Mailly-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mailly.

Mailly-le-Château
Mailly-le-Château
Le donjon (XIVe siècle) et le bourg-bas, depuis le pont sur l'Yonne (XVe siècle)
Blason de Mailly-le-Château
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Joux-la-Ville
Intercommunalité Chablis, Villages et Terroirs
Maire
Mandat
Gérard Quirin
2014-2020
Code postal 89660
Code commune 89238
Démographie
Population
municipale
568 hab. (2015 en diminution de 2,24 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 49″ nord, 3° 38′ 11″ est
Altitude Min. 117 m
Max. 254 m
Superficie 37,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mailly-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mailly-le-Château

Mailly-le-Château est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mailly se trouve au bord de l'Yonne, accrochée aux vestiges fossiles d'un des plus hauts récifs coraliens d'Europe. Le village est aux confins géologique du Plateau de Bourgogne (calcaire)) et en limite du Morvan granitique.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fouronnes Fontenay-sous-Fouronnes Trucy-sur-Yonne Rose des vents
Courson-les-Carrières
Festigny
N Mailly-la-Ville
O    Mailly-le-Château    E
S
Crain Merry-sur-Yonne

Histoire[modifier | modifier le code]

Le comte de Nevers, pourvu après la mort du roi Robert le Pieux du comté d'Auxerre, entre en possession d'un patrimoine foncier humble, dont la forêt de Frétoy constitue un des rares fleurons. Comme Druyes, Mailly en constitue une des villégiatures. Sans doute de ce fait, un lignage de chevaliers éponymes s'y distingue avant 1110. Il porte le titre de chevalier en 1163. Il disparait après 1179.

De nombreux petits nobles sont dotés de droits sur la forêt (de La Ripe, de Brion, de Saint-Florentin, de Saisy, de Larroy, de Beuachasteau, de Beises, Dardeaux, d'Zsnières, de Chevannes, de Restouls, Aliquan, Du Plessie, de Merry, de Chevreroche), mais aucun fief n'émerge pour autant. Jacques Lempereur, maître enquêteur des Eaux et Forêts du Roi aux pays de France, de Picardie, de Champagne et de Brie, aux bailliages de Sens et d'Auxerre, tient des assises à Mailly-le-Château le 9 juillet 1378.

La ville est le siège d'une prévôté comtale, dotée d'un prévôt (1415) ; d'un lieutenant (1330 ? -1618), d'un garde du scel (1380-1415), d'un procureur du Roi (1594). Elle dispose d'un notaire royal (1574).

Les lieux sont âprement disputés pendant la guerre de Cent Ans et les guerres civiles dites de religion. En 1368, Jean de Saint-Lou est capitaine de la place. En 1428, la ville est tenue par les Armagnacs. Elle est reprise par les Bourguignons et confiée à la garde de Jehan de Digoine bailli d'Auxois et du sire de Chastellux. Les Armagnacs décident de la reprendre en 1426. A nouveau les Bourguignons mobilisent de l'artillerie et obtiennent la capitulation. Simon Lemoine en devient le capitaine. Les Armagnacs reviennent à nouveau, commandés par Renaud Guillen capitaine de Cosne, en 1433. En 1444-1445, Jasseran est capitaine du lieu. En 1470-1471, Guillaume Dubois, capitaine dudit Mailly, demande des renforts au duc de Bourgogne pour faire le lever le siège de Coulanges-la-Vineuse. En 1562, Jean de Gensfort devient capitaine-châtelain en remplacement de François de Courtenay, décédé. En juillet 1570, la cavalerie royale du maréchal de Cossé s'empare de la ville. Trois des six arches du pont en bois sont ruinées. Un droit de 20 sous par charrette de bois passant par le pont est prélevé.

Le 30 octobre 1606, un incendie détruit 66 faîtes de maisons. La ville demeure importante ; un lieutenant en l'élection particulière de Mailly-le-Châtel y siège en 1620 et 1631, un élu en 1646.

En 1633, le prince de Condé achète le seigneurie sur les héritiers d'Anne de Rochefort, poursuivis à la requête de Françoise de Sufferte. Il y prend les eaux, en revenant du siège infructueux de Dole, en septembre 1636. Le prince et son fils (le futur Grand Condé) viennent sur place en 1633, 1634, 1635, 1636 et 1646, du temps de leur gouvernorat de Bourgogne. Ensuite la seigneurie passe aux princes de Conti.

Au cours de la Révolution française, la commune est nommée Mailly-le-Vineux[1]. C'est au château de Mailly que fut écrite par Pierre II de Courtenay (~1165 - 1219), comte d'Auxerre (1185-1219)) et confirmée par sa fille Mathilde (1188-1257), la première charte d'affranchissement des serfs. Cette charte est considérée comme une pièce maîtresse dans la démarche sur l'abolition de l'esclavage en Europe. Au demeurant, l'église de Mailly-le-Château (qui date de cette époque (XIIe – XIIIe siècle) est un des rares édifices religieux à ne pas comporter un motif biblique en fronton.

Son fronton représente en effet la comtesse Mathilde tenant la charte d'affranchissement des serfs, entourées des dits serfs.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
maire en 1886 ? Louis-Aurore Prudot[2]    
1898 1904 Achille Gautereau[3]    
1904 1914 Gabriel Morin[3]    
1914 1919 Léon Blondat[3]    
1919 1930 Théophile Guilloux[3]    
1930 1936 Léon Teinturier[3]    
1936 1941 Marie Sauvajot[3]    
1941 1942 Gaston Morin[3]   adjoint faisant fonction de maire
1942 1945 Fernand Delasselle[3]    
1945 1947 Léon Teinturier[3]    
1947 1951 Clément Bastide[3]    
1951 1965 Célestin Fournier[3]    
1965 1983 Robert Roger[3]    
1983 1984 Henry Coudron[3]    
1984 1995 Jean-Paul David[3]    
1995 ???? Christian Proust[3]    
mars 2001 décembre 2010[4] Mme Claude Pautot-Jeannin   morte en cours de mandat
janvier 2011 en cours Philippe Gérard Quirin[5] DVD Employé

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2015, la commune comptait 568 habitants[Note 1], en diminution de 2,24 % par rapport à 2010 (Yonne : -0,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8919081 0029211 0599671 0401 0111 036
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9731 016990912905938949903866
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
811751708616635616642572519
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
508452489501555609591589577
2015 - - - - - - - -
568--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Blason de la commune[modifier | modifier le code]

Blason Mailly-le-Château 89.svg

Le blason est de gueules à deux maillets d'or passés en sautoir, à une tour d'argent ouverte, ajourée et maçonnée de sable brochant sur le tout. Certaines armoiries sont représentées avec une porte close suivant les époques et les litiges avec les régions voisines.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean Quarré. Seigneur de Mailly-la-Ville et de Mailly-le-Château en 1315. Ecuyer, il n'a que deux vassaux en en 1323.

Agnus Masquin. Ecuyer, seigneur de Mailly-le-Châtel en 1492-1498.

Anne de Rochefort, seigneur de Mareul et Mailly-le-Château en 1594 et 1595. Capitaine de 50 hommes d'armes des ordonnances du Roi. Epoux de Charlotte de Saultour.

Jehan de La Roche, sieur du Puy, demeurant au lieudit La Roche, à l'orée de la forêt de Frétoy. Propriétaire de terres à Gy-l'Evêque. Il est cité de 1586 à 1610. Epoux de Toinette de La Borde. Tuteur des enfants de Louis de La Borde, seigneur de Mouffy, condamné à être décapité place de Grève à Paris. Son fils Anne de La Roche et son petit-fils demeurent à La Roche durant le XVIIe siècle.

Bernard Menez y est né en 1944.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Mailly-le-Château », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 27 novembre 2012)
  2. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6264556p/f42.item.r=canton.zoom
  3. a b c d e f g h i j k l m n et o L'Yonne Républicaine n° 155 du 06/07/2010.
  4. "Claude Pautot, maire de Mailly-le-Château, est décédée", Article "L'Yonne.fr" du 8 décembre 2010.
  5. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 27 décembre 2013.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.