Campagne d'Afrique du Nord (Seconde Guerre mondiale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Campagne d'Afrique du Nord
Description de cette image, également commentée ci-après
Un Crusader britannique passe à côté d'un Panzerkampfwagen IV allemand détruit, le .
Informations générales
Date
Lieu Royaume d'Égypte, Libye italienne, Algérie française, Protectorat français de Tunisie, Protectorat français au Maroc
Issue Victoire des Alliés
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni Commonwealth
* Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
* British Raj Red Ensign.svg Inde
* Drapeau de l'Australie Australie
* Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
* Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud
Drapeau des États-Unis United States[nb 1]
Drapeau de la France France libre
* Drapeau de la France Algérie française[nb 1]
* Flag of Tunisia with French canton.svg Tunisie[nb 1]
* Merchant flag of French Morocco.svg Maroc[nb 1]
Drapeau de la Pologne Armée polonaise de l'Ouest
Drapeau de la Tchécoslovaquie Gouvernement provisoire tchécoslovaque
Drapeau de la Grèce Royaume de Grèce
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Armée yougoslave hors de la patrie
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
* Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Libye
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau de la France Régime de Vichy[nb 2]
* Drapeau de la France Algérie française[nb 2]
* Flag of Tunisia with French canton.svg Tunisie[nb 2]
* Merchant flag of French Morocco.svg Maroc[nb 2]
Commandants
Pertes
  • Drapeau du Royaume-Uni Empire britannique:
    35 478 tués[1]
    220 000 victimes au total[2]
  • Flag of Free France (1940-1944).svg Français libre:
    16 000 tués, blessés ou disparus[3]
  • Drapeau des États-Unis Etats-Unis:
    2 715 tués
    8 978 blessés
    6 528 disparus[4],[5]
  • Pertes matérielles:
    2 000 chars détruits
    1 400 avions détruits
  • Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Italie:
    22 341 tués[6]
    250 000–350 000 capturés[7][nb 4]
  • Drapeau de l'Allemagne nazie Allemagne[9]:
    18 594 tués
    3 400 disparu
    180 000 capturés
  • Flag of France (1794–1815, 1830–1974, 2020–present).svg France de Vichy:[nb 5]
    1 346 tués
    1 997 blessés
  • Pertes matérielles[10],[11]:
    2 550 chars perdus
    70 000 camions perdus
    6 200 fusils perdus
    8 000 avions détruits
    2 400 000 tonnes brutes de transport maritime

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Campagne d'Afrique du Nord

Guerre du Désert


Débarquement allié en Afrique du Nord


Campagne de Tunisie


Batailles et opérations des campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'Est


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

La campagne d'Afrique du Nord désigne une série de batailles livrées pendant la Seconde Guerre mondiale, faisant partie du théâtre méditerranéen de cette guerre.

Il s'agissait de campagnes menées dans les déserts libyens et égyptiens (guerre du désert) et au Maroc et en Algérie (Opération Torch) et en Tunisie (campagne de Tunisie).

La campagne est menée entre les forces des Alliés et de l'Axe, dont beaucoup ont des intérêts coloniaux en Afrique. L'effort de guerre allié est essentiellement réalisé par le Commonwealth et les gouvernements de pays occupés par les Allemands. Les États-Unis sont entrés en guerre en décembre 1941 et ont commencé une assistance militaire directe en Afrique du Nord en 1942.

Les combats en Afrique du Nord ont commencé avec la déclaration de guerre de l'Italie le 10 juin 1940. Le 14 juin, le 11th Hussars de l'armée britannique (British Army) (assisté d'éléments du 1st Royal Tank Regiment, 1st RTR) franchit la frontière entre l'Égypte et la Libye et s'empare du fort italien Capuzzo. S'ensuit une contre-offensive italienne en Égypte et la prise de Sidi Barrani en septembre, puis sa reprise par les Britanniques en décembre à la suite d'une contre-offensive du Commonwealth britannique, l'opération Compass. Au cours de l'opération Compass, la 10e armée italienne (10ª Armata) est détruite et l'Afrika Korps allemand - commandé par Erwin Rommel, qui sera plus tard surnommé "le renard du désert" - est envoyé en Afrique du Nord en février 1941 au cours de l'opération Sonnenblume pour renforcer les forces italiennes afin d'empêcher une défaite complète de l'Axe.

Une série fluctuante de batailles pour le contrôle de la Libye et de certaines régions d'Égypte s'ensuivit, atteignant son apogée lors de la seconde bataille d'El Alamein en octobre 1942, lorsque les forces du Commonwealth britannique sous le commandement du lieutenant-général Bernard Montgomery infligèrent une défaite décisive à l'Afrika Korps de Rommel et forcèrent ses restes à se réfugier en Tunisie. Après le débarquement anglo-américain (opération Torch) en Afrique du Nord-Ouest en novembre 1942, et les batailles ultérieures contre les forces de la France de Vichy (qui ont ensuite changé de camp), les Alliés ont encerclé plusieurs centaines de milliers d'Allemands et d'Italiens dans le nord de la Tunisie et ont finalement forcé leur reddition en mai 1943.

Les informations glanées par les services britanniques de décryptage du code Ultra se sont avérées essentielles au succès des Alliés en Afrique du Nord. La victoire des Alliés dans cette campagne a immédiatement conduit à la campagne d'Italie, qui a abouti à la chute du gouvernement fasciste en Italie et à l'élimination du principal allié européen de l'Allemagne.

