

8. La guérison divine, c’est-à-dire la délivrance de la maladie acquise par le sacrifice de Jésus au calvaire (Esaïe 53 :4-5 ; Matthieu 8 : 16-17 ; Jacques 5 :14)

9. La Sainte cène ou communion, sous les deux espèces ordonnée à tout croyant jusqu’au retour du Seigneur (Luc 22 :14-20 ; 1 corinthiens 11 :23-24)

10. La seconde venue pré-millénaire du Seigneur Jésus Christ Lui-même, espérance bénie placée devant tout croyant (Ac1 : 9-11 ; 1 Cor 15 : 20-24 et 51-57 ; 1 Thessaloniciens 4 : 13-17 ; Apocalypse 20 : 4-5)

11. Le châtiment éternel de ceux qui ne sont pas inscrit dans le livre de vie (Matthieu 25 : 26-30 ; Apocalypse 20 :11-15)

12. Les dons de Saint -Esprit et les différents ministères selon le Nouveau Testament (Ephésiens 4 : 11-12 ; 1 Corinthiens 12 :1-11 ; 14 :1-4)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Randall Herbert Balmer, Encyclopedia of Evangelicalism: Revised and expanded edition, Baylor University Press, USA, 2004, p. 37, 533
  2. William H. Swatos, Peter Kivisto, Encyclopedia of Religion and Society, Rowman Altamira, USA, 1998, p. 358
  3. Grant Wacker, Heaven Below: Early Pentecostals and American Culture, Harvard University Press, USA, 2009, p. 100
  4. Cecil M. Robeck, Jr, Amos Yong, The Cambridge Companion to Pentecostalism, Cambridge University Press, UK, 2014, p. 77
  5. John Stephen Bowden, Encyclopedia of Christianity, Oxford University Press, UK, 2005, p. 88
  6. General Council of the Assemblies of God (USA) - Our History (2006)
  7. a et b World Assemblies of God Fellowship, History of WAGF, worldagfellowship.org, USA, consulté le 11 aout 2018
  8. Jeff Oliver, Pentecost To The Present Book Three: Worldwide Revivals and Renewal, Bridge Logos Inc, USA, 2017, p. 105
  9. Encyclopedia of World Christianity, le World Christian Database et Asia Pacific Mission Office
  10. Frédéric Dejean, L’évangélisme et le Pentecôtisme, Géographie et cultures, 68, France, 2009
  11. André Mary, Révolution pentecôtiste au Nigeria, Archives de sciences sociales des religions, 156, France, 2011
  12. Joël Noret, Le pentecôtisme au Togo: éléments d'histoire et développement, Autrepart, 31, Belgique, 2004
  13. Joël Noret, Les Assemblées de Dieu du Burkina Faso en contexte, Civilisations, 51, Belgique, 2004
  14. Stanley M. Burgess, Paul W. Lewis, A Light to the Nations: Explorations in Ecumenism, Missions, and Pentecostalism, Wipf and Stock Publishers , USA, 2017, p. 200
  15. Chris Clay, Lorne Park native in Nepal describes what it was like when earthquake hitNEWS, worldagfellowship.org, USA, 12 mai 2015
  16. ERDO, Comment nous travaillons, erdo.ca, Canada, consulté le 12 juillet 2018
  17. George Thomas Kurian, Mark A. Lamport, Encyclopedia of Christian Education, Volume 3, Rowman & Littlefield, USA, 2015, p. 84
  18. Charl Wolhuter, Corene de Wet, International Comparative Perspectives on Religion and Education, African Sun Media, South Africa, 2014, p. 65
  19. Sébastien Fath, Dieu XXL, la révolution des mégachurches, Édition Autrement, France, 2008, pages 33-34
  20. Yannick Fer, « Salut personnel et socialisation religieuse dans les assemblées de Dieu de Polynésie française », Anthropologie et Sociétés,‎ , p. 183-199 (DOI https://dx.doi.org/10.7202/015988ar)
  21. Assemblées de Dieu de France, Confession de foi, addfrance.com, (2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]