Aigremont (Yonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aigremont.

Aigremont
Aigremont (Yonne)
Blason de Aigremont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Chablis
Intercommunalité Communauté de communes Chablis, Villages et Terroirs
Maire
Mandat
Frédéric Montreynaud
2014-2020
Code postal 89800
Code commune 89002
Démographie
Population
municipale
78 hab. (2016 en augmentation de 5,41 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 10″ nord, 3° 53′ 28″ est
Altitude Min. 176 m
Max. 271 m
Superficie 6,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aigremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aigremont

Aigremont est une commune française située dans le département de l'Yonne, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Poilly-sur-Serein Sainte-Vertu Rose des vents
Lichères-près-Aigremont N Sainte-Vertu
O    Aigremont    E
S
Nitry

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté Grangia de Acrimonte en 1156, Agermons en 1157.

Ce toponyme signifie « colline escarpée », « Mont pointu », du latin acer, acris (« pointu ») et Montem (« mont »)[1]. En 1156, l'abbaye de Pontigny construisit une grange en ce lieu.

C'est un toponyme assez répandu. Quatre communes françaises et de nombreux hameaux portent ce nom; Aigremont dans le Gard, Aigremont dans la Haute-Marne, Aigremont dans l'Yonne, Aigremont dans les Yvelines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Aigremont apparaît dans les archives au XIIe siècle ; en effet, en 1137, le comte d'Auxerre-Nevers procède à un échange de terre avec l'abbaye cistercienne de Pontigny, qui y établit alors une « grange » dîmière. Le célèbre monastère reste seigneur des lieux jusqu'à la Révolution. Il semble par ailleurs que le prieuré de Franchevault (Yonne), dépendant de l'abbaye bénédictine de Molesme (Côte-d'Or), ait aussi possédé la dîme d’une terre à peu près à la même époque.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2009 2014 Daniel Grosbety    
mars 2014 En cours Frédéric Montreynaud SE Ouvrier

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2016, la commune comptait 78 habitants[Note 1], en augmentation de 5,41 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
214208200212198191181167176
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
159155145140164160159152143
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
132131129113106871138266
1962 1968 1990 1999 2006 2011 2016 - -
49495875687478--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le puits Bayard : le puits dit « Bayard » a probablement été creusé au Moyen Âge pour les moines de Pontigny, seigneurs d'Aigremont. Sa profondeur est de 200 pieds, soit environ 62,50 m. La légende voudrait que le célèbre Chevalier Bayard y fit boire son cheval, d'où son nom.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Aux archives de l'état-civil, en 1821, on découvre la signature de Vidocq, l'ancien forçat qui devint chef de la sûreté sous Napoléon Ier et Louis-Philippe. Il aurait contracté un mariage secret à Aigremont.
  • Le peintre avant-gardiste américain Morgan Russell (en) (1887-1953), qui développa le mouvement pictural synchroniste vécut à Aigremont où il possédait une maison, de 1921 à 1945.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à la hure de sanglier de sable ; mantelé d'or chargé à dextre de trois croisettes de gueules ordonnées 2 et 1 et à senestre de trois abeilles de sable ordonnées 2 et 1[6].
Commentaires :
Nuvola apps important square.svg
Différences entre dessin et blasonnement : la hure est dite de sable et est dessinée au naturel.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France., t. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Droz, (OCLC 929233713), p. 318.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Site de la mairie d'Aigremont sur sitew.com. Consulté le 20 décembre 2012.