Muxhe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un muxe (également orthographié muxhe; prononcé : [muʃeʔ]), dans la culture des Zapotèques de l'État de Oaxaca situé dans le sud de l'actuel Mexique, est une personne assignée de sexe masculin à la naissance qui adopte les vêtements et comportements associés au genre féminin.

Origine[modifier | modifier le code]

Les Zapotèques occupaient une position particulière en mésoamérique car leur civilisation est considérée comme l'une des plus anciennes et des plus avancées. Certains des premiers exemples de grandes architectures sur ce continent ont été conçus et érigés par eux.

La tradition du troisième sexe chez les Zapotèques remonte à l’époque précolombienne et est attestée par des chroniqueurs du XVIIe siècle.

Il convient de noter que le noyau de la culture zapotèque était l'unité familiale organisée dans un système similaire au matriarcat. Les hommes étaient chargés de chasser, de cultiver la terre et de prendre des décisions politiques tandis que les femmes contrôlaient les décisions commerciales et économiques. Une muxhe peut participer aux décisions habituellement réservées aux femmes de la famille.

Le mot vient du mot espagnol mujer[1] emprunté au XVIe siècle et signifie femme.

Nombres[modifier | modifier le code]

Une étude de 1974 estime que 6% des hommes des Isthmes de la communauté Zapotèque au début des années 1970 étaient muxhes[2]. Les muxhes appartiennent généralement aux classes les plus pauvres de la société.

Ils sont socialement acceptés comme un genre supplémentaire[3], voire valorisés (existence de concours de muxhes). D'autres communautés zapotèques ont des "troisième genre" similaires, tels que la biza’ah de Teotitlán del Valle et les Hijras en Inde.

Types de muxhe[modifier | modifier le code]

Un muxhe peut être vestidas (porter des vêtements féminins) ou pintadas (porter des vêtements masculins et du maquillage).

Il a été suggéré que, bien que le système de trois genres soit antérieure à la colonisation espagnole, le phénomène des muxhes vestidas est assez récent. Il a commencé dans les années 1950 et a gagné en popularité jusqu'à ce que presque toute la jeune génération de muxhe d'aujourd'hui soit vestidas[4].

Enfance[modifier | modifier le code]

Dès leur enfance, les muxhes adoptent manières, occupations et maquillage féminins et parfois aussi des habits féminins. Par la suite, ils assument les rôles et fonctions stéréotypés comme féminins (ménage, certains métiers, soins aux parents...). Si une étude anthropologique[5] montre une vocation précoce des muxhes à être des femmes, l’influence de la famille ne doit pas être négligée[6] dans la mesure où, dans les familles sans filles, le dernier enfant est souvent appelé à jouer le rôle d’une fille, restant chez ses parents et veillant sur eux, il est alors considéré comme « le meilleur des fils[7] ».

Dans certains cas, quand les mères manquent de filles et qu'un enfant mâle n'exprime pas l'agressivité "naturelle" des garçons, elle l'élève en favorisant une série de comportements attribués socialement aux filles. Pour cette raison, il n'est pas rare de voir des muxhes de moins de 10 ans accompagner leur mère au marché pour vendre ou apprendre d'elle à broder[8].

Activités[modifier | modifier le code]

Selon l'anthropologue Lynn Stephen, un muxhe "peut faire les travaux de femme tels que la broderie ou la décoration des autels de la maison, et des travaux d'homme tel que la fabrication de bijoux"[9],[10].

Les muxhes exercent des fonctions socialement reconnues et prestigieuses au sein de la famille et de la communauté, comme prendre soin des enfants, des personnes âgées, nettoyer, cuisiner et s'occuper de leurs parents dans la vieillesse, qui les considèrent comme donneur d'attention dans de nombreux cas. Quand la grand-mère ou la mère meurt, ils héritent de leur autorité morale devenant l'élément unificateur de la famille.

Traditionnellement, certains muxhes avaient aussi le rôle d'initier sexuellement les garçons adolescents, car il n'était pas socialement accepté que les filles perdent leur virginité avant leur mariage.

