Razengues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Razengues
Razengues
Blason de Razengues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Auch
Intercommunalité Communauté de communes de la Gascogne Toulousaine
Maire
Mandat
Janine Barioulet-Lahirle
2020-2026
Code postal 32600
Code commune 32339
Démographie
Gentilé Razenguois
Population
municipale
242 hab. (2018 en augmentation de 12,04 % par rapport à 2013)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 38′ 32″ nord, 0° 59′ 53″ est
Altitude 218[1] m
Min. 147 m
Max. 231 m
Superficie 4,35 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gimone-Arrats
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Razengues
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Razengues
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Razengues
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Razengues

Razengues est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Razengues est une petite commune du Gers située en Gascogne Toulousaine, dans le Savès à 8 km au nord- ouest de L'Isle-Jourdain, à 45 km à l'ouest de Toulouse et 38 km à l'est d'Auch. Avec les communes proches de Beaupuy et Clermont-Savès, elle constitue l'un des "villages des coteaux" de la communauté de communes de la Gascogne Toulousaine (CCGT).

Carte de la commune de Razengues et de ses proches communes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Razengues est limitrophe de six autres communes:

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 435 hectares ; son altitude varie de 147 à 231 mètres[3].

Les quelques risques géologiques encourus sur la commune sont liés aux aléas hygrométriques et à la nature argileuse des sols : inondations et coulées de boues localisées ; et éventuels mouvements de terrain différentiels consécutifs au retrait-gonflement des argiles suite à des épisodes de sécheresse et de réhydratation des sols[4].

Razengues se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin hydrographique de la Gimone. Le Sarrampion qui prend sa source à Razengues, marque la limite avec la commune voisine de Catonvielle. Au terme de son cours, le Sarrampion se jette dans la Gimone à Maubec_(Tarn-et-Garonne). Un réseau assez dense de puits, de forages et de petites mares dessert la commune en eau pour les besoins domestiques, l'élevage et la production potagère.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village de Razengues est au croisement de la D39 et de la D161. Quelques routes (sur 4,8 km) et chemin communaux (2,3 km) assurent les dessertes rurales.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Razengues est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (99,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (94,5 %), zones agricoles hétérogènes (5,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,1 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chemin de Henri IV : le jeune Henri de Navarre, aurait emprunté ces voies environnantes du château pour se rendre à Roquelaure Saint Aubin et en son église à laquelle il offrit un autel doré à l’or fin[12].