La campagne d'Afrique du Nord a souvent été qualifiée de "guerre sans haine", un pur affrontement militaire dans le désert, sans les rafles de partisans et le nettoyage ethnique qui ont eu lieu en Europe. Ce point de vue a été contesté par des historiens récents, étant donné que de nombreux civils vivaient effectivement dans la région[12] et que la campagne a été marquée par de nombreuses atrocités et abus commis par les forces allemandes et italiennes à l'égard des prisonniers de guerre et des populations locales juives, berbères et arabes[13].Ils étaient souvent motivés par le racisme, y compris l'antisémitisme[14].

Campagne du désert occidental[modifier | modifier le code]

Un Matilda Mk II britannique nommé " Glenorchy " du Major K.P. Harris, MC, commandant de l'escadron " D " du 7e Royal Tank Regiment pendant l'opération Compass, arborant un drapeau italien capturé à Tobrouk, le 24 janvier 1941
L'Empire italien en novembre 1942

Le 10 mai 1940, la Wehrmacht entame la bataille de France (ou Westfeldzug). Un mois plus tard, il est clair que la France devra se rendre dans les deux semaines. L'armistice de Compiègne a lieu le 22 juin 1940.

Le 15 juin, le Royaume d'Italie s'est aligné sur l'Allemagne nazie et a déclaré la guerre à la France et au Royaume-Uni[15]. Les forces britanniques (ainsi que les troupes indiennes et rhodésiennes) basées en Égypte ont reçu l'ordre de prendre des mesures défensives, mais d'éviter autant que possible toute provocation[16]. Cependant, le 11 juin, ils ont commencé une série de raids contre les positions italiennes en Libye[17]. Après la défaite de la France le 25 juin, les forces italiennes en Tripolitaine - faisant face aux troupes françaises basées en Tunisie - se redéploient en Cyrénaïque pour renforcer la Dixième armée italienne[18]. Ceci, ajouté à la dégradation constante de l'équipement des forces britanniques, conduit le général Archibald Wavell à ordonner la fin des raids et à placer la défense de la frontière égyptienne avec une petite force d'écran[19].

Le dictateur italien Benito Mussolini ordonna à la 10e armée d'envahir l'Égypte avant le 8 août. Deux jours plus tard, aucune invasion n'ayant été lancée, Mussolini ordonna au maréchal Graziani d'attaquer dès que les forces allemandes lanceraient l'opération Seelöwe[20]. Le 8 septembre, les Italiens - gênés par le manque de moyens de transport, affaiblis par le faible niveau d'entraînement des officiers et affaiblis par l'état de leur matériel de soutien[18] - reçurent l'ordre d'envahir l'Égypte le lendemain. Le plan de bataille consistait à avancer le long de la route côtière tandis que des forces blindées limitées opéraient sur le flanc du désert[19].

Pour contrer l'avance italienne, Wavell ordonna à ses forces d'écran de harceler les Italiens qui avançaient, se repliant vers Mersa Matruh, où était basée la principale force d'infanterie britannique. Positionnée sur le flanc du désert, la 7e division blindée devait frapper le flanc de la force italienne[21],[22].

11e Bataillon d'infanterie tchécoslovaque défendant Tobrouk

Le 16 septembre, la force italienne avait avancé jusqu'à Maktila, à environ 130 kilomètres à l'ouest de Mersa Matruh, où elle s'est arrêtée en raison de problèmes de ravitaillement[23]. Bien que Mussolini les ait exhortés à poursuivre, Graziani a ordonné à ses hommes de se retrancher autour de Sidi Barrani, et des camps fortifiés ont été établis dans des emplacements avancés ; des troupes supplémentaires ont également été positionnées en arrière de la force principale[24]. En réponse à la dispersion des camps italiens, les Britanniques ont planifié une attaque limitée de cinq jours, l'Opération Compass, pour frapper ces camps fortifiés un par un[25],[26]. La force du Commonwealth britannique, qui comptait 36 000 hommes[27], a attaqué les éléments avancés de l'armée italienne forte de 10 divisions le 9 décembre[28]. Après leur succès initial, les forces de l'opération Compass[29] ont poursuivi les forces italiennes en retraite[30]. En janvier, le petit port de Bardia a été pris[31], suivi de près par la prise du port fortifié de Tobrouk[32].

Quelque 40 000 Italiens ont été capturés dans et autour des deux ports, le reste de la 10e armée se repliant le long de la route côtière vers El Agheila. Richard O'Connor envoie la 7e division blindée à travers le désert avec un petit groupe de reconnaissance. Elle atteint Beda Fomm environ quatre-vingt-dix minutes avant les Italiens, interrompant leur retraite. Bien qu'ils tentent désespérément de vaincre les forces britanniques lors de la bataille de Beda Fomm, les Italiens ne parviennent pas à percer, et les restes de l'armée en retraite se rendent. En dix semaines, les forces alliées avaient détruit la 10e armée italienne et atteint El Agheila, faisant au passage 130 000 prisonniers de guerre[33],[34],[35].

Hommes de la 4e division indienne avec un drapeau allemand capturé à Sidi Omar en Afrique du Nord.

