Gadagne (musées)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Musées Gadagne)
Gadagne
Cour-gadagne Photo Service-communication-Gadagne 2021 (5).jpg
Grande cour de Gadagne en mai 2021.
Informations générales
Type
Musée historique
Ouverture
Visiteurs par an
100 299 (2014)
71 716 (2015)
79 449 (2016)[5]
Site web
Collections
Collections
Bâtiment
Article dédié
Hôtel de Gadagne
Protection
Localisation
Pays
Commune
Lyon
Adresse
1, place du Petit Collège
Coordonnées

Gadagne et ses deux musées forment un ensemble muséal à Lyon, en France. Situé dans le 5e arrondissement dans le quartier Saint-Jean, l'un des trois quartiers du Vieux Lyon avec Saint-Paul et Saint-Georges, il est installé dans l'hôtel des Pierrevive, rebaptisé « Hôtel de Gadagne ». Gadagne abrite deux musées de France, le MHL - Musée d'Histoire de Lyon et le MAM - Musée des arts de la Marionnette, un petit théâtre proposant une programmation de spectacles de théâtre de marionnettes et de conférences, une boutique, un café-restaurant et un jardin suspendu surplombant la ville.

L'hôtel de Gadagne[modifier | modifier le code]

Entrée du 12 rue de Gadagne.

Le site n'a été que ponctuellement occupé entre le Ve siècle et le XIIIe siècle. Il faut attendre le XIVe siècle pour voir l'apparition d'un bâtiment d'importance. Assise sur une terrasse, cette maison est implantée sur une longue parcelle, propriété de Guido d'Albant, qui s'étend depuis la montée Saint-Barthélémy jusqu'à la rue du Palais (actuelle rue Saint-Jean). La maison est équipée d'une glacière et ornée de vitraux, de fenêtres à colonnettes, de carreaux vernissés, qui en font une demeure luxueuse pour cette époque-là. Très vite, on procède à des modifications, peut-être au moment où les d'Albant vendent la propriété à Pierre et Claude de Pompierre, entre 1371 et 1388. Au XVe siècle, le plan du bâtiment n'est pas altéré, mais on en modifie la circulation. Il semblerait qu'il y ait eu sur cette parcelle deux maisons : celle du Palais (à l'emplacement du 2, rue Saint-Jean aujourd'hui) et celle de la Boyssette, à l'arrière. Cette dernière se trouvait en partie à l'emplacement des bâtiments sur la rue Gadagne. Elle était dotée de dépendances, dont une grange, en lieu et place au rez-de-chaussée des bâtiments donnant sur la grande cour. Ce bâtiment agricole est réaménagé en lieu de résidence au tournant du XVe siècle : les murs sont réhaussés, de nouvelles fenêtres sont percées. Dans un second temps, sur les pentes aménagées en plates-formes, d'autres maisons sont construites, sans doute toujours de dépendances de la maison de la Boyssette. Au cours du XVIe siècle, la propriété change de mains et c'est finalement Jean de Vareys qui la cède aux frères Amédée, Jean-Michel Michelet et André de Pierrevive, entre 1489 et 1492[6]. Ces derniers se lancent dans une grande entreprise de reconstruction, commençant par détruire la maison des Boyssette et vendent la partie orientale de la parcelle (entre la rue Gadagne et la rue Saint-Jean actuelles) à un certain Guillaume. En 1538, Marie-Catherine de Pierrevive, épouse d'Antoine de Gondi[7], devient propriétaire de tout le sud de la parcelle. On sait que la même année Thomassin Gadagne est locataire d'une maison dans la moitié nord de la parcelle appartenant toujours à Antoine de Pierrevive, baron de Vaulx.

