Lyonnais (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Francoprovençal.

Lyonnais
Liyonês
Image illustrative de l’article Lyonnais (langue)
Carte des dialectes de l'arpitan. Le lyonnais est situé au centre de l'aire linguistique de l'arpitan.
Pays Flag of France.svg France
Région Flag of Lyonnais.svg Lyonnais
Typologie syllabique
Classification par famille
Codes de langue
Linguasphère 51-AAA-jb

Le lyonnais ou langue lyonnaise est un dialecte du francoprovençal ou arpitan, langue d'une zone géographique s'étendant en grande partie sur la région Auvergne-Rhône-Alpes, la Romandie, le Val d'Aoste et le Nord des Alpes piémontaises.

Situation[modifier | modifier le code]

Le lyonnais est sûrement[réf. nécessaire] le dialecte de la langue le plus moribond et pourrait disparaître dans le siècle à venir. Seuls quelques personnes âgées le parlent encore, cependant que des groupes de langue associatifs tentent de sauver ce patrimoine linguistique, surtout dans le Pays lyonnais, au sud-ouest de Lyon, en l'exerçant lors de soirées patoisantes, notamment les « Amis de Lyon et de Guignol ». Les cours de patois connaissent un regain d'intérêt depuis quelques années[C'est-à-dire ?].

De plus, on peut constater qu'aujourd'hui encore, le français régional parlé à Lyon a été fortement influencé par la phonologie, la grammaire, la syntaxe et la sémantique du lyonnais, qui subsistent dans le parler lyonnais, via des tournures et une prononciation bien particulières qui subsistent chez les plus jeunes générations, autochtones et immigrés.[réf. nécessaire]

Il y a environ 1 000 locuteurs dans le Rhône[réf. nécessaire].

Plaque en hommage à Marguerite d'Oingt.

Le francoprovençal lyonnais[modifier | modifier le code]

Langue naturellement issue du latin vulgaire parlé à Lyon, le francoprovençal lyonnais a laissé beaucoup de trace en toponymie, qu'on retrouve encore en de très nombreux endroits à Lyon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville de Lyon, mais aussi l'ensemble de la région lyonnaise, est particulièrement riche en noms de lieux qui proviennent directement du dialecte lyonnais du franco-provençal.

Nom du lieu Dénomination Mot francoprovençal Prononciation Signification Étymologie
Charpennes Quartier de Villeurbanne qui a donné son nom à une station de métro Charpènes, pluriel de Charpèna /ʃaʁpɛ́nə/, /ʃaʁpɛ́na/ Charme CarpinusLAT
Sarra Quartier de Lyon 5e Sèrrâ /saʁá/ soirée[1] serusLAT
Boutasse Quartier de Bron qui a donné son nom à une station du tramway de Lyon Botace /butási/ marécage -
Brotteaux Quartier de Lyon 6e Brotiot, l'endroit où il y a des Brots /bʁɔtʲó/, /bʁo/ arbuste BrustGER
Montchat Quartier de Lyon 3e Mont châl, de châl /mɔ̃ʃa/, [/a/ Bosquet CalCEL
Fourvière Colline de Lyon Forviely /fuʁvʲɛðə/ Forum vieux Forum VetusLAT
Villon Rue du 8e arrondissement de Lyon Vilyon /vijɔn/ Branche d'osier ViticulaLAT
Terraillon Quartier de la ville de Bron Tèrralyon /taʁajõ/ Paysan, cultivateur, maraîcher TerraculaLAT

Littérature en langue lyonnaise[modifier | modifier le code]

Le francoprovençal a pendant longtemps été dévalorisé au point de vue socio-linguistique, cependant, à toutes les époques, on trouve des auteurs qui ont écrit en franco-provençal, et en particulier dans son dialecte lyonnais.

Voici une liste non exhaustive des différents auteurs :

Tintin en arpitan ou francoprovençal[modifier | modifier le code]

L'Alliance culturelle arpitane est à l'initiative de la publication en 2007 par les éditions Casterman d'un album de Tintin, L'Afére Pecârd, adaptation de L'Affaire Tournesol. Le titre est un hommage au professeur vaudois Auguste Piccard[2]. Dans cet album, le capitaine Haddock s'exprime en langue lyonnaise, plantant de ce fait le château de Moulinsart dans les monts du Lyonnais. Tintin quant à lui parle en savoyard.

Associations[modifier | modifier le code]

  • L'association « Amis du francoprovençal en pays lyonnais », basée à Yzeron, promeut et défend le francoprovençal dans le Pays lyonnais[3]. Elle édite un périodique, Lo creuseu.
  • Fondée en 1913, l'association « Les Amis de Lyon et de Guignol »[4], basée aux musées Gadagne, défend la langue lyonnaise et comptait 600 membres en 2010.

Le français lyonnais[modifier | modifier le code]

Très semblable au parler savoyard, stéphanois et suisse, car tous issus de la rencontre entre le français et le francoprovençal, il est encore vivace en région lyonnaise où il subsiste sous de nombreuses formes[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Car c'est derrière ce plateau que le soleil viens se coucher le soir
  2. Tintin au pays des Arpitans sur le site arpitania.eu
  3. Nontra lingua, site officiel
  4. Site officiel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]