Umberto Cagni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Arctique image illustrant la montagne image illustrant l’alpinisme
image illustrant un explorateur image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant l’Arctique, la montagne, l’alpinisme et un explorateur italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Umberto Cagni
Umberto Cagni capitano vascello.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
GênesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Conflits

Umberto Cagni (Asti, - Gênes, ) est un alpiniste, explorateur polaire et amiral de la marine royale italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Umberto Cagni a réussi la première ascension du mont Saint-Élie le en compagnie de l'explorateur italien Louis-Amédée de Savoie et des membres de son équipe : Jean-Antoine Maquignaz, Joseph Petigax, le photographe Vittorio Sella, Francesco Gonella, Laurent Croux, Erminio Botta, Filippo De Filippi et André Pellissier.

Le Stella Polare, navire de l'expédition Cagni

Mais Umberto Cagni est principalement connu pour sa tentative d'atteindre le pôle Nord en traineau à chien en 1900. Il part ainsi de l'île du Prince Rodolphe le 13 mars 1900 avec treize hommes. L'expédition se sépare en trois groupes, deux reviennent au navire sans incident mais un ne fut jamais retrouvé[1]. Malgré leur échec, Cagni et ses hommes atteignent, le , la latitude de 86° 34′ N, ainsi à 803 km du pôle, soit le point le plus au Nord jamais atteint jusqu'alors, dépassant la marque établie cinq années plus tôt par Fridtjof Nansen lors de l'expédition Fram. Cagni parvient à rejoindre la baie Teplitz le 23 juin.

Son nom fut donné à une classe de sous-marins de la Regia Marina qui combattirent pendant la Seconde Guerre mondiale et un sous-marin porta son nom. Il était ami du capitaine D'Albertis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Rouch, Le Pôle Nord, Flammarion, 1923, p.192-193

Liens externes[modifier | modifier le code]