Offensive de Lvov-Sandomierz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Offensive de Lviv-Sandomierz
Soldats soviétiques à Lviv (juillet 1944).
Soldats soviétiques à Lviv (juillet 1944).
Informations générales
Date 13 juillet
Lieu Ukraine occidentale / Pologne orientale
Issue Victoire soviétique
Belligérants
Drapeau : Troisième Reich Reich allemand
Hongrie Royaume de Hongrie
Drapeau de l’URSS Union soviétique
Commandants
Drapeau de l'Allemagne Josef Harpe (Groupe d'armées A)
Flag of Hungary (1920–1946).svg Raul Federikin
Drapeau de l’URSS Ivan Konev (1er Front ukrainien)
Forces en présence
900 000 hommes
900 véhicules blindés
6 300 canons[1]
1 002 200 hommes[2]
1 979 véhicules blindés
11 265 canons
Pertes
55 000 tués, disparus ou capturés 65 001 tués, disparus ou capturés
224 295 blessés
1 269 chars
289 avions[2]
Batailles
Front de l’Est

Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver · Opération Barbarossa · Guerre de Continuation · Bataille de Białystok–Minsk · Opération Silberfuchs · 1re bataille de Smolensk · Bataille de Kiev · Siège d'Odessa · Siège de Léningrad · Offensive de Siniavine · Campagne de Crimée · Bataille de Moscou · Seconde bataille de Kharkov · Bataille du Caucase (Opération Fall Blau) · Poche de Demiansk · Poche de Kholm · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Opération Mars · Opération Saturne · Opération Iskra · Offensive Ostrogojsk-Rossoch · Offensive Voronej-Kastornoe · Bataille de Krasny Bor · Troisième bataille de Kharkov · Bataille de Koursk · 2e bataille de Smolensk · Bataille du Dniepr · Offensive Dniepr-Carpates · Bataille de Tcherkassy · Offensive de Crimée · Opération Bagration · Offensive de Lvov-Sandomierz · Insurrection de Varsovie · Soulèvement national slovaque · Guerre de Laponie · Bataille de Budapest · Offensive de Poméranie orientale · Siège de Breslau · Offensive de Prusse-Orientale · Offensive Vistule-Oder · Bataille de Königsberg · Offensive de Vienne · Bataille de Seelow · Bataille de Bautzen  · Bataille de Berlin · Insurrection de Prague · Offensive de Prague · Bataille de Slivice · Capitulation allemande


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

L’offensive de Lviv-Sandomierz (en ukrainien : Львівсько-Сандомирська операція, en russe : Львовско-Сандомирская стратегическая наступательная операция) désigne une offensive de l'Armée rouge (menée principalement par le 1er Front d'Ukraine) qui eut lieu du 13 juillet au contre la Wehrmacht en Ukraine et en Pologne orientale sur le Front de l'Est lors de la Seconde Guerre mondiale.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Les stratèges allemands étaient convaincus que les Soviétiques attaqueraient encore au sud, où le front se trouvait à 70 km de Lviv et offrait la route la plus directe vers Berlin. La situation de l'Allemagne, déjà critique, devient désespérée après le débarquement de Normandie en juin 1944. En Italie, les Alliés prennent Rome le 4 juin. De plus, ceux-ci accentuent les raids sur les industries et les installations allemandes. Le 22 juin 1944, soit 3 ans exactement après le déclenchement de l'opération Barberousse, les Soviétiques lancent l'opération Bagration, une énorme offensive destinée à libérer la Biélorussie. Les Allemands qui ne s'attendaient pas à une attaque sur ce front n'ont laissé que 800 000 hommes face à 2,3 millions de Soviétiques. Les Soviétiques, qui possèdent dix fois plus de chars et sept fois plus d'avions, éventrent les lignes allemandes. Le front allemand percé, Minsk, la capitale de la Biélorussie, tombe le 3 juillet. Le groupe d'armées Centre volatilisé sous le choc de l'attaque, l'Armée rouge atteint rapidement l'ancienne frontière avec la Pologne, capture des dizaines de milliers de soldats, dont 17 généraux[3]. À la fin août, les pertes allemandes sont le double de celles des Soviétiques[4]. L'offensive en direction de Lviv lancée le 17 juillet 1944 met rapidement en déroute les forces allemandes dans l'ouest de l'Ukraine.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Menée en même temps que l'opération Bagration, elle contribue à la défaite du Groupe d'armées Centre et permet aux Soviétiques de pénétrer en Roumanie.

Les pertes allemandes s'élèvent à 55 000 tués, disparus ou blessés tandis que les pertes soviétiques s'élèvent à 65 001 tués et 224 295 blessés. Les Soviétiques perdirent également 1 269 chars et 289 avions lors de l'offensive[2]. Le succès de l'opération permet de préparer l'offensive Vistule-Oder sur le front polonais.

Chronologie de l'opération Bagration[modifier | modifier le code]

Les composantes de l'Opération Bagration :

et Bataille de Brody (1944) et/ou offensive de Lviv–Sandomierz en Ukraine

Sources et annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe : Opération Bagration.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zaloga, S. Bagration 1944: The Destruction of Army Group Centre, p.74
  2. a, b et c Glantz, When Titans Clashed: How the Red Army Stopped Hitler, p.299
  3. P.Masson, Histoire de l'armée allemande, 1939-1945, p.393.
  4. G. I. Krivosheev. Soviet Casualties and Combat Losses. Greenhill 1997 ISBN 1-85367-280-7

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Rolf Hinze, To the Bitter End: The Final Battles of Army Groups A, North Ukraine, Centre, Eastern Front 1944-45, 2006.
  • (en) Glantz, David M. & House, Jonathan, When Titans Clashed: How the Red Army Stopped Hitler, Lawrence, Kansas: University Press of Kansas, 1995. (ISBN 0700608990)
  • (en) Samuel W. Mitcham Jr., Crumbling Empire: The German Defeat in the East, 1944, 2001.
  • (en) Robert Dr Watt, Feeling the Full Force of a Four Point Offensive: Re-Interpreting The Red Army's 1944 Belorussian and L'vov-Przemyśl Operations. The Journal of Slavic Military Studies. Routledge Taylor & Francis Group. (ISSN 1351-8046).
  • (en) S. Zaloga, Bagration 1944: The Destruction of Army Group Centre. Osprey Publishing, 1996. (ISBN 978-1855324787).
  • (fr) Philippe Masson, Histoire de l'Armée allemande. 1939-1945, Perrin, 1994. (ISBN 2-262-01355-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]