Mussolini demande de l'aide à ses alliés allemands, tandis que le Comando Supremo italien envoie rapidement plusieurs grandes forces motorisées et blindées pour protéger ses colonies en Afrique du Nord[36]. Ce renfort très important comprend la division blindée Ariete, bientôt célèbre, commandée par le général Ettore Baldassarre[37]. Pendant ce temps, les Allemands assemblent à la hâte une force motorisée, dont les éléments de tête arrivent à Tripoli en février. Ce corps expéditionnaire relativement petit, appelé Afrika Korps par Hitler, est placé sous le commandement d'Erwin Rommel. Ses ordres étaient de renforcer les Italiens et de bloquer les tentatives des Alliés de les chasser de la région[38],[39]. Cependant, l'engagement initial d'une seule panzerdivision et, par la suite, de deux panzerdivisions et d'une division motorisée, indiquait l'étendue limitée de la participation et de l'engagement allemands sur ce théâtre d'opérations[37]. Le gros des renforts était italien et c'était donc aux Italiens de faire le gros des combats. La force alliée avancée - désormais appelée XIIIe Corps - adopta une posture défensive et se renforça au cours des mois suivants, avant que la plupart de ses forces vétéranes ne soient redéployées en Grèce (Opération Lustre). En outre, la 7e division blindée est retirée dans le delta du Nil[40],[41],[42]. Les forces vétérans sont remplacées par de nouveaux venus inexpérimentés, mal équipés pour affronter les blindés allemands[43].

Erwin Rommel avec le gouverneur italien de Libye, le général Italo Gariboldi (à droite de Rommel), à Tripoli, février 1941.
Membres néo-zélandais du Long Range Desert Group prenant le thé dans le désert occidental, 27 mars 1941.
Chars Crusader britanniques se déplaçant vers des positions avancées pendant l'opération Crusader, 26 novembre 1941.
Troupes coloniales britanniques capturées par les forces italiennes et allemandes en 1941.
Troupes américaines à bord d'une péniche de débarquement d'assautse dirigeant vers Oran, novembre 1942.

Bien que Rommel ait reçu l'ordre de simplement tenir la ligne, une reconnaissance blindée se transforma rapidement en une véritable offensive à partir d'El Agheila en mars[38],[39]. En mars-avril, les forces alliées furent repoussées[44] et les principaux officiers généraux capturés. La 9e division d'infanterie australienne se replia sur le port fortifié de Tobrouk[45], et les forces britanniques et du Commonwealth restantes se retirèrent à 160 kilomètres à l'est de la frontière égypto-libyenne[46]. Alors que Tobrouk était assiégée par la principale force italo-allemande, un petit groupement tactique continua à avancer vers l'est. Capturant au passage Fort Capuzzo et Bardia, il avança ensuite en Égypte et, à la fin du mois d'avril, il avait pris Sollum et le col d'Halfaya, important sur le plan tactique. Rommel a mis une garnison sur ces positions, renforçant ainsi le groupement tactique et lui ordonnant de se mettre sur la défensive[47],[48].

Bien qu'isolée sur terre, la garnison de Tobrouk continue de recevoir des approvisionnements et des remplacements, livrés de nuit par la Royal Navy. Les forces de Rommel n'avaient ni la force ni l'entraînement nécessaires pour prendre la forteresse. Cela crée un problème d'approvisionnement pour ses unités avancées. Ses positions de première ligne à Sollum se trouvaient à la fin d'une chaîne de ravitaillement étendue qui s'étendait jusqu'à Tripoli et devait contourner la route côtière de Tobrouk. De plus, il était constamment menacé par une évasion des forces britanniques à Tobrouk[49] . Sans Tobrouk aux mains de l'Axe, toute nouvelle avancée en Égypte était impossible[50],[51].

Les Alliés ont lancé une contre-attaque à petite échelle appelée Opération Brevity pour tenter de repousser les forces de l'Axe hors des cols clés à la frontière, avec un certain succès initial. Cependant, ils n'ont pas pu tenir les positions avancées et ont fait suivre Brevity d'une offensive de plus grande envergure, l'opération Battleaxe, destinée à lever le siège de Tobrouk, mais cette opération a également échoué.

Après l'échec de l'opération Battleaxe, Archibald Wavell est relevé de son commandement et remplacé par Claude Auchinleck. La Western Desert Force est renforcée par un deuxième corps, le XXXe Corps, les deux corps formant la Huitième armée. La Huitième armée était composée de forces armées des nations du Commonwealth, notamment l'armée britannique, l'armée australienne, l'armée indienne britannique, l'armée néo-zélandaise, l'armée sud-africaine et la Sudan Defence Force. Il y avait également une brigade de Français libres sous les ordres de Marie-Pierre Koenig.

La nouvelle formation lance une nouvelle offensive, l'opération Crusader, en novembre. Après une bataille en dents de scie, la 70e division qui tenait la garnison de Tobrouk est relevée et les forces de l'Axe sont contraintes de se replier. En janvier 1942, la ligne de front se trouvait à nouveau à El Agheila.

Après avoir reçu du ravitaillement et des renforts de Tripoli, l'Axe attaque à nouveau, battant les Alliés à Gazala en juin et capturant Tobrouk. Les forces de l'Axe repoussent la Huitième armée au-delà de la frontière égyptienne, mais leur progression est stoppée en juillet à seulement 140 kilomètres d'Alexandrie lors de la première bataille d'El Alamein.

Fait très important, le 29 juin, les rapports sur les opérations militaires britanniques en Afrique du Nord envoyés à Washington par l'attaché militaire américain au Caire, Bonner Fellers, n'utilisent plus le " code noir " compromis que les forces de l'Axe lisaient, de sorte que l'Axe ne peut plus connaître les " forces, positions, pertes, renforts, approvisionnement, situation, plans, moral, etc. " britanniques, comme il le faisait depuis 1940.

Soldat italien mort tenant une photo de son enfant, Afrique du Nord, années 1940

Le général Auchinleck, bien qu'il ait bloqué l'avance de Rommel lors de la première bataille d'El Alamein, est remplacé par le général Harold Alexander. Le lieutenant-général William Gott est promu du poste de commandant du XIIIe Corps à celui de commandant de l'ensemble de la Huitième armée, mais il est tué lorsque son avion est intercepté et abattu au-dessus de l'Égypte. Il est remplacé par le lieutenant-général Bernard Montgomery.

