Compromis du Missouri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Missouri.

Le compromis du Missouri, également appelé compromis de 1820 est un compromis trouvé au Sénat des États-Unis le qui apaise, pour un temps, les dissensions sur la question de l’esclavage au sein de l'Union.

Expansion de l'esclavage[modifier | modifier le code]

Animation montrant l'évolution des territoires esclavagistes dont celle liée au compromis du Missouri

En 1793, au sud des États-Unis, Éli Whitney invente une machine pour séparer la graine du coton de sa fibre. La nouvelle égreneuse permet de mécaniser la filature du coton et de faire baisser le prix de la précieuse fibre.

En Europe, sitôt terminées les guerres napoléoniennes, la consommation de coton s’accroît très vite et les manufactures anglaises se mettent à en importer des États-Unis pour faire face à la demande. Le coton remplace bientôt le tabac comme principale source de richesse au sud des États-Unis. Mais sa cueillette exigeant beaucoup de main-d'œuvre, les riches planteurs sudistes accroissent leurs importations d’esclaves en provenance d’Afrique.

Comme la culture du coton épuise très vite les sols, les planteurs doivent d’autre part chercher de nouvelles terres à l’ouest. C’est ainsi que trois nouveaux États du sud, la Louisiane, le Mississippi et l’Alabama demandent et obtiennent le droit de pratiquer l’esclavage. En 1818, sous la présidence de James Monroe, un territoire de l’ancienne Louisiane française, le Missouri, où vivent déjà 2 000 esclaves, s’apprête à devenir le 23e État des États-Unis et demande à son tour le droit de pratiquer l’esclavage.

Les représentants des États du nord qui ont besoin de clients et de protection par des droits de douane pour leur industrie naissante sont en opposition avec leurs collègues du sud. La Constitution fédérale dispose que chaque État, quelle que soit sa population ou sa superficie, élit deux sénateurs. Au Sénat, à Washington, l’équilibre instable entre les onze États esclavagistes du sud et les onze États abolitionnistes du nord est en passe de basculer au profit des premiers, bien que moins peuplés. En revanche, à la Chambre des représentants, les sièges sont répartis suivant la population de chaque État, de sorte que le Nord occupe 105 sièges, contre 81 pour le Sud[1].

Élaboration d'un compromis[modifier | modifier le code]

Le 1er février 1819, un représentant républicain de l'État de New York, James Tallmadge Jr., dépose un amendement à la proposition de loi qui autorise le Missouri à élaborer sa constitution. En vertu de cet amendement, il serait interdit d'introduire de nouveaux esclaves dans le Missouri, et les esclaves de plus de 25 ans seraient émancipés. L'État du Missouri ne représente pas par lui-même un enjeu majeur pour les représentants du Sud, car les sols n'y sont pas favorables à la culture du coton, et la production agricole ne nécessite pas une main-d'œuvre servile. Mais à leurs yeux, l'amendement touche à une question de principe : le fait que le Congrès puisse décider si un nouvel État sera ou ne sera pas esclavagiste, et la perspective que si le Missouri renonce à l'esclavage, tout le reste de l'ex-Louisiane française basculerait dans le camp des abolitionnistes[2].

Après des débats houleux à la Chambre des représentants et au Sénat, un compromis est accepté le à l’initiative d'Henry Clay, sénateur du Kentucky, lequel reste connu dans l’Histoire comme le « Grand pacificateur » (« the Great compromiser »).

Un nouvel État anti-esclavagiste, le Maine, est détaché du Massachusetts pour faire contrepoids au Missouri.

Par ailleurs, il est convenu que les futurs États qui seront créés dans l’ancienne Louisiane seront esclavagistes ou abolitionnistes selon qu’ils se situeront au sud ou au nord du 36° 30' parallèle (la frontière sud du Missouri), à ne pas confondre avec la ligne Mason-Dixon (Mason-Dixon line), située à la latitude 39° 43’ 20’’ Nord et qui délimite la frontière entre la Pennsylvanie (abolitionniste) et le Maryland (esclavagiste).

Après une longue bataille juridique, le Congrès décide que le Missouri restera un État esclavagiste mais ne pourra introduire de nouveaux esclaves et que tout enfant né après l'admission de parents esclaves sera automatiquement affranchi à l'âge de 25 ans.

Ce compromis va apaiser les tensions, mais il sera abrogé en 1854 avec l'acte Kansas-Nebraska et sera déclaré inconstitutionnel par la décision relative à Dred Scott en 1857. La question de l’esclavage débouchera alors sur la guerre de Sécession.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Kaspi, « Une Union à l'équilibre précaire », Historia thématique N° 94, mars-avril 2005, « La guerre de Sécession »
  2. André Kaspi, « Une Union à l'équilibre précaire », Historia thématique N° 94, mars-avril 2005, « La guerre de Sécession »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Texte du Compromis