Côte-roannaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Côte-roannaise
Image illustrative de l'article Côte-roannaise
Vignoble à Ambierle

Désignation(s) Côte-roannaise
Appellation(s) principale(s) côte-roannaise
Type d'appellation(s) AOC
Reconnue depuis 1994
Pays Drapeau de la France France
Région parente vallée de la Loire
Sous-région(s) Roannais
Localisation Loire
Climat tempéré océanique dégradé sous influence montagnarde
Sol granitique
Superficie plantée 210 hectares
Cépages dominants gamay N
Vins produits rouges et rosés
Production 11 000 hectolitres
Pieds à l'hectare minimum 4 500 pieds par ha
Rendement moyen à l'hectare 55 à 66 hl/ha[1]

Le côte-roannaise est un vin rouge ou rosé d'appellation d'origine contrôlée produit dans le département de la Loire, à l'ouest de la ville de Roanne. Cette appellation fait partie du vignoble de la Vallée de la Loire (classement INAO).

Historique[modifier | modifier le code]

Le vignoble a probablement une origine gallo-romaine. Cependant, la première source le mentionnant — sur le territoire de l'actuelle commune de Villerest — date de 970. Il s’agrandit constamment durant le Moyen Âge grâce aux ordres monastiques et aux seigneurs locaux, notamment les bénédictins d’Ambierle et les comtes du Forez.

Mise en tonneaux dans les années 1900

Par la suite, particulièrement aux XVIIe et XVIIIe siècles, le commerce du vin se développe en direction de Paris et de Nantes grâce à l’amélioration du transport sur la grande voie d’eau qu’est la Loire. À la suite des différentes calamités des XIXe et XXe siècles (phylloxera, mévente due à la concurrence des vins du Midi, exode rural), le vignoble se rétracte peu à peu sur ses meilleurs terroirs.

Si l'orientation vers l'élaboration de vin de qualité permet d'obtenir le label VDQS en 1955, une grande part de la production est encore déclarée en vin de table. Mais, dans les années 1980, la plupart des vignerons s'orientent vers la qualité. Elle permet d'obtenir l'AOC en 1994. Ainsi, entre 1990 et les années 2000, la quantité de vin labellisé passe-t-elle de 5 000 à 10 000 hl en moyenne.

Localisation[modifier | modifier le code]

Vignoble de la côte-roannaise

L'aire de production de l'AOC Côte-roannaise est implantée à l'amont du vignoble de la vallée de la Loire.

Ce vignoble s'étend sur une superficie de 210 hectares à l'ouest de Roanne, au pied des monts de la Madeleine. Quatorze communes possèdent des terrains classés AOC. Cependant, cinq d'entre elles (Villemontais, Saint-André-d'Apchon, Renaison, Saint-Haon-le-Vieux, et Ambierle) concentrent environ 90 % des surfaces plantées.

Liste des communes AOC[modifier | modifier le code]

Aire géographique du vignoble Côte-roannaise

Les 14 communes classées en AOC[2] sont, du nord au sud :

Les sols[modifier | modifier le code]

Renaison et ses vignes.

Les vignes se situent entre 350 et 550 mètres d'altitude. Les sols sont d'arènes granitiques[3]. La partie haute du vignoble est composée de terrains anciens : des tufs d'origine volcanique au sud, des microgranites au centre, et des granites au nord. Le bas du vignoble est composé de sables feldspathiques datant de l'oligocène.

Cépage et types de vins[modifier | modifier le code]

Côte-roannaise rosé
Côte-roannaise, vin du patron.

Le principal cépage de la région est le gamay noir à jus blanc dit « saint-romain », qui permet de produire chaque année environ 9 500 hectolitres de vin rouge et 1 500 hectolitres de rosé. C'est le seul cépage utilisé pour les rouges et rosés de l'AOC[4].

Mais il existe aussi d'autres cépages comme le chardonnay, le viognier et le pinot noir, permettant de produire des vins effervescents ou reconnus en vin de pays.

Les rouges ont généralement une robe légère et des arômes fruités. Cependant, certaines cuvées issues de vieilles vignes donnent des vins plus corsés qui peuvent se conserver jusqu'à cinq ans.

Les rosés sont secs et fruités, à consommer dans l'année de production.

La région produit également des vins blancs, mais ceux-ci sont classés en vin de pays d'Urfé.

Sources, Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Mastrojanni, Les Vins de France, coll. « Guide vert », Paris, Solar, 1998 (ISBN 2-263-02796-3).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rendements », Cahier des charges de l'appellation d'origine contrôlée « Côte roannaise », sur legifrance.gouv.fr, 7 décembre 2011. Consulté le 22 juin 2015.
  2. AOC Côte roannaise, sur inao.gouv.fr, consulté le 22 juin 2015.
  3. Michel Mastrojanni, « Côte roannaise », Les Vins de France, coll. « Guide vert », Paris, Solar, 1998, p. 108.
  4. « Côte-Roannaise », sur avis-vin.lefigaro.fr, 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]