Marminiac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marminiac
Marminiac
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Gourdon
Canton Gourdon
Intercommunalité Communauté de communes Cazals-Salviac
Maire
Mandat
André Bargues
2014-2020
Code postal 46250
Code commune 46184
Démographie
Population
municipale
366 hab. (2016 en diminution de 3,43 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 40′ 00″ nord, 1° 11′ 41″ est
Altitude Min. 177 m
Max. 343 m
Superficie 22,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Marminiac

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Marminiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marminiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marminiac
Liens
Site web www.marminiac.fr

Marminiac est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Marminiac est limitrophe de sept autres communes, dont trois dans le département de la Dordogne. Au nord-est, le territoire communal est distant de 200 mètres de celui de Florimont-Gaumier, et au nord-ouest, de 400 mètres de celui de Saint-Pompont.

Carte de la commune de Marminiac et des communes avoisinantes.
Communes limitrophes de Marminiac[1]
Campagnac-lès-Quercy
(Dordogne)
Besse
(Dordogne)
Marminiac[1] Salviac
Villefranche-du-Périgord
(Dordogne),
Saint-Caprais
Montcléra Cazals

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Marminiac, d'origine gallo-romaine, est basé sur un anthroponyme Marminius. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Marminiac était jadis une des stations sur la voie romaine reliant Cahors à Périgueux.

Les Vielcastel sont mentionnés comme seigneurs de Marminiac dès le milieu du XIIIe siècle.

On peut voir sur le territoire de la commune une tour, dite "tour des Anglais", vestige d'un château-fort. La ville fut prise plusieurs fois par les Anglais. Philippe le Bel l'hypothéqua en 1287.

Les Vielcastel sont les cousins des Bonafous (ou Bonafos). En 1425, Marc de Bonafous, cadet d'une famille descendant des seigneurs de Pestilhac récupère la tour, seule vestige de son château de Bonafous. Le château a été vendu en 1659 à Jean-Marc de Gauléjac, fils bâtard légitimé en 1625 de Gabriel de Gauléjac, seigneur de Puycalvel.

Au dénombrement de 1504, Bernard de Vieuxchasteau, ou de Vielcastel, seigneur de Marminiac, possède à Marminiac une maison noble, avec jardin et colombier[3]. Une branche de la famille de Vielcastel, les Salviac de Vielcastel, s'est installée à Cazals où ils ont reconstruit le château des Guerre après la guerre de Cent ans.

Jean de Vielcastel, marié à Hélène de Bonafos de Presque en 1614, a construit le château de Roquecave.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1802 1828 Jean Baptiste Serein Bouson    
1828 1846 Marc Cangarel    
1846 1857 Henri Cangarel    
1857 1874 Jean Lavergne    
1874 1880 Henri Cangarel    
1880 1881 Marc Salanie    
1881 1903 Édouard Cangarel    
mars 1995 En cours André Bargues PS Conseiller général du canton de Cazals (2004-2015)
Président de la communauté de communes Cazals-Salviac (depuis 2014)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 366 habitants[Note 1], en diminution de 3,43 % par rapport à 2011 (Lot : -0,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9659719841 0631 1629951 0991 1471 171
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1531 1231 0951 1631 1101 0811 0741 008980
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
905868779672647605567557516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
530460385368307318358364370
2013 2016 - - - - - - -
371366-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Vincent de Marminiac date du XIIIe siècle. Elle a été agrandie par adjonction de bas-côtés en 1895[9].
  • Tour des Anglais, ou tour de Bonafos, est une tour carrée. La seigneurie de Marminiac appartenait aux Vielcastel dès le milieu du XIIIe siècle. Le château de Marminiac, occupé par les garnisons anglaises et françaises, a été détruit pendant la guerre de Cent ans. La tour conserve des éléments datant du XIIIe siècle et XIVe siècle, mais date, pour l'essentiel, d'une reconstruction du XVe siècle[10], (Catherine Didon 1996, p. 138).
  • Halle
  • Ferme de Bouteille-Haut, inscrite au titre des monuments historiques en 1995 (Catherine Didon 1996, p. 132).
  • Château de Roquecave était un ensemble fortifié. En 1614, Jean de Vielcastel a épousé Hélène de Bonafos de Presque. Il a obtenu du roi Louis XIII le droit d'ajouter Marminiac à son nom. Il a construit le château de Roquecave. Le château passe aux Durfort, seigneurs de Léobard à la fin du XVIIe siècle. En 1714, le château devient la propriété de François Louis Caors de la Sarladie par mariage. Ses descendants résident à Roquecave jusqu'en 1834, date où le château est vendu à un agriculteur[11], (Catherine Didon 1996, p. 134).
  • Château de Bonafous. En 1425, Marc de Bonafous récupère la tour, vestige de son château détruit pendant la guerre de Cent ans. En 1659, le château est vendu à Jean-Marc de Gauléjac, fils bâtard, légitimé en 1625, de Gabriel de Gauléjac, seigneur de Puycalvel. Pendant la Révolution, un des fils de la famille, Paul-François de Gauléjac, s'est enrôlé dans l'armée des Princes et a participé à la guerre de Vendée où il est surnommé « Renault l'Invincible ». Le château a appartenu à la famille de Bonafous jusqu'en 1817 date à laquelle les fils de « Renault l'Invincible », complètement ruinés, ont dû le vendre à Louis Bouson de La Comte qui l'en revendu en 1826 à Louis de La Sudrie qui lui a donné son aspect actuel. En 1845, il est vendu au notaire Marc Cangardel (Catherine Didon 1996, p. 138).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 116.
  3. Louis d'Alauzier, Le dénombrement de 1504 en Quercy pour le ban et l'arrière-ban, p. 270, 277, 279, dans Bulletin de la Société des études du Lot, 1984, tome 105.
  4. « Les maires de Marminiac », sur Site francegenweb, (consulté le 23 octobre 2017).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Patrimoines Midi-Pyrénées : église paroissiale Saint-Vincent
  10. Patrimoines Midi-Pyrénées : château dit tour des Anglais, ou tour de Bonafos
  11. Patrimoines Midi-Pyrénées : château, actuellement ferme
  12. Joseph de Bonald, Renault l'invincible (Paul-François de Gaulejac), 1754-1799 : récit des guerres de la Vendée, H. Champion, Paris, 1904.
  13. Louis de Magny, Généalogie de la maison de Gauléjac, p. 288, 1854 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Didon, Châteaux, manoirs et logis. Le Lot, p. 132, 134, 138, Éditions Patrimoine et médias, Chauray, 1996 (ISBN 978-2-910137-18-2) ; 336p.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]