Moncaup (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moncaup.

Moncaup
Moncaup (Haute-Garonne)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Bagnères-de-Luchon
Intercommunalité Communauté de communes Cagire-Garonne-Salat
Maire
Mandat
Bertrand Lacasia
2014-2020
Code postal 31160
Code commune 31348
Démographie
Gentilé Moncaupois
Population
municipale
38 hab. (2016 en augmentation de 18,75 % par rapport à 2011)
Densité 5,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 58′ 44″ nord, 0° 42′ 26″ est
Altitude Min. 508 m
Max. 1 788 m
Superficie 7,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Moncaup

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Moncaup

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moncaup

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moncaup

Moncaup est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Moncaupois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans les Pyrénées au pied du Pic du Gar en Comminges à 29 km au sud-est de Saint-Gaudens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Moncaup est limitrophe de huit autres communes.

Communes voisines.
Communes limitrophes de Moncaup[1]
Saint-Pé-d'Ardet Cazaunous
Antichan-de-Frontignes Moncaup[1] Arguenos
Frontignan-de-Comminges
(par un quadripoint),
Fronsac,
Chaum (par un quadripoint)
Bezins-Garraux

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 714 hectares ; son altitude varie de 508 à 1 788 mètres[2].

Entre Moncaup et Arguenos se trouve le Mont Calem, « mont chauve » couvert de bruyères et de fougères, et presque dépourvu d’arbres, en dehors de quelques pins. Il s’agit de l’un des petits massifs de lherzolite[3] qui affleurent le long de la faille nord-pyrénéenne. La lherzolite est une roche rare à la surface terrestre, peu favorable à la végétation. Le 1er février 2018, le département de la Haute-Garonne a procédé au classement du Mont Calem comme espace naturel sensible[4].

Le Mont Calem a connu un début d'exploitation dans la première moitié du XXe siècle pour ses roches riches en amiante. Il contient de nombreuses variétés de minéraux rares issus du métamorphisme de contact entre le calcaire et la lherzolithe serpentinisée : trémolite, antigorite, diallage, grenats pyrope, jaspe...


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la ligne régulière de transport interurbain du réseau Arc-en-ciel (anciennement SEMVAT) ou en gare de Saint-Gaudens sur la ligne Toulouse - Bayonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom signifie en occitan mont chauve.

Histoire[modifier | modifier le code]

La communauté de Moncaup appartenait à la châtellenie de Fronsac (ou des Frontignes) dans le comté de Comminges. Avec Juzet-d'Izaut, Cazaunous et Arguenos, elle forme le "Pays de Thou"[5].

"En 1397, les Binos d'Antichan vendent des fiefs nobles qu'ils possédaient à Moncaup. (...)Une famille Déqué portait, au XVIIe siècle, le titre de "Déqué de Moncaup". (...) Lors de la vente de la baronnie (1642-1643) Géraud Déqué, sieur de Moncaup, achète les seigneuries d'Affis (= His) et de Mauvezin, qui appartenaient à la baronnie d'Aspet."[5]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 0 et 99, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de sept[6],[7].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes Cagire-Garonne-Salat et du canton de Bagnères-de-Luchon (avant le redécoupage départemental de 2014, Moncaup faisait partie de l'ex-canton d'Aspet) et avant le elle faisait partie de la communauté de communes des Trois Vallées. La commune est également membre du SIVOM de Saint-Gaudens Montréjeau Aspet Magnoac.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Jean-Marie Dulac    
mars 2008 En cours Jean-Pierre Lacasia DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9]. En 2016, la commune comptait 38 habitants[Note 1], en augmentation de 18,75 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
152146196248264280293315311
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
326344351318308301302294282
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
25925323318716014013611296
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
786639383326313237
2016 - - - - - - - -
38--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[12] 1975[12] 1982[12] 1990[12] 1999[12] 2006[13] 2009[14] 2013[15]
Rang de la commune dans le département 550 562 550 553 578 571 572 572
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement basée sur l'agriculture.

Commerces[modifier | modifier le code]

Les différents commerces de proximité se situent à environ 15 km sur la commune d'Aspet.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Moncaup fait partie de l'académie de Toulouse.

Festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année, un grand repas est organisé sur la place du village, rue de la République, avec un concours de pétanque annuel se déroulant au terrain communal situé juste après le ruisseau.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Pétanque

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

La zone Natura 2000 des Zones rupestres xérothermiques du bassin de Marignac, Saint-Béat, pic du Gar, montagne de Rié est classée en zone spéciale de conservation (en référence à la Directive Habitats) depuis 2007 ; avec une superficie de 7 680 hectares, elle s'étend sur une partie de la commune de Moncaup[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À quelques dizaines de mètres de l'église et de la mairie, près d'une source, trois éléments de sarcophages bruts sont conservés. Ils ont longtemps servi d'abreuvoir. Ils proviennent, sans doute, des carrières d'Arguenos, village limitrophe.

Pic du Gar.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Le Mont chauve : un exemple de paysage expliqué par la géologie »
  4. « Quatre nouveaux sites classés espaces naturels sensibles »
  5. a et b Jacques Ducos, Le Canton d'Aspet, Aspet, Editions Catherine de Coarraze, , 359 p. (ISBN 2-9509442-6-4), Pages 290 et 291
  6. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  7. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031226.html.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  13. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. « INPN - FSD Natura 2000 - FR7300884 - Zones rupestres xérothermiques du bassin de Marignac, Saint-Béat, pic du Gar, montagne de Rié - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 20 décembre 2018)