Classe Sirena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Classe Sirena
Image illustrative de l’article Classe Sirena
Le sous-marin Anfitrite aux chantiers de Monfalcone.
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin
Longueur 60,18 m
Maître-bau 6,45 m
Tirant d'eau 4,64 m
Déplacement En surface: 678,15 t
En immersion: 842,20 t
Propulsion 2 moteurs Diesel Fiat ou Tosi
2 moteurs électriques CRDA ou Marelli
2 hélices
Puissance Moteurs Diesel: 1 350 cv
Moteurs électriques: 800 cv
Vitesse 14 nœuds (25,9 km/h) en surface
7,5 nœuds (13,9 km/h) submergé
Profondeur 80 m
Caractéristiques militaires
Blindage Aucun
Armement 1 canon de 100 mm
2 à 4 mitrailleuses AA Breda Mod. 31 de 13,2 mm (simples ou doubles)
6 tubes lance-torpilles (4 AV et 2 ARR) de 533 mm
12 torpilles
Rayon d’action En surface: 4 880 miles à 8,5 nœuds
En immersion: 72 miles à 4 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 44/45 hommes
Histoire
Constructeurs CRDA
OTO
Tosi
3. Maj
A servi dans Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Regia Marina
Période de
construction
1931-1934
Navires construits 12
Navires perdus 11
Navires démolis 1

La classe Sirena est une sous-classe de sous-marin de la Serie 600 construits pour la Regia Marina durant l'entre-deux-guerres.

Conception et description[modifier | modifier le code]

La marine italienne décida de commander la construction de la série Sirena alors que la série Argonauta était encore en cours de construction. Le projet initial n’a été que légèrement retouché, quelques améliorations sont apportées et la forme de la coque dans la partie avant est modifiée avec l'adoption de la proue a squalo (requin), caractéristique de tous les sous-marins du Genio Navale Bernardis.

Des études menées par le principal ingénieur de la marine, Pericle Ferretti, ont abouti à la fabrication, dans les années trente, de l'appareil « ML », précurseur du tube d'air. Ces installations, qui auraient apporté d’importantes améliorations en matière de sécurité, d’autonomie, de rapidité et de capacité d’attaque, ont été fabriquées dans le CRDA de Monfalcone en 1934-1935 et commencé à être équipés sur les type Sirena ; cependant, lorsque l'amiral Antonio Legnani devint commandant des sous-marins de la Regia Marina en 1937, il fit enlever et démolir les « ML » car il les considéraient comme superflues.

Navires de la classe[modifier | modifier le code]

Navire Constructeur Lancement Date de fin de carrière Fait
Ametista OTO, La Spezia 24 avril 1933 12 septembre 1943 Sabordé à l’armistice
Anfitrite CRDA, Monfalcone 3 août 1933 6 mars 1941 Sabordé au combat
Diamante Tosi, Tarente 21 mai 1933 20 juin 1940 Coulé par le HMS Parthian
Galatea CRDA, Monfalcone 5 octobre 1933 1er février 1948 Radié
Naiade CRDA, Monfalcone 27 mars 1933 14 décembre 1940 Sabordé au combat
Nereide CRDA, Monfalcone 25 mai 1933 13 juillet 1943 Coulé par les HMS Echo et HMS Ilex
Ondina CRDA, Monfalcone 2 décembre 1933 11 juillet 1942 Coulé par des navires britanniques
Rubino 3. Maj, Rijeka 29 mars 1933 29 juin 1940 Coulé par une attaque aérienne
Sirena CRDA, Monfalcone 26 janvier 1933 9 septembre 1943 Sabordé à l’armistice
Smeraldo Tosi, Tarente 23 juillet 1933 Entre le 16 et le 26 septembre 1941 Porté disparu
Topazio 3. Maj, Rijeka 15 mai 1933 12 septembre 1943 Coulé par une attaque aérienne
Zaffiro OTO, La Spezia 28 juin 1933 9 juin 1942 Coulé par une attaque aérienne

Historique[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre d'Espagne, les bateaux de cette série ont effectué un total de 18 missions. De 1940 à 1943, ils ont mené d'intenses activités en Méditerranée, tant à partir des bases italiennes qu'à partir des îles de la mer Égée, et ils ont tous été perdus (à l'exception du Galatea) à cause de l'action ennemie ou de diverses causes au moment de l'Armistice.

Notes et références[modifier | modifier le code]