Laird Koenig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Koenig.
Laird Kœnig
Naissance (90 ans)
Seattle, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
Grand prix de littérature policière 1972
Golden Raspberry Award du pire scénario 1982 (Inchon)[1]
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Œuvres principales

Laird Kœnig, né le à Seattle, dans l'État de Washington, est un écrivain et scénariste américain, auteur de roman policier. Il vit à Santa Barbara.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Seattle, Laird Kœnig y passe son enfance. Il entame des études de lettres et de psychologie à l'Université de l'État de Washington. Après avoir passé quelque temps dans l'armée, il travaille à New York dans la publicité. Il commence sa carrière d'écrivain comme co-scénariste de séries télévisées : Flipper le dauphin (1964-1967, sept épisodes) et Le Grand Chaparral (un épisode, 1970)[2]. Sa pièce de théâtre The Dozens jouée à Broadway en 1969 a comme interprètes principaux Morgan Freeman et Paula Kelly.

À partir de 1970, il mène de front une carrière de scénariste pour le cinéma et une carrière de romancier.

Au cinéma, il collabore à l'écriture du scénario de Soleil rouge (1971), film réalisé par Terence Young. Laird Koenig retrouvera ce réalisateur pour deux autres films : Liés par le sang (1979) avec Audrey Hepburn et Inchon (1981), avec Laurence Olivier et Jacqueline Bisset. Pour ce dernier film, il obtiendra avec son coscénariste Robin Moore le Golden Raspberry du pire scénario. Il collabore en 1975 à l'écriture du scénario de La Baby-Sitter, dernier film de René Clément, avec Mark Peploe, Nicola Badalucco, Peter L. Dixon et Luciano Vincenzoni[3].

En 1970, il publie son premier roman, Attention, les enfants regardent, en collaboration avec Peter L. Dixon. Ce roman est adapté au cinéma en 1978 avec Alain Delon. Son deuxième roman, La Petite Fille au bout du chemin (1973), est porté au cinéma en 1976 par le réalisateur suisse Nicolas Gessner. Jodie Foster, âgée de quatorze ans, tient dans ce film le premier rôle aux côtés de Mort Shuman et Martin Sheen. Laird Kœnig signe la propre adaptation de son roman. En 1997, il tire une pièce de théâtre de son roman. Suivront d’autres romans à succès : La Porte en face, Les Îles du refuge, Labyrinth Hotel (adapté en 1986 par Laird Kœnig pour la télévision, sous le titre Rapt). En 1979, des producteurs proposent à Louis Malle d'adapter La Porte en face (The Neighbor). Le film ne se fera pas. Le réalisateur préfère tourner une histoire originale, ce sera Atlantic City. Ce roman sera finalement adapté en 1982 par Max Fischer avec Irene Cara, sous le titre Killing 'em Softly[4]. En 1989, Laird Koenig retrouve le réalisateur Nicolas Gessner pour le film Tennessee Nights.

Son dernier roman, The Morning Sun (paru en 2012) n'a pas encore été traduit en France. Il raconte la suite de Madame Butterfly en s'intéressant à l'enfant de Cio-Cio San et du lientenant Pinkerton. Au cours des dernières années, sa passion l'a amené au Japon de nombreuses fois.

Réception et thématiques[modifier | modifier le code]

