Nébuleuse de la Tarentule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nébuleuse de la Tarentule
La nébuleuse en émission NGC 2070 dans le Grand Nuage de Magellan
La nébuleuse en émission NGC 2070 dans le Grand Nuage de Magellan
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Dorade [1]
Ascension droite (α) 05h 38m 42,3s[2]
Déclinaison (δ) −69° 06′ 03″
Distance environ 52 kpc (∼170 000 a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 8,0 [3]
5,0 dans la Bande B [4]
Dimensions apparentes (V) 30 × 20[4]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Nébuleuse en émission[1]
Galaxie hôte Grand Nuage de Magellan
Dimensions 1480 a.l.[5]
Découverte
Découvreur(s) Nicolas-Louis de Lacaille [1]
Date 1751 [1]
Désignation(s) ESO 57-EN6
30Dor [4]
Liste des objets célestes

La nébuleuse de la Tarentule (également connue sous le nom de 30 Doradus, ou NGC 2070) est une région HII dans le Grand Nuage de Magellan. Initialement, on pensait qu'il s'agissait d'une étoile (d'où la dénomination désuète de 30 Doradus dans la classification de Flamsteed), mais en 1751 Nicolas-Louis de Lacaille a pu identifier sa nature nébuleuse. Elle se situe à 160 000 années-lumière de la Terre. Le taux de naissance d'étoiles y est plus élevé qu'en n'importe quelle région de notre Galaxie.

Les étoiles brillantes de la nébuleuse de la Tarentule émettent de très forts vents stellaires et d'intenses rayonnements ultraviolets qui dispersent au loin les nuages d'hydrogène qui les ont vues naître.

La nébuleuse de la Tarentule, d'une magnitude apparente totale voisine de 5, est aisément visible à l'œil nu (hors de la pollution lumineuse des villes) comme une condensation petite et brillante en périphérie immédiate du Grand Nuage de Magellan[6]. Si elle apparaît légèrement moins brillante et moins étendue que la célèbre nébuleuse d'Orion, les distances respectives de ces deux régions HII par rapport à un observateur terrestre sont sans commune mesure. En effet, la nébuleuse d'Orion est environ 100 fois plus proche — 1 600 années-lumière. Intrinsèquement, la Tarentule est donc considérablement plus vaste, lumineuse et massive. Abstraction faite de l'absorption interstellaire, si elle se trouvait aussi proche de nous que la nébuleuse d'Orion, alors elle nous apparaîtrait deux fois plus étendue que le chariot de la Grande Ourse pour une luminosité perçue totale équivalente à celle de Vénus à son maximum (gain de dix magnitudes environ). Il s'agit en réalité de la région HII connue la plus active du Groupe local, et aussi l'une des plus étendues avec NGC 604, dans la galaxie du Triangle.

En son centre, un ensemble extrêmement compact d'étoiles chaudes produit la majeure partie du rayonnement ultraviolet qui ionise le gaz environnant et rend la nébuleuse visible. L'amas d'étoiles correspondant porte la dénomination R136a, mais il existe également d'autres amas dispersés comme Hodge 301 (en).

La lueur rougeâtre de la nébuleuse de la Tarentule est due à ce que les astronomes appellent l'excitation de l'hydrogène. Le gaz est excité par les puissants rayonnements lumineux émanant d'étoiles géantes. Celles-ci brûlent leur combustible nucléaire avec une telle intensité qu'elles l'épuisent en seulement quelques millions d'années (le même processus prend des milliards d'années chez des étoiles plus modestes, comme le Soleil). Puis elles explosent en supernovas. Une géante bleue de la nébuleuse de la Tarentule qui s'est transformée en supernova a capté l'attention des astronomes du monde entier, le . Et, depuis, ils continuent à observer ses rémanents.

La supernova la plus proche à avoir été observée depuis l'invention du télescope, SN 1987A, s'est produite non loin de la nébuleuse de la Tarentule. Le , le VLT y découvre VFTS 352, une binaire à contact.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 14 novembre 2017)
  2. a et b (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 2070 (consulté le 14 novembre 2017)
  3. (en) « NGC 2070 sur le site de SEDS » (consulté le 14 novembre 2017)
  4. a, b et c (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 14 novembre 2017)
  5. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  6. http://www.astronoo.com/fr/articles/nebuleuse-tarentule.html
  7. (en) « PIA05062: The Tarantula Nebula, Jet Propulsion Laboratory » (consulté le 14 novembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 2062  •  NGC 2063  •  NGC 2064  •  NGC 2065  •  NGC 2066  •  NGC 2067  •  NGC 2068  •  NGC 2069  •  NGC 2070  •  NGC 2071  •  NGC 2072  •  NGC 2073  •  NGC 2074  •  NGC 2075  •  NGC 2076  •  NGC 2077  •  NGC 2078  •