À la fin du mois de juin, les forces de l'Axe tentent une deuxième fois de percer les défenses alliées à El Alamein, à Alam Halfa, mais sans succès. Après une longue période de préparation et d'entraînement, la Huitième armée lance une offensive majeure, battant de manière décisive l'armée italo-allemande lors de la deuxième bataille d'El Alamein fin octobre, repoussant les forces de l'Axe vers l'ouest et capturant Tripoli à la mi-janvier 1943. En février, la Huitième armée fait face à l'armée panzer italo-allemande près de la ligne Mareth et passe sous le commandement du 18e groupe d'armées (18th Army Group) du général Harold Alexander pour la phase finale de la guerre en Afrique du Nord - la campagne de Tunisie.

Opération Torch[modifier | modifier le code]

L'opération Torch, menée en novembre 1942, était un compromis qui répondait à l'objectif britannique d'assurer la victoire en Afrique du Nord tout en permettant aux forces armées américaines de s'engager dans la lutte contre l'Allemagne nazie à une échelle limitée[52]. En outre, comme Joseph Staline, le dirigeant de l'Union soviétique, plaidait depuis longtemps pour l'ouverture d'un second front afin d'engager la Wehrmacht et de soulager la pression sur l'Armée rouge, cette opération a permis de soulager quelque peu l'Armée rouge sur le front oriental en détournant les forces de l'Axe vers le théâtre nord-africain. Plus de la moitié des avions de transport allemands Ju 52 qui étaient nécessaires pour approvisionner les forces de l'Axe encerclées à Stalingrad étaient occupés à approvisionner les forces de l'Axe en Afrique du Nord[53].

Les commandants supérieurs américains étaient fortement opposés aux débarquements proposés en Afrique du Nord-Ouest. Après que les chefs d'état-major combinés (CEM) des alliés occidentaux se soient réunis à Londres le 30 juillet 1942, le général George Marshall et l'amiral Ernest King ont refusé d'approuver le plan. Marshall et d'autres généraux américains ont préconisé l'invasion de l'Europe du Nord plus tard dans l'année, ce que les Britanniques ont rejeté[54],[55]. Après que le premier ministre Winston Churchill ait insisté sur un débarquement en Afrique du Nord française en 1942, Marshall a suggéré au président Franklin D. Roosevelt que les États-Unis abandonnent la stratégie de l'Allemagne d'abord et prennent l'offensive dans le Pacifique. Roosevelt a déclaré que cela n'aiderait en rien la Russie[56] avec Marshall n'ayant pas réussi à persuader les Britanniques de changer d'avis[57], le président Roosevelt a donné un ordre direct selon lequel l'opération Torch devait avoir la priorité sur les autres opérations et devait avoir lieu le plus tôt possible, l'un des deux seuls ordres directs qu'il ait donnés aux commandants militaires pendant la guerre.

Les débarquements ont commencé le 8 novembre et se sont terminés le 16 novembre. Dans le but de prendre en tenaille les forces allemandes et italiennes, les forces alliées (américaines et du Commonwealth britannique) ont débarqué en Afrique du Nord française sous le contrôle de Vichy en supposant qu'il n'y aurait que peu ou pas de résistance. Néanmoins, les forces françaises de Vichy opposent une résistance forte et sanglante aux Alliés à Oran et au Maroc, mais pas à Alger, où un coup d'État de la résistance française le 8 novembre réussit à neutraliser le XIXe Corps français avant le débarquement et à arrêter les commandants de Vichy. Par conséquent, le débarquement ne rencontre aucune opposition concrète à Alger, et la ville est capturée le premier jour avec l'ensemble du commandement africain de Vichy. Après trois jours de pourparlers et de menaces, les généraux Mark W. Clark et Dwight D. Eisenhower contraignent l'amiral de Vichy François Darlan et le général Alphonse Juin à ordonner la cessation, les 10 et 11 novembre, de la résistance armée des forces de Vichy à Oran et au Maroc, en promettant de faire de Darlan le chef d'une administration française libre. Au cours de l'opération Torch, les Américains affrontent les navires de la marine française et allemande de Vichy lors de la bataille navale de Casablanca, qui se solde par une victoire américaine.

Le débarquement allié entraîne l'occupation de la France de Vichy par l'Axe (opération Anton). En outre, les italiens s'emparent de la flotte française à Toulon, ce qui ne leur sert pas à grand-chose, car la majeure partie de la flotte a été sabordée pour empêcher son utilisation par l'Axe.

L'armée de Vichy en Afrique du Nord rejoint les Alliés.

Campagne de Tunisie[modifier | modifier le code]

Après le débarquement de l'opération Torch, début novembre 1942, les Allemands et les Italiens entament un renforcement des troupes en Tunisie pour combler le vide laissé par les troupes de Vichy qui se sont retirées. Pendant cette période de faiblesse, les Alliés décident de ne pas avancer rapidement en Tunisie pendant qu'ils luttent contre les autorités de Vichy. De nombreux soldats alliés sont immobilisés dans des garnisons en raison de l'incertitude du statut et des intentions des forces de Vichy.

Tiger 712 du 501e bataillon de panzers lourds[58]

À la mi-novembre, les Alliés ont pu avancer en Tunisie, mais seulement avec une seule division. Début décembre, la Eastern Task Force - qui avait été redésignée comme la 1re armée britannique sous le commandement du lieutenant-général Kenneth Anderson - était composée de la 78e division d'infanterie britannique, de la 6e division blindée britannique, de la 1re Brigade parachutiste, du Commando n° 6 et d'éléments de la 1re division blindée américaine. Mais à ce moment-là, une division allemande et cinq divisions italiennes avaient été expédiées d'Europe et l'éloignement des aérodromes alliés de la ligne de front donnait à l'Axe une nette supériorité aérienne sur le champ de bataille. Les Alliés ont été arrêtés et repoussés après avoir avancé vers l'est jusqu'à 30 kilomètres de Tunis.

