Courgis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courgis
Image illustrative de l'article Courgis
Blason de Courgis
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Chablis
Intercommunalité Chablis, Villages et Terroirs
Maire
Mandat
Alain Dupré
2014-2020
Code postal 89800
Code commune 89123
Démographie
Population
municipale
262 hab. (2015 en augmentation de 0,77 % par rapport à 2010)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 30″ nord, 3° 45′ 20″ est
Altitude Min. 169 m
Max. 339 m
Superficie 10,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Courgis

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Courgis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courgis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courgis

Courgis est une commune française située près de Chablis dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Courgis est à 7 km au sud-ouest de Chablis et à environ 17 km à l'est(-sud-est) d'Auxerre[1]. L'entrée-sortie n° 20 de l'autoroute A6, « Auxerre-sud », est sur la commune mitoyenne de Venoy à l'ouest avec deux aires de service autoroute : aire de service de Venoy-Soleil-Levant dans le sens Lyon-Paris et aire de service de Venoy-Grosse-Pierre dans le sens Paris-Lyon[2]. Paris est à 182 km par l'autoroute[1].

Toute la partie Est de la commune hormis les flancs de coteau exposés au nord, soit approximativement 4 km2 ou 400 hectares, est couverte de vignes (AOC « Chablis »)[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Venoy Beine Rose des vents
Chitry N Chablis
O    Courgis    E
S
Saint-Cyr-les-Colons Préhy

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale a le privilège d'abriter une relique insigne de la chrétienté : une épine de la couronne du Christ. Pendant plusieurs siècles (deuxième moitié du Moyen-Âge) Courgis a appartenu au moins en partie à l'abbaye des Isles d'Auxerre[3].

Par son importance humaine, Courgis est fortifiée comme tant d'autres bourgs icaunais au XVIe siècle. Le 13 septembre 1660, un incendie détruit 42 maisons ; puis un autre incendie le 22 octobre 1749 prend 160 maisons.

La vocation viticole de Courgis lui vaut de fournir des familles d'actifs marchands de vin dont les fils s'établissent à Paris. Immatriculés bourgeois de la capitale, ces hommes peuvent alors faire entrer facilement le vin expédié depuis leur village d'origine.

La seigneurie de Courgis[modifier | modifier le code]

L'écuyer Mile de Courgy donne en gage à Miles sire de Noyers ce qu'il a à Courgis en 1265.

Jean de Saint-Simon est seigneur en 1555 ; Charles de Pasti est baron de Courgis en 1625 ; Jacques Ferrand président en la Chambre des Comptes de Dijon, baron en 1667.

Guerres de Religion[modifier | modifier le code]

En 1593, Sinadoc Guéron est tué par les hommes de la garnison de Mailly qu'il empêche d'emmener des vaches volées aux habitants. En 1594, Guillaume Desclerce est tué sur la porte du Perier au Loup ou Porte d'En Haut, par les gens du capitaine du Bour qui tentent d'enlever Courgis.

Familles notables[modifier | modifier le code]

Les Guéron[4], et les Guyon[5], issus de Courgis, tirent une certaine fortune du vin. Après s'être installés à Paris au XVIIe siècle, ils font un retour dans la bourgeoisie de l'Auxerrois au XVIIIe. Les Chapotin, de la paroisse, vont tenir les premières charges de Préhy et d'Irancy. Plus anciennement, la famille Adine s'est rendue à Auxerre au XVIe siècle et sa descendance s'y est élevée socialement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 1989 mars 2001 Patrick Gendraud UMP Conseiller général
mars 2001 mars 2008 Catherine Bouc    
mars 2008 en cours Alain Dupré[6]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2015, la commune comptait 262 habitants[Note 1], en augmentation de 0,77 % par rapport à 2010 (Yonne : -0,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
610 620 732 748 690 703 722 735 670
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
631 631 628 614 615 588 591 553 522
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
494 510 487 424 380 336 327 269 270
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
253 270 237 252 253 252 255 255 258
2015 - - - - - - - -
262 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Restif de la Bretonne y a passé quelques années de son enfance sous la férule de ses deux frères curés. Il a habité dans le presbytère.
  • Patrick Gendraud homme politique français, ancien maire de la commune de Courgis, et actuel maire de Chablis (89).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Courgis sur la carte de google.fr.
  2. a et b Courgis sur geoportail.fr – cartes IGN. Couches (= cartes) « Cartes IGN classiques » et « Limites administratives » activées. Vous pouvez moduler, désactiver ou supprimer chaque couche (carte) dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche.
  3. Archives de l’abbaye de Tamié, sur abbaye-tamie.com].
  4. Etienne Meunier. La famille Guéron, de Courgis. Bulletin de la Société généalogique de l'Yonne, no 7, 1983
  5. Etienne Meunier. La famille Guyon, de Courgis. Bulletin de la Société généalogique de l'Yonne, no 1, 1983
  6. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 17 décembre 2013.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.