Génos (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Génos.

Génos
Génos (Haute-Garonne)
L'église Saint-Roch.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Bagnères-de-Luchon
Intercommunalité Communauté de communes Pyrénées Haut Garonnaises
Maire
Mandat
Denis Chapot
2014-2020
Code postal 31510
Code commune 31217
Démographie
Gentilé Génosiens
Population
municipale
70 hab. (2017 en diminution de 19,54 % par rapport à 2012)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 00′ 06″ nord, 0° 40′ 28″ est
Altitude Min. 517 m
Max. 922 m
Superficie 3,47 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Génos
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Génos
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Génos
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Génos

Génos est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Génosiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située au pied des Pyrénées dans le Comminges en Frontignes, à 14 km au sud de Saint-Gaudens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Génos[1]
Sauveterre-de-Comminges
Mont-de-Galié Génos[1] Malvezie
Lourde Saint-Pé-d'Ardet

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Roussec un sous-affluent du Job. La superficie de la commune est de 347 hectares ; son altitude varie de 517 à 922 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par l'autoroute A64 sortie no 18 et avec le réseau Arc-en-ciel ainsi qu'en gare de Saint-Gaudens.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes du Haut Comminges et du canton de Bagnères-de-Luchon (avant le redécoupage départemental de 2014, Génos faisait partie de l'ex-canton de Barbazan).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  En cours Denis Chapot SE retraité des entreprises publiques
mars 1989   Jean Gombert    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4]. En 2017, la commune comptait 70 habitants[Note 1], en diminution de 19,54 % par rapport à 2012 (Haute-Garonne : +6,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
283293328326359353405439428
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
403432433306299239271243214
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
226206174143157126919479
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
645374938475909294
2013 2017 - - - - - - -
8270-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Génos fait partie de l'académie de Toulouse.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Randonnée pédestre, chasse, pétanque,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a renouvelé son attribution de deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[7].

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Le site Natura 2000 Chaînons calcaires du Piémont Commingeois est classé en zone spéciale de conservation depuis 2007, avec une superficie de 6 198 hectares il s'étend sur une partie de la commune de Génos[8].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Roch, classée, avec fresques du XVe siècle.
  • Lavoir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2016.
  8. Museum national d'Histoire naturelle, « INPN - FSD Natura 2000 - FR7300885 - Chaînons calcaires du Piémont Commingeois - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 25 novembre 2018)