Achille Peretti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peretti.
Achille Peretti
Fonctions
Membre du Conseil constitutionnel

(6 ans, 1 mois et 10 jours)
Prédécesseur Pierre Chatenet
Successeur Paul Legatte
Président de l'Assemblée nationale

(3 ans, 9 mois et 7 jours)
Prédécesseur Jacques Chaban-Delmas
Successeur Edgar Faure
Député de la Seine
puis
des Hauts-de-Seine

(19 ans)
Gouvernement Ve République
Groupe politique UNR, puis UDR, puis RPR
Maire de Neuilly-sur-Seine

(36 ans)
Prédécesseur Charles Metman
Successeur Nicolas Sarkozy
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Ajaccio (France)
Date de décès (à 71 ans)
Lieu de décès Neuilly-sur-Seine (France)
Nationalité Français

Achille Peretti, né le à Ajaccio, mort le à Neuilly-sur-Seine, est un homme d'État français. Maire de Neuilly-sur-Seine de 1947 à 1983, il préside l'Assemblée nationale de 1969 à 1973 et siège au Conseil constitutionnel de 1977 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Achille Antoine Peretti est le fils de Pierre-Toussaint Peretti, rédacteur à la préfecture d'Ajaccio et de Marie-Madeleine Venturini. De son mariage le 9 décembre 1935 avec Julie née Papa, avocate, il a eu deux filles[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires au collège Fesch d'Ajaccio, il étudie le droit à l'université de Montpellier où il obtient une licence en droit et un diplôme d'études pénales spéciales[1].

Débuts professionnels et résistance[modifier | modifier le code]

Avocat, attaché au parquet à Ajaccio en 1935, il passe avec succès le concours de commissaire de police en 1937.

Il participe à la Résistance, sert dans le contre-espionnage et entreprend une lutte active contre le régime de Vichy. En avril 1941, muté à Nice, il poursuit son action avec l'Intelligence Service et les services du colonel Paillole du 2e Bureau. En janvier 1942, il entre en relation avec les Forces françaises libres par l'intermédiaire de Maurice Andlauer qui le fait entrer au réseau "Ali" dirigé par Roger Wybot et signe un engagement FFL. Il se consacre alors presque entièrement au réseau "Ali". Le 13 juin 1943, sous le nom de Paul Vatier, il parvient à rejoindre l'Angleterre par voie aérienne grâce au réseau "Phratrie". Il y effectue un stage spécial et rentre en France le 22 juillet 1943 sous le pseudonyme d'Ajax, nom qui est donné au nouveau réseau de renseignements qu'il crée et dirige en zone sud[2],[Note 1].

Il a été président d'honneur du Comité des anciens chefs de réseau des forces françaises combattantes. En 1944, Achille Peretti est nommé directeur adjoint de la Sûreté nationale auprès du gouvernement d'Alger. En août 1944, il est promu préfet de 3e classe hors-cadre[1].

Il assure la protection du général de Gaulle lors des journées d' à Paris. Il prend part au combat de la rue de Bourgogne et de la Chambre des députés avec des éléments de la Division Leclerc placés sous ses ordres[2].

Achille Peretti occupe diverses responsabilités dans la vie économique : président du journal l'Intransigeant en 1947, de la compagnie minière de l'Est-Oubangui ainsi que de la Compagnie française du Haut et Bas-Congo, administrateur de la Société des forges et chantiers de la Méditerranée[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est conseiller de l'Union française de 1952 à 1958. Il est élu député UNR de la Seine en 1958 et constamment réélu sous les diverses étiquettes gaullistes (UD-Ve, UDR).

Achille Peretti est élu président de l'Assemblée nationale le , en remplacement de Jacques Chaban-Delmas, nommé Premier ministre. Il préside cette assemblée pendant le reste de la 4e législature, jusqu’au . Après les élections, il ne parvient pas à conserver la présidence de l'Assemblée nationale, qui échoit à Edgar Faure, mais reste député. Il est ensuite nommé membre du Conseil constitutionnel le . Il y siège jusqu'à sa mort.

Il a été vice-président du conseil général de la Corse de 1945 à 1951, maire de Neuilly de 1947 à sa mort (il est notamment à l'origine des classes franco-américaines dans la ville) et conseiller général des Hauts-de-Seine. Il est aussi connu pour avoir été le « père politique » de Nicolas Sarkozy qui, marié en première noce avec sa nièce Marie-Dominique Culioli — mère de Pierre et Jean Sarkozy — sera son successeur à la mairie de Neuilly.

Divers[modifier | modifier le code]

Le nom d'Achille Peretti est cité dans l'affaire Boulin, car il serait intervenu auprès de l'épouse de Robert Boulin, lui proposant des sommes d'argent contre son silence ou pour éviter qu'elle ne demande des investigations plus poussées sur le décès de son mari[3],[4],[5]. La visite d'Achille Peretti aurait été enregistrée sur cassette audio, dont des copies auraient été remises aux avocats de la famille Boulin — Robert Badinter et Jacques Vergès — qui n'ont pas fait connaître leur opinion à cet égard, d'après le procureur général de la cour d'appel de Paris[3]. Selon l'émission de Canal +, « 90 minutes[6] », diffusée le 15 janvier 2002, Achille Peretti serait intervenu en tant que médiateur, en raison de son statut, au sein du RPR, de membre historique du mouvement gaulliste, acquis depuis l'époque de la Résistance[Note 2].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

À l'Assemblée nationale
Au niveau local

Décorations[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Confirmation établie dans l'Historique de l'Action du BCRA par le Colonel Passy : « Un très grand réseau de contre-espionnage fut créé en France même sous le nom de réseau « Ajax », Peretti fut pour nous, dans le domaine du contre-espionnage ce que fut Rémy dans le domaine du renseignement ; un extraordinaire agent secret à la fois prodigieusement courageux et merveilleusement efficace. Grâce à lui, nous eûmes des yeux et des oreilles partout »". (texte repris dans la page 9 du n° spécial juin 1958 de la Revue de la France Libre). Cette affirmation est toutefois contestée dans le témoignage de Gaston Defferre selon lequel il aurait en fait usurpé la direction au véritable fondateur Frank Anglauer (pseudo Antoine) en 1943. Voir page Internet du réseau Brutus-Boyer
  2. Statut qui était également celui de Robert Boulin, au sein du mouvement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Who's Who in France, édition 1979-1980, page 1235
  2. a et b Achille Peretti, Compagnon de la Libération
  3. a et b Réponse du procureur général près la cour d'appel de Paris à la demande de réouverture de l'information concernant la mort de R.Boulin, pp. 9 et 10, sous forme de fichier pdf : 476 ko, demande de réouverture formulée par les conseils de membres de la famille de R.Boulin, à compter du 29 avril 2002
  4. Compte-rendu du Café de Flore du 1er mars 2011 — Invitée : Fabienne Boulin-Burgeat — p.13, sous forme de fichier pdf : 900 ko, à la suite de la publication de son livre « Le Dormeur du Val », au 1er trimestre 2011 par les éditions Don Quichotte
  5. Site internet de l'Association Robert Boulin pour la vérité, voir en 1re page l'extrait du livre de Fabienne Boulin-Burgeat
  6. L'émission contenait un reportage de Michel Despratx intitulé « Robert Boulin, le suicide était un crime » : Dailymotion diffuse ce reportage en trois parties de 20' chacune environ

Liens externes[modifier | modifier le code]