Marine royale (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Regia Marina)
Aller à : navigation, rechercher
Le pavillon de la Marine royale.

La marine royale (en italien, Regia Marina) est la marine militaire du royaume d'Italie de 1861 à 1946. Elle devient la marine militaire lors de la proclamation de la République italienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

La Marine royale est issue de la réunion le des différentes marines de la Péninsule italienne, celles des royaumes de Naples, de Sardaigne, des États de Florence et pontificaux. Elle voit le jour le , lors de la proclamation du royaume d'Italie par le Parlement de Turin. La flotte, qui englobe également les hommes et les navires de la marine de Giuseppe Garibaldi et hérite des deux principales forces navales la composant, celles des royaumes de Sardaigne et de Naples, dispose de nombreux navires à voile et à vapeur; elle hérite aussi de traditions des deux célèbres républiques thalassocratiques de Gênes et de Venise (annexées en 1797). Cependant, le manque de cohésion de ses différentes composantes limite son efficacité à ses débuts.

La bataille de Lissa[modifier | modifier le code]

Le « baptême du feu » de la nouvelle marine a lieu à la bataille de Lissa, près de l'île du même nom en mer Adriatique, dans le cadre de la troisième guerre d'Indépendance italienne en 1866, au cours de laquelle l'Italie est opposée à l'Empire austro-hongrois. Au cours de cette bataille, la dernière grande bataille où l'on utilise l'éperon, la flotte autrichienne inflige une sévère défaite à son homologue italienne, grâce surtout aux incompréhensions et aux erreurs commises par cette dernière. La Marine royale perd les cuirassés Re d'Italia et Palestro ainsi que 640 hommes. La cravate noire au double nœud que les marins italiens portent encore aujourd'hui sur leur tenue marque le deuil causé par cette défaite.

De Lissa à la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dans les années qui suivent la tragédie de Lissa, les forces armées se développent considérablement en se lançant dans la modernisation de la flotte, notamment en s'équipant de cuirassés modernes.

En 1885, elle participe à la prise de Massaoua et à la fondation de la colonie d'Érythrée.

En 1896, la corvette Magenta est le premier navire italien à réussir une circumnavigation du monde. L'année suivante, c'est à bord de navires de la Marine royale que Guglielmo Marconi réalise ses expériences pour le développement des communications radio.

En 1900, elle participe à l'intervention pour venir en aide aux troupes défendant les légations occidentales à Pékin pendant la révolte des Boxers. Des hommes et des navires italiens demeurent en Chine dans la concession italienne de Tianjin ainsi qu'à Shanghai et dans d'autres ports jusqu'en 1947.

En 1908, les navires de la Marine royale apportent leur assistance à la population de Messine et de Reggio de Calabre à la suite du tremblement de terre et du raz-de-marée.

Le lieutenant de vaisseau Mario Calderara est, en 1909, le premier titulaire du brevet de pilote d'avion en Italie.

Lors de la guerre italo-turque en 1911 et 1912, la Marine royale mène des opérations au cours desquelles elle obtient ses premières victoires navales et utilise, pour la première fois dans le monde, l'avion comme arme de guerre.

La marine pendant la Grande Guerre[modifier | modifier le code]

Lorsque l'Italie entre en guerre le contre les Empires centraux, allemand, austro-hongrois et ottoman, la marine royale se voit confier des missions de surveillance de l'Adriatique et de blocage des approvisionnements maritimes de l'Autriche-Hongrie via le blocage du canal d'Otrante.

Son budget en 1914 est l'équivalent de 1,545 milliard de francs valeur 1930 (contre 3,2 milliards pour la marine française)[1]. Son ordre de bataille, au , est le suivant[2]. :

Pendant le conflit, un gros effort est consacré au développement de la composante aérienne. Outre les avions basés à terre, la marine utilise des hydravions embarqués à bord. De nouvelles armes d'assaut sont conçues et réalisées, comme la torpille Torpedine Semovente Rossetti (mignatta) qui est guidée par un équipage et dotée de deux charges explosives de 175 kg chacune. Des unités rapides d'assaut sont créées, comme le MAS (Motoscafo Anti Sommergibile), une unité légère, rapide, armée de mitrailleuses, de torpilles et de bombes anti-sous-marines développées dans le but de mener des missions de sabotage des ports ennemis de la haute Adriatique et de contrer les sous-marins.