Chemin des Pyrénées : la vue sur les Pyrénées pourtant distantes de 120 km y est superbe, en particulier l'hiver lorsque l'enneigement des sommets est à son maximum.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’occupation ancienne du sol est attestée par la découverte de vestiges préhistoriques attribuables au Néolithique final (outils en silex ou en quartzite), près du lieu-dit « Touron ». Une intéressante hache-marteau à perforation centrale, en roche noire, provient aussi de la commune. Aucun site antique n’est connu pour l’instant. Au Moyen Âge la première mention du castrum de Razengues remonte à 1277. Dans les textes de l’époque, Razengues est désigné successivement comme castrum puis comme bastide. Au XIIIe, Razengues était rattaché à la baronnie de L’Isle. Après être passé dans la possession des Armagnacs, puis entre diverses mains, Razengues finit par être le fief de la branche Tiscier. Au XVIIe s, Pierre Tiscier était protestant et pasteur de Mauvezin. La révocation de l’Edit de Nantes, en 1685, le contraignit à s’exiler à Londres avec son épouse. La branche d’Albis hérita alors du fief de Razengues et Catonvielle. L'histoire de la commune se confond ensuite avec celle du domaine et de son exploitation agricole. A partir de 1950, Razengues subit un exode rural puis connait une forte expansion démographique à partir de 2000 (et une plus grande diversification de la sociologie de ses habitants, beaucoup d'entre eux occupant des activités urbaines dans les périphéries de Toulouse et Auch[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune comprend moins de 500 habitants (283 début 2021 selon les données de l’INSEE) de ce fait le conseil municipal comprend 11 membres[14]. Le Maire est assisté de trois adjoints.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes de la Gascogne Toulousaine et du Canton de Gimone-Arrats.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1795 Nicolas Caubet    
1795 1798 Cirissé Donnés    
1798 1805 Joseph, François Ferrié    
1805 1815 Nicolas Caubet    
1815 1820 François, Joseph d'Albis de Razengues    
1820 1848 Baron Auguste d'Albis de Razengues    
1848 1851 Charles Pérès    
1851 1871 Baron Henri d'Albis de Razengues    
1871 1871 Charles Pérès    
1871 1884 Baron Henri d'Albis de Razengues    
1884 1892 Guillaume Daries    
1892 1917 Cléri Trebosc    
1917 1925 Jean-Marie Daries[Note 3]    
1925 1938 André Laüat    
1938 1945 Jules Bernis    
1945 1953 Léopold Cestaré    
1953 1955 René Deluc    
1955 1971 Julien Lahirle    
1971 1977 Jean Fourcade    
1977 2001 Georges Ambroise[15]    
2001 2014 Yves Druilhet[15]    
2014 2020 Audrey Bichet[16]    
2020 En cours Janine Barioulet-Lahirle[17]    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2018, la commune comptait 242 habitants[Note 4], en augmentation de 12,04 % par rapport à 2013 (Gers : +0,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
223282303275288332321313290
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
243248241215205199208182179
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
170162143159161144121116103
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
96958493104147189229242
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[22] 1975[22] 1982[22] 1990[22] 1999[22] 2006[23] 2009[24] 2013[25]
Rang de la commune dans le département 375 235 430 384 321 240 221 184
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement basée sur l'agriculture. La surface agricole de Razengues est mise en valeur par une quinzaine d'exploitants agricoles dont 3 résident à Razengues. La production comprend essentiellement des céréales et des oléo-protéagineux, occasionnellement de la polyculture et du petit élevage (bovins et volailles)[26].

Les propriétaires du château de Razengues offrent un service de gîtes et de chambres d'hôtes et tiennent une épicerie avec relais colis ouverte 7/7 jours[27].

Quelques marchands ambulants assurent un commerce de proximité (boulangerie et pizzeria).

Enseignement[modifier | modifier le code]

L’école municipale est fermée depuis 1980.

Razengues fait partie de l'académie de Toulouse. Selon la carte scolaire, les enfants de maternelle sont rattachés à l'école de Monbrun et les primaires à l'école d'Encausse.

La commune participe aux frais de scolarité supportés par ces structures scolaires d'accueil (notamment à L'Isle-Jourdain, Monbrun, Monferran-Savès et Pujaudran).

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

La fête du village a lieu en général le 2e week-end de septembre.

Avec 7 clubs et associations actifs pour moins de 500 habitants, le secteur associatif razenguois est particulièrement dynamique.

  • L’Association Razenguoise Pour l’Eglise (ARPE). Créée en 2002 pour participer à la restauration et à l’entretien de l’église de Razengues, cette association finance les travaux pour la sauvegarde de l'église du village. L’ARPE organise en outre des activités conviviales, plusieurs belotes par an, elle participe au vide grenier de Razengues et perçoit les "toockets" des clients du Crédit Agricole qui souhaitent en faire don à l’association.
  • Le comité des fêtes. Depuis des décennies, les bénévoles et la municipalité aident l’association du comité des fêtes à organiser des animations festives (fête de Razengues le 2e week-end de septembre), de nombreux repas à thème, des concours de pétanque et de belote... Des inter-villages ont aussi autrefois rassemblé la jeunesse sportive ... Le comité des fêtes organise également la chasse aux œufs, Halloween et le spectacle de Noël et la distribution des cadeaux à la soixantaine d’enfants ! En 2019 une calèche a été chercher les bambins des hameaux pour le super Carnaval prévu sur la placette du village en même temps que des jeux sportifs et un goûter offert par les parents... Le noël 2020 a été particulier et notre célèbre personnage a distribué ses cadeaux depuis la calèche de « Faire à Cheval d'Occitanie » ... D’autres idées d’animations sont en phase de réalisation !!!
  • Les "passeurs de livres". Cette bibliothèque libre compte quelques centaines de livres relativement récents disponibles à la salle polyvalente qui jouxte la mairie. Le stock d'ouvrages est renouvelé plusieurs fois par mois par des bénévoles acheteurs et donateurs qui ont contribué à créer ce petit coin de "culture". Les emprunts et les dons sont libres de toute formalité.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