Pendant l'hiver, il s'ensuit une période d'impasse au cours de laquelle les deux camps continuent de renforcer leurs forces. Au début de l'année, la 1re armée britannique disposait d'un corps d'armée britannique, d'un corps d'armée américain et d'un corps d'armée français (un deuxième quartier général de corps d'armée britannique a été activé en avril). Dans la seconde moitié de février, dans l'est de la Tunisie, Erwin Rommel et Hans-Jürgen von Arnim remportent quelques succès contre des troupes françaises et américaines pour la plupart inexpérimentées, notamment en mettant en déroute le 2e corps d'armée américain commandé par le major général Lloyd Fredendall à la bataille du col de Kasserine.

Au début du mois de mars, la 8e armée britannique - qui progresse vers l'ouest le long de la côte nord-africaine - atteint la frontière tunisienne. Rommel et von Arnim se retrouvent dans une tenaille alliée à " deux armées ". Ils sont dépassés par les flancs, les hommes et les armes. Rommel rentre en Allemagne pour des raisons de santé et est remplacé par le général italien Giovanni Messe.

La 8e armée britannique contourne la défense de l'Axe sur la ligne Mareth fin mars après de durs combats et la 1re armée dans le centre de la Tunisie lance sa principale offensive à la mi-avril pour presser les forces de l'Axe jusqu'à ce que leur résistance en Afrique s'effondre. Les forces de l'Axe se sont rendues le 13 mai 1943, faisant plus de 275 000 prisonniers de guerre. La dernière force de l'Axe à se rendre en Afrique du Nord est la 1re armée italienne du général Messe[59]. Cette énorme perte de troupes expérimentées réduit considérablement la capacité militaire des puissances de l'Axe, bien que certaines troupes de l'Axe se soient échappées de Tunisie. Cette défaite en Afrique entraîne la prise de toutes les colonies italiennes en Afrique.

Renseignements[modifier | modifier le code]

Axe[modifier | modifier le code]

Une unité allemande de réception des transmissions dans le désert

L'Axe a connu un succès considérable dans la collecte de renseignements grâce à l'interception de communications radio et à la surveillance du trafic radio des unités. Le succès le plus important est l'interception des rapports du colonel Bonner Fellers, l'attaché militaire américain en Égypte. Il avait été chargé par le général George Marshall de fournir des rapports détaillés sur la situation militaire en Afrique[60]. Fellers s'est entretenu avec le personnel militaire et civil des quartiers généraux britanniques, a lu des documents et s'est rendu sur le front. Connu des Allemands sous le nom de " die gute Quelle " (la bonne source) ou, plus plaisamment, de " petit bonhomme ", il transmet ses rapports à Washington en utilisant le " code noir " du département d'État américain. Cependant, en septembre 1941, les Italiens avaient volé un livre de codes contenant le code noir, l'avaient photographié et l'avaient rendu à l'ambassade américaine à Rome[61]. Les Italiens partageaient des parties de leurs interceptions avec leurs alliés allemands. En outre, la "Chiffrierabteilung" (branche militaire allemande du chiffrement) est bientôt en mesure de déchiffrer le code. Les rapports de Fellers étaient très détaillés et ont joué un rôle important en informant les Allemands de la force et des intentions des alliés entre janvier et juin 1942.

Un char M13/40 italien appartenant à la division blindée Ariete

En outre, les décrypteurs italiens du Servizio Informazioni Segrete (SIS) ont réussi à intercepter une grande partie des signaux radio cryptés (SIGINT) provenant du trafic aérien britannique, ainsi que des signaux cryptés de première classe provenant des navires et des bases terrestres britanniques, fournissant à la Supermarina (Regia Marina) des avertissements opportuns sur les intentions des Alliés en Méditerranée[62]. En effet, le SIS italien réussit tellement bien à gérer la majeure partie du renseignement naval de l'Axe en Méditerranée que "l'utilisation offensive du SIGINT par la Grande-Bretagne était largement annulée par le SIGINT défensif de l'Italie"[63].

L'Afrika Korps disposait des services de renseignement de l'élément de surveillance mobile du 621e Bataillon des transmissions qui est arrivé en Afrique du Nord à la fin du mois d'avril 1941[64], commandé par le Hauptmann Alfred Seeböhm. Le 621e bataillon de transmissions surveillait les communications radio entre les unités britanniques[60]. Malheureusement pour les Alliés, non seulement les Britanniques ne changeaient pas fréquemment leurs codes, mais ils étaient également enclins à une mauvaise discipline radio au combat. Leurs officiers effectuaient fréquemment des transmissions ouvertes et non codées à leur commandement, ce qui permettait aux Allemands d'identifier plus facilement les unités et les déploiements britanniques[60]. La situation a changé après qu'une contre-attaque au cours de la bataille de Gazala ait entraîné l'écrasement et la destruction du 621e bataillon de transmissions et la capture d'un certain nombre de ses documents, ce qui a alerté les services de renseignement britanniques du problème[65]. Les Britanniques réagirent en instituant une procédure améliorée de signaux d'appel, en introduisant des codes radiotéléphoniques, en imposant un silence radio rigide aux formations de réserve, en remplissant les vrais messages par du trafic factice, en renforçant leur discipline radio au combat et en créant tout un faux réseau de signaux dans le secteur sud[65].