En outre, l'Italie construit et maintient en service divers cuirassés, bien que ces derniers ne prennent part à aucune bataille navale d'envergure. En effet, les marines italiennes et autrichiennes se contentent pendant la plus grande partie du conflit de surveiller plutôt passivement l'ennemi. Les deux nations entreprennent cependant quelques manœuvres. Ainsi les Autrichiens sabotent et coulent les cuirassés Benedetto Brin à Brindisi le 27 septembre 1915 et Leonardo da Vinci à Tarente le 2 août 1916. De son côté, la marine royale fait usage des MAS 21 et MAS 15 pour envoyer par le fonds le cuirassé hongrois SMS Szent István (« Saint Étienne ») le 10 juin 1918 lors de la mission commandée par le capitaine de corvette Luigi Rizzo, entrée dans l'histoire sous le nom de « Impresa di Premuda ». Elle utilise également un premier type de mignatta qui entre dans le port de Pola et coule le navire amiral austro-hongrois Viribus Unitis le 1er novembre 1918.

Entre les deux guerres[modifier | modifier le code]

Développement de la flotte[modifier | modifier le code]

La conférence de Washington sur le désarmement naval après la guerre, conclue en février 1922 avec le traité naval de Washington, établit la parité du tonnage global entre les marines italienne et française, aussi bien pour les navires de guerre (175 000 tonnes chacun) que pour les porte-avions (60 000 tonnes chacun). Cette décision influence le développement de la flotte italienne entre les deux guerres en imposant le maintien de l'équilibre avec la France.

Le gouvernement fasciste décide de moderniser la marine, afin d'être en mesure de concurrencer la flotte de la Méditerranée de la marine britannique. Entre la fin des années 1920 et le début des années 1930 est lancée la construction des croiseurs lourds de 10 000 tonnes, après celle des contre-torpilleurs, torpilleurs et des cuirassés de la classe Littorio. L'effort de construction des sous-marins est particulièrement soutenu. En juin 1940, avec 113 sous marins, la marine royale se place au premier rang en nombre d'unités et au deuxième en tonnage, juste derrière la marine nationale française.

Afin de minimiser, en théorie, l'impact d'une rencontre entre les navires italiens et les bâtiments britanniques, techniquement supérieurs, la marine base sa stratégie de développement sur des navires rapides destinés à combattre en Méditerranée, le rayon d'action pouvant être alors sacrifié au profit de la vitesse. Dans cette optique, elle développe des canons de calibre inférieur mais à plus longue portée que les canons britanniques. En outre, afin de gagner en vitesse, les nouveaux navires italiens sont dotés d'un blindage plus léger, comme le croiseur Giovanni dalle Bande Nere.

Création de la force aérienne[modifier | modifier le code]

En 1923, le matériel, les bases et le personnel de la composante aérienne de la marine passent, en même temps que l'effectif, le matériel et les structures aériennes de l'armée royale, sous le commandement et le contrôle de la nouvelle force armée aérienne. Par conséquent, la coordination entre les composantes aérienne et navale perd de son efficacité. Ce qui, joint à une politique de développement des armements orientée vers la construction de grands navires de guerre qui délaisse totalement les porte-avions (Mussolini considérait l'Italie comme un porte-avion naturel) et en grande partie les moyens aéronavals, influence négativement le cours des batailles navales des forces armées italiennes dans la Méditerranée au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Intervention en Espagne[modifier | modifier le code]

Entre 1936 et 1939, à la suite du soutien que Mussolini apporte aux partisans de Francisco Franco, la marine prend part à la guerre civile espagnole en assurant la protection des convois de troupes et d'armes et en bloquant les côtes ibériques.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le cuirassé Littorio et un croiseur italien lors de la reddition de l'Italie en 1943.

Lorsque l'Italie entre en guerre le 10 juin 1940, la marine royale est la 5e du monde et possède des cuirassés neufs ou profondément modernisés avec lesquels elle défie la suprématie britannique en Méditerranée. Elle manque cependant d'aéronautique navale, Mussolini considérant l'Italie comme un porte-avions insubmersible mouillé en Méditerranée. Dans la nuit du 11 au 12 novembre 1940, des avions torpilleurs britanniques Fairey Swordfish du porte-avions HMS Illustrious attaquent la flotte italienne dans la base navale de Tarente. Cet événement, appelé la nuit de Tarente, porte un grand coup à la marine italienne dont les cuirassés Conte di Cavour, Caio Duilio et Littorio sont torpillés alors que alors que l'assaillant ne subit que des pertes légères quand deux de ses vingt Swordfish sont abattus. Des mois de réparation sont nécessaires pour les cuirassés Littorio et Caio Duilio, alors que le Conte di Cavour ne reprendra jamais le combat. Cette attaque historique est une des sources d'inspiration des Japonais pour leur attaque contre la flotte américaine à Pearl Harbor en décembre 1941.

