Mont-Hélanus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le mont-Hélarius est le symbole de l'Aubrac antique, il serait l'un des trois sommets parmi les trucs d'Aubrac et le Puy de Gudette de la partie sud de l'Aubrac, on ne sait encore si sa renommée est liée à sa position créant une borne sur le plateau[pas clair], ou à la présence d'un lac du même nom où s'est pratiqué un rite païen, qui fut remplacé par le culte d'un saint, lors de l'évangélisation de la région. Une église fut construite près de ce lac (l'église de saint-Hilaire). Mais un détail est trouble, c'est le fait que les Romains aient appelé un sommet de type truc, mons. Ce nom est généralement réservé à un sommet surmonté d'arêtes ou d'une partie rocheuse, alors seuls le Roc de Campiels, le Pic des Fourques, et le Peyrou pourraient être nommés ainsi. Le premier est situé à l'entrée de la forêt d'Aubrac non loin de la fameuse voie Romaine qui traverse celle-ci, rejoint Saint-Chély-d'Aubrac au sud et monte vers le lac Saint-Andéol et du lac des Salhiens, au nord, non loin de la Cascade du Déroc près de Nasbinals, le Peyrou est entre le lac Saint-Andéol et le lac de Born, le Pic des Fourques est entre le Lac Saint-Andéol et le lac des Salhiens.

Grégoire de Tours[modifier | modifier le code]

De gloria confess., cap. 2 : « Mons erat in Gabalitano territorio cognomento Helanus, lacum habens magnum. Ad quem certo tempore multitudo rusticorum, quasi libamina lacui illi exhibens, linteamina projiciebat ac pannos qui ad usum vestimenti virilis praebentur: nonnulli lanae vellera, plurimi etiam formas casei ac cerae vel panis, diversasque species unusquisque juxta vires suas, quae dinumerare perlongum puto. Veniebant autem cum plaustris potum cibumque deferentes, mactantes animalia et per triduum epulantes. Quarta autem die cum discedere deberent, anticipabat eos tempestas cum tonitruo et coruscatione valida; et in tantum imber ingens cum lapidum violentia descendebat, ut vix se quisquam eorum putaret evadere. Sic fiebat per singulos annos, et involvebatur insipiens populus in errore. »

Situation stratégique[modifier | modifier le code]

Cet endroit de l'Aubrac est un carrefour entre les trois régions suivantes : l'Auvergne représentée par le département du Cantal, le Languedoc-Roussillon par le département de la lozère et le Rouergue par le département de l'Aveyron.

C'était donc un carrefour entre les peuples d'alors, Arvernes, Gabales et rutènes, symbolisé au VIe siècle par leurs représentants de la Gallia-Christania qui vinrent y tenir un concile.

Ce fameux concile fut immortalisé par la présence de la croix-des-trois-évêques

Une volonté datant temps de l'empire Romain fut de séparer ces peuples alliés aux Arvernes par des moyens quelconques.

Cela nous amène à penser que l'Aubrac, sur la partie Est, à partir du Mont-Hélanus et jusqu'au Lot était Gabale, la partie Ouest était Rutène et le couloir au nord Ouest était Arverne (voir carte de droite).

et Adsilanum : où est ce ?

Documents[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pline l'ancien
  • Grégoire de Tours
  • Bibliothèque Nationale: département des estampes