Aujourd'hui, les musées sont donc situés dans l'Hôtel de Gadagne, un hôtel particulier aménagé au début du XVIe siècle par les frères Pierrevive et loué par le marchand-banquier Thomas II de Gadagne à partir de 1538. Racheté en 1545 par ses fils, Guillaume et Thomas III, l'édifice subit aussitôt un remaniement. La mésentente entre les deux frères est telle qu'ils occupent chacun un des deux corps principaux de l'hôtel, ce qui ne les empêche pas de mener grande vie et de donner de nombreuses fêtes somptueuses. Ils seront propriétaires de l'édifice jusqu'en 1581.

Les Gadagne (ou Guadagni) sont une riche famille d'origine florentine, présente à Lyon dès le début du XVe siècle[8]. Leur fortune colossale, issue du commerce et de la banque Gadagne, inspira en son temps un dicton lyonnais, « riche comme Gadagne ». En effet, Thomas Ier de Gadagne, grand oncle de Guillaume et Thomas III, fut, de loin, l'homme le plus riche de Lyon, prêtant largement à différents rois de France et finançant une expédition vers le nouveau monde. Il offre à Louise de Savoie une partie de la rançon qui permettra la libération du roi François Ier, prisonnier en Italie après la bataille de Pavie en 1525.

Au XVIIIe siècle, l'hôtel est découpé en petits logis et ne doit son salut qu'à son rachat partiel par la ville de Lyon en 1902. Actuellement[Quand ?], on emprunte une rampe aboutissant sur la porte surmontée d'un premier corps de bâtiments. On pénètre alors dans une cour majestueuse de grande dimension, ornée d'un puits, flanquée au fond par une galerie de passages superposés qui permettent la circulation entre les deux corps de bâtiments à chaque étage.

Les musées[modifier | modifier le code]

Dès 1923, Émile Leroudier, avec l'approbation d'Henri Focillon, directeur des musées de Lyon, définit le projet de musée de la façon suivante : « Le programme d'organisation du musée Gadagne présenté ci-après, procède de ce principe que cet établissement doit être le musée de l'histoire de Lyon. L'ensemble des collections exposées doit tendre moins à présenter au visiteur une série de pièces artistiques ou non mais ayant un intérêt local, qu'à retracer à son esprit, l'histoire de notre cité tant au point de vue des transformations successives de la ville elle-même qu'à celui de la vie publique et privée de ses habitants, en même temps qu'à lui donner une idée exacte de son développement économique et social ». Le bâtiment est classé monument historique en 1920[9]. Il a été acquis par étapes par la ville de Lyon entre 1902 et 1941[10].

Le 19 janvier 1998, le conseil municipal de Lyon prend la décision d'entreprendre d'importants travaux d'agrandissement et de rénovation[11], qui débutent cette même année. Le musée Gadagne reste cependant ouvert au public jusqu'en [2]. Après dix ans de chantier et une grande campagne de fouilles archéologiques, le musée rouvre partiellement en [3] (salles d'exposition temporaire), puis totalement en [12].

Le MHL - Musée d'histoire de Lyon[modifier | modifier le code]

Grande vue de Lyon, 1625

L’idée de créer un musée du Vieux Lyon est avancée dès 1874 par Léopold Niepce, président de la Commission des bibliothèques et des archives dans un rapport au préfet du Rhône. Il s’agissait de créer un nouveau musée dédié à l’histoire de la ville, distinct du musée des Beaux-Arts et de réunir dans un même lieu des collections qui se trouvaient dans différents bâtiments, au Palais-Saint-Pierre ou à l’Hôtel de Ville. Ce projet mettra près de cinquante ans à se réaliser, soutenu notamment par des campagnes de presse et par la commission archéologique du Vieux-Lyon, créée en 1898. Plusieurs édifices seront proposés pour abriter le musée historique, avant que « l’hôtel de Gadagne » ne soit finalement choisi pour la qualité de son architecture et son intérêt historique. Racheté par la Ville en 1902, le bâtiment est classé monument historique en 1920. L’année suivante, le maire de Lyon Edouard Herriot inaugure les premières salles du nouveau « musée de Gadagne », le 2 juillet 1921[13].

