Montcléra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montcléra
Mairie
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Gourdon
Canton Puy-l'Évêque
Intercommunalité Communauté de communes Cazals-Salviac
Maire
Mandat
Jacques Dupuy
2014-2020
Code postal 46250
Code commune 46200
Démographie
Population
municipale
282 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 37′ 16″ nord, 1° 12′ 40″ est
Altitude Min. 154 m – Max. 311 m
Superficie 20,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Montcléra

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Montcléra

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montcléra

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montcléra

Montcléra est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy en Bouriane sur la route departementale 673 entre Fumel et Gourdon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Montcléra est basé sur le mot latin montem qui désigne un endroit élevé et sur clara, clarat qui peut être un adjectif occitan avec l'idée de clarté ou un nom de famille[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Jean-Claude Astorg    
1995 2001 Georges Langles    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 282 habitants, en augmentation de 2,17 % par rapport à 2009 (Lot : 0,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
698 736 696 901 941 940 993 1 018 975
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
906 891 918 908 868 874 852 855 802
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
736 681 654 557 531 520 451 392 367
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
380 360 335 291 317 291 275 279 282
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Montcléra[6] est un bel édifice du XVe siècle, remanié à la Renaissance. Il présente essentiellement un corps de logis rectangulaire flanqué de tours rondes à machicoulis, dont une reçoit l'angle d'un imposant donjon carré portant une échauguette carrée et dont le grand comble est ajouré de fenêtres de la seconde Renaissance. La façade pourvue de chaînes d'angle, est percée d'une porte cochère et d'une porte piétonne, toutes deux en plein cintre. L'ensemble est entouré d'un beau parc. Ce fut le siège d'une seigneurie créée au début du XIVe siècle d'un démembrement de la juridiction royale de Cazals en faveur d'Arnaud de Commarque. Elle passa ensuite aux De Gironde puis, au début du XIXe siècle, à la famille Dupuy. L'édifice est classé et partiellement inscrit au titre des monuments historiques en 1925 et 1929[7].

L'église, de fondation romane était, au Moyen Âge, une annexe de Cazals. Remaniée à diverses époques, elle a été flanquée de chapelles latérales à l'époque gothique et sa nef prolongée en 1870. Elle a été restaurée récemment et son intérieur comporte trois retables aux décors très riches parmi les plus beaux de la région.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 117.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Thierry Crépin-Leblond - Le château de Montcléra - p. 429-435, dans Congrès archéologique de France. 147e session. Quercy. 1989 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1993
  7. « Château de Montcléra », notice no PA00095174, base Mérimée, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Colette Chantraine, Christine Ducoux, Marie-Cécile Kuylle, La Bouriane. Gourdon - Souillac, p. 61, Les éditions du Laquet (guide Tourisme & patrimoine no 5), Martel, 1996 (ISBN 2-910333-17-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]