Marie-Eugène Debeney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Officier général francais 5 etoiles.svg Eugène Debeney
Marie-Eugène Debeney
Le général Debeney en 1924.

Naissance
Bourg-en-Bresse
Décès [1] (à 79 ans)
Bourg-en-Bresse
Origine Drapeau de la France France
Grade Général d'armée
Années de service 1884 – 1934
Commandement 57e division d'infanterie de réserve
25e division d'onfanterie
38e corps d'armée
32e corps d'armée
VIIe armée
Ire armée
Distinctions Légion d'honneur (Grand-Croix)
Médaille militaire

Marie Eugène Debeney, né le à Bourg-en-Bresse et mort le [1] dans la même ville, était un général français qui prit une part active à la Première Guerre mondiale. Pendant l'entre-deux-guerres, il joue un rôle central dans l'organisation de l'Armée française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

D'abord passé par l'Institution des Chartreux à Lyon puis entré à Saint-Cyr en 1884 à l'âge de 20 ans, il décide d'intégrer le corps des chasseurs à pied à sa sortie[2],[3]. En 1914, il est lieutenant-colonel et professeur du cours de tactique d'infanterie à l'École supérieure de guerre où il a été lui-même breveté.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dans l'Oise, le général Debeney reçoit les insignes de Grand officier de la Légion d'honneur des mains du général Pétain, accompagné du général Fayolle.

Il est affecté au début de la guerre comme sous chef à l'état-major de la Ire Armée[4] puis est affecté à la VIIe en 1916 et de nouveau la Ire Armée en juin 1917 en tant que commandant, poste qu'il occupera jusqu'à la fin du conflit. C'est donc à la tête de la Ire Armée qu'il prend l'offensive à Montdidier (entre le 8 et 10 août 1918[2]), remporte la bataille de Saint-Quentin où il défait le général Paul von Hindenburg. Il a l'insigne honneur de recevoir, sur le front à la Flamengrie, le les ministres plénipotentiaires allemands venu négocier l'armistice. Il les accompagne pour dîner au presbytère de la commune d'Homblières avant de se rendre le pour l'armistice.

Chef d'état-major des armées après 1918[modifier | modifier le code]

À l'issue de la victoire, il est nommé commandant de l'École de Guerre[5], de 1919 à 1924. Il devient également membre du conseil supérieur de la guerre en 1920, jusqu'à sa retraite le 5 mai 1934. Il est chef d'état-major général des armées, généralissime de 1924 à 1930[4].

À cause de ces importantes responsabilités, il est l'un des plus influents rédacteurs de la doctrine militaire française dans les années 1920[6]. Il participe à l'établissement de l'Instruction provisoire sur l'emploi tactique des grandes unités publiée en octobre 1921, en vigueur sous une forme modernisée jusqu'à la bataille de France[7]. Le général Debeney insiste cependant sur l'importance de la flexibilité, et de l'adaptation aux réalités en excluant tout dogmatisme[8]. Il est également à l'origine des lois de juillet 1927 et mars 1928 sur l'organisation de l'Armée, organisant l'Armée comme une armée de réservistes, symbole de la « nations en arme » républicaine[9]. Il joue aussi un grand rôle dans les décisions sur l'organisation des défenses de la Ligne Maginot[7], soutenant l'idée proposée par le général Guillaumat de pôles de résistance (forteresses) plutôt qu'une ligne continue de casemates, comme le propose initialement le maréchal Pétain[10]. La solution finalement retenue par les généraux français en octobre 1927 est celle de régions fortifiées placées près des frontières, semblable à la variante défendue par Debeney[11].

Il a été décoré de l'ordre de la Francisque sous le gouvernement de Vichy[12].

Le , alors qu'il rentrait d'une cérémonie de la Légion française des combattants[13], il est victime d'un attentat mené par des maquisards et des suites duquel il meurt deux mois plus tard, le [1].