  • Chasse: La "société de chasse de Razengues". Outre leurs activités cynégétiques, les sociétaires organisent des manifestations conviviales, cassoulets, lotos et un repas annuel dit du «chevreuil» ainsi que des repas en plein air pour créer de la convivialité, de la bonne humeur et du bien-vivre pour tous les Razenguoises et Razenguois, et leurs amis des communes voisines.
  • Pétanque: Les boulistes razenguois. Créée en 2019 cette association propose des rencontres amicales et des tournois sur le terrain de pétanque municipal.
  • Belote: Tournois de belote. L'ensemble des associations razenguoises s'assemblent périodiquement pour proposer des concours de belote, tous les seconds samedis du mois d'Octobre à Juin, et un grand concours de belote à la salle des fêtes de Razengues à une date à définir selon les contraintes (notamment sanitaires) du moment.
  • Gymnastique: Les "amis de la forme". Cette association promeut l'activité physique pour favoriser le bien-être et la confiance en soi, lutter contre la sédentarité et rompre l'isolement. Le club « Les amis de la forme » est ouvert à tous(te)s, les activités proposées se veulent sources de motivations, gage de vitalité, sérénité et plaisir.
  • Cyclisme La "groupetta". C'est un cercle informel d'ami(e)s pratiquant un cyclotourisme décontracté. La «groupetta » est un dérivé de grupetto ( selon le jargon du Tour : groupe de coureurs lâché par le peloton)[28]. C’est aussi une philosophie : rester groupés derrière, et loin des cyclosportifs. Pour autant la groupetta propose de jolies balades à vélo, entre 30 et 60 km de difficultés variables selon l’humeur et l’état des mollets.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour la collecte et le recyclage des ordures ménagères, la commune de Razengues dépend du SICTOM EST du Gers, membre du syndicat mixte départemental pour le traitement des ordures ménagères et assimilées (TRIGONE). Pour les déchets ménagers courants, deux points de collecte, disposés en colonnes aériennes sont situés sur la commune. Quatre déchetteries situées à Gimont, l’Isle-Jourdain, Mauvezin et Thoux peuvent recevoir, et recycler les déchets plus encombrants.

En 2020, la commune a participé à l'opération « Word Clean-up Day », consistant en une collecte citoyenne pour sensibiliser adultes et enfants du village aux enjeux environnementaux de proximité[29].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[30][modifier | modifier le code]

