Thédirac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Lot
Cet article est une ébauche concernant une commune du Lot.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Thédirac
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Gourdon
Canton Causse et Bouriane
Intercommunalité Communauté de communes Cazals-Salviac
Maire
Mandat
Jean-Marie Cournac
2014-2020
Code postal 46150
Code commune 46316
Démographie
Population
municipale
315 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 36′ 06″ nord, 1° 19′ 06″ est
Altitude Min. 205 m – Max. 332 m
Superficie 16,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Thédirac

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Thédirac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thédirac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thédirac

Thédirac est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy en Bouriane.

Géologie[modifier | modifier le code]

On trouve à Thédirac un gisement de sables et galets qui fait partie d'une vaste zone d'épandage détritique issue du socle du Massif central. La particularité du gisement vient qu'on y trouve des galets de quartz, et non des galets de roche de socle, et que les sables ne contiennent presque que du quartz. La composition de ce gisement vient probablement de ce que le matériau érodé du socle s'est déposé dans un fossé et a subi une altération de climat chaud entrainant une dégradation des matériaux autres que le quartz. Le gisement repose sur un socle de calcaire portlandien. Ce gisement est exploité par la société Quartz et sables du Lot appartenant au groupe Imerys[1],[2],[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Thédirac d'origine gallo-romaine, est basé sur un anthroponyme Theutherus. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes. C'est le domaine de Theutherus[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Si le nom est d'origine gallo-romaine, la première mention du village apparaît dans un acte de donation de la famille de Luzech datant de 1135 avec un chevalier de Thédirac du nom de Gaucelin. La seigneurie de Thédirac appartient à la famille de Luzech.

La guerre de Cent ans, entre 1337 et 1453, fait de nombreux ravages dans le Quercy, même dans les petits villages, en entraînant une dépopulation aggravée par la peste de 1505-1506. L'activité rurale a repris rapidement la paix revenue. La famille de Luzech a conservé la seigneurie jusqu'à la fin du XVIe siècle. En 1566, Jean de Luzech a fait réparer le château de Thédirac pour que sa mère, Claude de Caumont, veuve de Guy de Luzech, puisse y résider.

La seigneurie élevée en baronnie est détachée de celle de Luzech en 1595 par Jean de Luzech pour la donner à sa mère, Jeanne de Prouillac, remariée à Gabriel de Guiscard, seigneur de Cavagnac. Elle a laissé la baronnie aux enfants de son beau-fils Pierre de Guiscard.

Pendant les guerres de religion les Guiscard sont devenus protestants. Dans sa lutte contre les protestants révoltés, Louis XIII a commandé à Pierre de Bordeaux d'occuper le château. Son propriétaire, Gabriel de Guiscard, s'est opposé à cette occupation. Devant ce refus, le roi a envoyé une armée de 2 000 hommes avec 2 canons pour réduire le châtelain à l'obéissance.

Les Guiscard de Cavagnac sont restés barons de Thédirac jusqu'en 1779, quand ils vendent la baronnie à Marc-Antoine de La Grange-Gourdon, marquis de Floirac et de Lavercantière.

Le château est saisi à la Révolution et vendu comme bien national à la famille Delsol qui l'a conservé jusqu'en 1960. Le château a été brulé en 1796 par les habitants qui sont pris de fureur contre le profiteur qui l'a acheté.

Le village avait encore 572 habitants en 1880, mais 262 en 1996. La première Guerre mondiale a coûté la vie à 32 habitants du village. Puis, après la seconde Guerre mondiale, l'exode des campagnes vers les villes a dépeuplé le village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Claudine Mazeau    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 315 habitants, en augmentation de 2,94 % par rapport à 2009 (Lot : 0,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866
797 1 196 884 878 878 869 891 881 890
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
835 837 972 890 806 792 708 660 601
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
520 533 461 410 371 330 318 272 270
1982 1990 1999 2007 2012 2014 - - -
267 262 275 295 313 315 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Société Quartz et sables du Lot appartenant au groupe Imerys exploitant un gisement de sables et galets de quartz.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Grangié, Thédirac et son église, dans Le Journal du Lot, 21 novembre 1920
  • R. Granié, Le siège et la reddition de Thédirac (Lot) en 1622, p. 219-226, dans Bulletin de la Société d'Études du Lot, 1931, tome 52

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Massy-Delhotel, Des galets du Quercy pour l'électrométallurgie, p. 2-8, dans Mines & Carrières, juin 2004, no 105
  2. Le gisement de Thédirac : Quartz et Sables du Lot (groupe Imerys), p. 81-84, dans Géologues, no 155 (lire en ligne)
  3. Thédirac. Journée portes ouvertes à la carrière d'Imerys, dans La dépèche, 19/05/2013
  4. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 125.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Église Saint-Roch », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Patrimoines Midi-Pyrénées : château