Michel Baroin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baroin.

Michel Baroin, né le à Paris (XIe) et mort le à Jakiri (Cameroun), est un haut fonctionnaire et dirigeant d'entreprise français.

Père de l’homme politique François Baroin, il est notamment grand maître du Grand Orient de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Michel Baroin est docteur en science politique (1969)[1] et diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (promotion 1952)[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière comme commissaire de police en Algérie, fonction qu'il occupera ensuite à Lille. En 1959, il passe aux renseignements généraux.

Affecté à partir de 1960[3] à la direction de la Surveillance du territoire (DST), il devient ensuite sous-préfet à Nogent-sur-Seine dans l'Aube, puis secrétaire général de ce même département de 1964 à 1971.

Par la suite, il occupe la fonction de chef de cabinet de deux présidents de l’Assemblée nationale : Achille Peretti et Edgar Faure.

En 1974, il est nommé à la présidence de la GMF puis, en 1985, à celle de la Fnac, après le rachat de celle-ci par la GMF.

Michel Baroin était un ami personnel de Jacques Chirac.

Le , il meurt dans un accident d'avion à Jakiri, au Cameroun[4]. Son avion, un Learjet 55[5] , s’écrase peu après le décollage de Brazzaville (Congo), où il venait de rencontrer le président congolais Denis Sassou-Nguesso. Selon Dominique Lorentz, ce crash aérien serait à relier à la campagne d'attentats de l'Iran motivée par le contentieux Eurodif[6].

Michel Baroin est enterré au cimetière de Vaugirard à Paris.

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

La 37e promotion de commissaires de police issue de l'école nationale supérieure de la police, entrée en fonction en 1987, porte son nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sous le pseudonyme de G.M. Hanoux, Sur les roses, Série noire, no 589, 1960[7],[8].
  • Avec Michel Baron, Un homme, une voix : itinéraire d'un militant de l'économie sociale, Paris, CIEM, 1985.
  • La Force de l'amour, Odile Jacob, 1987 (autobiographie et réflexions).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Blanquer, Michel Baroin : les secrets d'une influence, Paris, Plon, 1992.
  • Alain Baroin, Michel Baroin, mon frère, Paris, L'Harmattan, 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.sudoc.fr/084375639.
  2. http://www.sudoc.fr/076040496.
  3. « Chirac et les francs-maçons », sur http://www.denistouret.net
  4. Le Journal de l’année 1987, Editions Larousse, page 369.
  5. http://aviation-safety.net/database/record.php?id=19870205-1&lang=fr
  6. Dominique Lorentz, Une guerre, 1997, (ISBN 2-912485-00-2)
  7. SN, voyage au bout de la Noire : inventaire de 732 auteurs et de leurs œuvres publiés en séries Noire et Blème p. 179
  8. Les Années "Série noire" : bibliographie critique d'une collection policière, volume 2 p. 59

Liens externes[modifier | modifier le code]