  • Le Château de Razengues : Le château est un site privé. Cette baronnie date du XVe siècle. Le bâtiment principal en briques rouges est surmonté d'une toiture entourée de galeries en brique taillée. Les trois tours carrées sont surmontées d'écussons représentant les armoiries de la famille d'Albis de Razengues..
  • Église Notre-Dame-de-la-Nativité, aussi appelée Saint Blaise des voyageurs, entourée du cimetière : elle présente un clocher-mur de type rural 1772 typique du midi toulousain. Outre ses parures de vitraux, des statues et autres tableaux pieux, elle recèle une Vierge à l'Enfant en bois doré du début XIXe. Elle abrite également une plaque à la mémoire des Razenguois morts pour la France. La conservation des lieux relève de la municipalité pour les travaux de gros œuvre, et de l’Association Razenguoise Pour l’Eglise (ARPE). A noter, entre autres travaux importants : la restauration du toit en 2003, des vitraux en 2010, du chemin de croix en 2012, et la réfection des murs et enduits en cours depuis 2019.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Joseph d'Albis baron de Razengues et de Catonvielle (1739-1820) : il servit comme officier durant la guerre de Sept Ans, entre 1756 et 1763, où il fut blessé par deux fois. Major au régiment de Beaujolais puis colonel du régiment de Tours et chevalier de St Louis, il fut nommé lieutenant des Maréchaux de France, charge qu'il exerça entre 1784 et 1790 à Toulouse. A Vendôme en 1791, il sauva un ecclésiastique de la vindicte populaire ce qui lui valut la reconnaissance du Duc de Chartres futur roi Louis Philippe. Ce fait de courage fut immortalisé par un tableau du peintre Horace Vernet ainsi dédicacé : "en souvenir d'une époque ou servant sous les ordres de son altesse royale, il participa avec elle au même honneur et même danger". Traduit durant la terreur devant le tribunal révolutionnaire, il fut délivré sous la pression de ses concitoyens razenguois. En 1798, durant l’insurrection royaliste de l’an VII, il combattit victorieusement l'armée républicaine près du château de Clermont Savès, proche de l'Isle Jourdain, puis fut défait par le Général Comte en Haute Garonne[31].
  • François Loupsans (1891-1966) : Forgeron installé au centre du village de Razengues, en bordure de l'actuel rond-point, François Loupsans a participé activement, entre 1942 et 1945, à l'évasion d’équipages de la Royal Air Force. Il apparait dans les archives de la Royal Air Force Escaping Society (RAFES) comme un facilitateur (helper) d'évasion, dans le cadre des filières d'évasion Sud-Ouest. A ce titre il a recueilli, protégé et transporté des aviateurs fugitifs pour leur permettre de rejoindre Gibraltar, le Portugal ou l'Afrique du Nord en passant par les Pyrénées et l'Espagne. Le réseau auquel François Loupsans était affilié était dirigé depuis Toulouse par Françoise Dissard qui recevait du vice-consul britannique en Espagne des instructions, des moyens financiers, et des renseignements sur les filières à emprunter et les lieux où les fugitifs devaient être récupérés puis transportés[32].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la rose d'argent boutonnée d'or et barbée de sinople, au chef cousu de gueules chargé d'une croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces aussi d'or mouvant du trait du chef[33].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. I : Arrondissement d'Auch, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers, , 460 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF39151085)
  • Roger Bourse - Georges Laborie, L'Isle-Jourdain (Gers) d'hier et d'aujourd'hui, 1995.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Adjoint, remplace le Maire décédé le 31 juillet 1917, élu Maire le 18 décembre 1919
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://geodesie.ign.fr/fiches/pdf/TP.D.P3-85_338836.pdf
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. Plan de prévention des risques Razengues, publié par l'Ministère_de_l'Écologie_(France), [lire en ligne].
  5. Plan séisme
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  12. RazMAg(journal local), eté 2015.
  13. Office tourisme Gascogne Toulousaine
  14. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  15. a et b Publié le 12/01/2010 LaDepeche.fr
  16. Site de la préfecture - Fiche de Razengues
  17. Publié le 09/07/2020 LaDepeche.fr
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  23. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  24. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  25. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  26. https://gers.chambre-agriculture.fr/fileadmin/user_upload/National/FAL_commun/publications/Occitanie/Productions_techniques/Agriculture-en-bref_32_crao2017.pdf
  27. https://www.booking.com/hotel/fr/chac-teau-de-razengues.fr.html
  28. https://www.strava.com/clubs/769968
  29. https://www.ladepeche.fr/2020/09/25/environnement-operation-nettoyage-reussie-9095019.php
  30. Carte communale de Razengues (lire en ligne).
  31. Archives de la famille d'Albis
  32. https://wwiinetherlandsescapelines.files.wordpress.com/2013/11/p1230393.jpg
  33. Banque du blason.