La collection constitutive du musée est composée de plusieurs ensembles antérieurs, qui avaient été réunis à l’Hôtel de Ville, puis dispersés (Palais des Arts, Archives municipales…) : collection de Sébastien-Louis Rosaz[14] (près de 10 000 objets acquis en 1846), fonds François Morel (légué en 1916), objets provenant des démolitions et des fouilles du 19e siècle et dons divers, notamment de Félix Desvernay, ancien bibliothécaire, qui sera le premier conservateur du musée.

À partir des années 1930, le noyau initial est enrichi d’achats, de dons et de legs, notamment grâce à l’action de la Société des Amis de Gadagne fondée en 1928. Les collections s’orientent nettement vers les arts graphiques et décoratifs (estampes, étains, faïences, ébénisterie…). Elles continuent également de s’enrichir de fonds de personnalités politiques (Justin Godard, Edouard Herriot), de collections liées à la franc-maçonnerie et au compagnonnage, ainsi que des dévolutions de mobilier archéologique pour les périodes postérieures à l’Antiquité.

Après le constat d'une nécessité de restaurer le bâtiment[15], Gadagne ferme en 2003 et met en œuvre un programme de rénovation et d'agrandissement du bâtiment. Il rouvre le . En 2019, le MHL se lance dans un chantier de refonte de son parcours permanent. Ce programme s'achèvera en 2024 au rythme de l'ouverture d'une nouvelle séquence chaque année.

Le MAM - Musée des arts de la marionnette[modifier | modifier le code]

Marionnette à fil de Polichinelle.

Depuis 1950, le musée des arts de la marionnette, organisé autour de la marionnette originale de Guignol, est installé dans l'hôtel de Gadagne. La visite des collections de marionnettes[16] faisait autrefois partie intégrante du parcours du musée d'histoire de Lyon. À la suite des travaux de rénovation des années 2000, ces collections sont désormais regroupées dans un espace muséographique autonome[17].

En , les trois premières salles du parcours sont rénovées et le musée est rebaptisé musée des arts de la marionnette[4]. Les six salles suivantes restent ordonnées selon le parcours classique, mais leur réaménagement est prévu pour 2019[4].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Chiffres de fréquentation du musée (2001-2019)[5]
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
34 493 35 425 19 871 9 932 11 289 10 832 20 975[18] 24 107 69 587 97 000 95 291 108 598 105 133 100 299 71 716 79 449 74885 78862 74579

La baisse de fréquentation des musées en 2013 par rapport à 2012 est liée à un intérêt inférieur des visiteurs pour l'exposition Lyon, centre du monde ! que pour les précédentes, notamment Gourmandise et le XVIIIe siècle[19].

Accessibilité[modifier | modifier le code]

  • Ce site est desservi par la station de métro Vieux Lyon - Cathédrale Saint-Jean.
  • Gadagne et ses deux musées sont aussi accessibles par les lignes de bus : Bus en mode C Ligne C3 Ligne C14 Bus TCL Ligne 19 Ligne 31 Ligne 40
  • Vélo´V : stations Saint-Paul, place Fousseret et rue de la Baleine
  • Accès pour les personnes à mobilité réduite : 14 rue de Gadagne
  • Parkings autocars : quai Romain-Rolland