Alliés[modifier | modifier le code]

Ordinateur Colossus Mark II à Bletchley Park

Les décrypteurs alliés ont lu une grande partie du trafic de messages allemands chiffrés, en particulier ceux chiffrés par la machine Enigma. Le programme Ultra des Alliés est initialement d'une utilité limitée, car il met trop de temps à transmettre les informations aux commandants sur le terrain, et fournit parfois des informations peu utiles[66]. En termes d'anticipation du prochain mouvement des Allemands, le recours à Ultra se retourne parfois contre eux. Si les premières attaques allemandes de mars 1941 ont été si fructueuses, c'est en partie parce que les interceptions d'Ultra avaient informé Wavell que l'Oberkommando der Wehrmacht (OKW) avait clairement ordonné à Rommel de ne pas entreprendre d'action offensive, mais d'attendre qu'il soit renforcé par la 15e Panzerdivision en mai[67]. Rommel a reçu cette information, mais a accordé plus de valeur à sa propre évaluation de la situation. Croyant que les Allemands n'avaient pas l'intention d'entreprendre une action majeure, le commandement britannique ne réagit que lorsqu'il est trop tard[68]. De plus, Rommel ne fournit généralement pas à l'OKW ou au Comando Supremo italien les détails de ses opérations planifiées, car il pense que les Italiens sont trop enclins à divulguer l'information. Ainsi, le 21 janvier 1942, lorsque Rommel lance sa deuxième offensive à partir d'El Agheila, le Comando Supremo est tout aussi surpris que les Britanniques de l'apprendre[69]. Les interceptions Ultra fournissent aux Britanniques des informations telles que le nom du nouveau commandant allemand, son heure d'arrivée, ainsi que le nombre et l'état des forces de l'Axe, mais elles ne révèlent pas toujours correctement les intentions de Rommel.

Le principal avantage des interceptions Ultra pour l'effort en Afrique du Nord était d'aider à couper la ligne d'approvisionnement de l'Axe vers la Tunisie. Les interceptions Ultra ont fourni des informations précieuses sur les horaires et les itinéraires des expéditions de ravitaillement de l'Axe à travers la Méditerranée. Ces informations étaient essentielles pour donner aux Britanniques la possibilité de les intercepter et de les détruire. À l'époque où Malte subissait de lourdes attaques aériennes, la capacité à agir sur la base de ces informations était limitée, mais à mesure que la force aérienne et navale des Alliés s'améliorait, ces informations sont devenues essentielles au succès des Alliés. On estime que 40 à 60 % des navires de ravitaillement de l'Axe ont été localisés et détruits grâce aux informations décryptées[70],[71]. Cependant, cette affirmation est fortement contestée par les auteurs Vincent P. O'Hara et Enrico Cernuschi (2013) qui affirment que des auteurs comme F.H. Hinsley ont grandement exagéré les effets d'ULTRA. Par exemple, ils affirment que les renseignements fournis par ULTRA ont eu peu d'impact pour arrêter les convois italiens atteignant l'Afrique du Nord. Sur les 2,67 millions de tonnes de matériel, de carburant et de munitions expédiées vers l'Afrique - presque toutes dans des navires italiens et sous escorte italienne - 2,24 millions de tonnes ont réussi à arriver malgré tous les efforts d'ULTRA et de la marine britannique pour les en empêcher[72]. En effet, "Ultra n'a pas empêché les armées de l'Axe d'atteindre le Nil"[63].

Les lourdes pertes des parachutistes allemands (Fallschirmjäger) en Crète, rendues possibles par les avertissements d'Ultra sur les heures et les lieux de largage, ont fait hésiter Hitler à attaquer Malte[73], ce qui a aidé les Britanniques à prendre le contrôle de la Méditerranée, tout comme les pertes de la marine italienne à la bataille du cap Matapan[74]. Pour dissimuler le fait que les messages codés allemands étaient lus, un fait essentiel à l'effort de guerre global des Alliés, le commandement britannique a exigé qu'une mission de survol soit effectuée avant qu'un convoi puisse être attaqué afin de donner l'impression qu'un vol de reconnaissance avait découvert la cible.

Le Canada a fourni un petit contingent de 201 officiers et 147 sous-officiers[75].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Baril de carburant de la Wehrmacht en Tunisie, 2010

Après la victoire des Alliés dans la campagne d'Afrique du Nord, le décor était planté pour le début de la campagne d'Italie. L'invasion de la Sicile(Opération Husky) a suivi deux mois plus tard. Près de 400 000 soldats de l'Axe et des Alliés ont été perdus, blessés ou sont morts de maladie à la fin de la campagne d'Afrique du Nord.

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Novembre 1942 à mai 1943.
  2. a b c et d 8-11 novembre 1942. Vichy poursuit officiellement une politique de neutralité armée et mène des actions militaires contre les incursions armées des belligérants de l'Axe et des Alliés. L'allégeance des troupes de Vichy en Afrique du Nord française aux Alliés a convaincu l'Axe qu'on ne pouvait pas faire confiance à Vichy pour poursuivre cette politique, et ils ont donc envahi et occupé l'État croupion français (Opération Anton).
  3. a et b Darlan rejoint les Alliés en novembre 1942, ordonnant à l'Armée française d'Afrique de cesser le feu et de s'unir aux Français libres, et devient Haut Commissaire civil et militaire en Afrique du Nord française. Il est assassiné le 24 décembre 1942.
  4. L'historien Giorgio Rochat a écrit : Il y avait environ 400 000 prisonniers faits par les Britanniques en Afrique du Nord et en Ethiopie, 125 000 faits par les Américains en Tunisie et en Sicile, 40 000 faits par les Français en Tunisie"[8]. Si l'on considère qu'environ 100 000 prisonniers italiens ont été faits en Afrique de l'Est et que les prisonniers faits par les Américains l'ont été principalement en Sicile, le total est d'environ 340 000 à 350 000.
  5. Durant l'Opération Torch uniquement (8-16 novembre 1942).

