Sainte-Pallaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sainte-Pallaye
Sainte-Pallaye
Sainte-Pallaye : rue de la Tuilerie vers 1920.
Blason de Sainte-Pallaye
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Joux-la-Ville
Intercommunalité Chablis, Villages et Terroirs
Maire
Mandat
Irmgard Esseiva
2014-2020
Code postal 89460
Code commune 89363
Démographie
Population
municipale
110 hab. (2016 en diminution de 9,84 % par rapport à 2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 00″ nord, 3° 40′ 16″ est
Altitude Min. 110 m
Max. 211 m
Superficie 4,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Pallaye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Pallaye

Sainte-Pallaye est une commune française située dans le département de l'Yonne, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Accolay Rose des vents
Bazarnes N
O    Sainte-Pallaye    E
S
Prégilbert

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site semble être occupé dès la période des champs d'Urnes[1].

Deux grosses villae sont connues, toutes deux dans la vallée de l'Yonne : Saint-Aignan (dans le nord de la commune), occupée de la fin de l'époque gauloise jusqu’au Moyen-Âge et dont le nom est un rappel de ce que cet endroit, disparu au XIIIe siècle, avait obtenu le statut de chef-lieu de paroisse ; et Champ Guot où un dépôt de monnaies a été enfoui en l'an 283[2].

La commune est nommée en l'honneur d'une jeune fille qui accompagna le corps de saint Germain d'Auxerre lors de son rapatriement à Auxerre suite au décès de l'évêque au bord de l'Adriatique.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2008 2014 Jacques Delalande[3]    
2014 En cours Irmgard Esseiva    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 110 habitants[Note 1], en diminution de 9,84 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
262266278278264268268298289
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
283276286287270275261250239
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
214195192184188199166143150
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1441391191108997115122110
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Sainte-Pallaye fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis 1991[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (Bataille 1992, p. 22)
  2. (2008) Pierre Nouvel, « La vallée de la Cure à l'époque gallo-romaine : Découvertes anciennes et apports des prospections aériennes et terrestres 1991-2008 », Bulletin de la Société d'Études d'Avallon, no 84,‎ , p. 14-43 (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2018), p. 10.
  3. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 1er janvier 2014.
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Notice no PA00113971, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Bataille, Pascal Dibie, Jean-Pierre Fontaine, Jean-Charles Guillaume, Jean-Paul Moreau, Ferdinand Pavy, Line Skorka, Gérard Taverdet et Marcel Vigreux (préf. Henri de Raincourt), Yonne., Paris, Editions Bonneton, (ISBN 2-86253-124-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]