Le 27 novembre, la marine royale affronte la flotte britannique lors de la bataille du cap Teulada. Entre le 27 et le 29 mars 1941, la flotte britannique inflige un autre gros coup aux Italiens lors de la bataille du cap Matapan où ils perdent trois croiseurs et deux contre-torpilleurs, cependant que les Britanniques ne perdent qu'un avion torpilleur. Le plus grand succès de la marine royale pendant la guerre est la pose de mines sur les cuirassés britanniques mouillés dans le port d'Alexandrie le 19 décembre 1941.

Le peu de trafic commercial dans la Méditerranée en comparaison des nombreux convois envoyés par les États-Unis entre les deux rives de Atlantique pour ravitailler leurs alliés européens entraîne l'implication de quelques sous-marins italiens souvent basés à Bordeaux dans la bataille des convois.

D'autres forces navales italiennes, parmi lesquelles des MAS, vedettes lance-torpilles ainsi que des hommes et du matériel de la X MAS, opèrent en mer Noire, aux côtés des Allemands, afin de bloquer le trafic naval soviétique, aussi bien militaire que commercial.

Au cours de la guerre, les navires italiens, bien qu'ayant la réputation d'avoir été bien conçus, pèchent par leur faible armement anti-aérien et, surtout, par l'absence de radar. Ce dispositif dont dispose la flotte britannique, ainsi que le décryptage des messages italiens chiffrés par le crypteur allemand Enigma (rendu possible grâce au travail d'Alan Turing) et la suprématie absolue du ciel des Britanniques et donc le manque de couverture aérienne italienne, a une énorme influence sur l'issue de nombreuses batailles en faveur de la flotte britannique. À la fin de la guerre, la marine royale avait perdu presque 700 000 tonnes alors qu'elle n'en avait coulé que 470 000 et qu'elle a perdu près de 36 000 hommes.

Les principaux navires perdus sont 2 cuirassés, 16 croiseurs, 58 contre-torpilleurs et torpilleurs, 128 sous-marins et 76 escorteurs. Il reste à flot en septembre 1945, cinq cuirassés, neuf croiseurs, onze contre-torpilleurs et torpilleurs, onze sous-marins et 46 escorteurs[3].

Selon les ordres reçus après l'armistice signé avec les Alliés en septembre 1943, les navires, hommes et matériel de marine royale sont consignés, pour presque la totalité, par les forces britanniques et américaines. Un accord de coopération avec les ex-ennemis permet aux marins italiens de continuer à combattre aux côtés de ceux-ci pour libérer le pays de l'occupation nazie.

Flotte[modifier | modifier le code]

Unités de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Cuirassés[modifier | modifier le code]

  • basés à Venise:
    • Classe "Re Umberto": Sardegna
    • Classe "Saint Bon": Ammiraglio di Saint Bon, Emanuele Filiberto
  • basés à Durazzo:
    • Classe "Duilio": Dandolo
  • basés à Tarente:

Croiseurs[modifier | modifier le code]

  • basés à Brindisi:
    • Classe "Garibaldi": Giuseppe Garibaldi, Varese, Francesco Ferruccio
    • Classe "Vettor Pisani": nave Vettor Pisani
    • Classe "Lombardia": Lombardia, Liguria, Elba, Puglia
    • Classe "Libia": Libia
  • basés à Tarente:
    • Classe "Pisa": Pisa, Amalfi
    • Classe "San Giorgio": San Giorgio, San Marco
    • Classe "Piemonte": Piemonte

Contre-torpilleurs et Torpilleurs[modifier | modifier le code]

  • basés à Tripoli:
    • Classe "Lampo": Ostro, Lampo
  • basés à Tobrouk:
    • Classe "Lampo": Euro, Strale
  • basés à Valona:
    • Classe "Lampo": Dardo
  • basés à Brindisi:
    • Classe "Nembo": Nembo, Turbine, Espero, Borea, Aquilone
    • Classe "Ardito": Ardito, Ardente
    • Classe "Audace": Audace, Animoso
    • Classe "Pilo": Francesco Nullo
  • basés à Venise:
    • Classe "Nembo": Zeffiro
    • Classe "Soldati Artigliere": Bersagliere, Garibaldino, Corazziere, Lanciere, Artigliere
    • Classe "Soldati Alpino": Alpino, Fuciliere, Pontiere, Ascaro
  • basés à Tarente
    • Classe "Soldati Artigliere": Granatiere
    • Classe "Indomito": Impavido, Insidioso, Irrequieto
  • basés à La Spezia:
    • Classe "Indomito": Impetuoso

Unités de la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Porte-avions[modifier | modifier le code]

Le Aquila à La Spezia en 1951, peu de temps avant d'être ferraillé.
  • Classe "Aquila" : Aquila (paquebot Roma transformé mais jamais utilisé) et Sparviero (navire civil Augustus modifié, mais jamais terminé)

Cuirassés[modifier | modifier le code]

croiseurs lourds[modifier | modifier le code]

Croiseurs légers[modifier | modifier le code]

(seuls les 4 premiers ont été achevés).