Décorations et hommages[modifier | modifier le code]

Remise de la médaille militaire au général Debeney, par le président Doumergue dans la cour de l’École militaire, le 8 mai 1926.
Plaque en mémoire du général Debeny dans la cathédrale d'Amiens.

Hommages posthumes[modifier | modifier le code]

Quelques rues portent son nom, notamment dans sa ville natale – Bourg-en-Bresse –, Bourges, Compiègne.

Famille[modifier | modifier le code]

Marie Eugène Debeney naît de Marie-Adélaïde Morellet et d'un père notaire Cyrille Jean Baptiste Debeney[18] en 1864. Il est le troisième enfant du couple et est marié le , Bourg-en-Bresse (Ain), avec Marie-Caroline Lacombe. Le couple a cinq enfants : Victor Debeney, Marie-Gabrielle Debeney, Marie-Thérèse Debeney, Marie-Geneviève Debeney, François Debeney.

Son fils est le général de division Victor Debeney (Marie Cyrille Victor Debeney, , Bourg (Ain) - , Paris)[19], grièvement blessé lors de la Première Guerre mondiale et qui fut lors de la Seconde Guerre mondiale, le chef du secrétariat du maréchal Pétain.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Vauban.
  • Sur la sécurité militaire de la France, Payot, 1930, 130 p.
  • La Guerre et les hommes : réflexions d'après-guerre, Plon, 1937, 382 p. prix de l'Académie française.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Paul Veyret, Histoire secrète des Maquis de l'Ain : Acteurs et enjeux, Châtillon-sur-Chalaronne, La Taillanderie, , 399 p. (ISBN 978-2-87629-325-0), p. 40.
  2. a et b « Général Eugène Debeney ; vainqueur de la Seconde bataille de la Somme » (consulté le )
  3. (en) « Who's Who - Marie-Eugene Debeney », sur http://www.firstworldwar.com (consulté le ).
  4. a et b (en) « Generals from France », sur http://www.generals.dk/ (consulté le ).
  5. Le général Mordacq écrit dans Le Ministère Clemenceau (tome 4): "Lors de l'établissement du programme précité, il avait été décidé que l'on mettrait à la tête de cet enseignement supérieur une haute personnalité militaire ayant d'une part fait ses preuves durant la guerre, et d'autre part, étant déjà connue avant la guerre même pour ses capacités pédagogiques. Le général Debeney qui avait si brillamment commandé une armée pendant la campagne et qui autrefois avait été à plusieurs reprises professeur à l'École de Guerre, m'avait paru répondre aux conditions exigées. J'en avais parlé aux maréchaux Foch et Pétain qui avaient approuvé en tous points ce choix. Quand je soumis la question à M. Clemenceau, qui avait au cours de la campagne pu apprécier sur place même le général Debeney, il acquiesça immédiatement et ce dernier fut nommé directeur du Centre des Hautes Études et, en même temps, commandant de l'École de Guerre." (page 35)
  6. Doughty 1985, p. 185.
  7. a et b Doughty 1985, p. 6.
  8. Doughty 1985, p. 8.
  9. Doughty 1985, p. 20-21.
  10. Doughty 1985, p. 49.
  11. Doughty 1985, p. 56-57.
  12. Henry Coston (préf. Philippe Randa), L'Ordre de la Francisque et la révolution nationale, Paris, Déterna, coll. « Documents pour l'histoire », , 172 p. (ISBN 2-913044-47-6), p. 62 — première édition en 1987.
  13. [vidéo] « Funérailles des Généraux Debeney et Henrys, et du Grand Duc Boris de Russie », sur ina.fr, (consulté le ).
  14. Home of heroes en anglais..
  15. « Ministère de la culture - Base Léonore », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le )
  16. Base Leonore..
  17. « Dziennik Personalny », sur wbc.poznan.pl, 26.09. 1922 (consulté le ), p. 733
  18. « Généalogie de M Eugène DEBENEY Le Général », sur Geneanet (consulté le )
  19. « DEBENEY Marie Cyrille Victor », base Léonore, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]