Hawaiki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hawaiki est une île mythique où les peuples de Polynésie situent leur origine. Dans leurs légendes, l'esprit des Polynésiens retourne vers Hawaiki après leur mort.

En 2001, Roger Green et Patrick Kirch estiment que Hawaiki était en réalité un ensemble d'îles comprenant Tonga, Samoa, Wallis et Futuna. Cet ensemble a formé la « société polynésienne ancestrale »[1] :pendant environ sept siècles, au 1er millénaire av. J.-C., ces îles ont partagé une culture commune et une même langue, avant de se différencier à partir des premiers siècles après J.C. et le début des migrations polynésiennes vers l'est[2] .

Dans ce drapeau non officiel des Polynésiens en vente dans les boutiques d'Honolulu, Hawaiki est représentée par un petroglyphe en jaune d'or, et les principales îles réelles par des étoiles.

Étymologies[modifier | modifier le code]

Hawaiki a été rapproché de Havai iti : « petite eau » en langue māori, par opposition à Havai nui, la "grande eau" du chaos originel mythique, sur laquelle il n'y avait encore rien. Les expressions citées dans les années 1930 par l'ethnologue Alfred Métraux : Te kaing'a hava'i iti et Te iti fenua enat'a havai comprises comme « le petit bout de terre de l'eau » et « la petite terre des hommes de l'eau », proviennent des mythes polynésiens concernant les origines des humains. Le terme Hawaiki est également similaire à l'île de Hawaï ou celle de Savai'i aux Samoa.

Différentes graphies[modifier | modifier le code]

Le nom de cette île imaginaire peut aussi se trouver sous les formes suivantes : Hawaiiki, Hawai'iki, Hawaii'iki, Havai'i, ou Kahiki selon les différents langages polynésiens. Cependant, Hawaiki semble être la plus commune en anglais et en māori. Les façons d'écrire : ii, i'i, ii'i, sont des tentatives pour rendre phonétiquement un I assez long, avec un coup de glotte qui remplace le K dans certains cas.

En Polynésie française et plusieurs îles polynésiennes, cette île mythique est identifiée avec l'ile de Raiatea, qui jouait un rôle religieux et politique important entre les différents archipels, notamment au travers de son marae de Taputapuātea.

Légendes[modifier | modifier le code]

Elles narrent que les Polynésiens se dispersèrent depuis l'île originelle de Hawaiki sur des bateaux très semblables à ceux en usage de nos jours dans ces contrées.

Les Māori de Nouvelle-Zélande font remonter leurs origines à des personnes venues dans sept bateaux (waka). Une série télévisée nommée « Hawaiki » des Māori a été diffusée en 2004, qui présente la légende des origines et enseignements de la science moderne.

Régate[modifier | modifier le code]

En référence à Hawaiki, la Hawaiki nui va'a (« Pirogue de la grande Hawaiki ») est une course de pirogues polynésiennes appelées va'a qui se tient chaque année en octobre ou novembre, en haute mer et en lagon, dans l'archipel des îles Sous-le-Vent, en Polynésie française, et se découpe en trois étapes successives, une par jour, reliant les îles de Huahine, Raiatea, Tahaa et Bora-Bora.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Éric CONTE, « Le Pacifique d’avant le contact : un espace de culture globale ? (encadré) », Hermès,‎ (ISSN 0767-9513, DOI 10.4267/2042/51469, lire en ligne)
  2. (en) Patrick Vinton Kirch et Roger C. Green, Hawaiki, Ancestral Polynesia: An Essay in Historical Anthropology, Cambridge University Press, , 394 p. (ISBN 978-0-511-06700-6), p. 77-79