Saint-Germain (Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.

Saint-Germain
Saint-Germain (Vienne)
La Gartempe à Saint-Germain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Montmorillon
Intercommunalité Communauté de communes Vienne et Gartempe
Maire
Mandat
Michel Porte
2014-2020
Code postal 86310
Code commune 86223
Démographie
Gentilé Germinois
Population
municipale
935 hab. (2016 en diminution de 7,15 % par rapport à 2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 33′ 52″ nord, 0° 52′ 29″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 137 m
Superficie 20,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain
Rue Léon-Barbarin : rue de la mairie avec son fleurissement.

Saint-Germain est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne, près de Saint-Savin en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Gartempe.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Germain accueille favorablement les avancées de la Révolution française. Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires, comme la fête de l'Être suprême en 1794. À ce moment, la commune, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune est appelée Germain-le-Teil[1].

En 1945, pour fêter la Libération et le retour de la République, un autre arbre de la liberté est planté. Ce tilleul ombrage toujours la place du Theil en 1988[2].

Le bourg nommé "Le Premilly" (environ une trentaine d'habitants à l'année) est rattaché à la commune, et est situé à trois kilomètres au nord de Saint-Germain. Ce bourg formant un petit village à part, est composé du Bas Premilly et du Haut Premilly.


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Germain Blason Tiercé en pal d'azur, d'argent et de gueules; à la crosse d'or et à l'épi de blé tigé et feuillé du même passés en sautoir et brochant sur le tout.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Marc Massy    
    Abel Demay    
mars 2001 mars 2008 Fortuné Valfrédini    
mars 2008 mai 2013 Jean-Paul Chambet[3]   antiquaire
juillet 2013 en cours Michel Porte[4]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 935 habitants[Note 1], en diminution de 7,15 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
836436736816793812790819830
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
858885819802808811902872812
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
814836856796781763757746734
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8268399481 0341 0371 0269541 001942
2016 - - - - - - - -
935--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

La densité de population de la commune est de 47 hab./km2. Celle du département est de 61 hab./km2. Elle est de 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et de 115 hab./km2 pour la France (Insee- 2008).

La diminution de 8 % de la population de la commune de 1999 à 2006 s’intègre dans une évolution générale à l’ensemble des communes rurales du département de la Vienne. Les zones rurales perdent de leurs habitants au profit d’une vaste région circonscrite autour des deux grandes métropoles du département : Poitiers et Châtellerault, et plus particulièrement au profit des cantons limitrophes de la préfecture.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[9], il n'y a plus que huit exploitations agricoles en 2010 contre treize en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 2 097 hectares en 2000 à 1 985 hectares en 2010. 45 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi de l'orge), 20 % pour les oléagineux (colza et tournesol), 12 % pour le fourrage et 10 % restent en herbe[9].

Cinq exploitations en 2010 (contre trois en 2000) abritent un élevage de bovins (535 têtes en 2010 contre 477 têtes en 2000). Les élevages d'ovins ont disparu au cours de cette décennie (275 têtes réparties sur trois fermes en 2000)[9]. Cette évolution est conforme à la tendance globale du département de la Vienne. En effet, le troupeau d’ovins, exclusivement destiné à la production de viande, a diminué de 43,7 % de 1990 à 2007[10]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Charmante église de Saint-Germain, inscrite comme monument historique depuis 1927 pour son élévation.
  • Site préhistorique de Rochetaillère.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 132
  2. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 225
  3. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  4. « Michel Porte élu maire de Saint-Germain », La Nouvelle-République, publié le 13 juillet 2013, consulté le 31 juillet 2013
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  10. Agreste – Bulletin n°12 de Mai 2013

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.