Le Buisson (Lozère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Buisson.
Le Buisson
Église du Buisson en décembre 2006.
Église du Buisson en décembre 2006.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton Aumont-Aubrac
Intercommunalité Communauté de communes du Gévaudan
Maire
Mandat
Gérard Hermet
2014-2020
Code postal 48100
Code commune 48032
Démographie
Population
municipale
242 hab. (2014 en augmentation de 11,01 % par rapport à 2009)
Densité 9,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 37′ 42″ nord, 3° 14′ 08″ est
Altitude Min. 880 m
Max. 1 288 m
Superficie 24,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte administrative de Lozère
City locator 14.svg
Le Buisson

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte topographique de Lozère
City locator 14.svg
Le Buisson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Buisson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Buisson

Le Buisson est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Buissonnets.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Massif central, aux monts d'Aubrac, sur la Crueize.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des Maires du Buisson[2]
Période Identité Étiquette Qualité
 ? 1808 Guillaume Planchon[3] -  
1808 1832 David Huguet -  
1832 1834 Stanislas Benoit - -
1834 1834 Pierre-André Planchon - -
1834 1880 Guillaume Stanislas Planchon - -
1880 mai 1881 Pierre-Jean Gerbal[4] - -
mai 1881 1888 Paulin Laurens - -
1888 1900 Sylvain Mas - -
1900 1924 Paulin Brun - -
1924 1935 Jean Baptiste Portalier - -
1935 1940 Sylvain Prouhèze - -
1940 1965 Henri Hermet - -
1965 1971 Flavien Cavalier - -
1971 2001 Casimir Brassac SE -
2001 en cours Gérard Hermet SE -

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2014, la commune comptait 242 habitants[Note 1], en augmentation de 11,01 % par rapport à 2009 (Lozère : -1,04 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
682 640 779 742 846 590 614 613 611
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
602 611 584 533 602 573 544 592 551
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
543 573 502 410 374 367 375 332 313
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
272 265 220 224 188 210 207 207 238
2014 - - - - - - - -
242 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église en avril 2008.
  • L'église paroissiale, dédiée à sainte Anne, fut construite dans les années 1850. L'ancienne église paroissiale était une chapelle dédiée à saint Martin, dont l'emplacement est certainement au lieu de l'actuel cimetière. Au vu de l'état de délabrement de cette chapelle, et du fait qu'elle paraissait très exiguë alors que la population ne cessait de croître, le conseil municipal décida, au milieu du XIXe siècle, de la reconstruire. Il parut impossible de rénover l'existant, ou de reconstruire une nouvelle église au même emplacement ; c'est pourquoi le choix s'est tourné vers un terrains situé plus en hauteur, communément appelé "lou castel". Ce terrain était composé d'un pré donné par DE FRAMOND et d'un jardin vendu par PORTALIER. Afin d’alléger le coût de cette nouvelle église, il fut décidé de raser l'ancienne chapelle et d'en récupérer les matériaux.
  • Sur la statue de la Vierge Marie, située à côté de l'église, figure l'inscription suivante : « élevée en 1888 suivant la volonté de G. S. PLANCHON »
  • le viaduc de Crueize.
  • la vallée de l'Enfer.
  • le parc à loups du Gévaudan.
  • Le lac du Moulinet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Léon Denisy, Notice topographique et historique sur le canton de Marvejols, vol. 2, Issoire, Caffard,
  2. MairesGenWeb - La base de donnees des Maires de France
  3. Maire en l'an IX (1801 d'après les registres d'état civil des archives départementales
  4. Premier adjoint exerçant les fonctions de maire à la suite du décès de Guillaume-Stanislas Planchon le 23 juin 1880
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :