Saint-André-d'Apchon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André.
Saint-André-d'Apchon
Le Château
Le Château
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Saint-Haon-le-Châtel
Intercommunalité Roannais Agglomération
Maire
Mandat
Martine Roffat
2014-2020
Code postal 42370
Code commune 42199
Démographie
Population
municipale
1 909 hab. (2011)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 59″ N 3° 55′ 52″ E / 46.0330555556, 3.93111111111 ()46° 01′ 59″ Nord 3° 55′ 52″ Est / 46.0330555556, 3.93111111111 ()  
Altitude Min. 327 m – Max. 808 m
Superficie 13,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Saint-André-d'Apchon

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Saint-André-d'Apchon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-d'Apchon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-d'Apchon

Saint-André-d'Apchon est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village situé entre la plaine du Forez et les monts de la Madeleine, sur la RD 8 aussi appelée « Route des vins de la Côte Roannaise ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les traces les plus anciennes de l’existence du village nous entraîne à l'époque de la gaule antique. Sur les hauteurs, un tumulus et un souterrain sont là, qui attestent de cette présence gauloise sur les terres de Saint André. Les Romains également laissèrent une preuve de leur venue. Une source hydrominérale au lieu dit " Les Salles " était, en effet, exploitée par les Romains.

C’est en 902 (Xe siècle) que le nom du village apparaît pour la première fois dans la charte d’Ambierle, sous la dénomination latine : Sanctus Andréa. Et jusqu’en 1180, la paroisse de St André d'Apchon dépend du prieuré clunisien d’Ambierle. A noter que du XI au XIIe siècle, le village d’origine se situait à l’emplacement actuel de l’église, sur un éperon rocheux facilement défendable.

En 1290 (XIIIe siècle,) la toponymie du village évolue et prend l’appellation de Saint André En Rouaney, conformément à la Charte du Forez.

En 1392, la seigneurie Apchonnaise relève du fief voisin. En conséquence, le nom du village change à nouveau en Saint André de Roneysons (Ref : archive départementale.)

Au XVIe siècle, Arthaud, baron d’Apchon, rattache son nom à Saint André qui devient alors Saint André d’Arthaud. (Ref : archive départementale.)

C’est en 1562, que le nom du village actuel apparaît pour la première fois sous son appellation moderne : Saint André d'Apchon. Car les barons d’Apchon succédant à la famille d’Albon, souhaite associer le nom de leur famille à celui du village.

Depuis le 1er janvier 2013, la communauté de communes de la Côte roannaise dont faisait partie la commune s'est intégrée à la communauté d'agglomération "Roannais Agglomération" regroupant 40 communes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Gaston Collet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 909 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 500 1 303 1 453 1 542 1 747 1 740 1 731 1 731 1 762
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 797 1 907 1 541 1 514 1 531 1 533 1 638 1 659 1 672
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 672 1 585 1 545 1 280 1 294 1 230 1 149 1 035 1 103
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 094 1 154 1 347 1 699 1 720 1 741 1 843 1 867 1 909
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église La construction d’origine de l’église, en rectangle tout simple, se situe autour du XIIIe siècle. La bâtisse changera plusieurs fois d'aspect au fil de son histoire. Entièrement modifié, le voûtement de la nef de forme gothique impose une toiture entièrement nouvelle, analogue à celle du « château. » Cela obligera l’édification d’une charpente exceptionnelle, véritable œuvre d'art qui, à elle seule, mérite le détour. Mais l'intérieur n'est pas en reste. Des vitraux magnifiques dans le chœur et la chapelle latérale, et une statuaire abondante, avec des réalisations en bois doré polychrome, ainsi que des statues en pierre représentant Sainte Catherine, Sainte Geneviève et notre Dame de Pitié. Embellie au fil des siècles, ceci grâce à de véritables œuvres d'art, certaines aujourd'hui, classées "monument historique."
  • Le Chateau : Le château renaissance est une propriété privée. Il est classé sur la liste complémentaire des monuments historiques.
  • Vignoble du Bouthéran

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

2 "Arrêts sur image" Les Amis de Saint André d'Achon (ISBN : 2-9517221-0-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :