Maurice Schmitt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Officier général francais 5 etoiles.svg Maurice Schmitt
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Gouverneur des Invalides
-
Chef d'état-major des armées
-
Chef d'état-major de l'armée de terre
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Allégeance
Formation
Activité
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit
Grade
Distinctions
Grand-croix de la Légion d'honneur

Maurice Schmitt, né le à Marseille (France), est un militaire français. Général d'armée, il est chef d'état-major de l'Armée de terre du au , puis chef d'État-Major des armées du au , et enfin gouverneur des Invalides jusqu'au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du général Gaston Schmitt, Maurice Schmitt entre à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en . Après son stage à l'École d'application de l'artillerie, il est affecté au 1er régiment d'artillerie coloniale de Melun.

Désigné pour servir en Extrême-Orient en , il est affecté au 4e régiment d'artillerie coloniale puis à l'artillerie du groupement opérationnel du Nord-Ouest (GONO), nom de la garnison de Diên Biên Phu. Fait prisonnier le , il est libéré le suivant.

Chevalier de la Légion d'honneur à l'âge de 25 ans, instructeur à l’École d'application de l'infanterie jusqu'en , il est ensuite affecté au 3e régiment de parachutistes coloniaux en Afrique du Nord où il commande la compagnie d'appui de à . Une de ses citations honore un « chef de section de parachutistes particulièrement dynamique et courageux » s’étant « brillamment distingué au cours des opérations de maintien de l’ordre » conduisant à « l'arrestation d’éléments terroristes importants »[réf. souhaitée]. En 1959, il est fait officier de la Légion d'honneur à l'âge de 29 ans.

Promu colonel en 1974, puis général de brigade en 1979, il devient chef d'état-major de l’Armée de terre en 1985 puis chef d'État-Major des armées en 1987 et responsable à ce titre des opérations des forces françaises pendant la guerre du Golfe en 1990 et 1991. Il est remplacé par l'amiral Jacques Lanxade le .

En 1990, il est élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d'honneur[1] et devient gouverneur des Invalides en 1991, poste qu'il quitte en 1996. Il vit ensuite retiré à Marseille.

Après 2001, son nom est cité à plusieurs reprises[2],[3],[4] lorsqu'est évoquée la pratique de la torture pendant la guerre d'Algérie : plusieurs victimes l'accusent d'avoir lorsqu'il était lieutenant dirigé l’école Sarouy, utilisée en 1957 comme centre d’interrogatoires et de tortures, qu'il aurait orchestrées[5]. Il réfute ces accusations qu'il qualifie de « pure affabulation ».

Ses accusateurs l'assignent en diffamation[6], dans deux procès qui se terminent pour l'un (contre Henri Pouillot) par la condamnation du général en 2005 et pour l'autre (contre Louisette Ighilahriz) par la relaxe du général en 2007[7]. Le général gagne à son tour un procès en diffamation contre Henri Pouillot en 2007, ce dernier l'ayant accusé de défendre la torture.[réf. souhaitée]

Décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur GC ribbon.svg Ordre national du Merite Commandeur ribbon.svg Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs ribbon.svg

Croix de la Valeur Militaire ribbon.svg Medaille d'Outre-Mer (Coloniale) ribbon.svg Medaille commemorative de la Guerre 1939-1945 ribbon.svg

Medaille commemorative de la Campagne d'Indochine ribbon.svg Medaille commemorative des Operations de securite et de Maintien de l'ordre ribbon.svg US Legion of Merit Commander ribbon.png

GER Bundesverdienstkreuz 5 GrVK Stern.svg Den kongelige norske fortjenstorden storkors stripe.svg Order of the Cedar - Grand Officer (Lebanon) Ribbon.png

FIN Order of the White Rose Commander 1st Class BAR.png Order of the Republic (Tunisia) - ribbon bar.gif Orden al Mérito Naval (Venezuela) - ribbon bar.png

Order of Excellence Nishan-e-Imtiaz.png


  • Chevalier de la Légion d'honneur : 1955
  • Officier de la Légion d'honneur : 1959
  • Grand officier de la Légion d'honneur : 1986[1]
  • Grand-croix de l'Ordre de la Légion d'honneur : 1990[1]
  • Commandeur de l'ordre national du mérite
  • Croix de guerre TOE
  • Croix de la valeur militaire
  • Médaille coloniale
  • Médaille commémorative 39-45
  • Médaille commémorative Indochine
  • Médaille commémorative AFN
  • Commandeur de la Legion of Merit (États-Unis)
  • Grand officier de l'ordre du mérite de la RFA
  • Grand croix du mérite de Norvège
  • Grand officier du Cèdre du Liban
  • Grand officier de la Rose blanche de Finlande
  • Grand officier de l'ordre de la République tunisienne
  • Ordre du mérite du Venezuela
  • Médaille de la légion d'Oman
  • Médaille de l'ordre d'Intiaz du Pakistan
  • Médaille du mérite de la sécurité nationale de la République de Corée

Publications[modifier | modifier le code]

  • De Diên Biên Phu à Koweït City, Grasset, 1992
  • Le double jeu du maréchal: légende ou réalité, Presses de la Cité, 1996
  • Alger-été 1957: une victoire sur le terrorisme, L'Harmattan, 2002
  • Deuxième bataille d'Alger, 2002-2007, la bataille judiciaire, L'Harmattan, 2008

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H.G. Esméralda, Un été en enfer - Barbarie à la française - Alger 1957, Éditions Exils, Paris, 2004, (ISBN 2-9129-6958-1)
  • Florence Beaugé, Algérie, une guerre sans gloire. Histoire d’une enquête, Calmann-Lévy, 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Décret du 5 juillet 1990.
  2. « Torture : nouvelle condamnation du général Schmitt » Ligue des droits de l'homme - Section de Toulon, 18 octobre 2004.
  3. « Maurice Schmitt : l'ex-chef des armées est accusé de torture », sur Libération.fr, (consulté le )
  4. Philippe Bernard, « La carrière de l'ancien chef d'état-major des armées révèle la façon dont l'institution militaire a géré l'oubli », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Massu, Aussaresses, Le Pen : quand « Le Monde » réveillait les mémoires sur la guerre d’Algérie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Florence Aubenas, « «Je vous jure, j'ai été torturée» », Libération,‎ (lire en ligne)
  7. Marie-Catherine Villatoux, « Général Maurice Schmitt, Deuxième bataille d’Alger (2002-2007) : la bataille judiciaire», Revue historique des armées, 255 | 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]