Salué dès ses débuts - Attention, les enfants regardent obtient en 1972 le Grand prix de littérature policière - , Laird Kœnig a fait graviter l’essentiel de son œuvre autour d’un univers à part, celui de l’enfance. Enfants kidnappés, victimes d’un gourou ou d’un maniaque, meurtriers par amour, ses héros trouvent grâce aux yeux du lecteur qui ne peut qu’adhérer à cette violence enfantine, espérer le salut de ces criminels malgré eux… Que ce soit sur les côtes désolées de Cornouailles, à Long Island, dans le Japon de la Seconde Guerre mondiale ou au cœur de New York, les héros de Laird Kœnig luttent contre un destin hostile. L'auteur bouleverse les valeurs morales du lecteur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • The Children are Watching (thriller, coécrit avec Peter L. Dixon), 1970 (Grand prix de littérature policière 1972)
    Traduit en français sous le titre Attention, les enfants regardent (traduction de Claude Mourthé), Hachette, 1972, réédition Hachette, 1978 ; réédition, LGF, coll. Le Livre de Poche no 7417, 1984 ; réédition dans Laird Kœnig-1, Éd. du Masque, coll. Les Intégrales du Masque, 1995, p. 11-181.
  • The Little Girl Who Lives Down the Lane (thriller), 1973
    Traduit en français sous le titre La Petite Fille au bout du chemin (trad. France-Marie Watkins), Hachette, coll. Thrillers no 20, 1974 ; réédition, Hachette, 1976 ; LGF, coll. Le Livre de Poche no 7405, 1977 (1983, 1992) ; réédition, Hachette, coll. Bibliothèque Hachette, 1984 ; réédition dans Laird Kœnig-1, Éd. du Masque, coll. Les Intégrales du Masque, 1995, p. 183-362.
  • The Neighbour (thriller), 1978
    Traduit en français sous le titre La Porte en face (trad. Guy Le Clec’h), Librairie des Champs-Élysées, 1977 ; réédition, LGF, coll. Le Livre de Poche no 7427, 1979 ; réédition dans Laird Kœnig-1, Éd. du Masque, coll. Les Intégrales du Masque, 1995, p. 363-575.
    Ce roman est d'abord publié dans sa traduction française avant de paraître quelques mois plus tard dans l'édition originale anglaise.
  • Islands (thriller), 1980
    Traduit en français sous le titre Les Îles du refuge (trad. Claude Yelnick), Librairie des Champs-Élysées, 1979 ; réédition, LGF, coll. Le Livre de Poche no 7454, série Thriller, 1981 ; réédition dans Laird Kœnig-1, Éd. du Masque, coll. Les Intégrales du Masque, novembre 1995, p. 577-763.
    Ce roman est d'abord publié dans sa traduction française avant de paraître quelques mois plus tard dans l'édition originale anglaise.
  • Rockabye (thriller), 1981
    Traduit en français sous le titre Labyrinth Hôtel (trad. Claude Yelnick), Librairie des Champs-Élysées, 1981 ; LGF, coll. Le Livre de Poche no 7460, série Thriller, 1982 ; réédition dans Laird Kœnig-2, Éd. du Masque, coll. Les Intégrales du Masque, novembre 1996, p. 11-226.
  • The Disciple (roman fantastique), 1983
    Traduit en français sous le titre Le Disciple (trad. Véronique David-Marescot), J’ai Lu, coll. Épouvante no 1965, 1986 ; réédition dans Laird Kœnig-2, Éd. du Masque, coll. Les Intégrales du Masque, 1996, p. 227-424.
  • The Sea Wife (thriller), 1986
    Traduit en français sous le titre La Maison au bout de la mer (trad. Claude Mourthé), La Table Ronde, 1985 ; réédition, Gallimard, coll. Folio no 1843, 1987 ; réédition, Maxi-Livres, 1995 ; réédition dans Laird Kœnig-2, Éd. du Masque, coll. Les Intégrales du Masque, 1996, p. 425-660.
  • Rising Sun (roman historique), 1986
    Traduit en français sous le titre Soleil levant (trad. Claude Mourthé et Anny Mourthé), La Table Ronde, 1986 ; dans Laird Kœnig-2, Éd. du Masque, coll. Les Intégrales du Masque, 1996, p. 661-920.
  • Morning Sun : The Story of Madam Butterfly's Boy (Prospecta Press, 2012)

Recueils sans équivalents en langue anglaise[modifier | modifier le code]

  • Laird Kœnig, vol. 1 (comprend 4 romans : Attention, les enfants regardentLa Petite Fille au bout du cheminLa Porte en faceLes Îles du refuge). Paris : Éd. du Masque, coll. "Les Intégrales du Masque", 1995, ill. de couv. : Jean Mascii, 782 p. NB : présentation par Alexandre Fillon p. 7-10.
  • Laird Kœnig, vol. 2 (comprend 4 romans : Labyrinth hotelLe DiscipleLa Maison au bout de la merSoleil levant). Paris : Éd. du Masque, coll. Les Intégrales du Masque, 1996, ill. de couv. : Garin Baker / SIS. NB : présentation par Alexandre Fillon p. 7-9.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • The Dozens. New York : Dramatist's Play Service, 1969, 60 p. (ISBN 0-8222-0325-1)
  • The Little Girl Who Lives Down the Lane. New York : Dramatist's Play Service, 1997, (ISBN 0-8222-1571-3)

Filmographie[modifier | modifier le code]

En qualité de scénariste[modifier | modifier le code]

Au cinéma
À la télévision

En qualité d'auteur adapté[modifier | modifier le code]

Au cinéma
À la télévision

Théâtrographie[modifier | modifier le code]

  • 1993-1994 : La Petite Fille au bout du chemin, de Laird Koenig, mise en scène de Marie-Claude Morland. Compagnie Le Théâtre du Trèfle (Poitiers). Comédiens : Bertrand Farge, Julie Sicard. Représentations : du 9 juillet au 1er août 1993, Roseau Théâtre (Avignon).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Claude Mesplède (dir.), Dictionnaire des littératures policières, vol. 2 : J - Z, Nantes, Joseph K, coll. « Temps noir », , 1086 p. (ISBN 978-2-910-68645-1, OCLC 315873361), « Koenig, Laird », p. 72-73.
  • Michel Guibert, « Entretien avec Laird Koenig », Enigmatika, janvier 1980, n° 17, p. 22-23.
  • « Laird Koenig ou l'enfant gâté », postface à La Petite Fille au bout du chemin / Laird Koenig. Neuilly-sur-Seine : Éd. de Saint-Clair, coll. "Les Grands Maîtres du roman policier", 1975, p. 249-251.
  • Robert William Watkins, View from the Cellar: A Critical Analysis of Laird Koenig's the Little Girl Who Lives Down the Lane. Createspace, 2013, 106 p. (ISBN 978-1492768715)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Editeurs
Chroniques de films

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Razzies.com
  2. [« Laird Kœnig ou l'enfant gâté », postface à La Petite Fille au bout du chemin / Laird Kœnig. Neuilly-sur-Seine : Éd. de Saint-Clair, coll. "Les Grands Maîtres du roman policier", 1975, p. 250.
  3. Rue du premier film : Magazine de l'Institut Lumière n° 95, 3 février-15 avril 2012, p. 10.
  4. David Sharpe, « Dead dog leads to cat-and-mouse », Cinema Canada, 12/1981-01/1982, p. 32-33