Ligny-le-Châtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligny et Chatel.

Ligny-le-Châtel
Ligny-le-Châtel
Blason de Ligny-le-Châtel
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Chablis
Intercommunalité Communauté de communes Chablis Villages et Terroirs
Maire
Mandat
Chantal Royer
2014-2020
Code postal 89144
Code commune 89227
Démographie
Population
municipale
1 286 hab. (2016 en diminution de 4,1 % par rapport à 2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 05″ nord, 3° 45′ 27″ est
Altitude Min. 103 m
Max. 182 m
Superficie 27,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Ligny-le-Châtel

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Ligny-le-Châtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ligny-le-Châtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ligny-le-Châtel

Ligny-le-Châtel est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Linéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est constituée du bourg et de trois hameaux et lieux-dits : Lordonnois, La Mouillère et les Prés du Bois. Lordonnois se trouve sur la N77 entre Pontigny et St-Florentin, une autre ville plus au nord. La Mouillère et dans un petit vallon au sud-ouest, alors que les Prés du Bois sont plutôt vers le nord-ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vergigny Chéu Jaulges Rose des vents
Pontigny N Varennes
O    Ligny-le-Châtel    E
S
Lignorelles Villy, Maligny Méré

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1116, l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Ligny-le-Châtel (Ligniaco Castro) est confirmée dans son rattachement à l'abbaye Saint-Michel de Tonnerre par Godefroy (Geoffroy de La Roche-Vanneau), évêque de Langres[1].

À partir du XIIe siècle les habitants ont reçu différents sobriquets : Pelle-au-cul, Louzans ou Chair-du-diable[2].

Ligny relevait du comté de Tonnerre[3], et les comtes l'eurent directement jusqu'à Jeanne II de Chalon, comtesse en 1424 après ses frères Louis II et Hugues, † 1440, fille du comte Louis Ier de Chalon, femme en août 1400 de Jean (II) de La Baume-Montrevel seigneur de Valfin[4].

Jean (1397-1453) bâtard de Chalon ou de Tonnerre, fils naturel du comte Louis II reçut Ligny de sa tante Jeanne en 1439 et Valençay en 1434. Puis Ligny passa au fils de la comtesse Jeanne et de Jean de La Baume, Claude Ier de La Baume-Montrevel, époux en 1427 de Gasparde, fille de Philippe IV de Lévis-Lautrec, hérita de la/du vicomté de Ligny qu'il transmit à son fils cadet Claude (II), lui-même † vers 1502 sans postérité légitime : son frère aîné le comte Jean III de La Baume-Montrevel hérita, puis transmit à sa fille Bonne, mariée à son cousin le comte Marc de La Baume-Montrevel († vers 1526).

Leur fils, le comte Jean IV de La Baume-Montrevel, eut deux filles de sa 1° femme Françoise de Vienne épousée en1527, fille de François Ier de Vienne-Listenois ; la deuxième, Françoise de La Baume-Montrevel, se maria en 1546 avec le maréchal Gaspard de Saulx-Tavannes, d'où la succession du vicomté de Ligny-le-Châtel à leur fils cadet le ligueur Jean (Ier), père d'Henri (1597-1653) ; puis la seigneurie se partage entre deux nièces d'Henri, petites-filles du ligueur Jean : - Melchiore de Grimaldi de Beuil (fille de sa sœur Anne) et - Claire-Françoise-Eugénie de Saulx-Tavannes (fille du demi-frère aîné d'Henri, Charles de Saulx ; dame de Lugny et de Ligny-le-Châtel, femme du comte Charles-François de La Baume-Montrevel, un arrière-arrière-arrière petit-fils de Jean IV), plus un cousin, - Noël de Saulx-Tavannes (frère du frondeur Jacques, petit-fils de Guillaume et petit-neveu du ligueur).