Citations[modifier | modifier le code]

  1. Carell, p. 597
  2. Zabecki, North Africa
  3. Raymond Cartier, La Seconde Guerre Mondiale, vol4: 1943-Juin1944 [« The Second World War, vol4: 1943-June1944 »], Press Pocket, p. 40
  4. Playfair, Volume IV, p. 460. United States losses from 12 November 1942
  5. Atkinson, p. 536
  6. Rome: Instituto Centrale Statistica' Morti E Dispersi Per Cause Belliche Negli Anni 1940–45 Rome 1957
  7. Colin F. Baxter. "The War in North Africa, 1940–1943: A Selected Bibliography". 1996. Page 38. 500 000 prisonniers sont répertoriés comme ayant été capturés en Afrique du Nord, en Afrique de l'Est et en Sicile ; étant donné que 150 000 prisonniers de guerre ont été capturés lors de l'invasion alliée de la Sicile et environ 100 000 lors de la Afrique de l'Est, il en resterait environ 250 000 à capturer en Afrique du Nord, 130 000 pendant l'Opération Compass et 120 000 après.
  8. Giorgio Rochat, Le guerre italiane 1935–1943. Dall'impero d'Etiopia alla disfatta [« The Italian Wars 1935–1943. From the Ethiopian Empire until defeat »], Einaudi, p. 446
  9. Carell, p. 596
  10. Barclay, Mediterranean Operations
  11. Porch, Douglas: "The Path to Victory: The Mediterranean Theater in World War II", 2004, p. 415.
  12. Robert Citino, Death of the Wehrmacht: The German Campaigns of 1942, University Press of Kansas, 2007, p. 116.
  13. Patrick Bernhard, « Behind the Battle Lines: Italian Atrocities and the Persecution of Arabs, Berbers, and Jews in North Africa during World War II », Holocaust and Genocide Studies, vol. 26, no 3,‎ , p. 425–446 (DOI 10.1093/hgs/dcs054)
  14. Patrick Bernhard, Im Rücken Rommels. Kriegsverbrechen, koloniale Massengewalt und Judenverfolgung in Nordafrika, 1940-1943 in:ZfGen Zeitschrift für Genozidforschung, page 83 - 122 ZfGen, Volume 17 (2019), Issue 1-2, (ISSN 1438-8332), ISSN online: 1438-8332, "la campagne d'Afrique du Nord était tout sauf une guerre sans haine. Il y a eu de nombreux crimes intentionnels et des infractions aux règles de conduite, notamment le mauvais traitement et le meurtre de soldats ennemis capturés, le pillage de la population indigène, le viol de femmes locales, ainsi que l'exploitation, le meurtre et la détention massive dans des camps de concentration d'Arabes, de Berbères et de Juifs, souvent motivés par la haine raciale et antisémite."
  15. Playfair, p. 109
  16. Playfair, p. 41
  17. Churchill, p. 371
  18. a et b Macksey, p. 25
  19. a et b Macksey, p. 38
  20. Macksey, p. 35
  21. Macksey, p. 40
  22. Playfair (2004), pp.209–210
  23. Macksey, p. 47
  24. Macksey, p. 68
  25. Wavell "No. 37628". The London Gazette (1er supplément). 25 June 1946. p. 3261.
  26. Playfair pp. 260–261, 264
  27. Bauer (2000), p.95
  28. Playfair p. 267
  29. Mead, p. 331
  30. Playfair p 271
  31. Playfair, pp. 286–287
  32. Jimmy Dunn, « World War II's Opening Salvoes in North Africa », Tour Egypt
  33. Playfair, p. 358
  34. « Fall of Bengasi », Time, no 17 February 1941,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  35. Wavell "No. 37628". The London Gazette (1er supplément). 25 juin 1946. p. 3261.
  36. Bauer, p.121
  37. a et b Ian W. Walker, Iron Hulls Iron Hearts, Trowbridge, The Crowood Press, , 67 p. (ISBN 978-1-86126-646-0)
  38. a et b Jentz, p. 82
  39. a et b Rommel, p. 109
  40. Playfair (1954), p. 289
  41. Playfair (1956), p. 2
  42. Jentz, p. 85
  43. Playfair (1956), pp. 2–5
  44. Playfair (1956), pp. 19–40
  45. Latimer, pp. 43–45
  46. Playfair (1956), pp. 33–35
  47. Playfair (1956), p. 160
  48. Jentz, pp. 128–129, 131
  49. Latimer, pp. 48–64
  50. Playfair (1956), p. 41
  51. Jentz, p. 128
  52. Wilmott, H.P. p.
  53. Joel S.A. Hayward, Stopped at Stalingrad; The Luftwaffe and Hitler's Defeat in the East, 1942–1943, University Press of Kansas, 1998, p. 248; see also the effect on German bomber strength at Stalingrad, p. 219.
  54. editor, David T. Zabecki; assistant editors, Carl O. Schuster, Paul J. Rose, William H. Van Husen, World War II in Europe : an encyclopedia, Garland Pub., (ISBN 9780824070298, lire en ligne), p. 1270
  55. S.P. Mackenzie, The Second World War in Europe: Second Edition, Routledge, , 54–55 p. (ISBN 978-1317864714, lire en ligne)
  56. Geoffrey C. Ward et Ken Burns, The Roosevelts: An Intimate History, Knopf Doubleday Publishing Group, , 402 p. (ISBN 978-0385353069), « The Common Cause: 1939-1944 »
  57. Routledge Handbook of US Military and Diplomatic History, Hoboken, Taylor and Francis, (ISBN 9781135071028, lire en ligne), p. 135
  58. « AFTA Tiger I Page », sur armorfortheages.com (consulté le )
  59. Walker 2006, p. 193
  60. a b et c Wil Deac, « Intercepted Communications for Field Marshal Erwin Rommel », sur World War II Magazine,
  61. Lewin p. 251
  62. Vincent P. O'Hara and Enrico Cernuschi, 2013, p.119.
  63. a et b Vincent P. O'Hara and Enrico Cernuschi, 2013, p.135
  64. Forty 1998, p. 97 and 148.
  65. a et b Lewin p. 252
  66. "Intelligence in North Africa" En raison de la protection de la source ultra secrète, la distribution d'ultra était extrêmement lente et, lorsqu'elle parvenait au commandant concerné, elle était souvent périmée et donc, au mieux, inutile et, au pire, dangereusement trompeuse.
  67. Verlauf März 1941. dans: Der Feldzug in Afrika 1941–1943 (deutsches-afrikakorps.de). Retranscrit le 24 novembre 2009. La faute de cette évaluation revient aux rapports Enigma, qui permettent à Wavell de voir que Rommel n'a pour mission que de stabiliser le front de Syrte et que sa principale unité, la 15e division blindée, n'est pas encore arrivée en Afrique. Translated : The responsibility for this assessment are the Enigma reports, which can be seen by Wavell that Rommel has only a mandate to stabilize the Sirte front, and that his most important unit, the 15th Panzer Division, has not yet arrived in Africa.
  68. Lewin p. 33 Le 30 mars, Wavell signala : " Je ne pense pas qu'il puisse faire un grand effort avant un mois "..
  69. Lewin pp. 99–101 Citation du journal de Rommel : J'avais gardé le secret sur la prochaine attaque du Panzer Group vers l'est à partir de Mersa el Brega et n'en avais informé ni le haut commandement italien ni le haut commandement allemand. Nous savions par expérience que les quartiers généraux italiens ne peuvent pas garder les choses pour eux et que tout ce qu'ils transmettent à Rome parvient aux oreilles des Britanniques. Cependant, j'avais pris des dispositions avec l'intendant pour que l'ordre du groupe de blindés soit affiché dans toutes les " Cantoniera " de Tripolitaine le 21 janvier;...
  70. Kingsly, Sir Harry "The Influence of ULTRA in the Second World War"
  71. Hinsley, Francis Harry (1993), British intelligence in the Second World War, Cambridge: Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-44304-3)
  72. Vincent P. O'Hara and Enrico Cernuschi, 2013. p.118
  73. « Intelligence in North Africa », sur topedge.com (consulté le )
  74. Hinsley, F.H.; Stripp, Alan, eds. (1993), Codebreakers: The inside story of Bletchley Park (OU Press paperback ed.), Oxford: Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-280132-6) p 3
  75. Andrew Stewart, « Where Was Canada? The Canadian Military Contribution to the British Commonwealth Second World War Campaign in North Africa », Canadian Military History, vol. 25, no 2,‎ , p. 1–27 (lire en ligne)

