Linaigrette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Linaigrette
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
l'appellation « Linaigrette » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après
Eriophorum scheuchzeri
dans le parc naturel régional du Queyras

Taxons concernés

Parmi la famille des Cyperaceae :
Trichophorum alpinum, la linaigrette des Alpes

Linaigrette est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certaines plantes vivaces des genres Eriophorum et Trichophorum qui appartiennent à la famille des Cyperaceae.

Autres noms vernaculaires : linaigrette jonc, herbe à coton...

Quelques espèces appelées « linaigrette »[modifier | modifier le code]

Caractéristiques communes[modifier | modifier le code]

On trouve communément les linaigrettes dans les endroits humides dans les tourbières en terrain siliceux. Certaines espèces, comme E. latifolium se rencontrent dans les marais alcalins (terrains calcaires). Leur aire de répartition va des régions arctiques jusqu'aux régions tempérées, où elles sont surtout présentes en montagne. Autrefois répandues en plaine, elles y sont désormais rares du fait de la disparition de leur milieu.

Dans certaines régions, on a pu se servir de leurs soies comme du coton (elle était par exemple systématiquement cueillie dans les Monts d'Arrée pendant la Première Guerre mondiale pour remplacer le coton). Les soies que l'on observe appartiennent aux graines (des akènes). La dispersion des graines se fait par le vent : ce sont des plantes anémochores.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Par les Inuits[modifier | modifier le code]

Au Québec, la linaigrette à anthères courtes, la linaigrette à belle crinière et la linaigrette de Scheuchzer poussent au Nunavik. La linaigrette rousse, la linaigrette à feuilles étroites et la linaigrette dense poussent au Nunavik, en Gaspésie et à l'île d'Anticosti. Les Inuits du Nunavik nomment les linaigrettes suputaujaq ou suputik en inuktitut. Le mot signifie souffler, d'après supuurtuk, ou souffle, d'après supuuq, en référence aux soies portées par le vent à l'automne. Ce moment marque également celui de l'année où l'épaisseur de la peau de caribou est parfaite pour fabriquer des kamiit. Les soies de linaigrettes pouvaient servir à partir un feu, comme mèche de quilliq, soit une lampe en stéatite, ou comme matériau de rembourrage. Les Inuits attribuaient des propriétés médicinales aux soies et à la tige des linaigrettes. Les soies étaient utilisées pour panser le nombril du nouveau-né et l'huile de la tige pour traiter les verrues[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Marcel Blondeau, Claude Roy, Alain Cuerrier et Institut culturel Avataq, Atlas des plantes des villages du Nunavik, Sainte-Foy, Éditions MultiMondes, , 610 p. (ISBN 2-89544-051-4 et 978-2-89544-051-2, OCLC 56065700, lire en ligne)
  2. (fr + en + iu) Alain Cuerrier et les aînés de Kangiqsujuaq., Le savoir botanique des Inuits de Kangiqsujuaq, Nunavik, Inukjuak, Avataq Cultural Institute, , 88 p. (ISBN 978-2-921644-81-5 et 2-921644-81-9, OCLC 825098385, lire en ligne), p. 48-49

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :