NGC 2442

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 2442
La galaxie spirale intermédiaire NGC 2442. La galaxie PGC 21457 est peut-être responsable de la forme asymétrique de NGC 2442.
La galaxie spirale intermédiaire NGC 2442. La galaxie PGC 21457 est peut-être responsable de la forme asymétrique de NGC 2442.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Poisson volant
Ascension droite (α) 07h 36m 23,8s[1]
Déclinaison (δ) −69° 31′ 51″
Distance 20,5 ± 1,5 Mpc (∼66,9 millions d'a.l.)[2]
Magnitude apparente (V) 10,4[3]
11,2 dans la Bande B[3]
Brillance de surface 13,9 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 6,0 × 5,0[3]
Redshift 0,004890 ± 0,000018[1]
Angle de position 27°[3]
Vitesse radiale 1 466 ± 5 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Poisson volant

(Voir situation dans la constellation : Poisson volant)
Volans IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale intermédiaire
Type de galaxie SAB(s)bc pec[1],[5]
Dimensions 117 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) John Herschel[5]
Date 23 décembre 1834[5]
Désignation(s) PGC 21373
ESO 59-8
AM 0736-692
IRAS07367-6924[3]
Liste des galaxies spirales intermédiaires

NGC 2442 est une galaxie spirale intermédiaire située dans la constellation du Poisson volant à environ 67 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome britannique John Herschel en 1834. Herschel a inscrit deux fois cette galaxie la même nuit, ce qui explique l'autre inscription (NGC 2443) au catalogue de John Dreyer. Il se pourrait que Herschel ait observé la partie sud et la partie nord de NGC 2442 et qu'il ait conclu qu'il s'agissait de deux galaxies[5].

Des mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 21,014 ± 2,069 Mpc (∼68,5 millions d'a.l.) [7], ce qui est à l'intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage[2].

Caractéristique de NGC 2442[modifier | modifier le code]

Une galaxie asymétrique[modifier | modifier le code]

Photo captée par l'imageur WFI (Wide Field Imager) du télescope de 2,2 m de l'observatoire de La Silla (ESO).

NGC 2442 est aussi surnommé la galaxie du crochet de boucherie[8] en raison de son apparence fortement asymétrique. Un de ses bras spiraux est étroitement replié sur lui-même, tandis que l'autre se déploie loin du bulbe. Cette déformation provient fort probablement de la rencontre avec une autre galaxie, mais on ne sait pas de façon certaine de quelle galaxie il s'agit.

On a aussi découvert un nuage de gaz dépourvu d'étoiles associé à cette galaxie (HIPASS J0731-69). Il est probable que ce nuage ait été arraché à NGC 2442 par cette même rencontre[9]

Formation d'étoiles dans NGC 2442[modifier | modifier le code]

NGC 2442 n'est pas qualifié de galaxie à sursaut de formation d'étoiles, mais on observe le long de ses bras spiraux de nombreuses nébuleuses rosâtres, des régions d'hydrogène gazeux ionisé par le rayonnement énergétique de jeunes étoiles. On pense que la formation de ces jeunes étoiles origine de l'interaction gravitationnelle avec une autre galaxie. La distorsion de NGC 2442 provient probablement de cette rencontre. La galaxie PGC 21457 est une candidate potentielle pour cette rencontre, car elle se trouve à environ 2 millions d'années-lumière plus loin[9].

Supernova de NGC 2442[modifier | modifier le code]

SN 1999ga[modifier | modifier le code]

Ce gros plan de NGC 2442 capté par le télescope spatial Hubble.

La photo prise par le télescope spatial Hubble se concentre sur le bulbe et le plus compact des bras spiraux de la galaxie. C'est dans ce bras qu'une étoile massive a explosé en 1999. Cette supernova (SN 1999ga) a été découverte le 19 novembre 1999 à l'observatoire de Perth[10].

Cette supernova est une supernova à effondrement de cœur et il se pourrait qu'elle soit de type II-L[11]. La courbe de décroissance lumineuse de ce type de supernova est presque linéaire (la lettre L), alors que celle de type II-P présente un plateau où la luminosité est presque constante. On pense qu'une étoile massive qui produit une supernova linéaire (type II-L) a perdu pendant son évolution son envelopppe d'hydrogène. On connait mal ce type de supernova, car on en découvre peu. C'est peut-être parce qu'elle sont intrinsèquement rares ou c'est du à la décroissance rapide de leur luminosité qui les rend difficile à détecter.

SN 2015F[modifier | modifier le code]

Cette supernova thermonucléaire de type Ia a été découverte par sud-africain Berto Monard (it) le 31 mars 2015[12]. L'intensité lumineuse de la supernova était suffisante pour qu'on puisse l'observer avec un petit télescope, mais ce qui en reste n'est maintenant visible que dans les gros télescopes[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 2442 (consulté le 23 mars 2018)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a, b, c, d, e et f (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 23 mars 2018)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a, b, c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 23 mars 2018)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 23 mars 2018)
  8. (en) « Two Views of a Lopsided Galaxy » (consulté le 24 mars 2018)
  9. a et b S.D. Ryder et al., « HIPASS Detection of an Intergalactic Gas Cloud in the NGC 2442 Group », The Astrophysical Journal, vol. 555 #1,‎ , p. 232-239 (DOI 10.1086/321453, Bibcode 2001ApJ...555..232R, lire en ligne)
  10. (en) « Bright Supernovae - 1999 » (consulté le 24 mars 2018)
  11. A. Pastorello, « SN 1999ga: a low-luminosity linear type II supernova? », Astronomy & Astrophysics,‎ (DOI 10.1051/0004-6361/200911993, lire en ligne)
  12. (en) « SN 2015F » (consulté le 24 mars 2018)
  13. (en) « The Rise and Fall of Supernova 2015F » (consulté le 24 mars 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 2434  •  NGC 2435  •  NGC 2436  •  NGC 2437  •  NGC 2438  •  NGC 2439  •  NGC 2440  •  NGC 2441  •  NGC 2442  •  NGC 2443  •  NGC 2444  •  NGC 2445  •  NGC 2446  •  NGC 2447  •  NGC 2448  •  NGC 2449  •  NGC 2450