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rick Atkinson, An Army at Dawn: The War in North Africa, 1942–1943, Abacus, (1re éd. 2002) (ISBN 0-349-11636-9)
  • Brigadier C. N. Barclay, « Mediterranean Operations » [archive du ], GI – World War II Commemoration (consulté le )
  • Eddy Bauer, The history of World War II, Great Britain, Silverdale, , Revised and updated éd. (1re éd. 1984) (ISBN 978-1-85605-552-9)
  • Paul Carell, Le volpi del deserto. 1941–1943: le armate italo-tedesche in Africa settentrionale [« The wolves of the desert. 1941–1943: the Italo-German armies in North Africa »], New York, Bantam,
  • George Forty, The Armies of Rommel, London, Arms and Armour Press, (ISBN 978-1-85409-379-0)
  • Thomas L. Jentz, Tank Combat in North Africa: The Opening Rounds, Operations Sonnenblume, Brevity, Skorpion and Battleaxe, February 1941 – June 1941, Schiffer Publishing, (ISBN 0-7643-0226-4)
  • John Keegan, Oxford Companion to World War II, Oxford University Press, (ISBN 0-19-280666-1)
  • Ronald Lewin, Rommel As Military Commander, New York, B&N Books, (1re éd. 1968) (ISBN 978-0-7607-0861-3, lire en ligne)
  • Vincent O'Hara et Enrico Cernushi, « The Other Ultra: Signal Intelligence and the Battle to Supply Rommel's Attack toward Suez », Naval War College Review, vol. 66, no 3,‎ , p. 117–138
  • Major-General I.S.O. Playfair, Brigadier C.J.C. and Molony, Captain F.C. with Flynn RN et Group Captain T.P. Gleave, The Mediterranean and Middle East, Volume IV: The Destruction of the Axis Forces in Africa, Uckfield, UK, Naval & Military Press, coll. « History of the Second World War United Kingdom Military Series », (1re éd. 1st. pub. HMSO 1966) (ISBN 1-84574-068-8)
  • Ian Walker, Iron Hulls, Iron Hearts: Mussolini's Elite Armoured Divisions in North Africa, Ramsbury, Crowood, (ISBN 1-86126-839-4)
  • H.P. Willmott, June, 1944, Poole, Dorset, Blandford Press, (ISBN 0-7137-1446-8, lire en ligne)
  • David T. Zabecki, « North Africa (1940–1943) », The War, PBS, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]