Finalement, Jean (II), dit le marquis de Tavannes, sire du Mayet († 1665, dernier fils de Guillaume, oncle de Jacques et Noël, partisan du roi contre la Fronde en Bourgogne mais battu en 1650 par son neveu Jacques ; marié en 1642 à Jeanne-Françoise de Pontailler) réunit la vicomté de Ligny, que possèdent après lui son fils Jean (III) de Saulx-Tavannes (1646-1717 ; marié en 1672 avec postérité à Anne-Louise fille de Jean-Louis de Bourbon-Busset de Châlus) et sa fille Eléonore de Saulx-Tavannes (mariée avec postérité en 1665 à Michel du Faur de Pibrac, arrière-petit-fils du poète Guy).

En 1690, Jean (III) de Saulx-Tavannes vend la vicomté de Ligny à Jean-Baptiste Colbert de Seignelay (1651-1690), et elle est réunie au marquisat de Seignelay. Sa petite-fille Anne-Sophie Colbert (1711-1747 ; mariée en 1724 au maréchal Charles II de Montmorency-Luxembourg) transmet Ligny aux Montmorency-Luxembourg qui conservent Ligny, avec le domaine de Seignelay, au moins jusqu'à Anne-Louis-Christian (1769-1844) et sa fille Sidonie (1799-1878 ; x 1819 le comte Edouard de La Châtre).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1837   Beaudoin[5]    
1893 1901 Emile Prot    
maire en 1968 ? Jean Barril FGDS Instituteur retraité
mars 2001   Gérard Lannes    
mai 2008 En cours Chantal Royer[6]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 1 286 habitants[Note 1], en diminution de 4,1 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1691 2061 2381 3621 4881 5061 6021 6521 639
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6061 5441 4901 4471 4181 3661 3461 2641 182
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1231 1011 0039551 0049671 1701 035945
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
9449621 0271 0101 1221 2891 3191 3441 289
2016 - - - - - - - -
1 286--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Le nombre d'habitants à Ligny-le-Châtel était de 1318 en 2018. L'agrandissement du village, par la construction de lotissements composés de maisons individuelles, favorise la croissance de ce nombre.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église remarquable, qui présente la particularité d'avoir vu sa construction commencer au XIIe siècle avant d'être terminée au XVIe siècle.

L'explication de cela repose sur la construction première d'une église romane. Quatre siècles plus tard, ce bourg prospère voulut détruire l'ancienne église pour en construire une correspondant plus à l'époque. Ils commencèrent donc la construction dans le prolongement de la nef romane. Mais un incendie du village vint remettre en cause le financement de ce projet. Il fut donc réduit à son minimum. Ce qui nous laisse aujourd’hui une nef romane dans le prolongement de laquelle se trouve une partie renaissance et dont la hauteur et la luminosité contraste avec la précédente. Une curiosité qui vaut d'autant plus le détour qu'elle se situe à quelques kilomètres de l'abbaye cistercienne de Pontigny...

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Alexandre Baudot, le célèbre "Clairon de Malakoff" qui s'illustra par sa conduite héroïque lors de la prise du fort de Malakoff le 8 septembre 1855.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maximilien Quantin, Cartulaire général de l'Yonne, vol. 1, Auxerre, Perriquet, , 630 p. (lire en ligne), p. 232.
  2. Annuaire historique de l'Yonne 1898.
  3. « Les seigneurs de Ligny, notamment table p. 405-406, et p. 104 sq., 170-171, 182, 200, 229-231 », sur Histoire de la ville de Ligny-le-Châtel (Yonne), par le R.P. Cornat, chez Duchemin à Sens, 1867 (consulté le 18 octobre 2019)
  4. « Valfin-sur-Valouse, p. 6-7 », sur Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, par Alphonse Rousset, t. VI, 1854 : mis en ligne par le CEGFC (Centre d'Entraide généalogique de Franche-Comté) (consulté le 18 octobre 2019)
  5. Annuaire historique du département de L'Yonne, Auxerre, Reboul & Perriquet, (lire en ligne), p. 85.
  6. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 27 décembre 2013.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.