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Lyon : réouverture du musée Gadagne », sur culture.gouv.fr, 12 juin 2009 (consulté le 13 juillet 2017) [1]
  2. a et b Chambre de commerce et d'industrie de Lyon, Le tourisme urbain dans la région lyonnaise, novembre 2004.
  3. a et b Anne-Caroline Jambaud, "Lyon au 19e siècle : utopies et progrès", Lyon capitale, 18 avril 2007.
  4. a b et c « Les marionnettes se réveillent à Gadagne », Le Progrès, (consulté le ).
  5. a et b Fréquentation sur la plate-forme de données ouvertes du ministère de la Culture et de la Communication
  6. « Chapitre 5. Au XVIe siècle, une parcelle sens dessus dessous », dans Le musée Gadagne : Archéologie et histoire au cœur d'un projet patrimonial à Lyon, Alpara, coll. « DARA », (ISBN 978-2-916125-47-3, lire en ligne), p. 99–120
  7. « Chapitre 6. La parcelle du XVIIe au XIXe siècle », dans Le musée Gadagne : Archéologie et histoire au cœur d'un projet patrimonial à Lyon, Alpara, coll. « DARA », (ISBN 978-2-916125-47-3, lire en ligne), p. 121–142
  8. Jean Pelletier, Connaître son arrondissement, le 5e, éditions lyonnaises d'art et d'histoire, p. 27-28
  9. Mathian Nathalie, Naissance d'une conscience patrimoniale, le vieux Lyon, Lyon, EMCC, , 64 p. (ISBN 9782357403178), p. 49
  10. « Musée de Gadagne », Vieux-Lyon.org (consulté le ).
  11. Mathian Nathalie, Naissance d'une conscience patrimoniale, le vieux Lyon, Lyon, EMCC, , 64 p. (ISBN 9782357403178), p. 63.
  12. « Lyon : réouverture du musée Gadagne », sur culture.gouv.fr, (consulté le ).
  13. Mathian Nathalie, Naissance d'une conscience patrimoniale, le vieux Lyon, Lyon, EMCC, , 64 p. (ISBN 9782357403178), p. 48.
  14. Chopelin Paul, Souriac Pierre-Jean (sous la dir.), Nouvelle histoire de Lyon et de la Métropole, Toulouse, Privat, , 960 p. (ISBN 9782708983786), p. 871.
  15. Simone Blazy, "Le renouveau du musée", in Christine Becker, Isabelle Parron-Kontis et Sophie Savay-Guerraz, Le Musée Gadagne : archéologie et histoire au cœur d'un projet patrimonial à Lyon, Lyon, Association de liaison pour le patrimoine et l'archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, coll. « Documents d'archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne / Série lyonnaise, 10 » (n° 29), 2006, p. 17.
  16. Collections de marionnettes des Musées Gadagne dans le Portail des arts de la marionnette.
  17. « Le musée des arts de la marionnette », musées Gadagne (consulté le ).
  18. Veille Info Tourisme, p. 149, la fréquentation correspond à la visite du chantier et aux animations hors les murs.
  19. « Six musées lyonnais au palmarès du Journal des Arts », sur Le Progrès (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Vial, Musée Gadagne, guide du visiteur, Lyon : Audin, 1931, 66 p.
  • Claude Dalbanne, « Le musée historique de Lyon. Hôtel Gadagne », Lyon-Touriste, 37e année, no 291, 2e semestre 1942, p. 3-5.
  • Monique Ray, Catalogue de l'exposition du cinquantième anniversaire de la fondation du Musée historique de Lyon : 1921-1971 : hommage à Justin Godart (1871-1956), Lyon, Musée historique, 1971, 20 p.
  • Monique Ray, Le musée historique / Le musée de la marionnette, guide sommaire, 3e édition, 1978, 40 p.
  • Monique Ray, « Acquisitions et réserves au musée historique de Lyon », Musées & collections publiques de France, no 194 (1992), p. 34-36.
  • Urbanisme et patrimoine à Lyon : 1850-1950 : naissance d'un musée, Lyon : Musée Gadagne, 1998, 80 p.
  • Christine Becker, Isabelle Parron-Kontis et Sophie Savay-Guerraz, Le musée Gadagne : Archéologie et histoire au cœur d'un projet patrimonial à Lyon, Lyon, Alpara, coll. « Documents d'archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne / Série lyonnaise, 10 » (no 29), , 240 p. (ISBN 9782916125008, lire en ligne)
  • Simone Blazy, « Les dépôts au Musée Gadagne, Musée historique de Lyon, Musée international des marionnettes », Les dépôts de l'État au XIXe siècle, Politiques patrimoniales et destins d’œuvres, Actes du colloque du , Paris, Ministère de la Culture et de la Communication/Musée du Louvre, 2008.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]