Montesquieu-Lauragais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Haute-Garonne
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Haute-Garonne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montesquieu (homonymie).
Montesquieu-Lauragais
La mairie.
La mairie.
Blason de Montesquieu-Lauragais
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Revel
Intercommunalité Communauté de communes Cap-Lauragais
Maire
Mandat
Claude Lafon
2014-2020
Code postal 31450
Code commune 31374
Démographie
Gentilé Montesquiriens, Montesquiriennes
Population
municipale
942 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 25′ 02″ nord, 1° 37′ 46″ est
Altitude Min. 158 m – Max. 274 m
Superficie 24,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montesquieu-Lauragais

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montesquieu-Lauragais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montesquieu-Lauragais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montesquieu-Lauragais

Montesquieu-Lauragais est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montesquiriens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune de l'aire urbaine de Toulouse est située dans le Lauragais, sur le canal du Midi, à 28  km au sud-est de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montesquieu-Lauragais
Ayguesvives Baziège Villenouvelle
Ayguesvives Montesquieu-Lauragais Saint-Rome
Vieillevigne
Nailloux Seyre Gardouch

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le canal du Midi et le Thésauque un affluent de l'Hers-Mort.

Géologie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune de est de 2 475 hectares ; son altitude varie de 158 à 274 mètres[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Étymologie : Mont, dû à sa situation ; esquiu, mot occitan signifiant "sauvage, farouche, abrupt", du verbe esquivar. Lauragais vient de Laurac un des plus anciens châteaux-forts de l'Aude.

Montesquieu-sur-le-Canal : appelé ainsi après la Révolution pour le canal du Midi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque anté-gallo-romaine

Les premiers habitants connus étaient les Volques Tectosages.

Époque gallo-romaine

En 100 av. J.-C., les soldats avaient une Mansion à En Selve.

Croisade des Albigeois

En 1219 Simon de Montfort combattit la puissante noblesse cathare dans les fossés de la ville (Valatz batailles). Présence d'un cimetière cathare au Rouquet.

Guerres de religion

Le , durant la huitième guerre de religion, les Catholiques rasent la ville. Un odonyme local (« Impasse du 3-Juillet-1586 ») rappelle cet événement.

XVIIe siècle

Par son testament en date du Noble César d'Abessens, seigneur de Montesquieu, donne « aux habitants de Montesquieu les censives qu'ils luy peuvent devoir tant pour le passé que pour l'avenir », clause considérée comme l'abolition des droits féodaux locaux, mais remise en question par un de ses successeurs.

XVIIIe siècle

Au XVIIIe siècle le seigneur de Montesquieu écrit dans un mémoire non daté : "cette terre étant composée de onze fermes, elle se trouve sujette à deux inconvéniens : le premier est l'entretien d'une trop grande quantité de bâ-timens, le second vient de l'impossibilité qu'un seul homme d'affaires puisse veiller de bien près onze métairies..." Il en conclut à la nécessité d'en dé-molir cinq pour conserver les mieux bâties et les mieux situées, dont Lau-catte et Goudet, à cause des terre situées de l'autre côté du canal et celle de St-Jean, bien bâtie. A-t-il mis son projet à exécution ?

Héraldique[modifier | modifier le code]

Montesquieu-Lauragais

Son blasonnement est : De gueules à l'arbre d'argent posé sur une terrasse de sinople, accosté, à dextre, d'un loup contourné d'or et, à senestre, d'un mouton aussi d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes Cap-Lauragais et du canton de Revel (avant le redécoupage départemental de 2014, Montesquieu-Lauragais faisait partie de l'ex-canton de Villefranche-de-Lauragais).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2000 2007 Alain Ramond    
2007 en cours Claude Lafon DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 942 habitants, en augmentation de 2,84 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 471 1 493 1 428 1 386 1 385 1 400 1 390 1 411 1 368
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 373 1 319 1 161 1 116 1 088 1 053 1 009 928 956
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
828 860 815 775 794 760 757 747 757
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
680 646 564 654 742 846 905 925 942
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[6] 1975[6] 1982[6] 1990[6] 1999[6] 2006[7] 2009[8] 2013[9]
Rang de la commune dans le département 108 171 142 157 150 167 167 171
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montesquieu-Lauragais fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr,‎ (consulté le 10 janvier 2016)
  7. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  8. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.