Maurice Schmitt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schmitt.
Officier général francais 5 etoiles.svg Maurice Schmitt
Naissance (88 ans)
Marseille (France)
Origine Drapeau de la France France
Grade Général d'armée
Années de service 1948-1996
Commandement Chef d'État-Major des armées
Conflits Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Guerre du Golfe
Faits d'armes Diên Biên Phu
Bataille d'Alger
Distinctions Grand-croix de la Légion d'honneur

Maurice Schmitt, né le à Marseille (Bouches-du-Rhône), est un général français, chef d'État-Major des armées françaises du au puis gouverneur des Invalides jusqu'en 1996.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du général Gaston Schmitt, Maurice Schmitt entre à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en . Après son stage à l'École d'application de l'artillerie, il est affecté au 1er régiment d'artillerie coloniale de Melun. Désigné pour servir en Extrême-Orient en , il est affecté au 4e régiment d'artillerie coloniale puis à l'artillerie du groupement opérationnel du Nord-Ouest (GONO), nom de la garnison de Diên Biên Phu. Fait prisonnier le , il est libéré le suivant. Chevalier de la Légion d'honneur à l'âge de 25 ans, instructeur à l’École d'application de l'infanterie jusqu'en , il est ensuite affecté au 3e régiment de parachutistes coloniaux en Afrique du Nord où il commande la compagnie d'appui de à . Une de ses citations honore un « chef de section de parachutistes particulièrement dynamique et courageux » s’étant « brillamment distingué au cours des opérations de maintien de l’ordre » conduisant à « l'arrestation d’éléments terroristes importants » [réf. nécessaire]. En 1959, il est fait officier de la Légion d'honneur à l'âge de 29 ans. Par la suite, son nom est souvent cité[1],[2],[3],[4] lorsqu'est évoquée la pratique de la torture pendant la guerre d'Algérie.

Promu colonel en 1974, puis général de brigade en 1979, il devient chef d'état-major de l’Armée de terre en 1985 puis chef d'État-Major des armées en 1987 et responsable à ce titre des opérations des forces françaises pendant la guerre du Golfe en 1990 et 1991. Il est remplacé par l'amiral Jacques Lanxade le .

En 1990, il est élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d'honneur[5] et devient gouverneur des Invalides en 1991, poste qu'il quitte en 1996.

Il vit ensuite retiré à Marseille.

Décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur GC ribbon.svg Ordre national du Merite Commandeur ribbon.svg Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs ribbon.svg

Croix de la Valeur Militaire ribbon.svg Medaille d'Outre-Mer (Coloniale) ribbon.svg Medaille commemorative de la Guerre 1939-1945 ribbon.svg

Medaille commemorative de la Campagne d'Indochine ribbon.svg Medaille commemorative des Operations de securite et de Maintien de l'ordre ribbon.svg US Legion of Merit Chief Commander ribbon.png

GER Bundesverdienstkreuz 4 GrVK.svg Den kongelige norske fortjenstorden storkors stripe.svg Order of the Cedar - Grand Officer (Lebanon) Ribbon.png

FIN Order of the White Rose Commander 1st Class BAR.png Order of Excellence Nishan-e-Imtiaz.png

  • Chevalier de la Légion d'honneur : 1955
  • Officier de la Légion d'honneur : 1959
  • Grand officier de la Légion d'honneur : 1986[5]
  • Grand-croix de l'Ordre de la Légion d'honneur : 1990[5]
  • Commandeur de l'ordre national du mérite
  • Croix de guerre TOE
  • Croix de la valeur militaire
  • Médaille coloniale
  • Médaille commémorative 39-45
  • Médaille commémorative Indochine
  • Médaille commémorative AFN
  • Commandeur de la Legion of Merit (USA)
  • Grand officier de l'ordre du mérite de la RFA
  • Grand croix du mérite de Norvège
  • Grand officier du Cèdre du Liban
  • Grand officier de la Rose blanche de Finlande
  • Grand officier de l'ordre de la République tunisienne
  • Ordre du mérite du Venezuela
  • Médaille de la légion d'Oman
  • Médaille de l'ordre d'Intiaz du Pakistan
  • Médaille du mérite de la sécurité nationale de la République de Corée

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Deuxième bataille d'Alger, 2002-2007, la bataille judiciaire, L'Harmattan, 2008
  • Alger-été 1957: une victoire sur le terrorisme, L'Harmattan, 2002
  • Le double jeu du maréchal: légende ou réalité, Presses de la Cité, 1996
  • De Diên Biên Phu à Koweït City, Grasset, 1992

Notes et références[modifier | modifier le code]