Ces personnes sont également plus susceptibles d'être "mise au placard". Malgré cela, les muxhes ont traditionnellement été considérés comme porte-bonheur et d'une plus grande valeur que les femmes cisgenre, et ils ont maintenant des emplois de col blanc ou sont impliqués dans la politique.

Acceptation[modifier | modifier le code]

Philosophie[modifier | modifier le code]

Dans un article publié en 1995, l'anthropologue Beverly Chiñas explique que dans la culture zapotèque, "l'idée de choisir son genre ou son orientation sexuelle est aussi absurde que de suggérer que l'on puisse choisir sa couleur de peau."[11] La plupart des gens considèrent leur genre comme quelque chose que Dieu leur a donné (que ce soit un homme, une femme ou un muxhe ), et peu de gens désirent une chirurgie génitale.

Mosaïque de degré tolérance[modifier | modifier le code]

Dans la culture zapotèque contemporaine, les rapports varient quant à leur statut social. Les muxhes dans les communautés villageoises ne doit pas être dénigré et est hautement respecté; tandis que dans les villes plus grandes et plus occidentalisées ils peuvent faire face à une certaine discrimination, en particulier venant des hommes en raison de l'homophobie introduite par le catholicisme[12].

Contrairement à la culture métisse majoritaire au Mexique, l'isthme de Oaxaca a une population majoritairement zapotèque, et il est largement rapporté qu'il y a moins d'hostilité envers les muxhes dans cette région qu'envers les homosexuels, les hommes efféminés et les femmes trans des autres régions du pays.

Ils ne souffrent généralement pas de dysphorie de genre parce que la transphobie est une attitude rare dans leur culture. Généralement, les gens les acceptent et leur genre est reconnu par leurs vêtements. Il n'y a pas autant de pression à "passer" que dans les sociétés occidentales.

Famille[modifier | modifier le code]

Dans une famille traditionnelle, le muxhe est souvent considéré par sa mère comme "le meilleur de ses fils" puisque le fils muxhe n'abandonne jamais ses parents dans les moments difficiles de la vie : la vieillesse et la maladie[8].

Contrairement aux fils hétérosexuels qui se marient et forment une autre unité familiale qui a besoin de soins, le fils muxhe reste à la maison ou y est rappelé au besoin. Pour cette raison, les muxhes représentent à la fois une sécurité économique et un soutien moral pour leur mère, surtout lorsqu'elles se retrouvent seules à la viellesse, soit parce qu'elles sont veuves, soit parce que l'homme est parti avec une autre femme plus jeune ou parce qu'elles décident elles-mêmes la séparation.

Perception du lien avec l'homosexualité[modifier | modifier le code]

Si certains muxhes se marient et ont des enfants, d'autres préfèrent choisir un homme comme partenaire[13].

De nos jours, les muxhes forment souvent des couples temporaires avec d'autres hommes, les relations stables à long terme ne sont pas très courantes et il est extrêmement rare qu'ils se mettent en couple avec des femmes.

Lynn Stephen écrit: « Les hommes muxhe ne sont pas considérés comme des "homosexuels", mais constituent une catégorie distincte basée sur les attributs de genre: les gens les perçoivent comme ayant des corps physiques d'hommes mais des compétences esthétiques, professionnelles et sociales différentes de la plupart des hommes; qui ont certains attributs des femmes ou combinent celles des hommes et des femmes. » S'ils choisissent les hommes en tant que partenaires sexuels, ces hommes (connu sous le nom mayate) ne sont pas nécessairement considérés comme homosexuels.

La variance de genre et le désir pour des personnes de même sexe sont plus susceptibles de suivre la taxonomie occidentale des gays, bisexuels et transgenres dans les communautés plus riches de la région.

Fête de La vela de las Auténticas Intrépidas Buscadoras de Peligro[modifier | modifier le code]

Les bougies sont des célébrations pré-hispaniques qui ont lieu dans la région de l'isthme de Tehuantepec, dans l'État d'Oaxaca, où les gens mangent, boivent et dansent. Les muxes ont une telle présence sociale à Juchitán qu'ils ont leur propre festival, appelé Vela de las Auténticas Intrépidas Buscadoras del Peligro.

Origine[modifier | modifier le code]

Apparu autour des années 1970 comme une rencontre entre amis avec un militantisme commun dans le Parti Révolutionnaire Institutionnel, aujourd'hui il est réalisé sans connotations politiques et avec la communauté entière, étant un exemple clair de la possibilité d'intégrer la diversité de genre dans la vie quotidienne de la société d'Oaxaca[14].

Impact[modifier | modifier le code]

Cette fête a introduit le spectacle de travesti auprès de la population zapotèque, importé du centre de la république, et qui est maintenant bien accepté dans diverses festivités. Même qu'en juillet 2014, une bougie muxhe a eu lieu à Mexico, et en novembre 2013 à Los Angeles aux États-Unis[15].

Littérature[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de la littérature, la fête de l'Auténticas Intrépidas Buscadoras de Peligro est mentionnée et utilisée comme une étape dans le roman Bilopayoo Funk de l'écrivain Ricardo Cartas Figueroa. L'auteur décrit un groupe de personnages qui s'appellent eux-mêmes "Las Auténticas Intrépidas Buscadoras de Peligror", des muxhes qui sont chargés de protéger le protagoniste de l'œuvre pendant un certain temps.

Dans ce groupe est Amaranta, un muxhe qui est clairement une allusion à Amaranta Gómez Regalado : « Son vrai nom est Jorge, presque personne ne s'en souvient, mais moi oui. Il n'a jamais voulu servir dans la maison comme nous; il prend soin de sa mère, mais à sa manière. Il marche pour nourrir les gens, quand il ne marche pas contre l'homophobie, il fait un atelier pour prévenir le VIH, ça a toujours été très émouvant »[16]

Documentaire[modifier | modifier le code]

En 2005, la réalisatrice mexicaine Alejandra Islas a tourné un documentaire à Juchitán de Zaragoza intitulé "Muxes: Auténticas, intrépidas y buscadoras de peligro" qu'a été bien accueilli dans plusieurs festivals internationaux.

Après la première du documentaire, la station de télévision de Juchitán a montré des débats sur le droit des muxhes à porter les vêtements traditionnels, et si ceci implique qu'ils doivent être traités comme les femmes pendant les festivités des bougies du village. Après le débat, l'ouverture de la discussion sur les questions sexuelles a conduit à des campagnes d'information continues à Juchitán sur la sexualité, la prévention des maladies de transmission sexuelle et la prévention des grossesses non désirées chez les jeunes.

Personnalités muxhes éminentes[modifier | modifier le code]

Gómez Regalado[modifier | modifier le code]

En 2003, le muxhe de 25 ans Amaranta Gómez Regalado de Juchitán de Zaragoza acquis une notoriété internationale en tant que candidat du congrès pour le parti México Posible lors des élections de l'état d'Oaxaca[17],[18].

Son programme large inclus la décriminalisation de la marijuana et de l'avortement[19],[20].

Gomez Regalado continue en 2007 à participer à plusieurs projets pour la communauté LGBT et est membre du Comité d'État contre l'homophobie, qui à partir de 2008 tente de faire du 17 mai comme la Journée nationale contre l'homophobie[21].

Lukas Avendaño[modifier | modifier le code]

Lukas Avendaño est un nouvel artiste de performance Mexicain dont les récents travaux constitue un intervention performatique queer des représentations nationalistes Mexicaines, en particulier celle des femmes Zapotèques de Tehuana.

Avendaño incarne l'identité complexe des muxhes, ou des hommes homosexuels de l'Isthme de Tehuantepec où il est né. Ses performance de travestissement mêlent les danses rituelles avec des passages autobiographiques et des actions qui impliquent des spectateurs, afin de défier l'opinion largement répandue d'une culture indigène gay-friendly et de montrer l'existence de vies qui négocient entre la douleur et la solitude avec l'auto-affirmation de d'une fierté[22].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Veronika Bennholdt-Thomsen, Goethe Institut, « Muxe: el tercer sexo » [PDF], (consulté le 13 mars 2016)
  2. Rymph, David (1974). Cross-sex behavior in an Isthmus Zapotec village. Paper presented at the annual meeting of the American Anthropological Association, Mexico City.
  3. Chiñas, Beverly (1995). Isthmus Zapotec attitudes toward sex and gender anomalies, p. 293-302 in Stephen O. Murray (ed.), "Latin American Male Homosexualities" Albuquerque: University of New Mexico Press.
    Chiñas (p. 294) defines muxe as "persons who appear to be predominantly male but display certain female characteristics" and fill a "third gender role between men and women, taking some of the characteristics of each."
  4. Gómez Regalado, Amaranta (2005) « Transcending. » (50.0 KiB)
  5. (en) Lynn Stephen, « Sexualities and Gender in Zapotec Oaxaca », Latin American Perspectives, no XXIX,‎ .
  6. Nicolas Journet, « Les traditions du "Troisième sexe" », Sciences Humaines, no 261,‎ .
  7. (es) Marinella Miano Borruso, Género y homosexualidad entre los Zapotecos del Istmo de Tehuantepec." Tesis doctoral en antropología, Escuela Nacional de Antropología e Historia, División de Posgrado,
  8. a et b Marinella Miano Borruso. "Género y homosexualidad entre los Zapotecos del Istmo de Tehuantepec." Tesis doctoral en antropología--Escuela Nacional de Antropología e Historia, División de Posgrado. 2001
  9. Ibid.
  10. MIANO, M. (2002). Hombre, mujer y muxe’ en el Istmo de Tehuantepec. México: Plaza y Valdés. CONACULTA-INAH.
  11. Chiñas, Beverly (1995). Isthmus Zapotec attitudes toward sex and gender anomalies, p. 293-302 in Stephen O. Murray (ed.), "Latin American Male Homosexualities" Albuquerque: University of New Mexico Press
  12. Stephen, Lynn, op cit.
  13. Stephen, Lynn (2002). "Latin American Perspectives," Issue 123, Vol.29 No.2, March 2002, p. 41-59. « Sexualities and Genders in Zapotec Oaxaca. » (98.6 KiB)
  14. (es) Marinella Borrusco Miano, « BORRUSO MIANO Marinella, Genero y homosexualidad entre los zapotecos del Istmo de Tehuantepec: el caso de los muxe », Tesis doctoral (consulté en 15 de abril de 2015)
  15. (es) Secretaría de Cultura de la Ciudad de México, « Celebran Vela Muxe Guuchachi en el Salón Los Ángeles »,
  16. (es) Ricardo Cartas Figueroa, Bilopayoo Funk, México, D.F., Consejo Estatal para las Culturas y las Artes de Puebla, , 1re éd. (ISBN 978-607-8022-80-9, lire en ligne)
  17. Entrevista con Amaranta Gómez Regalado
  18. Reportaje acerca de la candidata Amaranta Gómez Regalado
  19. Antonio Medina, « La nueva visibilidad lésbico-gay », LETRA S,‎ (lire en ligne)
  20. « Archived profile from Amaranta Gómez Regalado for the WorldOut Games in Copenhagen 2009 » [archive du ], sur Amaranta Gómez Regalado – WorldOut Games 2009, Wayback Machine Internet Archive, (consulté le 13 mars 2016)
  21. Comunicado acerca del Día Nacional Contra la Homofobia « Copie archivée » (version du 27 septembre 2007 sur l'Internet Archive)
  22. Antonio Prieto Stambaugh, « RepresentaXión" de un muxe: la identidad performática de Lukas Avendaño », Latin American Theatre Review, vol. 48, no 1,‎ , p. 31–53 (ISSN 2161-0576, DOI 10.1353/ltr.2014.0030, lire en ligne)

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

Vidéos liées[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]