  • Classe « Etna » : "Etna", ”Vesuvio"(ex-Siamois - inachevés)
  • Navires : Taranto, San Giorgio et Bari

Contre-torpilleurs et Torpilleurs[modifier | modifier le code]

Le torpilleur Cassiopea de classe Spica.
  • Classe "Leone": 3 unités - 2 283 t
  • Classe "Navigatori": 12 unités - 2 010 t, parmi lesquels le Leone Pancaldo
  • Classe "Oriani" o "Poeti": 4 unités - 1 950 t, parmi lesquels le Vittorio Alfieri et le Giosué Carducci
  • Classe "Soldati": 12 unités (répartis entre les classes "Soldati-I serie" ou "Camicia Nera"parmi lesquels le "Bersagliere"et « l'Alpino » et "Soldati-II serie"): 7 unités - 1 620 t, parmi lesquels le « Velite »
  • Classe "Grecale": 4 unités - 1 449 t, parmi lesquels le Grecale, le Scirocco
  • Classe "Dardo": 4 unités - 1 450 t, parmi lesquels le Strale
  • Classe "Mirabello": 2 unités - 1 383 t
  • Classe "Folgore": 4 unités - 1 220 t
  • Classe "Borea": 8 unités - 1 092 t
  • Classe "Sauro": 4 unités - 1 058 t
  • Classe "Sella": 2 unités - 935 t
  • Classe "Spica" : 23 unités - 808 t

Sous-marins[modifier | modifier le code]

Le General Sanjurjo (à l'origine Torricelli sous pavillon italien) de classe Archimede sous les couleurs de l'Espagne franquiste en 1938.
  • Classe "600-Serie Acciaio": 13 unités - 715 t, parmi lesquels le Bronzo et le Cobalto
  • Classe "600-Serie Adua": 17 unités - 698 t, sous-marins côtiers, parmi lesquels l'Alagi, l’Ascianghi, l’Axum, le Dagabur, le Dessiè et le Scirè
  • Classe "600-Serie Argonauta": 7 unités - 665 t, parmi lesquels le Salpa
  • Classe "600-Serie Perla": 10 unités - 700 t, parmi lesquels l’Iride et l'Ambra
  • Classe "600-Serie Sirena": 12 unités - 701 t
  • Classe "Archimede": 2 unités - 985 t
  • Classe "Argo": 2 unités - 794 t
  • Classe "Balilla": 4 unités - 1 450 t, parmi lesquels l'Enrico Toti
  • Classe "Bandiera": 4 unités - 941 t
  • Classe "Bragadin": 2 unités - 981 t
  • Classe "Brin": 5 unités - 1 016 t
  • Classe "Cagni": 4 unités - 1 708 t
  • Classe "Calvi": 5 unités - 1 550 t
  • Classe "Classe R": 2 unités - 2 210 t Romolo et Remo
  • Classe "Fieramosca": 1 unité - 1 556 t
  • Classe "Flutto-I serie": 8 unités - 958 t
  • Classe "Flutto-II serie": 8 unités - 958 t
  • Classe "Foca": 3 unités - 1 333 t
  • Classe "Glauco": 2 unités - 1 055 t
  • Classe "Liuzzi": 4 unités - 1 187 t, parmi lesquels le Bagnolini
  • Classe "Mameli": 3 unités - 830 t
  • Classe "Marcello": 11 unités - 1 063 t
  • Classe "Marconi": 6 unités - 1 195 t, parmi lesquels le Gugliemo Marconi
  • Classe "Micca": 1 unité - 1 570 t
  • Classe "Pisani": 4 unités - 880 t, parmi lesquels le Vittor Pisani
  • Classe "Settembrini": 2 unités - 953 t
  • Classe "Squalo": 4 unités - 933 t

Missions principales[modifier | modifier le code]

Troisième Guerre d'Indépendance[modifier | modifier le code]

Guerre italo-turque (1911-1912)[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent-Bréchignac, Les flottes de combat 1931, , p. XXVIII
  2. Bernard Crochet et Gérard Pioufrer, La 1ere guerre mondiale, De Lodi, (ISBN 9782846902595), p. 25-40
  3. Jean Moulin, « Les flottes de 1939 à 1946 », Marines & Forces navales, no 10 H,‎ , p. 8 (ISSN 0998-8475)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :